Antananarivo, une ville méconnaisable depuis 2009. Incompétence de l’actuel PDS. Videos.

Tamin-dRavalomanana : Mamokatra, madio, mandry ny tany.

—————-

 Scènes de vie d’une capitale méconnaissable.

TANA DANS UN ETAT LAMENTABLE

17/02/2015). Embouteillages à ne plus en finir, des rues envahies par les marchands, nids d’autruche à chaque centimètre, des montagnes d’ordures nauséabondes, des transports en commun qui font la loi, l’indiscipline qui règne, crues et inondation aux moindres gouttes de pluie,les attaques à mains armées devenues des vécus quotidiens, des égouts en trappe – passant , des coûts de la vie en spirale, une paupérisation généralisée, des mendiants qui augmentent en nombre chaque jour et les agents de la mairie qui font la grève.Comme si la prière de notre cher PDS n’avait pas de répondant.vivement un changement.Laisser Tana dans cet état est un crime

Gilbert H. Raharizatovo (FB).

———–

PDS et autorités.

Prise de fonction de Ny Hasina  et plan d’action (Mars 2014)

Qui est-il ?

https://w.youtube.com/watch?v=VdB-Sbzr340

Paroles, paroles (Décembre 2014).

20, 25 Décembre 2014. Encore des projets

Aucun résultat (29 Décembre 2014).

21 Février 2015. 

———

Bas quartiers : Pour le limogeage de

Ny Hasina Andriamanjato

Le porte-parole des bas quartiers, Randrianiainasoa Jenny Claudia (au centre sur la photo).
Le porte-parole des bas quartiers, Randrianiainasoa Jenny Claudia (au centre sur la photo).

Des représentants des marchands, transporteurs, enseignants et de simples citoyens issus pour la plupart des bas quartiers ont tenu une conférence de presse, avant-hier, au restaurant « Mon Goûter ». Au menu, la situation qui prévaut dans la capitale. Leur porte-parole, Randrianiainasoa Jenny Claudia, de se demander, est-ce une mauvaise gestion ? Elle lance ainsi un appel au président de la République afin que ce dernier procède au limogeage du PDS de Tanà. « Il devrait être remplacé par un technicien mais non pas par un politicien », a-t-elle souligné. Elle s’est également adressée aux députés élus dans la capitale en invitant les membres de la Chambre basse à se pencher davantage sur le cas des habitants de la Ville des Mille. Ces représentants des bas quartiers tirent ainsi la sonnette d’alarme afin que les responsables concernés prennent leur responsabilité.

Midi Madagascar.

———

Bas quartiers : Les oubliés des élus

Montée des eaux et insalubrité dans les bas quartiers de Tanà, accentuée par les pluies incessantes.
De l’eau jusqu’aux genoux pour sortir de la maison, et devoir traverser la rue pour aller à l’école. Un peu plus loin, ce jeune homme enfile ses sandales, il n’a pas voulu les mouiller, on peut le comprendre… un peu. La scène se passe à Andavamamba Isotry, où l’eau monte et peine à redescendre dès les premières grosses gouttes de pluie. Et avec le temps qu’il a fait le week-end dernier, les eaux ont stagné. Mais là-bas, rien ne semble affecter la population. Le vendeur de viande a étalé ses produits pour attirer sa clientèle quotidienne, et apparemment, ses ventes n’ont pas chuté. De même, les vendeuses de brèdes et de légumes ont bougé d’un petit mètre, histoire de ne pas noyer les affaires dans l’eau. Et le vendeur de beignets continue à faire frire ses gourmandises, pieds dans l’eau. Non loin de là coule le fleuve d’Ikopa, dans le canal d’Andriantany, et l’odeur nauséabonde que tout cela dégage n’importune personne.

Seul moment d’égarement, ou d’énervement, lorsqu’une voiture passe et entraîne une vague faisant déborder les eaux, alors les femmes hurlent, les enfants s’amusent. Dans les bas quartiers de la capitale, les enjeux ne sont réels qu’à la veille des élections. Ce sont les seuls moments où leurs voix comptent. On leur fait alors des promesses qui ne seront jamais tenues, puisque dès lors que les élus accèdent à leurs places, les habitants des bas quartiers de la capitale retrouvent leurs statuts, des oubliés de la société.
Anjara Rasoanaivo

———

Sary Jean-Luce Randriamihaotra.

