Ankadimbahoaka. Emmo-reg, Karana (groupe Filatex) face aux propriétaires « expropriés ». Video.

 13h30 – ANKADIMBAHOAKA : Embouteillage monstre à Ankadimbahoaka. Les propriétaires de maisons en bois sises à Ankadimbahoaka descendent dans les rues pour protester contre la construction de route de Filatex. Des éléments de l’Emmo/Reg sont constatés sur place
orange mg (15/12/2014).

ANKADIMBAHOAKA . 15/12/2014. TV. Viva M/kara.

 

 

Les bombes lacrymogènes commencent à tonner du côté d’Ankadimbahoaka

Lundi/15/12/2014. 15h30. Les bombes lacrymogènes commencent à tonner du côté d’Ankadimbahoaka il y a à peu près une demi-heure maintenant. Comme il fallait s’y attendre, les habitants du quartier sur qui pèsent les menaces de démolition des maisons se trouvant sur la tracée de la nouvelle route ont affronté les éléments de l’EMMO-REG présents depuis ce matin sur les lieux. Ces derniers ont riposté au jet de pierres des premiers, tout en tentant de sécuriser les bulldozers. Pour le moment, aucune maison n’a encore été démolie, mais la tension est à son comble. Les propriétaires concernés par les travaux de destruction se disent prêts à se battre jusqu’au bout. (Lalao Ravalomanana).

 

 

Le groupe FILATEX tente d’acheter une partie du terrain se trouvant à Ankadimbahoaka, où il y a environ 40 foyers, afin de le transformer en un quartier résidentiel. Les habitants de ce quartier ne vont pas accepter cette proposition et ils devront se battre selon leur propre moyen, car l’État ne prend aucune mesure pour les défendre. Ajoutée le 28 sept. 2014.

 

 

Groupe Filatex

 

   

 

 Photo d’archive (Africatime.com)

 

 

Raharahan’Ankadimbahoaka: Iza ao amin’ny fitondrana no nanodina ny vola ?
Gasy LGDGI
Mercredi, 11 Juin 2014 07:23
Re ankehitriny fa nampikoropaka ny teny Iavoloha mihitsy ny nandre fa nisy vola nomen’ny orinasa Filatex mba hanambatambazana an’ireo noravana trano teny Ankadimbahoaka; nefa dia hoe nentina namonoana afo teny amin’ny Antenimieram-pirenena tamin’ny herin’ny omaly talata.Raha ny marina, andraikitra iombonana (responsabilité collégiale) ny an’ny mpitondra fanjakana raha vao misy tranga iray toa izany nataon’ny iray amin’izy samy mpitondra. Na izany aza anefa dia re ihany ny fitadiavana ny marina tany ambadika tany ny amin’ny hoe “iza no nanao zavatra mamatotra andraikitra ny rehetra ao anatin’ny fitondram-panjakana tao raha ny momba an’iny raharaha Filatex sy vola nanambatambazana an’ireo rava trano ireo ary  ny nitondra izany vola izany hamonoana afo teny Tsimbazaza?”Izany hoe “zovy no nanodina izany vola izany?”Ny minisiteran’ny Mponina no voatondro tamin’iny raharaha iny, ary ny re aza dia nolavin’ireo mponina rava trano ny fanambatambazana azy ireo tamin’ny vola ampahany voalohany nokasaina ho nozaraina teny. Dia tsy hita voaka ny fandehany, ary tsy fantatra koa ny nanjavonan’ireo fanampiana hafa toa ny vary sy ny kojakojam-piainana nampiarahana tamin’ilay vola.

Mbola ny minisiteran’ny Mponina koa no nitondra ny anjara volany hamonoana afo teny Tsimbazaza ka nampiarahana tamin’izany ny vola avy amin’ny Filatex, andiany faharoa, tokony ho nanampiana ny rava trano teny Ankadimbahoaka.Fa ny akon’ny raharaha teny Ankadimbahoaka aloha dia hoe “samy tomponandraikitra amin’ny fandravana ny tranonay mponina  na ny fitondram-panjakana ankehitriny na ny tamin’ny tetezamita na ny talohan’izany satria nisy andraikitra nifamatorana sy neken’ny mpifandimby nitantanana ny fahefam-panjakana tao matoa tonga amin’izao tranga sy endri-javatra ankehitriny izao ny fisehony”.

 

 

« Abdourassoul Yavarhoussein « ce baron de l’immobilier intouchable à Madagascar »

Tananews.

 

 Madagascar,ronger par les rats!

« … Nous avons le devoir de les arrêter et de ne les laisser sortir du territoire. Il faut qu’on récupère les biens du pays. De plus, parmi ces mafias en place, il y a les mafias karana finançant la mise en place du directoire militaire pour maintenir Andry Rajoelina et son équipe au pouvoir :

1. Quincaillerie SAMBATRA 2. Naza Electronic 3. Quincaillerie 2000 4. SIPROMAD. Ces Karana ont donné la fin du mois de Mai 2,5 milliards chacun au villa Pradon pour le directoire militaire.

