Trafic d’or et blanchiment d’argent à Madagascar. Dubai, Maurice, Mayotte, Chine, Inde…

2 tonnes par an d’or sortent illicitement de Madagascar.

mercredi 25 février 2015, par Léa Ratsiazo

1,4 kg d’or ont été interceptés à l’aéroport d’Ivato la semaine dernière. 20 kg d’or placés sous le siège d’un avion en partance pour l’Asie ont été appréhendés au cours du dernier trimestre de l’année dernière. La liste est déjà longue pour énumérer les trafics interceptés alors sûrement ceux qui sont passés à travers les mailles du filet sont largement plus importantes. On estime à près de 2 tonnes/an la quantité d’or qui sortent illicitement du territoire. Décidément nos frontières sont des véritables passoires géantes. Ce trésor national, comme le reste, est généralement envoyé en Asie dont les contrôles aux frontières sont plus permissifs que ceux de l’Europe.

Une des raisons pour laquelle, le Premier ministre a rappelé à l’ordre les douaniers et forces de l’ordre en général la semaine dernière pour lutter contre la corruption. Normal, si l’on peut le dire ainsi ironiquement, que l’or passe inaperçu et plus facilement, dans la mesure où des bois de rose massifs qui pèsent des tonnes et transportés dans des camions puis embarqués dans les bateaux passent inaperçus si on considère les milliers de tonnes qui sont arrivés en Chine ces dernières années ! Et pendant ce temps, les nationaux crèvent de faim.

Madagascar Tribune.

———-

Réactions et remarques des citoyens malagasy.

 25 février, par Mba misaina .

Métaux et bois précieux, espèces endémiques, terres accaparées par des étrangers profiteurs, vols d’ossements humains, etc. Que va devenir cette île aux trésors ? Hélas, dans un certains temps, nous allons être dépouillés de toutes ces richesses inestimables si nous n’agissons dans un bref délais. Il faut arrêter de subir et d’accepter tout ce qui se passe dans ce pays.
Comme nous le savons tous, les autorités sont permissives et même participent à ce tarissement de nos ressources… ils préfèrent perdre un bœuf que de perdre un œuf.
Dans un futur très proche, notre île ne deviendra qu’une désolation, dépouillée de tous ses trésors. Aucune aide ne sera point octroyer du fait qu’il n’y a pas d’aide gratuite et sans contrepartie.

Atsipy ny tady an-tandroky ny omby (efa ho lany tamingana ihany koa raha izao no mitohy), atsipy ny teny am-pon’ny mahalala (isika mpandray anjara manana andraikitra eto amin’ity resadresaka ity) Madagascar Tribune.

———

 25 février, par Saint-Jo.

Le pillage sans limites par les Etrangers, aidés par des mauvais citoyens, de notre or, notre bois précieux et nos pierres fines est un secret de polichinelle depuis 1960.
[Je ne parle pas de la période coloniale, puisqu’à cette époque le pillage s’est fait de façon officielle, étant donné que le but principal de la colonisation était de s’emparer des richesses existantes dans la colonie.]
Je parle donc de la période postcolonial.
Dire que les karana sont les principaux pilleurs d’or et de pierres fines et précieuses équivaut à dire une évidence connue de tout le monde depuis toujours.
Dire que depuis l’avènement de Deba des Chinois se sont ajoutés aux karana, moins peut-être pour l’or et les pierres (même s’il s’y abondent eux aussi) mais sûrement plus pour les bois, est aussi une évidence connue de tout le monde.
Pillages connus de tout le monde. Mêmes nos balourds et corrompus détenteurs de tous les pouvoirs le savent. Mais, faute de s’y opposer ces mauvais citoyens se sont servis eux aussi. Même si comparativement aux pilleurs étrangers ils ne ramassent que des miettes.
La faune de nos mers aussi a été pillée par les bateaux-usines des grandes puissances de la pêche maritime. Pour s’en rendre compte il suffit de prendre les avis de nos pêcheurs en petites pirogues ou en boutres partout le long de nos côtes. Depuis 35 ans ils sont obligés d’aller de plus en plus loin en haute mer pour attraper de quoi se nourrir pour la journée.
Et ce fameux pétrole gasy évoqué sans arrêt par nos dirigeants politiques depuis 1975. On chuchote que l’imminence de l’arrivée en masse de ce pétrole gasy sur le marché international serait l’une des plus grandes causes principales du coup d’état. Je vous fais remarquer que, l’exploitation de ce pétrole gasy nécessite probablement le recours à la technique dite de fragmentation, réputée être dévastatrice pour l’environnement. Cependant des Etrangers qui veulent exploiter ce pétrole gasy se refusent obstinément d’un autre côté à utiliser cette même technique réputée dangereuse chez eux, sur leur propre territoire. Autrement dit, ce qui est très dangereux pour l’environnement et non applicable chez eux serait bienfaisant et parfaitement applicable chez nous. Quel esprit retors !!
Attention ! Danger ! Madagascar Tribune.

Trafic d’or : Un réseau islamiste derrière le trafic à Madagascar

Les exploitations illicites de nos ressources naturelles, dont les ressources minières, se poursuivent. Les cerveaux de ces trafics sont généralement des personnes haut placées et influentes.

