Madagasikara anatin’ny haizina. Jirama.

   

Madagascar : Pénurie d'eau à l'horizon à Tananarive

 

Délestage généralisé à Antananarivo depuis quelques jours

(Xinhua 29/09/14)
Ph d’archives.

Depuis quelques jours, la coupure de l’électricité se généralise à Antananarivo, la capitale malgache, si le délestage était auparavant spécifique des autres régions de la Grande Ile.
La coupure peut durer plus de six heurs dans un quartier et tous les quartiers de la capitale en été victimes.
Selon un responsable au sein de la société étatique malgache JIRAMA, fournisseur d’eau et d’électricité, joint au téléphone par Xinhua, qui a voulu garder l’anonymat, « ce délestage tournant est causé par l’insuffisance en approvisionnement de gasoil ».

« Auparavant, la JIRAMA elle-même achète leur carburant auprès des compagnies pétrolières pour faire fonctionner leurs centrales. Mais depuis quelques temps, les recettes de cette société ont été versées directement dans la caisse de l’Etat qui, à son tour, achète les carburants devant approvisionner les autres directions de la JIRAMA ».
Le problème est ainsi du coté de l’Etat acheteur de carburant, a-t-on souligné.

Au ministère de l’Energie, on souffle que ce sont les compagnies pétrolières fournisseurs de carburant qui refusent de fournir du carburant à la JIRAMA.
« C’est insensé que la capitale malgache qui abrite plus d’une centaine de sociétés et d’industries et qui font nourrir près de 2 millions d’habitants, subisse une telle coupure, et en plus pendant la journée, pendant les horaires de travail », a indiqué Rakotonjoany Jakoba, un propriétaire de cybercafé équipé d’une trentaine d’ordinateurs et employant une dizaine de jeunes.
« Le ministère de l’Energie et l’Etat malgache n’arrivent plus à trouver la solution efficace pour faire face à ce problème alors que lors de sa prise de service, en avril dernier, le ministre de l’Energie lui-même a promis de régler le problème de délestage en seulement trois mois », a affirmé une mère de famille, qui travaille dans une petite industrie de transformation de fruits.

1004369789.png

Maninona i Madagasikara No Tafalatsaka Indray Anatin’ny Haizina?

Texte en français.

Texte en Anglais.

Jirama - domaine public

Tafalatsaka anatin’ny haizina indray i Madagasikara saingy amin’ity indray mitoraka ity, dia tsy ny pôlitika irery ihany no tompon’andraikitra amin’io haizina io.

Hatr’ireo taona vitsivitsy izay, iharan’ny fahatapahan’ny herinaratra lava sy tsy an-kiato ny firenena. Io tranga io, izay fantatra amin’ny anarana hoe delestazy, dia tsy vaovao velively saingy nivelatra ary tsy voatàna intsony izany tanatin’ireo taona vitsy lasa ka mandrotika ny toekarem-pirenena avy any ifotony sy mampirongatra ireo olom-pirenena.

Lany fanazavàna momba ireo tsy fanajàna ny fanomezan-tokiny ny Jirama, ilay orinasam-panjakana misahana ny fizaràna herinaratra manerana ny firenena.  Vao haingana izay dia namboraka ny minisitry ny angovo (teo aloha) fa tanàna 80 ao amin’ny firenena, eny 80, no tsy manana herinaratra. Tsy naharitra ela ihany koa io minisitra io noho ireo tsifahombiazana niverimberina ireo. Manazava ny anton’ilay fanaisorana ny minisitry ny angovo, Richard Fienena, ny “Mada Tribune”:

Manohy ny fandravàny ny delestazy. Ny niharam-boina farany : ny minisitry ny angovo Richard Fienena izay noesorina tamin’ny toerany nandritra ny filankevitry ny minisitra ny 22 oktobra 2014. Ny minisitry ny toekarena amin’izao fotoana, ny jeneraly Herilanto Raveloarison, no miandraikitra vonjimaika ny toeran’ny minisitry ny angovo mandra-pisian’ny baiko vaovao.

Azo lazaina ho tsy nanan-tsafidy ny governemanta. Mitaky fanazavàna momba ireo tsifahombiazana miverimberina ireo ny vahoaka malagasy ary io minisitra io no hita hatao mpisolovaika ny ankalana nibaribary indrindra. Saingy amin’io sehatry ny fahanteran’ny tambajotra io, marobe ireo tsy fahatomombanana, eo anivon’ny mpanapa-kevitra ao amin’ny Jirama, ny governemanta ary ireo hafa mpaninjara herinaratra. Ny zavatra azo antoka dia ny hoe tofoka tanteraka ireo mponina manodidina:

«Manelingelina ny asanay ireo fahatapahan’ny herinaratra, raha toa ka midangana be noho ny antony tsy fantatray ny lazam-bidy », hoy i Julienne, renim-pianakaviana iray mipetraka any Soamanandrariny, tanatinà onjam-peo iray tsy miankina. Minitra vitsy taorian’izany, nirotsaka an-tsehatra ireo mpanjifa hafa avy any amin’ireo tanàna tahaka an’Ambohipo sy Analamahitsy mba hitondra  fitarainana amin’ny Jirama.