————

Pauvreté: de plus en plus de SDF à Antananarivo

(La Nation 21/11/14)

Les habitants de la capitale ont remarqué au cours des derniers temps l’augmentation inquiétante du nombre des sans domiciles fixes (SDF) à travers la ville. Une situation qui dénote l’aggravation de la situation de pauvreté dans le pays en raison de la crise. La situation de pauvreté empire. La « force nouvelle » tant vantée n’a en fait rien apporté de positif pour la population. Des quartiers et des zones qui n’ont pas été concernés par le phénomène auparavant comptent de plus en plus de SDF désormais.

Il en est ainsi des quartiers périphériques comme Ampasampito, Mahazo, Analamahitsy, etc… Sous les tunnels, le nombre des pauvres qui y passent la nuit est en hausse. Les sans domiciles fixes qui déambulent dans le centre d’Antananarivo sont contraints de rejoindre les deux tunnels d’Ambohidahy et d’Ambanidia en raison de la saison des pluies.
De même, à Manjakaray, le nombre des habitations de fortune est en hausse. Les habitants du quartier ont remarqué que des familles pauvres se sont installées sur le bord de la rue qui mène vers la gare routière d’Ambodivona. Plusieurs quartiers de la capitale connaissent ainsi le pullulement des abris de fortune.

A Ambohijatovo, sur la hauteur du tunnel, c’est carrément un mini-quartier en maisons fabriquées en carton qui est en train de s’ériger. Tout ce qui est hygiène et assainissement n’a plus aucun sens dans ce genre de situation. Plusieurs quartiers sont concernés par le phénomène depuis quelques temps, notamment en raison de la pauvreté en milieu rural comme en milieu urbain.
Le quartier de « La Réunion kely » est ainsi de plus en plus connu alors qu’il avait été, à un certain temps, complètement rasé. Ce quartier connu pour ses abris de fortune, longeant le chemin de fer d’Ampefiloha et le canal d’évacuation d’eaux usées, Andriantany, compte désormais quelques mille âmes répartis dans plus de 200 foyers. Lesquels tentent, tant bien que mal, de s’organiser malgré la pagaille vécue quotidiennement sur place.

Pourtant, il serait malsain pour les autorités communales de procéder systématiquement à l’évacuation manu militari des SDF à travers la ville. D’autant que la Grande Ile ne dispose pas de loi anti-vagabondage. On a essayé ce genre d’action à un certain temps, mais son efficacité a été remise en question. Avec la pauvreté en hausse, il semble ainsi pratiquement impossible de lutter contre le phénomène. Les habitants de la capitale doivent s’attendre au pire. D’autant que les responsables au niveau de différents quartiers d’Antananarivo sont de plus en plus persuadés que les saletés et les immondices qui envahissent la capitale sont en partie dues aux familles pauvres qui ne disposent d’aucun système d’assainissement. Des mesures spécifiques doivent être prises car des maladies de la honte du siècle dernier telle que la peste et le choléra risquent de refaire surface. La Nation 21/11/2014).

– See more at: http://fr.africatime.com/burundi/articles/pauvrete-de-plus-en-plus-de-sdf-antananarivo#sthash.3e5igzuz.dpuf

————

Quelques  photos

Photo Tout Madagascar.

Mcm de Paris 24/11/2015.

Mcmde Paris 20/02/2015.

Le Parisien. A. Dumontier 7 Décembre 2014.

————

Actualités.

Mcm Malagasy a partagé la publication de Madagascar Démocratie.

24 février  2015·

Photo de Madagascar Démocratie.
Photo de Madagascar Démocratie.

Pluies torrentielles de vendredi dernier : Embouteillages monstres et nouveaux sinistrés

De telles scènes sont vécues par les Tananariviens à chaque grande averse.
Dans la seule nuit de vendredi, il est tombé 83mm de précipitations. Outre l’embouteillage monstre à rendre fou le plus calme des automobilistes et qui a duré jusqu’à tard dans la nuit, la pluie diluvienne qui s’était abattue sur Antananarivo vendredi, a eu pour effet d’inonder, encore et toujours, des quartiers entiers.


