Faravohitra, Emmo-reg, armée… En service commandé… pour mater les foules.

L’EMMO-REG a bénéficié d’un stage sur les techniques d’intervention au maintien de l’ordre

Sous l’action conjuguée du colonel Jean Christophe RANDRIAMANARINA, commandant la circonscription interrégionale d’Antsiranana et du capitaine Stéphane RUPP, expert en gestion démocratique des foules au détachement gendarmerie de la coopération française, un recyclage des techniques d’intervention au maintien de l’ordre s’est déroulé à Diego Suarez du 10 au 19 mars 2014, rassemblant militaires, policiers et gendarmes pour une même formation.

Animé également par trois instructeurs du centre de formation des unités mobiles à Ivato (CFUM), ce stage intense a réuni l’ensemble des acteurs de l’ordre public de la capitale du Diana, à savoir 46 gendarmes issus de l’ensemble des unités de la place, 32 policiers des forces d’intervention de la police (FIP) et du commissariat central, ainsi que 32 militaires de la base navale, du 2ème RFI et du 1er RM7.

Quotidiennement, un escadron constitué de quatre pelotons, avec 75 personnels issus des trois forces, a mis en pratique l’ensemble des fondamentaux permettant d’aborder « la gestion démocratique des foules » avec une réponse adaptée et un emploi au plus juste des moyens de force intermédiaire, face à la pression et l’importance d’une foule.

Devant les autorités locales civiles et militaires, la synthèse des exercices à permis de présenter en fin de semaine l’ensemble des savoirs faire acquis.

Les éléments de la gendarmerie ont par ailleurs bénéficié d’une remise à niveau dans les domaines de l’intervention professionnelle répondant ainsi à la nécessité d’améliorer leurs capacités opérationnelle.

http://www.ambafrance-mada.org/L-EMMO-REG-a-beneficie-d-un-stage

 

 

 

La bataille de la communication

Les officiers stagiaires du 20ème cours supérieur international de commandement (CSC) se préparent activement depuis le 3 mars 2014 à exercer leurs futures responsabilités à la tête d’un groupement de gendarmerie départementale, d’une unité spécialisée ou d’un service en état-major.

Dans le cadre de cette formation de haut niveau, à l’initiative du colonel Njatoarisoa ANDRIANJANAKA commandant de l’école supérieure de la gendarmerie nationale malagasy (ESGN) et grâce à la remarquable implication du colonel Mbima MAMELISON, commandant le centre d’enseignement supérieur, une équipe de journalistes professionnels de la presse télévisée malagasy s’est déplacée à Moramanga pour un échange fructueux sur le thème « des relations avec la presse et de l’interview ».

Après un exposé très enrichissant du journaliste, notamment sur ses attentes dans le cadre d’une interview ou d’un reportage sur le vif, chacun des vingt-six stagiaires s’est exercé à l’interview, sur la base de cas concrets préparés par le lieutenant-colonel Alain GERARDIN, coopérant français affecté à l’ESGN et par ailleurs instructeur de la matière pour ce stage.

Gageons que ces échanges, fondés sur un concept simple datant de Sophocle où « Celui qui ne craint pas d’agir ne craint pas de parler », permettra à ces futurs responsables des Gendarmeries malagasy, togolaise, nigérienne et comorienne d’appréhender ce domaine incontournable du 3ème millénaire qu’est la communication.

http://www.ambafrance-mada.org/La-bataille-de-la-communication?var_mode=calcul

1004369789.png

 

Nos Gendarmes, des bonnets d’âne sur leurs têtes.

La gendarmerie en tête, selon CAJAC. Le Centre d’Assistance Juridique et d’Action Citoyenne (CAJAC) de Transparency International a présenté son rapport d’activités, hier au Café de la Gare. Ce centre offre plus d’opportunités aux citoyens à dénoncer les cas d’abus ou de corruption dont ils étaient victimes. Selon un des responsables du CAJAC, Rakotondrasoa Landy, lors d’une enquête que ce centre a menée sur la corruption, la gendarmerie nationale vient en tête, suivie par le tribunal, l’éducation publique, la police nationale et le service foncier.

Représailles. Toujours d’après ce responsable, les gens hésitent à porter plainte, du fait qu’ils ont peur des représailles. En un mot, ils n’ont pas confiance à l’administration. Toujours est-il que la plupart des gens qui consultent le CAJAC sont des paysans et des gens qui excellent dans les petits métiers. Dans tous les cas, ce centre entend mener une campagne de sensibilisation pour les inciter à dénoncer toute forme de corruption. Notons que les conseils et l’assistance juridique du CAJAC sont gratuits.