Des lieux de culte et de profession de foi sont actuellement impliqués dans des blanchiments d’argent et trafics de richesses naturelles, à Madagascar. Des faits liés à des actes de terrorisme qui se produisent en ce moment dans le pays confirment cette hypothèse.
Un lieu de culte, implanté dans le Sud-Est de Madagascar, servirait de base pour des trafiquants d’or. Même si les présumés trafiquants ne sont toujours pas pris en flagrant délit, il s’avère qu’un groupe d’individus qui se prétendent être islamistes, utilise cet endroit comme plaque tournante de vastes trafics d’or.
Tout a commencé par un incendie qui avait ravagé tout un village, situé dans cet endroit. Ainsi, pour déterminer les causes de cet incendie, un agent des Forces de l’ordre y a mené des investigations. Une fois l’enquête achevée, cet agent, qui s’est exprimé sous couvert de l’anonymat, avait réussi à établir, avec preuves en main, que cet incendie était volontaire.
Pour cette raison, la population de ce village tout entier avait été déplacée vers un autre endroit. Quelques mois plus tard, soit vers la moitié de cette année, le village abandonné sert de site d’exploitation illicite d’or. Et un édifice cultuel, qui vient d’être érigé dans ce village après l’incendie sert de base aux trafiquants.
«Les transactions sont toujours d’une valeur de dizaines de millions et l’on n’y parle que d’or de 18 et de 24 carats», selon notre source.
Les acheteurs se prétendent être des islamistes. Toutefois, c’est un opérateur économique malgache, bien connu dans la Capitale, qui effectue les exploitations de manière illicite et emploie, pour ce faire, des hommes malgaches dans les mines ainsi que dans les transactions avec les présumés islamistes.
Toujours d’après notre source, cette affaire serait liée à la conjoncture politique actuelle. Cet opérateur aurait des liens étroits avec des politiciens proches du régime. Il est bien connu des villageois pour ses multiples déplacements sur place.

Fah A.Imprimer

 

– See more at: http://matv.mg/trafic-dor-un-reseau-islamiste-derriere-le-trafic-a-madagascar/#sthash.OqEUOmnN.0ECcOAud.dpuf


Mosquées et Trafiquant.

IMPUNITE au Grand jour : Mafia, Etat et  Corruption 

MOLOU Navazaly Rossanaly, trafiquant d’or. Condamné à 7 ans de prison et… LIBRE !!!

Karana condamné et libre 1

Molou libre comme le vent

A peine 2 jours la Cour criminelle ordinaire d’Antananarivo a condamné à 7 ans de Travaux forcés et une amende de 1 million d’Ariary avec confiscation des biens de MOLOU Navazaly Rossanaly pour trafic d’or pesant 66 kg, et que voila Molou est vu rentré à l’aéroport d’Ivato hier jeudi 23 juin descendant l’avion de la compagnie Air Mauritius, libre sans souci à peine.

Il n’était pas présent à Madagascar lors du jugement, et un mandat d’arrêt a été en même temps discerné par le juge. Une négociation en haut lieu a été entreprise par les proches de Molou pour qu’il ne soit pas inquiété. La famille aurait approché la présidence pour trouver une entente.

Maintes fois Hery Rajaonarimampianina a martelé qu’il ne va pas céder aux pressions de la corruption, surtout les dossiers de trafic d’or, des bois de rose et d’autres ressources du pays.

D’ailleurs le FMI et la Banque mondiale avec l’appui de l’Union Européenne et d’autre partenaires internationaux ont déjà conditionné leur aides avec une gestion seine et une tolérance zéro contre la corruption et pour le respect de la justice.

Les Américains ont plusieurs fois rappelé le dossier de bois de rose de Bekasy, mais à ce jour, rien n’y fait. Le dossier de bois de rose à Singapour sera attendu également sous le manteau de ce régime.

Le régime Rajaonarimampianina a-t-il fait alors son choix de faire sortir Molou Navazaly contre l’intérêt de toute la population malagasy à travers ce financement de la FMI et de la Banque Mondiale conditionné par le respect de l’Etat de droit sans corruption?

Même si Molou Navazaly Rossanaly aurait fait appel de la condamnation de la justice sortie il y a 2 jours, l’opinion digère mal le fait qu’un condamné de 7 ans de Travaux forcés pour trafic de 66kg d’or n’a même pas foulé ses pieds en prison mais libre comme le vent.

Raharimanana Patrick. www.sobikamada.com

Molou vu à la Mosquée Ankorondrano

 

MOLOU Navazaly Rossanaly, condamné à 7 ans de Travaux forcés avec mandat d’arrêt pour trafic d’or pesant 66kg est revenu libre de l’île Maurice hier.

Ce soir il est allé à la Mosquée d’Ankorondrano faire ses prieres du soir de Ramadhan sans que personne ne s’offusque de le voir libre de tout mouvement.

Il est bon de savoir qui lui a donné cette liberté, si vraiment il a eu une liberté provisoire suspendant sa condamnation.

Raharimanana Patrick.

www.sobikamada.com

Molou vu à la mosquée d’Anosizato.

Raharimanana Patrick

Molou Navazaly Rossanaly condamné à 7 ans de Travaux forcés non inquiété

Le Président du Conseil Régional de L’océan Indien (CROI), Molou Navazaly Rossanaly, d’obédience Khojas a été invité par les Bohras au Mosquée d’Anosizato jeudi soir 30 juin pour casser le jeûne du Ramadan au coucher du soleil avec eux.