Trois heures pour parcourir le trajet Antanimena-Ivandry. Il ne s’agit là que d’un exemple parmi des dizaines d’autres, vécu par les Tananariviens vendredi dernier. Dès les premières gouttes de pluie, ce soir-là, la montée des eaux un peu partout et l’état lamentable des rues ont eu raison de la patience des automobilistes. En effet, les bouchons indescriptibles qui se sont formés dans les axes les plus fréquentés, Antanimena, Ankazomanga, Ankorondrano, Ivandry, Analamahitsy, Ambohimanarina, pour ne citer que ceux-là, ont complètement paralysé des quartiers entiers. Même l’ambulance sur l’une des deux voies de la Route des Hydrocarbures, n’a pu se frayer un passage qu’après de longs moments d’attente, immobilisée, sirène hurlante, au milieu d’une circulation inextricable. Un peu partout, les passagers des taxi-be préfèrent descendre du véhicule et finir le trajet à pied. C’était le cas, parmi tant d’autres, du côté d’Analamahitsy. A 21h, sous une pluie battante, les piétons se sont résolus à quitter, à Ivandry, les taxis-be qui devaient les conduire jusqu’à Analamahitsy, et dans lesquels ils étaient déjà bloqués depuis plus de trois heures. Il fallait donc marcher sous la pluie avec les lueurs des phares des voitures pour éclairer les rues.


Nouveaux sinistrés. Ailleurs, l’autre problème, malheureusement récurrent et devenu banal depuis le début de la saison pluvieuse, est la montée des eaux. Celles-ci arrivent jusqu’à la taille dans la nuit de vendredi à samedi, dans plusieurs bas quartiers, dont à Ampefiloha-Ambodirano, Anosipatrana et Ampasika. De nouveaux sinistrés ont ainsi dû quitter leurs habitations pour loger chez des proches.
D’après les services de la météorologie, 83mm de précipitations sont tombées ce soir-là. De quoi inonder davantage un sol déjà gorgée d’eau. D’après les prévisions, la pluie est encore prévue de s’abattre sur les régions centrales, notamment Analamanga, dans les prochains jours.
Hanitra R.

————

Soavina-Ampanefy – Des centaines de personnes piégées par les eaux

IMG_1303

25.02.2015 | L’Express de M/car.

La réduction et la gestion des risques liées à l’inondation laissent à désirer dans deux communes du district d’Atsimondrano. La brèche sur une digue pénalise des centaines d’habitants.

Après une demi-heure de trajet périlleux grâce à une pirogue en bois sous des eaux agitées, Lalasoa Randrialalaina et ses voisins, habitants dans le fokontany de Behoririka, commune d’Ampanefy dans le district d’Atsimondrano, ont pu enfin rejoindre la digue d’Ampanefy, pour sauver leur peau hier. « Il y a encore des centaines de personnes piégées par la montée subite des eaux en amont de notre fokontany. C’est la quatrième fois, cette année, que nous sommes contraints de quitter notre foyer », se plaint-elle.
À l’entendre la non-réhabilitation de la digue de Soavina-Anosizato qui s’est rompue au début de l’année reste la principale cause de la persistance de cette montée des eaux dans les deux communes. Mais les villageois ne veulent pas non plus quitter leurs foyers trop longtemps. « Mon mari doit dormir chez nous pour veiller sur notre maison et notre petit élevage familial. Je dois prendre le relais dans la journée. Mes enfants et moi dormons chez un membre de notre famille la nuit.  Nous n’avons plus que quelques canards et deux bovidés aujourd’hui, qu’il faut sécuriser à tout prix. La production rizicole est déjà anéantie par l’inondation », a indiqué Lydia Ravololom­boahangy, une mère de famille dans le fokontany de Vahilava, commune de Soavina.