Richard Fienena - ex-ministre de l'énergie malgache - domaine public

Tsy tara ihany koa ireo mpampiasa aterineto amin’ny fanehoana ny hatezerany. Pejy Facebook maro manakiana ny tsy fanajàn’ny Jirama ireo fanomezan-tokiny no niforona. Ao amin’ny pejy “Jirama Delestage”, azo vakiana fa mirongatra ihany koa ny fanoherana any amin’ny tanànan’i Port Berger:

Aty Port Berger koa , midangana be ny lazam-bidy nefa izahay tsy misy jiro akory!

Port berger koa karaha zegny facture mindangagna jiro tsy mandeha

Poster de la page Jirama Delestage sur Facebook - avec permission

Ao amin’ny pejy Jirama Trop Nul (izay ahitàna mpitia maherin’ny 4500 ao amin’ny Facebook), manoritsoritra zava-mitranga iray tsy mampino ny mpampiasa aterineto iray hafa:

Fantatrareo ve ry mpanaraka isany (tsy afa-manoatra) fa iharanà fahatapahan’ny herinaratra 20 ora tsy an-kiato ireo tanàna kely sasany sy vohitra km vitsy miala an’i Tanà hatramin’ny nanombohan’ny vanim-potoanan’ny orana!!! Ary izao, tsy misy tompon’andraikitra na sampan-draharaha hitarainana. Saingy satria olona kely izy ireny, dia tsy misy miraharaha.

 Antony ara-drafitra sy ara-toekarena

Koa inona àry ireo anton’ireny hadisoana ireny? Tahaka ny fahita matetika, olana ara-toekarena no antony lehibe indrindra. Mampatsiahy matetika ny Jirama fa mba hahafahany mamaly ny filàn’ny nosy iray manontolo, dia mila solika (gazoala) be dia be izy. Kanefa, lafo loatra ny vidin’ny barikan-tsolika any Madagasikara ka tsy afaka mamahana ireo vondrom-pihariny iray manontolo ny Jirama. Manazava amin’ny antsipiriany io olana io sy ireo safidy ho an’ilay orinasa ny Madatsara:

Eny tokoa, mihalafo hatrany ny solika na dia afaka miady varotra aza ny Jirama, amin’ny maha-mpanjifa goavana azy. 17 cents anà Euro isaky ny kWh ny vidin’ny herinaratra mivoaka aminà toby iray ahodin-tsolika, raha 13 hatramin’ny 15 cents kosa ny solika mavesatra ary 5 cents ny herinaratra avy amin’ny rano.

Tsy ny vidin’ny solika ihany anefa no loharanon’ireo fanamby sedrain’ny Jirama. Ny trosa tsy voaloany nandritra ny folo taona mahery teo amin’ireo mpampindram-bola marobe no tena fototry ny olana. Mahatonga ny Jirama harefo dia harefo manoloana ireo mpamatsy vola maro izany trosa izany, ny lehibe indrindra amin’izany dia ilay lehilahy mpanao afera Hassanein Hiridjee, mpanana petra-bola lehibe anatinà orinasa roa goavana any Madagasikara, dia ny Telma (fifandraisan-davitra) sy ny Jovenna (solika). Mampiahiahy ireo mpampiasa aterineto maro ny fieritreretana ny mety hananan’i Hiridjee fahefana be eo amin’ny hoavin’ny Jirama satria dia tompon’ny orinasa “Electricité de Madagascar” ihany koa i Hiridjee. Manazava “La Nation”:

Efa mikosokoso-tànana sahady i Hassanein Hiridjee, tompon’ny orinasa “Electricité de Madagascar”. Làlana misokatra tsara ho azy ny fahasahiranan’ny Jirama amin’ny fanomezana fahafaham-po ny mpanjifa, mba hakàny ny orinasam-panjakana misahana ny jiro sy rano. Tsilalaon-teny avokoa ny zavatra rehetra. Nilaza ny minisitra Fienena Richard, izay mpiara-miasa akaiky amin’i Hassanein Hiridjee, fa tsy hatao orinasa tsy miankina ny Jirama, kanefa misy ireo sendikalista no tsy mino izany.

Eny tokoa, tsy tahaka ny eritreritry ny vahoaka any Madagasikara no miseho satria tsy ny Jirama irery ihany ankehitriny no mpamokatra herinaratra any Madagasikara tahaka ny voalazan’ilay orinasa ao amin’ny vohikalany:

Orinasa tsy itononana anarana miantoka ny zo iombonana (société anonyme de droit commun) ny Jirama, izay eo am-pelatànan’ny Fanjakana Malagasy tanteraka. Tarihanà Filankevi-pitantanana izay iandraiketan’ny Tale Jeneraly. Tendren’ny Minisitera misahana ny Angovo izy. Hatramin’ny taona 1999 sy ny fanalalahana ny sehatry ny herinaratra, dia tsy irery intsony ny jirama eo amin’ny famokarana herinaratra. Saingy mbola mibahana ny fitaterana sy ny fizaràna ihany aloha izy.