Par Dominique R. http://www.midi-madagasikara.mg/politique/2014/10/04/corruption-gendarmerie-en-tete-selon-cajac/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=corruption-gendarmerie-en-tete-selon-cajac

 

 

ETAT DE DROIT ? NON. UN PAYS DIRIGE PAR DES MAFFIEUX.
LES GENDARMES POINTES DU DOIGT (pourtant protecteurs de nos biens et des populations). CE N’EST PAS UNE BLAGUE ET LES CITOYENS NE SONT PAS DUPES, NI AVEUGLES. MAIS TOUS LES MINISTERES SONT TOUCHES, DONT LA JUSTICE, L’EDUCATION NATIONALE, LE DOMAINE FONCIER… TOUS POURRIS EN SOMME.
AU CHOIX : RIRE OU PLEURER

Une opération de gendarmerie de grande ampleur est en cours depuis hier dans le Nord-Est de Madagascar. De nombreux militaires sont déployés sur le terrain pour arrêter en flagrance l’exportation illicite de plusieurs tonnes de bois précieux vers un bateau suspect stationné au large des côtes, dans la région de Sava. Des pirogues et autres embarcations se relaient depuis la terre ferme pour approvisionner le navire en mer.Le bois de rose, espèce protégée et menacée d’extinction, est au cœur d’un trafic prohibé à destination de l’Asie, malgré l’interdiction d’abattage et d’exportation par décret, promulgué en 2010.Les trafiquants exploitent un juteux marché parallèle où le kilo de bois précieux se négocie à 500 dollars (377 euros).

 Jeudi 27 Décembre 2012 – 09:33

Général Paza Didier Gérard : « Pas de place pour les brebis galeuses dans la Gendarmerie »

Le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie, le général Paza Didier Gérard fait partie des membres du gouvernement qui ont honoré hier l’invitation de l’Ambassadeur de Chine à Madagascar.

Présent à la célébration hier du 65e anniversaire de la République Populaire de Chine à Nanisana, le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie nous a accordé une petite interview, entre un verre de jus et un morceau de « koba » façon chinois.

Exécution sommaire dans le District de Beloha Androy (Androy) ; braquage d’un hôtel à Brickaville ; kidnapping sur fond(s) de corruption à Ankazomiriotra ; tabassage à mort d’un « quartier mobile » à Port-Bergé… Les exactions perpétrées par des éléments de la Gendarmerie se sont multipliées ces derniers temps. Selon la formule consacrée, les enquêtes sont en cours.

14 000 gendarmes. « Tolérance zéro pour tout dérapage et autres bavures commis par des gendarmes, quel que soit leur grade », déclare le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie. Avant de réaffirmer sa détermination de redorer le blason des bérets noirs. « Pas de place pour les brebis galeuses dans la Gendarmerie », tonne le général de Division Paza Didier Gérard. A son avis, quelques brebis galeuses ne doivent pas gâter tout le troupeau. « Ny fandoto iray tandroka tsy tokony aleo ny fandio iray barika », estime-t-il. Une manière de dire que ce ne sont pas quelque ripoux qui vont salir l’uniforme des 14.000 gendarmes.

Radiation. « Les sanctions peuvent aller jusqu’à la radiation de la Gendarmerie, sans exclure les poursuites pénales qui sont susceptibles de déboucher sur des emprisonnements  », fait savoir le SEG. Réitérant ainsi sa volonté d’assainir les rangs. C’est pour cela qu’il est d’ailleurs pour « le système de la méritocratie » dans le recrutement des gendarmes. « Les reçus sont ceux qui ont obtenu les meilleures notes », soutient-il. En rappelant au passage que la Fonction Publique et le Bianco apportent leur collaboration pour l’organisation des concours. En tout cas, le général Paza Didier Gérard a tenu à dire qu’il est contre le système du contingentement. Un message clair lancé à l’endroit de ceux qui pensent avoir droit à des quotas pour le recrutement dans les rangs de la Gendarmerie.

Vaky fasana. Il a également tenu à expliquer qu’ il n’y a point de bombardements aériens dans l’opération coup d’arrêt dans le Sud. « Ce sont les « kizo », c’est-à-dire les repaires des « dahalo » qu’on fait sauter avant de larguer les éléments héliportés », rapporte-t-il. Avant d’ajouter que face à la recrudescence du phénomène, la Gendarmerie prépare aussi une opération contre les « vaky fasana ». C’est dire que les voleurs et profanateurs risquent de tomber sur un …os.

Propos recueillis par R.O

http://www.midi-madagasikara.mg/a-la-une/2014/09/27/general-paza-didier-gerard-pas-place-les-brebis-galeuses-gendarmerie/

 

 

 

Faravohitra 13 OCTOBRE 2014. Marc RAVALOMANANA. Photos, vidéos. Arrivée et arrestation. Flash infos.

 

https://mcmparis.wordpress.com/2014/10/13/faravohitra-13-octobre-2014-ravalomanana/

 

 

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s