Lalasoa Randrialalaina et ses voisins ont pu quitter leur amont sous des eaux agitées

Malgré cette difficulté, les aides laissent à désirer. « Au début nous avons obtenu 5kg de riz et de légumes secs. Ce don a diminué  de 4Kg, puis d’un kilo au fil des semaines. Nous l’attendons aujourd’hui depuis deux semaines. Le don ne nous permet pas de survivre mais donne seulement une petite bouffée d’oxygène pour la famille. Il faut ainsi se débrouiller tous les jours pour avoir de la nourriture », ajoute Lydia Ravololom­boa­hangy.
Commission spéciale
Les communes d’Am­panefy et de Soavina ne sont pas pourtant les seules localités victimes de cette persistance de la montée des eaux. Plusieurs maisons dans différents fokontany de la capitale, entre autres, Ankadi­toho, Andohata­penaka et Ankasina se trouvent encore sous les eaux. Les mesures tant annoncées, telles les curages des canaux d’évacuation d’eau, et la démolition de maisons obstruant l’évacuation d’eau de pluie afin de lutter contre cette inondation se font attendre.
De l’autre côté, les responsables au sein du ministère de l’aménagement du territoire et de l’Autorité pour la Protection contre les Inonda­tions de la Plaine d’Antana­narivo (APIPA) ne souhaitent apporter aucun commentaire à ce sujet.
« C’est la commission spéciale déjà mise en place qui doit répondre, désormais, au sujet relatif à la réduction du risque d’inondation dans l’agglomération d’Antana­narivo », a confié une source auprès de l’APIPA. Quant à la gestion des aides, le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes a seulement indiqué que la distribution des dons continue en fonction de la demande et de l’offre.

Vonjy Radasimalala. L’Express de M/car.

————-

Un passé de Killer

Destruction programmée de la ville d’Antananarivo (2009). L’implication directe de Ny Hasina Andriamanjato.

Les quatre dates « marquantes » retenues par l’Histoire qui témoignent de sa participation criminelle dans la destruction de la ville d’Antananarivo. A savoir les journées du 26 Janvier, le 7 Février, le 16 mars (attaque du palais d’Iavoloha), le 17 mars (Episcopat d’Antanimena). Ni oubli , et nul pardon de notre part, car ce sont des actes ignobles, prémedités -pénalement passibles d’un emprisonnement à vie dans un ETAT DE DROIT-. Destruction, pillage… incendie volontaire des batiments publiques et privés, et surtout des centaines de victimes INNOCENTES (tuées par balles et brûlées vives…). La barbarie de ces êtres dépourvus d’âme étalée au grand jour… Ce monsieur comme ses complices  « foza » sont des « meurtriers » . Un personnage méprisable. (Vidéos, 26Janvier – 7 Février 2009).

MCM de Paris.

26 Janvier 2009.  Réunion Ambatomainty à 22h du soir chez Mr Ranjivason le 19 Janvier.

-Réunion préparatoire du 07 février 2009 au domicile de Andry Rajoelina (Ambatobe) le 06 février 2009 au début de la soirée.

– Réunion pour l’attaque du palais d’iavoloha le 14 mars. Etaient présents – Rajoelina, Ny Hasina Andriamanjato, Andrianasoavina Charles. Pour le 16 mars au soir, Ny Hasina Andriamanjato était chargé d’isolé Iavoloha en provoquant la coupure d’eau et d’électricité ainsi que la mise en place des barrages.

– Episcopat d’Antanimena le 17 mars. Etaient présents Rajoelina, Ratsirahonana, Charles A. O. Razanakolona, Ny Hasina Andriamanjato, L. Rasendrahasina etc…

 MOIS DE JANVIER 2009.

Une réunion préparatrice de l’exécution du « LUNDI NOIR » a été organisée le 19 janvier 2009 à 22 heures à Ambatomainty par Monsieur Ranjivason Jean Théodore en vue de créer un climat d’insécurité et des foyers de tension sur tout le territoire national pour déstabiliser et renverser le pouvoir légal.

Étaient présents à cette réunion : -Général en retraite Rasolosoa Dolin -Mr Alain Ramaroson -Mr Sareraka –Mr Ny Hasina Andriamanjato -Mr Reboza Julien -Mr Lahiniriko Jean -Mr Patrick Monibou -Mr Rolland Ratsiraka -Mr R. Phillipe dit Ralipobe de Manjakaray et R. Marcellin dit Ramarcellin d’Anosipatrana(Chefs des gros bras) ainsi que 20 gros bras.

Il a été décidé au cours de cette réunion de :

A) Recruter des gros bras au niveau des bas quartiers pour constituer 20 groupes de 30 gros bras.Ralipobe et Ramarcelin sont les chefs. Chaque groupe est payé à 1000 000 d’Ariary et le financement est assuré par Andry Rajoelina en vue de :

– Casser les grands magasins tels que JUMBO SCORE et autres

-Saccager et incendier les MAGRO dans toute l’Ile et les biens des nationaux et étrangers proche du régime.

-Détruire et incendier la TVM et la RNM ainsi la station MBS.

-Laisser ensuite les voyous et la population des bas quartiers à entrer librement et piller ces centres commerciaux, grands magasins et ces stations Radio et Télévision… La suite

MOIS DE FEVRIER 2009

Réunion préparatoire du 07 février 2009 au domicile de Andry Rajoelina le 06 février 2009 au début de la soirée.

Ont été présents : Général en retraite Rasolosoa Dolin -Alain Ramaroson -Monja Roindefo -Cyrille Rasamizafy -Patrick Monibou -Général en retraite Ramakavelo Désiré Phillipe –Ny Hasina Andriamanjato -Lahiniriko Jean -Reboza Julien-Lieutenant colonel Fidimalala Lieutenant colonel Sondrotalata.

Selon monsieur Cyrille Rasamizafy,Président actuel de l’ESCOPOL. « Il faut verser du sang demain à titre de sacrifice pour la réussite du coup. »,proposition adoptée par tout le monde et une décision a été prise la nuit même par Andry Rajoelna de monnayer les manifestants et les éventuels victimes.

Exécution du 07 février 2009 selon la décision prise dans la nuit du 06 février 2009.Mouvement et manifestation populaires conduits par Monsieur Monja Roindefo,le Général en retraite Rasolosoa Dolin,Sareraka, Alain Ramaroson grâce à la bénédiction de Andry Rajoelina sur la place du 13 mai… La suite

PALAIS D’IAVOLOHA. 14 Mars 2009

Réunion de préparation et de prise de décision concernant l’attaque du Palais d’Etat d’Iavoloha. Présidée par Andry Rajoelina à son domicileAvaient participé à cette réunion : –Andry Rajoelina Ny Hasina Andriamanjato -Commandant Andrianasoavina Charles

La modalité d’action et la répartition des missions ont été décidées lors de cette réunion.

Ny Hasina Andriamanjato était chargé d’isolé Iavoloha en provoquant la coupure d’eau et d’électricité ainsi que la mise en place des barrages.

Le commandant Andrianasoavina Charles conduisait l’opération militaire pour la conquête du Palais

A l’issue de la réunion,les généraux en retraite Rasolosoa Dolin et Ramakavelo Désiré Philippe interceptaient au domicile d’Andry Rajoelina le commandant Andrianasoavina Charles et disaient : « Io prise d’Iavoloha io Charles tsy lasa raha tsy coup de force. » à traduction litterale : « Charles,la prise d’Iavoloha n’est possible qu’avec un coup de force. »
15 Mars 2009. La nuit du 15 Mars 2009, un tir de quatre coups de roquette RPG en direction du Palais d’Etat d’Iavoloha a été occuté à partir du bypass pourintimider les civils et militaires qui assuraient le gardiennage et la sécurité d’Iavoloha.Ce tir a été effectué par l’équipe du commandant Charles.

16 Mars 2009. Appuyée par les BRDM de la gendarmerie et du RAS ainsi que par les mutins du CAPSAT ,une opération militaire pour la conquête du Palais d’Ambohitsirohitra a été conduite par le colonel RAHARIJAONA Sedera Nirina,chef de corps du 1ère RFI. Entretemps,un appel radio télévisé demandant à la population environnante du Palais d’Etat d’Iavoloha d’évacuer les lieux car l’attaque serait imminente.

17 Mars 2009 Episcopat d’Antanimena. Obligé de quitter le Palais d’Etat d’Iavoloha,Le Président RAVALOMANANA,dans sa déclaration remit par voie d’ordonnance, le pouvoir à un directoire militaire ;document confié à Monsieur Tiebelé Dramé ,représentant des Nations Unies à Madagascar.

