Fifidianana ho Filoha, 20/12/ 2013. Herin-taona izay !!!

 

Madagascar: Hery Rajaonarimampianina remporte l’élection présidentielle

media Hery Rajaonarimampianina pendant un meeting. RFI/Marie Audran

L’ancien ministre malgache des Finances, Hery Rajaonarimampianina, a remporté le second tour de l’élection présidentielle. Il était soutenu par le président sortant Andry Rajoelina. Il devance Robinson Jean-Louis, soutenu par l’ancien chef d’Etat en exil Marc Ravalomanana et obtient plus de 53% des voix au second tour, selon des résultats encore provisoires qui seront soumis au verdict de la Cour électorale spéciale (CES).

C’est un Hery Rajaonarimampianina, heureux qui a accueilli les premiers résultats complets : « On prend les résultats avec beaucoup de philosophie. Je crois qu’il y a lieu d’être très positif. Je suis certain que les uns et les autres aujourd’hui, au niveau du peuple malgache, aspirent maintenant à un développement du pays, à une vie pleine de sagesse et pleine d’espoir et d’espérance aussi pour ce pays ».

Hery Rajaonarimamapianina, selon les chiffres de la Commission électorale malgache (Cénit), remporte donc l’élection avec 53,50 % des voix face à Robinson Jean-Louis qui obtient 46,50 % des suffrages. Des résultats que la Cénit a annoncé ce vendredi et dans son discours, sa présidente, Béatrice Jeanine Atallah a affirmé que le peuple souverain s’est exprimé dans le secret de l’isoloir… Lors du second tour de la présidentielle malgache le 20 décembre dernier, la participation avait à peine dépassé les 50%.

(Lire la suite)

 

Natolotra ireo vokatra vonjimaika azo hatreto, mikasika ny fifidianana natao ny 20 desambra lasa teo.

 

 

25 Janoary 2014. Kabarin’ny Filoha voalohan’ny Repoblika malagasy faha-efatra tao Mahamasina, taorian’ny finianana nataony. Teny malagasy.

 

 

Discours d’investiture du nouveau président de Madagascar.

 

 

 sécurité

La justice populaire gagne du terrain, l’autorité reste impuissante

jeudi 18 décembre 2014, par Léa Ratsiazo

 

Il ne se passe pas une semaine sans qu’on entende parler de cas de justice populaire à Madagascar, du moins ceux dont l’écho arrive jusqu’à Antananarivo. Le dernier en date est celui qui s’est passé dans la région de Sofia il y a quelques jours et qui a failli dégénérer en émeute. Le fokonolona d’une localité de Port Bergé a exécuté trois personnes soupçonnées d’avoir volé des bovidés mais après-coup il s’est avéré que l’une d’elle n’avait rien à voir avec l’infraction. La gendarmerie locale a enquêté et arrêté ceux qui ont commis les meurtres. Le fokonolona s’est révolté pour exiger la libération des personnes arrêtées, les forces de l’ordre ont dispersé la foule à coup de gaz lacrymogènes. Les membres du fokonolona s’estiment dans leur bon droit en vertu de leur « dina tsimandefitra » pour justifier leurs actes.

À mi-novembre, un jeune homme de 38 ans soupçonné d’être un mpangala-jaza a été brûlé vif par les fokonolona dans la région de Mahabo-Morondava. D’après la famille de la victime, le jeune homme, un maçon qui s’était disputé avec son chef a quitté son chantier avec son frère, dans la nuit pour aller rejoindre à pied Mahabo (à 40 km) et ils sont simplement passés à la périphérie d’un village au petit matin. Or, au moment de leur passage, ils ont rencontré deux jeunes enfants qui faisaient leurs besoins en dehors du village. Ces enfants, en voyant des étrangers ont pris peur et se sont enfui en alertant les adultes qu’il y a des mpangala-jaza. L’un des frères a pu s’enfuir mais l’autre a été rattrapé par le fokonolona et a été brûlé vif. La famille a dû payer 300 000 ariary au fokonolona et à la gendarmerie pour pouvoir récupérer le corps deux semaines après.