Rappelons que Molou a été condamné depuis le 21 juin 2016 par la Cour Criminelle de trafic d’or pesant 66 kg et que tout son compte en banque et ses parts sociales avec sa propriété PANSETAN devaient être confisqués au profit de l’Etat, mais jusqu’à présent, Molou est libre sans être inquiété malgré le mandat d’arrêt émit.
Ni le juge, ni le Procureur, ni le ministre de la justice, ni le Chef de Gouvernement qui sont au courant du dossier, de même que la Présidence ne bougent pas le petit doigt pour l’incarcérer.

Comment peut-on avoir confiance en cette justice ou ce régime si une application de peine prononcée n’est même pas exécutée?
C’est ce qu’on appelle déni de justice caractérisé et cela mérite la même peine que l’auteur.

(Photo Sobika)

Cliquer pour agrandir.

Mosquée Anosizato

Molou condamné

Maison Molou

www.sobikamada.com.

Karana condamné et libre 2

Quelques cas avérés.

 Ivato – Trafic d’or et d’hippocampes sur un même vol

Cette double prise sur un même vol est une première à l’aéroport international d’vato

L’Express de Madagascar. 20.02.2015 

Près d’un kilo et demi de lingots d’or ainsi qu’un millier d’hippocampes ont été découverts avant le décollage du vol de la compagnie Air Mauritus à destination de la Chine. Trois trafiquants ont été arrêtés pour cette double contrebande.

Un double trafic a été débusqué jeudi après- midi, aux alentours de 17 heures, pendant l’enregistrement des passagers du vol de la compagnie Air Mauritus. Un investisseur d’origine sri-lankaise  qui allait s’envoler pour  Maurice, a été  pris en possession de 1,4 kilogrammes de lingots d’or. Sur ce même vol, deux Chinois en partance pour Hong-Kong, en train de faire passer en contrebande près d’un millier d’hippocampes, pesant trois kilos, sont également tombés dans les mailles des filets tendus par les éléments de la Police de l’Air et des Frontières (PAF), à l’aéroport international d’Ivato.
Le Sri-lankais  épinglé pour trafic d’or est âgé de cinquante-trois ans. Ayant plus d’un tour dans son sac, le quidam a dissimulé ses lingots à l’intérieur de deux cannes métalliques creuses qu’il a soigneusement rangées dans sa valise. Alors qu’un homme non averti n’y verrait que du feu, le trafic a éclaté au grand jour, lorsque son bagage a été passé au scanner.
Agés respectivement de vingt-trois et de cinquante-deux ans,  deux chinois, sur le point de quitter le territoire malgache avec le millier d’hippocampes interceptés, ont également été trahis par la machine à l’embarquement. Ces chevaux marins, séchés au soleil, étaient empaquetés, avant que les deux contrebandiers ne les cachent dans leurs bagages.
Têtes connues
Dès que la police a découvert le pot-aux-roses, les trois trafiquants asiatiques ont été appelés à se présenter au banc de fouille, où les bagages suspects ont été ouverts en leur présence.
«Des mesures ancrées sur le renforcement de la collaboration entre la Police de l’Air et des Frontières, la Douane, ainsi que la gendarmerie, ont été prises dans l’immédiat, pour stopper l’hémorragie après que cinq kilos d’hippocampes, ont été interceptés à l’aéroport d’Ivato, la semaine passée. La double saisie effectuée hier soir révèle que le dispositif d’urgence mis en place fait ses preuves. Un audit bat son  plein pour démystifier ces trafics qui semblent perdurer. Des dispositions plus élaborées seront ensuite adoptées », a souligné le ministre des Finances et du Budget, François Marie Maurice Gervais Rakotoari­manana, lorsqu’il s’est dépêché à Ivato, hier soir, sitôt alerté de cette double saisie.
Le commissaire principal Jean Victor Tsaramonina Ravony, chef de la Police de l’Air et des Frontières révèle, quant à lui, que certaines têtes sont tenues à l’œil. « Des Chinois sont dans le collimateur en ce qui concerne les exportations illicites d’animaux tels que les hippocampes et les tortues. En revanche, des Indiens et des Sri-lankais sont le plus souvent mouillés dans les plupart des trafics d’or portés au grand jour », déclare le commissaire Tsaramonina Ravony. En saisissant la balle au bond, il indique un pullulement de trafiquants sur les vols vers l’Asie.

Trafiquant devant le parquet

Le directeur général des douanes, fraîchement nommé, Eric Narivony Rabenja, s’est rendu à l’aéroport, jeudi soir, sitôt informé de cette triple arrestation. Il a affirmé que le trafiquant qui a expédié en colis postal pour la France, dix neuf mille hippocampes retrouvés la semaine passée à Roissy, s’est déjà fait prendre. Une collaboration entre les douanes malgaches et françaises a permis son identification. Cuisiné par les enquêteurs à Ivato, il sera traduit devant le parquet, ce vendredi.
Il précise, en revanche, que les hippocampes figurent dans l’annexe II de la Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore sauvages menacées d’Extinction (Cites). Ils sont, de ce fait, susceptibles d’être exportés sur autorisation, pièce que les suspects arrêtés jusqu’à maintenant n’ont pas. Seth Andriamarohasina.  L’Express de Madagascar

 ————-

TRAFIC D’OR – Un steward d’Air Madagascar recherché

L’Express de Madagascar. 20.09.2014 

L’étau se resserre autour d’un steward de la compagnie Air Madagascar après la découverte de dix-huit lingots à bord du vol MD 010 à destination de Guang­zhou. Cet or massif pesant une bonne vingtaine de kilos a été retrou­vé le vendredi 12 septembre en fin de matinée, dans la cabine de repos du personnel navigant commercial d’un Airbus A340.