Iray amin’ireo orinasa mpamokatra herinaratra ny Henri Fraise, orinasa frantsay misahana asam-bahoaka napetraka tao Madagasikara efa 60 taona izay. Mampiasa vondrom-pihary herinaratra io orinasa Fraise io amin’ireo fotodrafitrasany ao amin’ny nosy. Rehefa tonga saina ny Jirama fa tsy afaka hanome fahafaham-po an’ireo mpanjifa eraky ny faritany, dia nisy fifanekena natao niaraka tamin’ny orinasa Fraise ho an’ny fametrahana ireo vondrom-pihary herinaratra ao amin-dry zareo. Toa tsikaritra anefa fa tsy mitombina intsony io fifanekena io eo amin’ny lafiny ara-bola:

Mitovy avokoa anefa ireo olana lazaina ho avy amin’ny kojakoja fanolo ireo, isam-paritra, hany ka mampitombo ny ahiahy. Ny zava-misy dia tsy mavitrika amin’io raharaha io ny orinasa Fraise. Hany ka noesorina ireo vondrom-pihary herinaratra sasany, noho ny tsy fahatomombanana ara-teknika, hono.

Mazava fa tsy moramora ho an’ny minisitry ny angovo vaovao ny fikarohana vahaolana momba ireo olan’ny Jirama sy ny delestazy any Madagasikara amin’ny ankapobeny. Mandritra izany fotoana izany, tsy maintsy miaritra mora ny manjo azy eny ny vahoaka malagasy ka manantena fa ho vavaka ara-pinoana fotsiny ihany sisa ilay hazavàna ery amin’ny faran’ny tonelina;

Mpanoratra : Rajkotomalala.

Nandika : Miora.

Globalvoices.

 

Quelques faits sur la JIRAMA.

Bonjour,

Quelques faits sur la JIRAMA.

J’ai intégré le conseil d’administration de la JIRAMA en Oct 2008.
En Mars 2009, il y avait environ plus de 115 milliard d’Ariary (40 million EUR au taux d’échange de l’époque) de réserve en cash disponible. Le conseil avait arrêté le choix d’affecter le tout aux investissements de production d’électricité et d’eau dans toute l’île (pas de distribution de dividendes!), à la satisfaction des consommateurs et un peu à l’amélioration des conditions de travail des employés. La JIRAMA n’avait pas de besoins particuliers en dépenses opérationnelles car, grâce à une bonne gestion de l’équipe précédente et du management, des réserves étaient placées dans 3 banques locales en dépôts court terme et rapportaient suffisamment d’intérêts pour couvrir les besoins opérationnels mensuels de manière confortable.

La compagnie avait été assainie et a atteint le point mort en 2006, engrangé un profit d’environ 7 million EUR en 2007, et environ 16 million EUR en 2008 (non audité mais fiable; enfin: en fonction du penchant politique ou du réel souci d’objectivité du lecteur ;-) ). En interne, le travail de fond pour restaurer la bonne gouvernance était en marche. Je travaillais directement avec le DG (Rohman) sur: les conflits internes dont les revendications (politisées), certaines infondées, des syndicats, les factures impayées des entités administratives et les faveurs accordées depuis des dizaines d’années à certaines entreprises.

Pour 2009, les objectifs étaient de développer une plus grande station hydraulique (approx. 150MW net, extensible à 300MW) avant la fin 2013, en plus de porter la capacité d’Andekaleka à 90 MW, et d’ajouter d’autres plus petites stations hydros de 1 à 15 MW autour de l’île. L’ensemble du plan était conçu pour être rentable financièrement tout en assurant une réduction du prix à la consommation de l’ordre de 20% à 30% (par rapport aux tarifs d’alors) et faire disparaître définitivement les délestages dans toute l’île.

Nous avions prévu d’installer 2 nouvelles turbines à Andekaleka et les négociations de financement étaient bien avancées avec l’European Investment Bank, 25 million d’EUR avec la EIB pour un montant total d’investissement de 50 million d’EUR.

Après le coup, au mois d’avril 2009, mes dossiers ont été “confisqués” (compte-rendus des conseils) par des militaires souls et agressifs lors de perquisitions; puis Haja Resampa était devenu président du conseil « de fait ». A ma connaissance, le seul membre qui faisait partie de notre conseil et qui a maintenu son siège est Freddie Mahazoasy.

Il y avait un plan prêt à mettre mis en oeuvre; il y avait de l’argent; il y avait les compétences; il y avait la volonté et l’intégrité.

En espérant que cela puisse « éclairer » les problèmes d’accès à l’eau et l’électricité que les citoyens vivent en ce moment dans toute l’île.

Andry. Lien : Lalao Ravalomanana.

 

 

«Sur la période 2011-2013, les subventions pour la Jirama ont atteint 456 milliards d’ariary, soit en moyenne 152 milliards d’ariary par an. Entre janvier et septembre 2014, elles avoisinent les 190 milliards d’ariary ».