Contactés par ce dernier ,les membres du FFKM organisaient une réunion à l’Episcopat d’Antanimena.En vue de la proclamation du directoire militaire.Etaient présents à cette réunion les 4 chefs d’Eglise membres du FFKM,le Vice-amiral Raharison RAMAROSON Hyppolite,le Général de division de la gendarmerie Ramananarivo Claude,le Général de division Rabarisoa Ranto et le Général de division Razafindralambo Rivo,l’ambassadeur des Etats-Unis, Monsieur Tiebelé Dramé,Monsieur Ouedraougo ,Andry Rajoelina ,Monja Roindefo, Ny Hasina Andriamanjato,le colonel Rakotonandrasana Noël, le colonel Ndrianarijaona André accompagnés de quelques officiers, Monsieur Ratsirahonana Norbert Lala. ttp://ampitapitao.blogspot.fr/2012/02/chronologie-des-faits-relatifs-au-coup.html

Le nouveau PDS aura du pain sur la planche pour remettre en état la Ville des Mille.

Nommé PDS d’Antananarivo… « C’est la volonté de Dieu, Il m’a choisi… » disait-il.  (vidéo plus bas). Mr ne manque pas de culot : Tout détruire et prétendre tout « reconstruire » ensuite ! On ne peut manipuler sciemment l’Histoire. Le passé vous rattrape et vos faits diaboliques sont déjà gravés dans les annales.

26 JANVIER 2009.

Les forces de sécurité de l'État, le 27 janvier 2009, devant un bâtiment appartenant à la famille du président malgache, Marc Ravalomanana, pillé et brûlé la veille, à Antananarivo.(Photo : AFP)

Les forces de sécurité de l’État, le 27 janvier 2009, devant un bâtiment appartenant à la famille du président malgache, Marc Ravalomanana, pillé et brûlé la veille, à Antananarivo.
(Photo : AFP)

La situation est toujours instable à Madagascar. Et le bilan des émeutes du lundi 26 janvier à Antananarivo, la capitale, est lourd : 25 corps calcinés ont été retrouvés dans les décombres d’un grand magasin incendié de la capitale. « Les corps sont tellement brûlés qu’ils seront difficiles à identifier », a déclaré un responsable des pompiers à l’agence Reuters. Les victimes auraient été prises au piège dans le brasier, au plus fort des pillages de la nuit dernière. Elles se trouvaient dans un magasin de vêtements sur une artère perpendiculaire à l’avenue de l’Indépendance.  

7FEVRIER 2009.JPEG - 57.6 ko 

Madagascar, le bain de sang : plus de 125 morts depuis 15 jourspar AFP , le 7 février 2009, publié sur ufctogo.com

De nouvelles victimes portent à au moins 125 morts le bilan des violences qui ont émaillé deux semaines de manifestations.
LES MUTINSDes soldats devant le siège de la présidence à Antananarivo - Alexander Joe AFP

Ny Hasina. Religieux (!!!) et politicien (!!!).

.

« C’est la volonté de Dieu, il m’a choisi »… 

 » HANAO FAHAGAGANA ? Faire des miracles ?

Raha napetraka tamin’ny toerany tamin’ny fomba ofisialy omaly (12 mars) ny filohan’ny délégasiona manokan’ny tanàna Ny Hasina Andriamanjato, izay mpanolotsaina manokana an-dRajoelina fony izy ben’ny tanàna dia nilaza fa hanafaka an’Antananarivo ao anatin’ny fotoana fohy. Fanontaniana mipetraka ihany koa ny hoe inona no nataony teo aloha raha niandry ankehitriny izy vao hanao fahagagana ho an’Antananarivo? Ny nametrahana ireo tsangam-by miendrika fanompoan-tsampy lazain’ny olona sasany hoe “symbole maçonique” sy nikarakara ny fanonganam-panjakana no tena nahamaika ity olona ity tamin’izany fotoan’androny niaraka tamin’dRajoelina fa tsy nampandroso ny tanàna velively… »

Voir « Antananarivo sy ny Fitondrana Foza »

———-

Lire. Antananarivo ville inondée.

———-

 

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :