15/01/2015. Réconciliation à Ivato. Hery, Zafy, Didier, Marc, Tgv et le FFKM.

 

Photo M. Ravalomanana (FB).

Sommet des 5 à Ivato ce jour

Le sommet des 5 se poursuivra ce jour à Ivato, toujours sous l’égide du FFKM ! La rencontre sera marquée par la restitution des réponses des cinq aux 33 questions du FFKM

 

Les anciens présidents reconnaissent leur tort

Le pays a tant souffert de ces crises successives. Les anciens présidents, eux, ils reconnaissent leurs responsabilités dans ces histoires et veulent l’avouer publiquement. Cette initiative est inscrite dans le cadre du processus de réconciliation nationale dirigé par le Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes (FFKM).Le troisième round du dialogue pour une réconciliation nationale a eu lieu, hier, à l’hôtel 5 étoiles à Ivato.

Il s’est déroulé sans incidence majeure, sauf la tentative avortée d’Andry Rajoelina de quitter les discussions après une mésentente autour de l’article 54 de la Constitution. Mais, il est très vite rappelé à l’ordre par les maîtres de la cérémonie et revient sur la table de la discussion pour y rester jusqu’à la fin. La réunion d’hier, qui a duré près de 08heures, a été l’occasion pour les parties prenantes de répondre aux 33 questions posées par le Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes et de discuter les perspectives du processus de réconciliation nationale.
A l’issue de la réunion, le FFKM a déclaré que le processus sera ouvert aux différents acteurs de la vie nationale, les forces vives. Un élargissement du dialogue sera prévu, conformément aux suggestions des parties prenantes, qui lors de la dernière réunion, avaient souhaité l’intégration des forces vives au processus. Le concept « 4F » commence aussi à se mettre en œuvre durant ces trois réunions sous l’égide de l’Eglise.

Hier, les anciens présidents ont reconnu publiquement, selon la déclaration du FFKM, leur responsabilité respective dans les crises successives qui ont miné ce pays ces dernières décennies. Hery Rajaonarimampianina, quant à lui, a été acquitté de cette responsabilité. Il n’a pas été cité dans le communiqué du FFKM.
Albert Zafy, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina ont été les principaux acteurs des crises politiques depuis 1991. Des innocentes vies sont tombées, et l’économie du pays s’est effondrée depuis. La pauvreté est devenue ambiante et le pays a été classé parmi les pays les plus pauvres du monde. La responsabilité dans cette histoire revient à ces 4 anciens présidents. La transition de Andry Rajoelina, et les années socialistes de Ratsiraka, ont été les pires des cas. Maintenant, ils reconnaissent tous qu’ils étaient responsables de ces décadences du pays.

1004369789.png

Rajoelina a quitté le sommet. Il a été retenu par les Chefs d’église

14 h. Nous apprenons à l’instant que Andry Rajoelina aurait quitté le sommet précipitamment. Il fera une déclaration en fin de journée.

Les Chefs d’église ont finalement pu l’en empêcher. Toutefois, la déclaration de 18h00 à Ambodivona est maintenue. La réunion continue à Ivato.

16 h. L’ancien président de la Transition Andry Rajoelina fera une déclaration ce soir à 19h au Carlton Anosy. Les chaînes de TV et radio VIVA retransmettront en direct l’événement.

TGV. Les raisons de ses pleurs et colères.

A la télé (Viva), il explique qu’il y a non application manifeste de l’article 54 de la Constitution (celle rejetée par tout le monde, et non reconnue par la Com Internationale). D’où ses « colères ». Il se voyait Andry Nirina Rajoelina, premier ministre de Madagascar.

#‎Rajoelina‬ ‪#‎Carlton‬ : rappel de l’art. 54 : le PM nommé par le président et présenté par le parti ou groupe de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale. Andry demande le respect de l’article 54. « ce n’est pas la personne qui est le problème, mais le respect du choix du peuple ».
« c’est une trahison, le non respect de la loi ». « le respect de la constitution est quelque chose qui nous tient à cœur ». nous appelons le peuple malgache et la communauté internationale à être témoin.
Nous n’acceptons pas la nomination du premier ministre… »

Lire : Asio tsiky e (Rajoelina)

1004369789.png

Garder le Gl Ravelonarivo Jean qui vient d’être nommé premier ministre ?

 Le Président Ravalomanana a réitéré son soutien au régime en place.

La nécessité d’un nouvel accord politique

Sur la base du questionnaire remis par les chefs d’églises du FFKM à l’endroit des cinq présidents de Madagascar, on peut conclure que l’on va s’acheminer vers un nouvel accord politique dans le pays. Ce nouvel accord devrait déboucher sur un nouveau gouvernement d’union nationale et un nouveau Premier ministre de consensus. Ce qui n’est pas étonnant après le départ, plus ou moins précipité, du Premier ministre Roger Kolo.

Trouver un accord politique n’est pas toujours facile. Surtout quand on a affaire à des politiciens chevronnés. Quoi qu’il en soit, il sera difficile de penser à l’éventualité d’un désaccord entre Hery Rajaonarimampianina, Albert Zafy, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina. S’ils ne parviennent pas à un accord minima, l’avenir politique du pays sera de nouveau hypothéqué.

On s’attend ainsi à ce que les cinq parviennent à s’entendre sur un accord de sortie de crise. Ils ne vont pas nécessairement se pardonner de manière sincère. Ils ne vont pas obligatoirement se réconcilier de façon honnête, mais ils devront parvenir à s’entendre sur une sortie de crise et sur une solution durable pour le pays.
Les Malgaches ont, en effet, le droit à une meilleure visibilité après six années de crise politique et de difficultés socioéconomiques.

Il est grand temps de trouver les meilleurs moyens de sortir le pays du gouffre. Un accord entre les principaux acteurs politiques du pays serait le bienvenu. Ce sera le meilleur moyen de donner du nouveau souffle et une véritable « force nouvelle » à la vie politique et socioéconomique du pays. Car malgré la promulgation d’une nouvelle République, en décembre 2010, malgré l’entrée en fonction d’un nouveau président de la République, et malgré la reprise de la coopération avec l’ensemble de la Communauté Internationale, la situation n’a guère évolué. On constate que l’instabilité politique guette le pays, l’insécurité continue à sévir, les conditions de vie se dégradent et le peu d’infrastructures que la Grande Ile dispose se détériore tandis que le pouvoir d’achat régresse.

Face à cette impasse, les nouveaux dirigeants devaient prendre les meilleures décisions. A savoir, trouver un compromis avec les autres acteurs politiques afin de sortir le pays du marasme. Le FFKM n’attendait que ce genre d’initiative depuis longtemps. Les chefs d’église voulaient jouer un rôle plus conséquent afin de réconcilier les acteurs politiques ou, à la limite, afin de trouver une solution plus sûre à la crise malgache. Le FFKM est actuellement à un pas d’atteindre son but. Et les Malgaches sont sur le point de connaître une issue, après des années d’impasse.

Certes, le redressement du pays et la véritable concorde nationale ne seront pas acquis du jour au lendemain, mais la dynamique est enclenchée. Et c’est le plus important pour le moment. Car il n’y a que le premier pas qui coûte.

J. Nantenaina
Lanation.mg
Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s