On peut citer les cas à l’infini mais une chose est sûre, la justice populaire fait partie du paysage social à Madagascar. L’explosion de l’insécurité dont les attaques sont de plus en plus violentes, la corruption qui gangrène toute la chaîne du système judiciaire, expliquent la justice populaire qui prend de plus en d’ampleur aussi. D’ailleurs les membres des fokonolona qui s’adonnent aux vindictes populaires ne s’en cachent pas, car ils considèrent qu’ils ont agi pour la bonne cause en nettoyant ainsi la société. Or, il suffit d’une rumeur pas forcément fondée, d’une jalousie ou d’une mauvaise circonstance pour mettre à mort sans enquête et sans préalable quelqu’un d’innocent. D’un autre côté, les autorités sont dépassées et parfois laxistes. Et ces histoires de dahalo miova fo n’arrangeront rien. Car la population non seulement se sent sans protection mais en plus le fanjakana censé être payé pour la protéger « récompense » les dahalo. Cette forme flagrante d’injustice pousse le fokonolona à assurer sa propre défense, parfois en dehors de la loi.

20/12/2014

Tracts sur les murs et poteaux : Menace de prise de Palais

Ces tracts sont visibles sur les murs et les poteaux depuis le week-end dernier. (Photo : Kelly)

Des prospectus ont été aperçus depuis le week-end dernier, notamment du côté d’Ampasampito, Nanisana et Mahazo.

20 décembre 2013 – 20 décembre 2014. Le premier anniversaire de l’élection du premier président de la quatrième République a été commémoré samedi dernier. Une élection qui s’est soldée par la victoire historique de l’actuel président Hery Rajaonarimampianina. Pourtant, un an jour pour jour après cette élection, le régime ne bénéficie pas encore de la légitimité populaire.

Outre le fait qu’il se heurte à des critiques acerbes de la part des observateurs, l’on constate également que le pouvoir perd trop de temps à éteindre le feu provoqué par différents foyers de tension. Pour ne citer que ce qui s’est passé dernièrement à Morondava avec l’affaire Sucoma, la grève des étudiants au niveau des universités, ainsi que les menaces de manifestation populaire pour contester les problèmes de délestage qui frappent presque toutes les régions de l’île. Bon nombre d’observateurs estiment en ce moment que face à ces difficultés subies au quotidien par la population, une révolte populaire n’est pas à écarter.

Les tracts qui circulent depuis le week-end dernier au niveau de plusieurs quartiers de la Ville des Mille, entre autres, à Nanisana, à Ampasampito et à Mahazo se présentent en quelque sorte comme une « préparation psychologique » de la population dans ce sens. Ces tracts s’adressent particulièrement au président de la République, Hery Rajaonarimampianina, au Premier ministre, Kolo Roger, au président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy, ainsi qu’aux opérateurs « karana » résidant à Madagascar, les incitant à prendre leurs responsabilités pour alléger la souffrance de la population et à cesser l’exploitation illicite des richesses du pays. Une menace d’un soulèvement populaire et d’une prise d’assaut du Palais présidentiel est même lancée dans ces tracts adressés aux dirigeants actuels. La question est donc de savoir si un « 7 février bis » est actuellement en phase de préparation.

Préparation psychologique.

Quoi qu’il en soit, le régime HVM devrait prendre au sérieux cette mise en garde. Nul n’ignore que toutes les crises qui se sont succédé au pays, en l’occurrence des crises 1972, 2002 et 2009 ont été précédées par des tracts anti-régime véhiculés en guise de préparation psychologique de la population.

Reste à savoir si après avoir traversé cinq ans de Transition politique, les Malgaches qui font face à une pauvreté alarmante, l’insécurité et la sous-alimentation, seraient encore prêts à vivre une nouvelle crise. D’autant plus que cette fois-ci, un affrontement meurtrier n’est pas à écarter vu le rapport de force actuel au niveau de l’échiquier politique. Pour éviter le pire, les tenants du régime ont intérêt à laisser de côté leur arrogance et leur ambition politique et de se mettre à l’écoute de la population. En tout cas, avec l’affaire Marc Ravalomanana et le processus de réconciliation nationale qui se présente comme étant voué à l’échec, le début de l’année 2015 risque d’être très mouvementé.

Midi M/car

 

I Hery teo aminy fitondrana nandritry ny zato andro. Fijerin’Atoa Ratsimbazafy J. sy Rtoa Lalatiana (horonam-peo), samy foza ireo. I Urfer, foza-vazaha sy ireo namany (sefafi)

 

 

 

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s