Alors que le départ était prévu à 17 heures, l’or a été retrouvé sous les sièges vers 11h30, soit plus de cinq  heures avant le décollage.
Soupçonné d’être le cerveau de ce trafic, un ressortissant chinois a été le premier à se faire cueillir. Il s’apprêtait à embarquer à bord de l’appareil, lorsqu’il est tombé dans les mailles des filets de la gendarmerie de l’aéroport d’Ivato, qui ont agi sur la base de renseignements. Alors que le passager a été jeté en prison mercredi, ses auditions ont permis aux enquêteurs de remonter de fil en aiguille jusqu’au steward.
« Nous sommes sur ses traces », lance le colonel Florens Rakotomahanina, commandant de la circonscription interrégionale, de la gendarmerie nationale à Anta­nanarivo.

Seth Andriamarohasina.

————

Ivato – Vingt kilos d’or saisis dans un Airbus 340

La gendarmerie entend toucher sa part après les transactions lorsque ces lingots seront versés au stock d'or de la banque centrale

L’Express de Madagascar. 13.09.2014

Les gendarmes ont découvert dix-huit lingots à bord d’un Airbus A340 d’Air MAD, cinq heures avant le décollage pour Guangzhou. L’or était caché sous les sièges des membres de l’équipage.

Un trafic d’or a été pris à contre-pied à l’aéroport international d’Ivato hier. Aux alentours de 11h30,  cinq heures avant le décollage du vol MD 010 à destination de Guangzhou en Chine, dix-huit lingots d’or pesant une vingtaine de kilos, ont été découverts à bord de l’Airbus 340 de la compagnie Air Madagascar. Cette quantité rocambolesque d’or était dissimulée sous les sièges, dans la cabine de repos du personnel naviguant.
Les éléments de la compagnie territoriale de la gendarmerie de l’aéroport ont découvert le pot-aux-roses pendant la préparation de l’appareil, dont le décollage était prévu à 16h55.
« Un passager a été arrêté. Il devait embarquer à bord de ce vol. Son passeport a été saisi », lâche le colonel Florens Rakoto­mahanina, commandant de la circonscription interrégionale de la gendarmerie nationale à Antananarivo. En crevant l’abcès, il dénonce à coup sûr une complicité entre les contrebandiers et des employés de l’aéroport qui ont eu accès à l’appareil pendant la préparation et le check-in.
«Cela fait près de trois mois que nous remontons les traces de ces trafiquants. Hier, nous avons  demandé l’autorisation d’inspecter l’avion, sitôt mis au parfum que les malfaiteurs avaient refait surface. Notre flair ne nous a pas trompés et voilà le résultat », lance d’un ton fier le commandant de la CIRGN.
Retour de manivelle
Lors d’un point de presse qu’il a donné au camp de la gendarmerie à Ankadilalana hier après-midi, le colonel Rakotomahanina a mis en avant que la valeur marchande du produit minier tombé dans les mailles des filets peut s’élever jusqu’à trois milliards d’ariary. Il entend passer au crible toutes les tâches et vérifications effectuées sur cet Airbus A340, depuis son arrivée à l’aéroport jusqu’à l’instant où ces lingots ont été retrouvés, de manière à démasquer toute personne touchée de près ou de loin à cette affaire interlope. Le MD 010 a pu prendre son envol dans les temps, bien que ce coup de théâtre ait chamboulé sa préparation. Des têtes risquent de tomber. Seth Andriamarohasina. L’Express de Madagascar

————-

Madagascar : un haut gradé impliqué dans un trafic d’or

Un haut responsable des forces de l’ordre est suspecté d’avoir transporté frauduleusement hors du pays quelque 20 kilos de lingots d’or. Les hautes instances étatiques ont d’ores et déjà été saisies de l’affaire.

Le quotidien Midi Madagascar, à l’origine de cette révélation, parle d’un nouveau scandale, qui a eu pour cadre l’aéroport international d’Ivato, à Tananarive. Mardi 4 mars, à l’heure où toute l’attention était focalisée sur l’arrestation d’une ressortissante russe, prise en flagrant délit de trafic de reptiles, un haut gradé malgache a saisi l’occasion pour se faufiler entre les mailles du filet des douaniers et des agents de la police de l’air. Il a réussi à s’envoler vers Nairobi, Kenya, avec 20 kilos d’or dissimulés dans ses bagages.

Ce passeur « haut de gamme » est passé presque inaperçu et a réussi son coup « sans être inquiété », écritMidi Madagascar, qui décide de taire le nom du présumé trafiquant, pour le moment. « Un haut responsable des forces de l’ordre dont nous nous abstenons pour l’heure de dévoiler l’identité, a quitté l’aéroport d’Ivato avec 20 kilos de ce métal précieux », dont la valeur marchande est estimée à 2 milliards d’ariary, l’équivalent d’environ 700 000 euros.
Toujours d’après Midi Madagascar, cet homme, dont les bagages n’ont pas été fouillés ni enregistrés par voie normale, a embarqué à bord d’un vol régulier de la compagnie South African Airways à destination de Nairobi, la capitale du Kénya, soit la même destination que la femme russe qui tentait de transporter frauduleusement 49 tortues, des serpents et des caméléons.
Selon les informations recueillies par le journal malgache, ce membre des forces de l’ordre a officié comme passeur pour le compte d’un réseau mafieux. Midi Madagascar désigne sans le citer nommément « une personne appartenant à la famille d’un haut responsable de transition comme cerveau du trafic ».
Mais il y a une chose dont le haut gradé ne savait pas : il a été pris en filature par des agents de renseignements, qui ont scruté ses faits et gestes le jour de son départ. Dès mardi soir, des rapports sur ce trafic d’or ont été transmis à des hauts responsables de la République, qui ne tarderont pas à réagir et à prendre des mesures qui s’imposent, à savoir l’arrestation des auteurs et de toutes personnes impliquées dans cette affaire, selon Midi Madagascar.
« Plus jamais la fuite de nos patrimoines ! Nous sommes bien au courant de cette affaire à Ivato et nous en prenons acte. Nous verrons bien la suite », confie dans les colonnes du quotidien un proche du régime actuel. LInfo. Réunion.
———–

Inde – De l’or en provenance de Madagascar intercepté

En l'espace de deux semaines, c'est la deuxième fois qu'un trafic d'or en provenance de Madagascar éclate au grand jour.

L’Express de Madagascar 09.04.2014 

Arrestation d’un Indien résidant à Madagascar à l’aéroport de  Chhatrapati Shivaji à Mumbai. Cet homme d’affaires habitant à Tsaralalàna a été pris avec 1,6 kilos d’or massif.

Un trafic à l’international a été démasqué in extremis en Inde. Mercredi, de l’or massif  est tombé dans les mailles des filets des douaniers à l’aéroport international de  Chhatrapati Shivaji à Mumbai. Trois contrebandiers ont été démasqués, dont un Indien âgé d’une trentaine d’années, habitant à Tsaralalàna. Jouissant d’un  statut  de résidant, ce ressortissant étranger travaille à Madagascar en qualité d’homme d’affaires. Le quidam a été pris en possession de deux  bracelets en or, pesant près de 1,6 kilogrammes, dont la valeur marchande s’élève à près de treize millions d’ariary d’après les autorités indiennes.
Les explications apportées par les douaniers qui l’ont coincé indiquent qu’il a quitté l’aéroport international d’Ivato à bord d’un vol régulier de la compagnie Kenya Airways pour faire  escale à Nairobi, capitale kenyane. Après avoir franchi cette étape par des moyens qui laissent rêveur, il s’est envolé ensuite pour Mumbai, sa destination finale. Selon les informations communiquées, l’or saisi allait être revendu dans cette ville de l’Inde du sud après que le trafic ne fut mis à nu à l’aéroport.
En examinant son passeport, les agents sur les lieux ont relevé qu’il aurait déjà fait des allées et venues entre Madagascar, Bombay et Dubai, deux plaques tournantes du trafic d’or, en passant par Kenya et Maurice qui ne seraient que des gîtes d’étape.
Relâché
Aux dernières nouvelles, l’Indien incriminé dans ce trafic à l’international serait déjà à Tana, ce qui laisse croire qu’il a apparemment  effectué des transactions avec les autorités sur place afin d’échapper à la prison.
Après ce coup de théâtre en Inde, il serait néanmoins tenu à l’œil. En rassemblant les pièces du puzzle, les  enquêteurs ont conclu que le suspect ne serait qu’un larbin, payé pour convoyer la marchandise. En revanche, un opérateur d’origine indienne poursuivi par le tribunal pour trafic d’or est soupçonné de tirer les ficelles.
Le trentenaire incriminé s’est fait cueillir avec deux autres de ses compatriotes. L’un d’eux s’est fait arrêter avec plus d’un demi-kilo d’or qu’il avait dissimulé dans les tirettes d’un sac à roulettes dans lequel il avait rangé ses effets personnels. Transformé en  baguettes, le produit minier a été glissé à l’intérieur des manches du sac, lesquels étaient scellés afin de dérouter tout contrôle. Malgré cette ruse, les douaniers n’ont pas été dupes.
«Le plus important du trafic d’or s’effectue surtout depuis le Moyen Orient. Madagascar ne figure pas encore sur la liste rouge. De visu, les malfaiteurs profitent de cette situation pour tenter d’échapper aux contrôles », a indiqué  l’un des douaniers indiens qui a réalisé cette belle prise. L’Express de Madagascar

———–

Ivato – Saisie d’or massif à bord du vol pour Nairobi

L'or découvert sur les deux passagers est entre les mains de la PAF

L’Express de Madaascar. 24.03.2014 

Transformés en quatre longues chaînes d’attache pour animaux, 1,7 kilos d’or ont été découverts dans  les bagages de deux Indiens, hier. L’or a été de visu introduit à bord par un complice.

Coup de théâtre à l’aéroport international d’Ivato. En procédant à une fouille, à bord du vol de Kenya Airways, à destination de Nairobi, la police de l’Air et des frontières (PAF) a mis la main sur
1,7 kilo­gramme d’or massif. Ce produit minier a été découvert dans les bagages à main d’un quadragénaire indien et de son fils âgé d’environ une vingtaine d’années. Les bagages de ces derniers ont été passés au scanner avant qu’ils n’embarquent, mais la police n’a rien constaté.
La thèse que tout cet or a été conduit au tarmac, et introduit à bord avec l’aide de complices qui travaillent à l’aéroport, est de ce fait avancée. Ayant plus d’un tour dans leur sac, les trafiquants ont transformé tout le produit minier en de vulgaires chaînes d’attache pour animaux domestiques, mesurant chacune environ un mètre et demi. Enroulées puis mises dans une pochette en papier, elles ont été découvertes avec une sorte de pièce massive et une pépite pesant quelques grammes.
Les deux Indiens ont été d’emblée débarqués, lorsque les éléments de la PAF ont découvert le pot-aux-roses.
Renseignements
Des informations filtrées au compte goutte révèlent que, ces contrebandiers comptaient se rendre à Dubaï, en faisant escale à Nairobi, lorsque le trafic a tourné court.
En passant au crible les informations en sa possession, la police a fait des recoupements depuis samedi, et si que les trafiquants allaient prendre le vol de Kenya Air­ways. Du coup, elle n’a plus lâché le morceau. Interrogé sur ce coup de filet, le commissaire Mohamed Ali Randriamerison, chef de la Police de l’Air et des Fron­tières indique, néanmoins, qu’il n’y aurait encore rien à déclarer sur cette saisie. «La lutte contre les trafics continue à l’aéroport d’Ivato», voilà ce que je peux dire, déclare-t-il. « En ce qui concerne le trafic d’or ayant été mis à nu, une enquête est ouverte et les suspects arrêtés seront remis à la justice dès qu’elle sera clôturée », ajoute-t-il.
Hier après-midi, les deux incriminés ont subi un interrogatoire serré au poste de la PAF. L’Express de Madaascar.

———

52kg à destination de Dubaï

Madagascar Tribune. mardi 10 avril 2012


Selon le directeur des Mines qui est intervenu en début de week-end pascal sur une station télévisée privée de la capitale pour réagir par rapport aux accusations portées contre le ministère des Mines qui a autorisé l’exportation par voie aérienne de plus d’une cinquantaine de kilogrammes d’or, il y a depuis ce premier trimestre 2012 de nouvelles règles ou de nouvelles dispositions qui sont entrées en vigueur. Les deux « karana » qui avaient alors été interpellés le jeudi 5 avril par la Police des frontières et la Gendarmerie sur le tarmac de l’aéroport international d’Ivato, puis été relâchés avec leurs cartons de lingots d’or pesant au total 52 et quelques kilogrammes étaient en règle ; ils avaient tous les deux tous les documents indispensables et avaient satisfait à toutes les exigences administratives pour ce faire. À la grande stupéfaction des auditeurs et téléspectateurs, mais aussi des voyageurs qui avaient pris le même vol à destination de Maurice cette nuit là, leurs papiers sont légaux et la sortie de ces lingots d’or est conforme à la loi.

Les droits réduits de moitié

En effet, selon le directeur des Mines, l’or est considéré comme toute autre substance minière, et ce en parfait accord avec les opérateurs. Dès lors, un arrêté ministériel a été pris, réduisant apparemment de moitié les droits relatifs aux transactions de l’or. Résultat, explique le directeur des Mines, si en 2011, il y eut à peine 10kg d’or déclarés, aujourd’hui, en trois mois seulement de l’entrée en vigueur de cet arrêté ministériel, les services des Mines ont enregistré 100kg d’or à l’exportation.

Si auparavant, l’opérateur devait s’acquitter de droits s’élevant à 5000 ariary par gramme, désormais il ne paye plus que 2000 ariary par gramme de droits si la substance est inférieure à 5kg, et 1500 ariary par gramme s’il s’amène avec plus de 5kg d’or.

Depuis le début de l’année, on a exporté 101 kg d’or qui ont rapporté 8 milliards Ariary à l’État

Les redevances et ristournes équivalent à 2% des recettes des premières ventes dont 1,6 reviennent aux collectivités décentralisées et les 0,4% à l’État central.

Pour l’instant, on ne sait trop que dire de cette facilitation ou de cette banalisation du commerce de l’or ; toujours est-il que cette réduction des droits a donc encouragé des opérateurs à cheminer dans le respect des règles et à abandonner le circuit illégal. Les cartons d’or des deux « karana » avaient comme destination finale, Dubaï et ils devaient transiter par Naïrobi ; mais en raison du retard pris par cette interpellation des forces de l’ordre à Ivato cette nuit-là, ils ont dû transiter par Maurice la nuit même du jeudi 5 avril avant de rejoindre Dubaï. Recueilli par Valis. Madagascar Tribune.

———-

Un vol démasque les trafiquants d’or

Par Fabrice Floch. Publié le 21/03/2013.

L’affaire du trafic d’or entre Madagascar et Mayotte aurait pu passer inaperçu. C’est le vol de 6 kilos d’or sur un bateau entre Les Comores et Mayotte qui a permis de mettre au jour cette affaire internationale.

Les trafiquants transportaient les lingots d'or dans leurs valises. Ils auraient vendus, au moins, 246 kilos du métal précieux pour 12 millions de dollars. © Andry Rakotondravola
© ANDRY RAKOTONDRAVOLA Les trafiquants transportaient les lingots d’or dans leurs valises. Ils auraient vendus, au moins, 246 kilos du métal précieux pour 12 millions de dollars.

Réunion 1ère.

Fin janvier, Richad Mohamed-Taky, embarque sur le bateau qui effectue la liaison entre Les Comores et Mayotte avec six kilos d’or dans ses valises. Pendant la traversée, un voleur parvient à lui dérober son trésor. Mais un contrôle douanier contrarie le pirate qui abandonne son magot sur le navire.
Le commerçant Karane, informé de la découverte, se présente aux douanes trois jours plus tard, bien décidé à récupérer son bien. Il a en sa possession une facture du Ghana qui est censée prouver que les six kilos d’or sont à lui. Le problème est que ce document est un faux grossier.

La mule a transporté 246 kilos d’or

L’enquête diligenté par le parquet de Mayotte, avec l’aide des douanes et de la gendarmerie aboutit le 26 février dernier avec l’arrestation du réunionnais Wilson Lauret. La mule voyage avec 66 kilos d’or et présente un document aux douaniers identique à celui de Richad Mohamed-Taky. Placé en garde à vue dans les locaux de la section de recherche de Pamandzi, il finit par reconnaître qu’il a déjà transporté de l’or, à quatre reprises. Le métal précieux est vendu à Dubaï aux Emirats Arabes Unis au profit du commerçant Karane. Au total, il a déjà convoyé 246 kilos pour 12 millions de dollars.

Madagascar au coeur de l’enquête

Wilson Lauret a été mis en examen pour faux et usage de faux. Il a été placé en détention provisoire et ses biens, soit 30 000 Euros en liquide et ses quatre téléphones portables, ont été saisis. Une information judiciaire a été ouverte pour faux, usage de faux et blanchiment d’argent. Le juge d’instruction désormais en charge du dossier a demandé aux gendarmes d’enquêter avec l’aide de leurs collègues de la grande île sur ce trafic d’or d’une simplicité désarmante.

Les gendarmes de la section de recherche de Mayotte enquête sur ce trafic entre Madagascar et les Emirats Arabe Unis. © Andry Rakotondravola
© Andry Rakotondravola Les gendarmes de la section de recherche de Mayotte enquête sur ce trafic entre Madagascar et les Emirats Arabe Unis.

Ce reportage a été réalisé avec la collaboration d’Andry Rakotondravola de Mayotte 1ère.

————

TRAFIC EN PROVENANCE DE MADAGASCAR

Mayotte : 484 kilos d’or saisis depuis 2010

Posté par le Mercredi 17 Décembre 2014 à 09H46
À l’occasion de la visite à Mayotte du général de division malgache Richard Ravolomanana du 4 au 10 décembre, des échanges avec les forces de gendarmerie du 101ème département ont fait état de 484 kilos d’or interceptés depuis 2010, pour une valeur de 15,17 millions d’euros, rapporte France Mayotte ce mercredi 19 décembre 2014. Selon le quotidien mahorais, « il est donc permis de dire que l’île au lagon est une pierre angulaire du trafic d’or au départ de Madagascar ».

France Mayotte rappelle tout d’abord une affaire datant de février 2013 : « un passager en provenance de Madagascar, un Réunionnais nommé Wilson Lauret, était interpellé à l’aéroport de Pamandzi par les douaniers alors qu’il transportait dans ses valises pas moins de 66 kilos d’or ». Le quotidien ajoute que « quelques jours auparavant, un bateau avait été intercepté au large des côtes mahoraises avec 5 kilos d’or à son bord », soulignant que « là encore, la cargaison provenait de Madagascar ».

Et si aucune autre saisie n’a été signalée depuis, la récente visite à Mayotte du général de division malgache Richard Ravolomanana, du 4 au 10 décembre, a permis de révéler un « trafic d’or de grande ampleur », soit un total de 484 kilos interceptés depuis 2010.

« Au regard des quantités saisies, il est donc permis de dire que l’île au lagon est une pierre angulaire du trafic d’or au départ de Madagascar. Mayotte est le territoire le plus riche de la région, en tout cas du canal du Mozambique et cela suscite des convoitises à l’instar des candidats à l’immigration clandestine ou des trafiquants de stupéfiants », écrit France Mayotte, soulignant que « sur ces 484 kilos, certains ont fait l’objet de restitutions ou sont encore conservés au titre de scellés dans des instructions qui se poursuivent ».

www.ipreunion.com

—-

INDIEN APPRÉHENDÉ À IVATO: LES RICHESSES NATIONALES MALAGASY PILLÉES PLUS QUE JAMAIS

Or

Pierres précieuses, minerais précieux, bois précieux, et encore tant d’autres, chaque année, des tonnes et des tonnes de richesses nationales malagasy sortent clandestinement de notre territoire et les crises politiques et sociales sont des conditions favorable pour cela. A croire que les services de contrôle aux ports sont des vraies passoires malgré les efforts médiatisés que font les forces de l’ordre en charge de l’intégrité des frontières. A petite échelle comme à grande échelle, les trafiquants ne manquent pas d’idées originales pour dissimuler la « marchandise ».

Hier, la police des douanes a appréhendé un ressortissant indien à l’aéroport d’Ivato qui essayait de faire passer clandestinement de l’or (article plus bas). Selon la police des douanes, il aurait caché l’or dans des bouteilles de shampoing qui ont été trouvées dans ses bagages à main qu’il avait l’intention d’emmener à Mumbai, en Inde. Cependant, on n’a pas eu confirmation de la quantité d’or appréhendée car parait-il que la police enquête encore sur cette affaire. D’après la police, la plupart de ces trafiquants qui essaient de faire passer illicitement des richesses nationales à l’aéroport d’Ivato sont presque tous des ressortissants étrangers. Ils ont aussi mentionné que ce sera à la fin de leur enquête qu’ils vont donner plus de détails sur cette affaire ainsi que la quantité d’or appréhendée.