En sortant du sous sol du villa Pradon, Galib (Quincaillerie 2000) a demandé à Elias Akbarally (Sipromad) qui venu seul sans chauffeur au volant de sa propre Mercedes, si 2,5 milliards n’est pas trop d’argent alors qu’ils n’ont pas l’assurance que Andry Rajoelina va rester au pouvoir ».

Ph. Divay. Mediapart.Le 11 novembre 2013. « Madagascar ronger par les rats »

 

Ankadimbahoaka: Les « déshérités » victimes de propos mensongers de Filatex
Samedi, 05 Juillet 2014 06:54. LGDGI
« Quelques jours après la démolition manu militari de nos maisons, le porte-parole de Filatex nous a promis des indemnisations mais jusqu’à ce jour, on attend la concrétisation d’une telle promesse (…)Cela fait maintenant deux mois que nous vivons à l’intérieur de tentes qu’on nous a fournis, mais vu notre effectif, cela est largement insuffisant pour héberger tout le monde. Du coup, les plus ‘valides’ sont obligés de dormir à ciel ouvert tout en faisant le guet ».Ces propos d’une victime de la récente démolition de maisons d’habitation à Ankadimbahoaka résume, d’une façon générale, le désormais quotidien de ces « déshérités » qui, pourtant, ont vécu à l’endroit depuis des générations au point d’y avoir bâti des maisons (en dur pour certains). C’était hier dans la journée, lors d’une descente sur les lieux d’une délégation consistante de la plateforme Hafari Malagasy, venue sur place après avoir été avisée de la maladie d’une femme enceinte, laquelle n’avait pratiquement pas les moyens de payer les frais d’hospitalisation.Cela dit, le Hafari Malagasy, avec l’aide des sapeurs-pompiers, s’est chargé du transport de la souffrante à l’hôpital, autrement, les riverains l’auraient évacué eux-mêmes avec leur moyen du bord (à pied ?) jusqu’à l’hôpital Befelatànana où elle attend toujours qu’on vienne lui apporter de l’aide pour payer les soins afférents à sa maladie.Mais là où le bât blesse, c’est que le porte-parole de l’usine Filatex, après son accord de principe d’aider les victimes de délogement, a tout bonnement disparu dans la nature. Et à l’opposé de cela, le groupe Filatex aurait annoncé, par médias interposés ces derniers temps, avoir déjà versé une certaine somme à ceux qui auraient accepté de céder à leurs parcelles.« Balivernes ! », disent presque à l’unanimité les victimes. « Nous avons encore les paperasses administratives légales de nos biens (…)

Et si la Filatex est réellement honnête, qu’elle daigne montrer en public les actes de ventes qu’on aurait disposé avec elle et ne pas nous laisser sur notre faim avec ses promesses de nous assister physiquement, des promesses qui, jusqu’ici, ne sont que des paroles en l’air ». Et de continuer : « Vu notre situation, nous sommes prêts à étudier toute proposition cadrant dans notre déplacement. Auquel cas, nous souhaiterions qu’on nous dédommage convenablement, c’est-àdire, qu’on fasse la proportion avec ce que nos aïeuls et nous avons investi depuis ces longues années qu’on a vécu ici ».

Vers la concrétisation d’un « Ampamoaka »

Le Hafari Malagasy, après avoir entendu et reçu les doléances des uns et des autres, a promis de faire tout son possible pour que les autorités compétentes daignent reconsidérer cette affaire qui, à l’instar des autres délogements manu militari par ci par là, a déjà fait couler beaucoup d’encre. Vu l’évolution de la situation, cette « corde raide » entre les victimes de délogement d’Ankadimbahoaka et la Filatex risque de perdurer. Ce qui a fait dire au président national du Hafari Malagasy, Jean Nirina Rafanomezantsoa, qu’

« Un ‘ampamoaka’ sur l’acquisition de terrain par la Filatex devrait se faire, comme cela, tout le monde aura son compte à juste titre et on verra qui devrait évacuer les lieux ».

 

Un « Doany » gênant

En attendant l’éventualité de cet « ampamoaka » proné par le président national du Hafari Malagasy, force est de constater que les démolisseurs, malgré leur fougue et détermination à mener à bien leurs missions, ont dû interrompre leurs travaux à cause de la présence d’un « Doany » au beau milieu du terrain que la Filatex souhaite remblayer.

« La première fois qu’un bulldozer s’est attaqué aux locaux abritant le doany, le conducteur de l’engin a été subitement pris d’un malaise après avoir détruit le pan d’un mur. Il a déjà manifesté auparavant sa réticence à exécuter ce travail mais, sous la menace d’un revolver, il a fini par céder ». Propos d’un délogé qui a été témoin à l’époque du début de la démolition du doany.

Et ce dernier de continuer : « On a entendu ouï-dire, quelques jours plus tard, que le cas du conducteur d’engins s’est aggravé et qu’on l’a hospitalisé et dernièrement, on vien d’apprendre son décès ». Histoire en tout cas, du moins pour ceux qui y croient, de confirmer ô combien un doany est sacré pour la communauté malgache.

Dans tous les cas, la présence de ce doany d’Ankadimbahoaka serait, dans une large mesure, à l’origine de la cessation de démolition, en dehors bien entendu des éventuelles décisions des autorités d’interrompre tout terrassement jusqu’à nouvel ordre. Mais en attendant que la situation s’améliore, tant pour les victimes de délogement que pour la Filatex taxée soit dit en passant de tous les maux, certaines des victimes ont, depuis ces deux mois écoulés, « recollé » leur maison, affirmant au passage qu’ils ne partiront pas tant qu’ils n’auront pas perçu leurs compensations.

Elia R.

 

 

Démolition d’habitations à Ankadimbahoaka : Le Pr Zafy hausse le ton

 Le Pr Zafy Albert s’insurge contre les agissements du Groupe Filatex à Ankadimbahoaka.

L’ancien président de la République ne peut pas se taire devant ce qu’endurent ses concitoyens à Ankadimbahoaka.

L’affaire de démolition d’habitations à Ankadimbahoaka qui oppose le groupe Filatex appartenant à un grand opérateur pakistanais très connu de la Capitale aux « squatteurs » du lieu est loin d’être close. Pire, des politiciens malgaches sont intervenus pour défendre la cause des leurs concitoyens qui sont victimes de la démolition. Le Mapar d’Andry Rajoelina était déjà venu au chevet des victimes en ayant effectué une descente sur le lieu. Les partisans de l’ancien président de la transition ont apporté de l’aide à leurs concitoyens. Par ailleurs, l’ancien membre du CST Alain Ramaroson a promis un grand déballage sur le PDG du groupe Filatex Abdoul Rassoul. Sans parler d’autres politiciens comme Lalatiana Ravololomanana qui a dénoncé la violation des droits de l’homme sur cette affaire d’Ankadimbahoaka. Pas plus tard qu’hier, l’ancien président Zafy Albert a haussé le ton en prévenant qu’il sera aux côtés des victimes de la démolition d’Ankadimbahoaka.

Récupération politique. Visiblement, l’affaire a pris une tournure politique. Et à l’allure où vont les choses, la chasse aux étrangers qui investissent dans le foncier à Madagascar serait à craindre. Quoi qu’il en soit, la transparence doit être faite sur l’acquisition par cet opérateur pakistanais de son domaine à Ankadimbahoaka. Qui lui a accordé la propriété de ce domaine dont la superficie étonne bon nombre d’observateurs ? L’ancien vice-Premier ministre en charge de l’Aménagement du Territoire Hajo Andrianainarivelo et l’ancien PDS d’Antananarivo Edgard Razafindravahy ont démenti les affirmations selon lesquelles ils ont facilité l’acquisition par le groupe Filatex du terrain à Ankadimbahoaka. En tout cas, le cas Ankadimbahoaka n’est pas isolé.

Il est temps de remettre en cause l’accaparement par les investisseurs étrangers des terrains à Madagascar. Faut-il revoir les droits de propriété foncière à Madagascar.

Midi Madagascar.

 

 

Lire :

Etat de droit ! Rossanaly Nawaz Moulou, Ylias Akbaraly.Riaz Barday… Les Indo-pakistanais.

Hiridjee reprend les activités mobiles d’Outremer Telecom

Le 30 octobre 2014, l’Autorité de la concurrence a autorisé le rachat de SFR par Numericable, sous réserve de la cession des activités de téléphonie mobile d’Outremer Telecom (Only) à La Réunion et à Mayotte à un repreneur agréé par l’Autorité de la concurrence.

L’Autorité de la concurrence vient d’agréer le groupe Hiridjee comme repreneur des activités cédées d’Outremer Telecom. Dans le même temps, l’ARCEP a accepté la demande de cession des fréquences d’Outremer Telecom à la société Telco OI, qui a vocation à porter les actifs qui seront cédés au groupe Hiridgee.

Le repreneur satisfait en effet aux conditions d’agrément des deux autorités : le groupe Hiridjee, qui détient des activités de télécommunications à Madagascar, dispose de compétences adéquates et confirmées pour reprendre les actifs cédés. Il est en outre indépendant du groupe Altice et de sa filiale Numericable et présente des garanties financières suffisantes. Lien. Itrnews

 

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s