La HCC dit non à la division d’Antananarivo. Mais l’Executif prépare un nouveau projet de loi pour la Capitale.

Nation | 20/02/2015

La Haute cour constitutionnelle a rendu sa décision par rapport à la loi 2015-004 relative aux collectivités territoriales décentralisées à statut particulier. Et dans son article premier, cette loi est déclarée « contraire à la Constitution » dont voici la teneur :

Décision n°16-HCC/D3 du 20 février 2015 concernant la Loi n°2015-004 relative aux Collectivités Territoriales Décentralisées à statut particulier

20 février 2015D3 -Législation nationale.

La Haute Cour Constitutionnelle,

Vu la Constitution ;

Vu l’ordonnance n°2001-003 du 18 novembre 2001 portant loi organique relative à la Haute Cour Constitutionnelle ;

Ouï le rapporteur en son rapport ;

Après en avoir délibéré conformément à la loi ;

EN LA FORME

Considérant que la Haute Cour Constitutionnelle a été saisie le 09 février 2015 par le Président de la République, conformément aux dispositions de l’article 117 de la Constitution, du texte de Loi n°2015-004 relative aux Collectivités Territoriales Décentralisées à statut particulier ;

Considérant que selon l’article 116.1 de la Constitution, la Haute Cour constitutionnelle « statue sur la conformité à la Constitution des traités, des lois, des ordonnances et des règlements autonomes » ;

Qu’ainsi, ladite loi est soumise à un contrôle obligatoire de constitutionnalité ;

AU FOND

Considérant qu’aux termes de l’article 95-I.18° de la Constitution : «La loi fixe les règles concernant … les statuts particuliers de la Capitale de la République, de certaines portions du territoire national, des palais d’Etat et autres bâtiments relevant du domaine de l’Etat, des ports et de leurs réseaux d’éclatement, des aéroports et le régime des ressources marines » ;

Considérant que l’article 143 alinéa 1er de la Constitution dispose que « les collectivités territoriales décentralisées de la République sont les Communes, les Régions et les Provinces » ; que l’article 143 alinéa 2 précise que la création et la délimitation des collectivités décentralisées sont décidées par la loi ; qu’en conséquence, le législateur est en droit de donner un statut particulier à la ville d’Antananarivo et aux communes de Nosy Be et Sainte-Marie ;

Considérant que d’après l’article 5 alinéa 1er de la Constitution, « la souveraineté appartient au peuple, source de tout pouvoir, qui l’exerce par ses représentants élus au suffrage universel direct ou indirect […] » ; que selon l’article 34 de la loi n°2015-004, « le Maire de la Commune urbaine d’Antananarivo et les membres du Conseil d’Antananarivo, à l’exclusion des membres de droit prévus à l’article 20 de la présente loi, sont élus au suffrage universel direct pour un mandat de quatre ans renouvelable, au scrutin de liste à la représentation proportionnelle à un tour, sans panachage, ni vote préférentiel, ni liste incomplète » ;

Considérant que, dans le cadre du scrutin de liste, les électeurs votent pour une liste de candidats ; que du fait de l’interdiction du panachage et du vote préférentiel, l’ordre de la liste des candidats ne peut pas être modifié par l’électeur ; que dans un scrutin à la représentation proportionnelle, le nombre d’élus de chaque liste est calculé en fonction des suffrages obtenus par celle-ci, selon l’ordre de présentation des candidats ; qu’en conséquence l’exclusion du candidat en tête de liste qui n’aurait pas été élu Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo de la répartition des sièges au sein du Conseil d’Antananarivo constitue une violation du fondement démocratique du scrutin de liste, donc une violation de la démocratie, fondement de la République posé par l’article 1er alinéa 3 de la Constitution, et de l’égal accès aux fonctions dans le domaine de la vie politique, économique et sociale prévu par l’article 6 dernier alinéa de la Constitution ;

Considérant que le procès-verbal des débats du mercredi 21 janvier 2015, concernant la loi n°2015-004 relative aux collectivités territoriales décentralisées à statut particulier ne permet pas de déterminer de manière claire et précise que la majorité requise pour l’adoption dudit texte a été respectée ;

Considérant que la Constitution en son article 148 prévoit deux catégories de communes, les communes urbaines ou rurales ; que le premier alinéa du même article dispose que « les communes constituent les collectivités territoriales décentralisées de base » ; que le concept de collectivité territoriale de base exclut la subdivision d’une commune en plusieurs collectivités territoriales autonomes ; que, de ce fait, une commune urbaine ne peut pas être composée de deux ou plusieurs communes urbaines en son sein;

Considérant que chaque statut particulier doit faire l’objet d’une loi spécifique ;

Que de tout ce qui précède, la Loi soumise à contrôle n’est pas conforme à la Constitution ;

Article premier.- La Loi n°2015-004 relative aux Collectivités Territoriales Décentralisées à statut particulier, est déclarée contraire à la Constitution.

Article 2.- La présente décision sera notifiée au Président de la République, au Président de l’Assemblée Nationale, au Premier Ministre, Chef du Gouvernement et publiée au Journal officiel de la République.

Ainsi délibéré en audience privée tenue à Antananarivo, le vendredi vingt février l’an deux mille quinze à neuf heures, la Haute Cour Constitutionnelle étant composée de :

Mr RAKOTOARISOA Jean-Eric, Président
Mme ANDRIANARISOA RAVELOARISOA Fara Alice, Haut Conseiller – Doyen
Mme RASAMIMANANA RASOAZANAMANGA Rahelitine, Haut Conseiller
Mme RAHARISON RANOROARIFIDY Yvonne Lala Herisoa, Haut Conseiller
Mr TSABOTO Jacques Adolphe, Haut Conseiller
Mr RABEHAJA-FILS Edmond, Haut Conseiller
Mme RAMIANDRASOA Véronique Jocelyne Danielle, Haut Conseiller
Mr DAMA Andrianarisedo Retaf Arsène, Haut Conseiller
Mr ZAFIMIHARY Marcellin, Haut Conseiller

et assistée de Maître RALISON Samuel Andriamorasoa, Greffier en chef.

————–

Fizarana Antananarivo

————-

L’exécutif revient à l’assaut

mercredi 25 février 2015, par Léa Ratsiazo

Jamais un projet de loi n’a fait l’objet d’autant de controverses. Enième épisode du feuilleton « statut spécial d’Antananarivo » : l’Exécutif à travers le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation envisage de réviser le projet de loi rejeté par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) dans les meilleurs délais. Rappelons que par deux fois, ce projet de loi a été recalé par l’Assemblée nationale. La troisième fois, il a été adopté par un petit nombre de députés, sans la totalité de ceux d’Antananarivo, mais le bureau permanent a « fraudé » sur le quorum, si on s’en tient aux propos de la HCC. Une fois déposé sur le bureau de la HCC pour contrôle de constitutionnalité, le projet de loi sur le statut spécial d’Antananarivo est de nouveau rejeté.

Mais cela n’empêche pas l’Exécutif de revenir à l’assaut. Le texte sera révisé et non complètement modifié, annonce le ministre de tutelle, Olivier Mahafaly, qui promet d’associer cette fois-ci tous les concernés dont le personnel de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Mais les employés lors de leur assemblée générale qui s’est tenue au stade de Mahamasina hier 24 février, ont d’ores et déjà annoncé qu’ils s’opposeront à toute tentative de division de la capitale. « Parlons de l’organisation et de mode développement digne d’une capitale mais non de la scission d’Antananarivo », prévient le porte-parole du personnel de la CUA le docteur Rakotomaharo Tsinjo.

Le ministère de l’Intérieur rassure qu’il s’agit d’un pas vers la décentralisation effective et non d’une tentative de division. Peut-être que c’est vrai mais les opposants à ce projet de loi sont largement plus efficaces en matière de communication. Pour les opposants à ce projet de loi, politiciens ou non, le HVM ne pouvant pas réussir électoralement dans la capitale, veut diviser Antananarivo. Les explications et argumentations plus ou moins maladroites des partisans de ce projet de loi ne convainquent grand monde. D’autant que ces explications se passent généralement sur les ondes et plateaux de l’audiovisuelle publique. La radio et la télévision nationale, cela ne date pas d’aujourd’hui d’ailleurs, est le porte-parole officiel du parti des tenants du pouvoir, hier celui du TIM puis du TGV aujourd’hui du HVM. L’opinion, notamment celle d’Antananarivo accorde rarement foi aux propos et informations émanant de l’audiovisuelle publique par ce fait. Et si les partisans de ce statut spécial veulent vraiment convaincre l’opinion tananarivienne sur le bien fondé de ce projet, il faut qu’ils communiquent autrement.

La grande majorité des concernés, notamment la population de la capitale ignore les tenants et aboutissants de ce projet de loi. Les concernés ne savent pas exactement quelles sont les avantages qu’on peut en tirer. La seule idée qui est entrée dans la tête de tout le monde c’est que le HVM veut diviser voire détruire Antananarivo.

Or, le temps joue contre l’Exécutif car le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation assure que le calendrier électoral des élections communales sera maintenu, c’est-à-dire le 17 juillet 2015. D’ailleurs la date de dépôt de dossier des candidats est délimitée entre le 15 mars et le 17 avril prochain. Or, outre la préparation du texte proprement dite qui requiert la consultation des concernés selon la promesse du ministre de tutelle, il faut présenter le texte en Conseil de ministre puis convoquer une autre session extraordinaire de l’Assemblée nationale avant de demander l’avis de la HCC. Un timing difficile à respecter à première vue, il y aurait certainement un couac quelque part si on fait du forcing. Madagascar Tribune

Ho tokana kely ihany izany Vohitsara . Andrianampoinimerina ary namindra ny Renivohitra ho eto ., 500 taona lasa izay .
————————-

La Capitale devenue bidonville, depuis 2009.

Photo Tribune de M/car.

————-

Vaovao 20 Febroary 2015.

http://youtu.be/lCm1XHTUtKA

Alefaso ary Andriamatoa ny asa fa mbola resaka io ataonao io. Ny karana sy sinoa no voatonona androany, rahampitso dia ho torak’izany. Alefaso ny asa fa mijaly ny vahoaka.

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s