Ces chiffres publiés ce mois-ci par la Banque mondiale donnent un total de 646 milliards d’ariary sur les périodes évoquées plus haut. Mais si la Banque qualifie ces subventions d’inéquitable car profitent seulement à 14% de la population qui ont un branchement électrique, il faut souligner que ces ménages doivent faire avec des services de très mauvaise qualité. La preuve en est les délestages dans près de 90 localités du pays.

En réalité, les subventions ne profitent guère aux clients de la Jirama. Elles nourrissent essentiellement les membres des réseaux mafieux (formés notamment de grands opérateurs « karana ») qui gravitent dans et autour de la Jirama. En effet, les subventions servent surtout à l’achat de carburant pour les centrales thermiques assurant 70% de la production électrique de la Jirama.

https://drive.google.com/…/0B0AaftqQh9azVG1UdUIxbk1VQ…/view…

https://drive.google.com/…/0B0AaftqQh9azclFnakd5eHZNW…/view…

https://drive.google.com/…/0B0AaftqQh9azZGtLdS1WaTlsZ…/view…

https://drive.google.com/…/0B0AaftqQh9azYkJsZnFJeDl5Y…/view…

https://drive.google.com/…/0B0AaftqQh9azY1RlT1JobExaV…/view…

Le désormais ex-ministre de l’énergie avec son parti politique crient à qui veulent les écouter que c’est le réseau mafieux karana qui est à l’origine de son éjection du gouvernement.

La réalité est tout autre.

Fienena Richard et son patron Hajo Andrianainarivelo travaillent pour cette mafia Karana parce que le premier est Administrateur du Groupe Hassanein Hiridjee = telma + bni + jovenna (Principal fournisseur de carburant de la Jirama) + first immo (galaxy)

Et il est de notoriété publique que l’ex-ministre chargé de l’Aménagement du territoire et de la décentralisation Hajo Andrianainarivelo est mouillé dans des affaires de ventes illégales de terrain de milliers d’ha dans le sud, l’est, le nord et le nord ouest de l’île. Tozzi Green dans le Ihorombe et Wisco dans le Soalala, les terrains acquis par le Groupe Filatex = filatex + sodiama + naza electronic + enelec (principal loueur de groupe à la Jirama = consul du Pakistan Abdul Rassul avec ses fils et neveux qui sont eux même consuls d’Espagne et de la Corée du sud… et j’en passe.

Les dirigeants du MMM et les Groupes Filatex et Hassanein Hiridjee sont des alliés objectifs parce qu’ils partagent les mêmes intérêts, et leurs tentatives de détourner le débat vers une fausse direction trahissent leur réel embarras face à la situation.

Une chose est certaine : Le parti MMM ne basculera pas dans l’opposition parce qu’il n’est pas dans l’intérêt de Hajo et de Fienena d’être dans l’opposition car des affaires qui pourront anéantir leurs carrières politiques peuvent être remises à l’ordre du jour par les ténors du régime Rajaonarimampianina. Si une telle option se réalise, une guerre fratricide sans merci alimentera les actualités nationales.

La question qui brûle les lèvres des analystes politiques en ce moment est la suivante : Le Président Hery Rajaonarimampianina a t-il vraiment le courage de couper le cordon qui le lie avec son passé politique et ouvrir une nouvelle ère vers un avenir qui sera régie par un nouveau système qui libérera toutes les forces de développement de la nation, un système basé sur un développement harmonieux et équitable de chaque région?

Un tel avenir ne sera possible si la mafia continuera à vampiriser l’économie de la nation. Le Président doit s’armer de courage politique et d’une volonté de fer. Il doit surtout s’entourer d’hommes et de femmes compétents dans leurs domaines respectifs. Il doit aussi mettre en place les conditions sécuritaires et environnementales pour rassurer et attirer les investisseurs sérieux à investir massivement à Madagascar. Les investisseurs sérieux n’attendent pas de lui de beaux discours de déclarations d’intentions. Ils veulent du concret, des actes et des faits. (FB).

 

1004369789.png

Jirama

La Jirama sombre, encore et toujours

vendredi 14 novembre 2014, par Léa Ratsiazo

JPEG - 80 ko

Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, et sa suite ont déposé la première pierre d’une centrale hydroélectrique à Farahantsana Mahitsy Ambohidratrimo ce 13 novembre. Il s’agit d’un investissement du groupe Edelec et dont les travaux dureront un an. En principe donc, d’ici le début de l’année 2016, cette centrale hydroélectrique devrait être opérationnelle et déchargera un peu la Jirama. Le président de la République a profité de cette occasion pour rappeler que pour résoudre la grande crise énergétique de la Jirama et de la population toute entière par la même occasion, il faut investir dans les énergies renouvelables. Cette vérité de la Palice est connue de tout le monde depuis la nuit des temps mais personne ne l’a appliquée. Les groupes thermiques qui marchent au carburants sont néfastes à tout point de vue, sur le plan environnemental, sur les caisses de l’État, sur les portefeuilles des ménages….. Mais les carburants sont plus faciles à voler !

Or, depuis le début de l’an 2000, la Jirama ne cesse d’investir, si l’on peut appeler cela investir, dans des groupes électrogènes fonctionnant au gasoil. Et par la même occasion, l’État ne cesse de combler le déficit de la Jirama. Rien que pendant la durée de la Transition, le Trésor public a octroyé des subventions de l’ordre de 152 milliards d’ariary par an pour combler les caisses de la Jirama. Cette enveloppe était surtout destinée à l’achat de carburant pour faire fonctionner les groupes thermiques de la Jirama. La totalité de ces subventions, rien que durant la Transition, équivaut au coût de la construction de 12 à 13 centrales hydroélectriques ! C’est dire la capacité des gouvernants à prévoir et à gérer.

La situation est loin de briller avec le nouveau régime, élu démocratiquement comme il aime à le rappeler à tout bout de champ. Si la Transition a débloqué 152 milliards d’ariary par an, et c’est déjà beaucoup, pour venir en aide à la Jirama, rien qu’entre janvier et août de cette année, ce régime a déjà versé 190 milliards d’ariary pour combler la perte de la Jirama et pour les résultats qu’on connaît ! La Capitale est la mieux lotie en matière d’approvisionnement en électricité, les provinces et surtout les zones éloignées des chefs-lieux de provinces souffrent le martyre dans ce domaine. Les zones périphériques d’Antsiranana, par exemple, n’ont droit à l’électricité de la Jirama qu’entre 21 h et 23 h du soir, c’est-à-dire deux heures par jour. C’est plus ou moins pareil pour de nombreuses villes de Madagascar.

Le ministre de l’énergie par intérim, Herilanto Raveloharison, informe que dans le cadre du redressement de la Jirama, il a commencé par traquer les voleurs de carburants. C’est un travail tout à fait pour lui dans la mesure où c’est un officier de la gendarmerie ! Madagascar Tribune

1004369789.png

Énième promesse de fin de délestage

vendredi 28 novembre 2014, par Léa Ratsiazo

Croisons les doigts ou prions, c’est selon, pour que cette fois-ci soit la bonne : la Jirama par le biais de son directeur général Désiré Rasidy promet la fin de délestage d’ici mi-décembre. La Jirama est prête à débourser 5 milliards d’ariary pour arriver à tenir cette promesse. Déclaration faite après la réunion ce 27 novembre de tous les concernés par ce problème : le ministre par intérim, les fournisseurs de la Jirama, les pétroliers et les responsables de la Jirama dont les membres du Conseil d’administration. Il s’agit de la énième promesse de fin de délestage des différents responsables et on ne sait plus s’il faut les croire ou non.

Une visite dans les salles de machine de la Jirama à Mandroseza et à Ambohimanambola a permis au ministre de l’énergie par intérim Raveloharison Herilanto de constater que les groupes de la Jirama sont vétustes et qu’un groupe sur les 4 ne marche pas. « 80% des groupes de la Jirama, d’une manière générale, sont vétustes et après concertation aves les techniciens, nous avons décidé que les machines de la Jirama seront réparées et entretenues » déclare le ministre de l’énergie. Les pièces de rechange d’une valeur de 5 milliards d’ariary vont bientôt arriver pour réparer les groupes. Mais certains techniciens de la Jirama mettent en cause la qualité des pièces de rechange importées par la Jirama, pas toujours conformes au niveau de la solidité et de la durée. Les 4 machines de Mandroseza devraient fournir 40 Megawatts mais les 3 restantes qui marchent n’arrivent qu’à 7 Mgw.

Le ministre de l’énergie relève que les usagers ne veulent plus savoir les causes des délestages, ce qu’ils veulent c’est de l’électricité qui marche, donc il faut trouver des solutions à court terme mais aussi pérennes. Madagascar Tribune

1004369789.png

Peste, dahalo, montée des eaux, délestage : Tanà menacée par mille dangers

Délestage, peste, insalubrité, ordures, « dahalo », routes délabrées, embouteillages… Tanà vit sous un ciel peu flatteur. En ce début du mois de décembre, avant l’heure des grands bilans, la ville d’Antananarivo sombre un peu plus chaque jour dans le chaos. Sous les yeux impuissants de la population, et la léthargie des autorités.

Début de soirée et black out. Dans plusieurs quartiers de la capitale, le courant se coupe, c’est l’heure du délestage. Et c’est parti pour quelques heures. Les bougies sortent des tiroirs, et la famille se réunit dans une seule pièce, en attendant que la lumière soit de nouveau. Dans la rue, ce n’est guère meilleur. Le délestage, c’est le noir complet, si ce n’est déjà pas le cas dans les ruelles, puisque les potos de la Jirama sont rarement allumés. Les habitants des quartiers avancent ainsi dans l’obscurité, faisant appel à leur mémoire pour ne pas tomber dans les dalles ouvertes, et pour éviter les détritus. Mais marcher dans une ruelle sombre, c’est surtout risquer sa sécurité. Car dès le début de soirée, même vers les coups de 17h30, les bandits commencent à aiguiser leurs armes. Ils se tiennent prêts, dans un coin, à voler tout ce qu’ils peuvent. Et gare à ceux qui osent encore s’y aventurer. Aujourd’hui, pour un portable, on peut être poignardé dans le dos, pour quelques sous, on peut perdre sa vie. D’ailleurs, le délestage ajouté aux fortes pluies dans la soirée, ce sont les conditions réunies pour un braquage ou pour un cambriolage bien fait. L’insécurité, c’est en ville, chez soi et partout, à tout moment. Normal donc si, à l’annonce du transit des « dahalo » à Tanà, les habitants de la capitale appréhendent, et s’attendent à peu près à tout. Insécurité dans la ville, insécurité sur les routes nationales… on ne dort vraiment plus sur ses deux oreilles.

Peste. En cette veille des fêtes de Noël et de fin d’année, la ville change petit à petit son visage. En bien dans les centres commerciaux et les endroits privés, mais en mal dans la ville. En cette période, les ordures à Tanà triplent, voire plus. Les épluchures de fruits jonchent les rues, et inondent la ville. Un peu comme l’eau insalubre à cause de la montée des eaux après les averses, qui emmènent dans leurs sillages des ordures un peu partout. De quoi attirer les rats qui en font plusieurs bouchées. Les rats, ceux dont on a peur en ce moment, puisqu’un décès a encore été recensé à Amparafaravola. Après que le cas d’Ankasina ait été isolé. La peste reste l’actualité la plus marquante en ce moment, puisque les conséquences vont au-delà du territoire malgache. Dans certains quartiers, comme à Isotry, les ordures débordent à la fois dans le fleuve mais aussi sur la chaussée, sur le pont de Bekiraro. A deux pas des vendeurs de fruits et légumes du quartier qui choisissent ce pont pour étaler leurs produits. Toujours sur cet axe, les conséquences des pluies incessantes et du très mauvais état des rues font des embouteillages. Il faut rouler au pas, et raser les immenses trous marqués par les rails. Un endroit stratégique pour les bandits d’ailleurs, qui attendent tout simplement de cambrioler les voitures.

A voir ce tableau peu fameux du quotidien de la capitale, l’on se demande encore si les autorités prennent leur responsabilité ou pas. Réunion par ci, fonds obtenus par là, mais pas grand-chose dans l’amélioration des conditions de vie de la population. L’on attend toujours des promesses faites et refaites !!! Pour combien de temps ?!

Anjara Rasoanaivo . Lalao Ravalomanana

1004369789.png

Le lobby « karana » a fait son temps

Le puissant lobby « karana » a fait son temps concernant la Jirama ? Des entreprises appartenant aux membres de ce lobby louent des groupes à la société d’Etat et produisent de l’électricité vendue à la même société. Leurs pratiques frauduleuses contribuent beaucoup à affaiblir la Jirama, obligeant l’Etat à injecter régulièrement des méga-subventions à cette société nationale.

Ces pratiques se traduisent, entre autres, par la hausse incessante et sans raison du loyer de groupes, alors que les groupes installés tombent régulièrement en panne. En l’espace de 9 mois par exemple, une localité de la côte Est a dû changer de groupes pas moins de 5 fois cette année, alors que le loyer de ces matériels ne cesse d’augmenter !

Le lobby karana doit cesser, il faut trouver des solutions plus adéquates, dont l’aide des bailleurs traditionnels. L’Ambassadeur de l’Union Européenne à Madgascar, Antonio Sanchez-Benedito Gaspar l’a bien dit : « il faut arrêter cette hémorragie des finances publiques avec les 3 millions d’euros par mois affectés à la Jirama. C’est scandaleux. »

1004369789.png

Délestage à Morondava
Grogne des opérateurs touristiques

La ville de Morondava n’a pas échappé aux effets néfastes du délestage. Elle est tombée dans le noir depuis quelques jours, car le carburant qui devra alimenter les moteurs qui font tourner la machine productrice de courant électrique de la Jirama, n’est pas encore arrivé. Ainsi, la ville a été privée d’électricité pendant le jour. De 5h du matin à 10 heures du soir, l’électricité est coupée.

Elle ne revient que tard dans la nuit, compromettant toutes activités dans cette localité. Les opérateurs économiques de la région, surtout ceux exerçant dans le secteur du tourisme, restent impuissants et désemparés face à ce problème qui semble ne comporter aucune solution. Les opérateurs touristiques qu’ils soient propriétaires d’hôtel ou dans d’autres activités liées au tourisme, ont assez de la situation. Certains sont même allés jusqu’à interpeller les responsables pour qu’ils trouvent au plus vite des solutions car leurs affaires meurent à petit feu. Ils sont en rogne contre l’Etat et son incompétence face aux enjeux du développement. Tous les fokontany de Morondava ont également manifesté leur ras-le-bol face au délestage car l’insécurité risque de devenir le quotidien de la population. Un gérant d’hôtel d’Anosikely à Morondava a souligné qu’à cause de ce problème d’eau et d’électricité, ses réservations ont été toutes annulées en 2013. « Je suis un opérateur et à cause de ce problème de délestage, tous mes clients ont du annuler leur réservation. Qui voudrait passer des séjours dans un hôtel qui n’a ni eau ni électricité ? Alors qu’en tant qu’hôtel, nous avons beaucoup de charges au niveau de nos personnels et face à l’Etat», explique de ce gérant.
Ce qui étonne les opérateurs économiques ainsi que la population, c’est que la Jirama est prompt pour couper l’eau et l’électricité si des retards sont enregistrés pour le règlement de la facture alors que de son coté, le service de la compagnie reste lamentable. D’après les explications des opérateurs économiques, seuls ceux qui possèdent des groupes électrogènes peuvent avoir de l’électricité. Seulement, leur utilisation engendre des coûts supplémentaires pour ceux qui l’exploitent à des fins commerciaux. L’Etat a encore une fois menti lorsqu’il a appuyé sur le développement économique du pays en général et sur la promotion du tourisme en particulier. Les hôteliers des régions souffrent terriblement dans leur portefeuille de par ces inconvénients car ils ne peuvent pas pour autant augmenter leur tarif étant donné la carence à eux aussi des services fournis aux clients. Les opérateurs économiques dénoncent cette hypocrisie des responsables de l’Etat car lorsque quelques membres du gouvernement sont descendus dans cette ville pour une visite, l’électricité n’a jamais été coupée durant la nuit du 26 novembre 2014. Le régime de Hery Rajaonarimampianina a totalement oublié les coins reculés comme Morondava. Rien ne peut se faire sans électricité, ni au niveau économique, ni au niveau social.
Roger Kolo pointé du doigt
La ville de Morondava est totalement déçue du Premier ministre Roger Kolo qui est pourtant originaire de cette ville. C’est ce qu’à expliquer l’association des chefs fokontany de la commune urbaine de Morondava. Selon les explications de ces chefs fokontany, ‘le Premier ministre vient de chez nous mais il ne fait rien et n’arrive pas à résoudre ce problème crucial du pays. Pour l’association des chefs fokontany de Morondava, le délestage contribue à favoriser l’insécurité dans cette ville. En effet, l’insécurité s’est accrue depuis que le délestage a été devenu fréquent. Morondava se prépare à une grande manifestation pour contester le régime actuel, d’après les indiscrétions. Le tourisme est l’une des principales rentrées d’argent de cette ville alors que ni les opérateurs hôteliers ni les restaurateurs, encore moins la population, ne peuvent échapper au délestage. Pour eux, qui dit délestage dit pas de rentrée d’argent.

Délestage à Morondava<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /> Grogne des opérateurs touristiques</p><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /> <p>La ville de Morondava n’a pas échappé aux effets néfastes du délestage. Elle est tombée dans le noir depuis quelques jours, car le carburant qui devra alimenter les moteurs qui font tourner la machine productrice de courant électrique de la Jirama, n’est pas encore arrivé. Ainsi, la ville a été privée d’électricité pendant le jour. De 5h du matin à 10 heures du soir, l’électricité est coupée.</p><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /> <p>Elle ne revient que tard dans la nuit, compromettant toutes activités dans cette localité. Les opérateurs économiques de la région, surtout ceux exerçant dans le secteur du tourisme, restent impuissants et désemparés face à ce problème qui semble ne comporter aucune solution. Les opérateurs touristiques qu’ils soient propriétaires d’hôtel ou dans d’autres activités liées au tourisme, ont assez de la situation. Certains sont même allés jusqu’à interpeller les responsables pour qu’ils trouvent au plus vite des solutions car leurs affaires meurent à petit feu. Ils sont en rogne contre l’Etat et son incompétence face aux enjeux du développement. Tous les fokontany de Morondava ont également manifesté leur ras-le-bol face au délestage car l’insécurité risque de devenir le quotidien de la population. Un gérant d’hôtel d’Anosikely à Morondava a souligné qu’à cause de ce problème d’eau et d’électricité, ses réservations ont été toutes annulées en 2013. « Je suis un opérateur et à cause de ce problème de délestage, tous mes clients ont du annuler leur réservation. Qui voudrait passer des séjours dans un hôtel qui n’a ni eau ni électricité ? Alors qu’en tant qu’hôtel, nous avons beaucoup de charges au niveau de nos personnels et face à l’Etat», explique de ce gérant.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /> Ce qui étonne les opérateurs économiques ainsi que la population, c’est que la Jirama est prompt pour couper l’eau et l’électricité si des retards sont enregistrés pour le règlement de la facture alors que de son coté, le service de la compagnie reste lamentable. D’après les explications des opérateurs économiques, seuls ceux qui possèdent des groupes électrogènes peuvent avoir de l’électricité. Seulement, leur utilisation engendre des coûts supplémentaires pour ceux qui l’exploitent à des fins commerciaux. L’Etat a encore une fois menti lorsqu’il a appuyé sur le développement économique du pays en général et sur la promotion du tourisme en particulier. Les hôteliers des régions souffrent terriblement dans leur portefeuille de par ces inconvénients car ils ne peuvent pas pour autant augmenter leur tarif étant donné la carence à eux aussi des services fournis aux clients. Les opérateurs économiques dénoncent cette hypocrisie des responsables de l’Etat car lorsque quelques membres du gouvernement sont descendus dans cette ville pour une visite, l’électricité n’a jamais été coupée durant la nuit du 26 novembre 2014. Le régime de Hery Rajaonarimampianina a totalement oublié les coins reculés comme Morondava. Rien ne peut se faire sans électricité, ni au niveau économique, ni au niveau social.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /> Roger Kolo pointé du doigt<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /> La ville de Morondava est totalement déçue du Premier ministre Roger Kolo qui est pourtant originaire de cette ville. C’est ce qu’à expliquer l’association des chefs fokontany de la commune urbaine de Morondava. Selon les explications de ces chefs fokontany, ‘le Premier ministre vient de chez nous mais il ne fait rien et n’arrive pas à résoudre ce problème crucial du pays. Pour l’association des chefs fokontany de Morondava, le délestage contribue à favoriser l’insécurité dans cette ville. En effet, l’insécurité s’est accrue depuis que le délestage a été devenu fréquent. Morondava se prépare à une grande manifestation pour contester le régime actuel, d’après les indiscrétions. Le tourisme est l’une des principales rentrées d’argent de cette ville alors que ni les opérateurs hôteliers ni les restaurateurs, encore moins la population, ne peuvent échapper au délestage. Pour eux, qui dit délestage dit pas de rentrée d’argent.
1004369789.png