MG Planet

Madagascar : Un trafiquant tente de faire passer de la poudre d’or mélangée avec du shampooing

Rédigé le Vendredi 5 Juin 2015 à 08:17
Madagascar : Un trafiquant tente de faire passer de la poudre d'or mélangée avec du shampooing

Un ressortissant indien de 58 ans a été interpellé mercredi à l’aéroport international d’Ivato avec 4,5 kilos en poudre d’or dans ses valises.

Pour déjouer la vigilance des policiers et des douaniers, la poudre d’or avait été préalablement versée dans trois flacons de shampooing. Le trafiquant allait embarquer sur un vol d’Air Seychelles à destination de Mumbai en Inde.

Indian Océan

———-

Madagascar: Blanchiment d’argent et trafic d’or – Intervention suspecte d’un conseiller du président et d’un Général de la Police

Est-il possible que l’on exporte illicitement des lingots d’or, au moins deux fois par semaine, vers Dubaï sans que la Police de l’Air et des Frontières de l’aéroport d’Ivato ne soit au courant ? Les indo-pakistanais qui se trouvent dans le collimateur de la chaîne pénale cherchent une protection au haut lieu.

L’affaire de blanchiment d’argent et de trafic d’or qui implique une famille indo-pakistanaise ayant une grande propriété à Tsaralalana et un grand magasin à Andraharo connaît un nouveau rebondissement. En effet, on a appris hier qu’outre le haut responsable du ministère de la Justice qui essaie de protéger les personnes impliquées dans cette grave affaire, un conseiller spécial du président de la République et un Contrôleur Général de la police nationale seraient intervenus pour bloquer les procédures au niveau de la chaîne pénale anti-corruption.

L’officier général de la police se serait même permis d’interpeller les magistrats en charge du dossier qui comporte des preuves irréfutables sur l’existence de ce blanchiment d’argent et de ce trafic d’or. Les passeurs qui travaillent avec ces exportateurs illicites d’or sont actuellement identifiés. Chose curieuse, on connaît d’après les investigations menées par la chaîne pénale anti-corruption que ces « Karana » impliqués exportent illicitement, au moins deux fois par semaine, des lingots d’or vers Dubaï et l’Inde alors que la Police de l’Air et des Frontières à Ivato ne serait pas au courant de l’existence de ces trafics.

Mandat d’emmener

Malgré les mandats de comparution qui ont été délivrés contre les « Karana » impliqués dans l’affaire, ces derniers refusent jusqu’à présent de comparaître devant la chaîne pénale anti-corruption à Faravohitra. Face à ce refus, la chaîne pénale anti-corruption se préparerait à lancer des mandats d’emmener contre eux. En tout cas, une fiche technique et des preuves sur cette affaire de blanchiment d’argent et de trafic d’or instruite par la chaîne pénale anti-corruption auraient été déjà envoyées au président de la République. Ce dernier, qui a confirmé devant le Secrétaire Général des Nations Unies sa détermination à restaurer l’Etat de droit et à lutter contre la corruption, connaîtra davantage les détails de l’affaire à son retour de l’extérieur. A propos de cet Etat de droit, il faut rappeler que le nouveau président Hery Rajaonarimampianina a déjà pris les mesures qui s’imposent pour mettre fin aux trafics de bois de rose à Madagascar. Des mesures saluées par les bailleurs de fonds de la Grande île dont la Banque Mondiale. Des grosses têtes de ces trafics de bois précieux font actuellement l’objet ‘IST (Interdiction de Sortie du Territoire). Pour bon nombre d’observateurs, le président de la République devrait faire de même pour éradiquer les trafics d’or qui ne profite qu’à une minorité étrangère. Midi M/car.

Lire :

Les Karana (Indo Pakistanais, de nationalité française) à Madagascar.

———–

Nos femmes envoyées comme esclaves

———–

 Pierres précieuses, bois de rose, terres volées

————–

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Trafic d’or et blanchiment d’argent à Madagascar. Dubai, Maurice, Mayotte, Chine, Inde…

  1. Takoto dit :

    C’est triste pour notre pays.
    les plus gros bonnets se libère toujours sans inquiétudes. Quelques heures d’enquetes et libre contre des lingots sûrement . Quelques heures en prison et libre.
    Qui est ce fameux hors la loi intouchable?
    Qui a financé le Richad?
    Pourquoi le Président Hery ne passe pas à l’action?
    En tout cas chapeau a ce Mr M…. pour son trafic juteux sans inquiétude et problèmes.

  2. Lechappe dit :

    Mon avis personnel d un petit citoyen de se monde,le peuple malgache (et ils de Madagascar) devrait être avec toute cette ‘richesse’ et bien d autres être plus indépendant(e) et pouvoir régler bien des problèmes important pour ce peuple charmant et cette grande ils merveilleuse ,avant que ce là soit vraiment trop tard comme dans 90% des pays de se monde beaucoup trop mondialisé!En douceur et sens geste déplacer le peuple malgache pourrait résoudre bien de problèmes de leurs vie quotidienne et primordial avec toute sa et ces richesses !95% des Malgaches et ils de Madagascar pourrait s’emporter beaucoup mieux et en a vraiment besoin. Moura Moura Madagascar doit soigner ses plaies et sont peuple s’enrichir de bien être principaux à une vie saine et équitable pour aborder un 21e siècle sans corrompues pilleurs voleurs égocentrique manipulateur .
    Une clef d or ouvre toutes les portes , mais non celle du ciel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :