MADAGASCAR. Lettre adressée à toutes les Organisations de Défense des Droits Humains

Lettre adressée à toutes les Organisations de Défense des Droits Humains

 

A tous les responsables, Mesdames, Messieurs,

Le retour au pays du Président Marc RAVALOMANANA après cinq ans d’exil en Afrique du Sud, ce lundi 13 octobre a nourri un immense espoir dans le coeur des malgaches. Lors de sa conférence de presse, il avait réaffirmé sa volonté d’apporter la paix ainsi que sa pleine disponibilité à contribuer au développement de son pays, Madagascar.

Grands furent notre dégoût et notre consternation en apprenant quelques heures après son point de presse, l’arrestation dont il a fait l’objet sous des traitements inhumains et dégradants, une situation condamnable qui constitue une violation grave des droits de l’homme.

Cet acte constitue une entorse inacceptable des dispositions de la Charte Internationale des Droits de l’Homme, reprises par la Constitution de Madagascar dans son préambule et dans son article 8§3 disant ceci : « nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants et que chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité Juridique ». Et l’article 9 de la même loi rajoute « toute personne a droit à la liberté et ne peut faire l’objet d’une arrestation ou détention arbitraire ». En qualifiant cette intervention musclée de prise de responsabilité opportune, ce pouvoir démontre à travers cet acte, l’illégalité de sa nature. Or, un tête à tête avec M. RAJAONARIMAMPIANINA, actuellement au pouvoir, avait été déjà programmé pour la fin de la journée dans le but de mettre en oeuvre le processus de réconciliation nationale, fondement de la volonté du peuple inscrit dans la constitution et des recommandations de la communauté internationale.

Il est à rappeler que son domicile avait subi une effraction avec de nombreux tirs à balles réelles de la part d’éléments des forces de l’ordre cagoulés, l’ayant emmené sans ménagement, et sans aucun mandat officiel dûment signé, dans un lieu jusqu’ici inconnu, même de ses avocats.

Par conséquent, c’est avec la plus grande fermeté que nous exprimons notre désapprobation contre cette mesure de privation de liberté sans fondement, à l’encontre d’un président victime de coup d’état en 2009, alors même que la loi fondamentale dans son article 13 stipule « l’inviolabilité d’une prpriété et que nulle perquisition ne peut avoir lieu qu’en vertu de la loi et sur ordre écrit del’autorité judiciaire compétente ». Ce qui n’était pas le cas.

C’est avec une vive inquiétude que nous mettons en garde ce pouvoir su d’éventuelles violences physiques ou de maltraitance qui pourraient être portées sur la personne du Président Marc RAVALOMANANA et nous exigeons sa libération sans condition et sans délai.

M. RAJAONARIMAMPIANINA sera tenu pleinement responsable de toute forme d’atteinte à son intégrité physique et nous invitons les organisations de défense des droits humains à exercer d’urgence leur devoir de saisine pour ce cas de violation grave et manifeste des droits humains élémentaires, commise par ce régime issu d’une mascarade électorale.

Aussi, nous tenons à démentir M. RAJAONARIMAMPIANINA pour avoir tenu des propos totalement mensongers en déclarant que la communauté internationale désapprouverait ce « retour au forceps » du Président RAVALOMANANA. Il est à souligner qu’avant de prendre la décision de rentrer au pays, le président RAVALOMANANA a pris le soin de s’enquérir de l’avis de tous les pays ayant été impliqués dans la résolution de la crise et obtenu leur plein accord. Dans son article 12, la Constitution de Madagascar garantit à tout ressortissant malagasy le droit de quitter le territoire national et d’y rentrer, de circuler et de s’établir librement sur tout le territoire de la République ».

Les déclarations de M. RAJAONARIMAMPIANINA sont aussi fallacieuses qu’hypocrites quand elles cherchent à inscrire le retour du Président RAVALOMANANA dans le processus de réconciliation, que ce pouvoir a toujoursvoulu remettre et reporter indéfiniment.

En apprenant ce jour, que la soit disant « mise en sécurité » du Président RAVALOMANANA dans le nord du pays, est un emprisonnement qui ne dit pas son nom car les conditions dhébergement qui lui sont réservées sont dégradantes, indignes et humiliantes.

Au vu de tout ce qui précède, nous réitérons nos plus fermes protestations contre ces mesures arbitraires en totale contradiction avec les plus élémentaires des droits humains et vous invitons vivement à user de votre autorité et de manière urgente pour que le Président RAVALOMANANA soit libéré sans condition et sans délai.

Enfin, nous tenons à rappeler que depuis 2009 l’état de droit n’est plus respecté à Madagascar et les conditions socio-économiques se sont beaucoup détériorées (+ de 92% de la population vit sous le seuil de pauvreté, source Banque Mondiale).

Il est à rappeler également que la Charte de la Transition signée en 2011, qui a valeur de Constitution et ayant permis à Mr RAJAONARIMAMPIANINA d’occuper son poste de Président, stipule et exige dans son art. 20 le retour sans conditions de tous les exilés politiques, notamment le Président RAVALOMANANA.

Paris, le 16 Octobre 2014

Le collectif des ressortissants malgaches d’Europe.

La Déclaration universelle des droits de l’homme

Eleanor Roosevelt, présidente de la Commission des droits de l'homme © ONUEleanor Roosevelt, présidente de la Commission des droits de l’homme © ONULe 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)).

Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre.

Ce document fondateur continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration, et pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s