Ity no hetsika iarahantsika amin'ny Wake Up Madagascar.  Hetsika fanaraina ny mpitondra... Sabotsy 6 desambra amin'ny  10 manodidina ny farihin' Anosy

1004369789.png

Madagascar – Le nouveau conseil d’administration de la JIRAMA

MINISTERE DE L’ENERGIE

– Décret abrogeant les décrets n°2009-995 du 22 juillet 2009 et n°2010-888 du 14 octobre 2010 portant nomination des membres du Conseil d’Administration de la société Jiro sy Rano Malagasy (Jirama).

Le mandat des actuels membres du Conseil d’Administration de la Société JIRO SY RANO MALAGASY (JIRAMA) nommés par les décrets cités ci-dessus a pris fin:

  • Représentant de la Haute Autorité de la Transition: M. Haja André Resampa;
  • Représentant de la Primature: M. Charles Randrianasoavina;
  • Représentant le Ministère de l’Eau: M. Rasolofoniaina Alain Nestor;
  • Représentant le Ministère de l’Energie: Mme Rasamimanana Olga;
  • Représentant le Ministère des Finances et du Budget: M. Andriamiarisatrana;
  • Représentant le Ministère de l’Economie et de l’Industrie: Mme Razanarisoa Harinjanahary;
  • Représentants du personnel de la Société JIRAMA:
  • M. Razafindramiarana France Hervé;
  • M. Ramelson Jaonera Andrianaivo;
  • Pour leurs compétences particulières:
  • M. Rambeloarison Roger;
  • M. Georges;
  • Représentants du secteur privé:
  • M. Ranaivosoa Hery;
  • M. Ravatomanga Maminiaina.

– Décret portant nomination des membres du Conseil d’Administration de la société JIRO SY RANO MALAGASY (JIRAMA). Sur les 14 prévus, sont nommés membres du Conseil d’Administration de la Société JIRO SY RANO MALAGASY (JIRAMA) :

  • Représentant la Présidence de la République: M. Rachidy Mohamed;
  • Représentant la Primature: M. Razanajatovo Gualbert;
  • Représentant le Ministère de l’Eau: M. Ratsirahonana Lala;
  • Représentant le Ministère de l’Energie: Mme Rasamimanana Olga;
  • Représentant le Ministère de l’Economie et de la Planification: M. Rakotoarisoa Iharivelo Claude;
  • Représentant le Ministère du Commerce et de la Consommation: M. Andréas Dominique;
  • Pour sa compétence particulière: M. Andriambololonivo Guy;
  • Représentant du secteur privé: M. Rajaonera Freddy.

Les autres membres seront nommés incessamment, notamment les représentants du personnel de la Société JIRO SY RANO MALAGASY (JIRAMA).

L’ordre du jour ayant été épuisé, la séance a été levée à  16h30. (Iavoloha 8 Octobre 2014)

1004369789.png

Conseil d’administration de la Jirama. Un outil de restriction politique

Adoption hier (8 Octobre 2014) en conseil des ministres du décret portant nomination des nouveaux membres du Conseil d’Administration de la société JIRAMA, avec à sa tête Rachidy Mohammed, conseiller spécial de Hery Rajaonarimampianina.

Un conseiller spécial de plus ou de trop ayant donné gage de fidélité à Rajaonarimampianina et aux commandes de sociétés étatiques après les Henri Rabary Njaka et Nicole Andrianarisoa de Air Madagascar. La tendance est au monolithisme de l’appareil étatique avec ces conquêtes de positions clés pour le contrôle intégral de l’ensemble du pouvoir d’Etat

141733-1dgn648sd

Lien Lalao Ravalomanana.

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s