Ketaka Razafimisa. Réalisatrice, disparue trop tôt (29 ans).

ketaka-razafimisa

Ketaka Razafimisa : Hommage de tous ses proches

KETAKA-(3)Les amis et proches de Ketaka Lalaina Razafimisa sont encore sous le choc. Sa disparition soudaine affecte le monde du cinéma malgache. Beaucoup lui ont rendu hommage.

Noir. Tout noir. Le deuil est terrible, ses plus proches sont encore sous le choc. « Je n’y crois toujours pas, c’est comme si elle dormait » dit Ando, un de ses amis. Noir, comme le dernier clap d’un film, un « fondu noir » pour laisser place au générique de fin. Tout est fini. Assombri, tout le monde l’est. Le groupe Moajia a annulé le cabaret concert programmé ce soir au Piment Café, endeuillé par le décès de cette artiste, petite amie d’un de ses membres. La disparition soudaine de Ketaka Razafimisa laisse un goût amer pour tous ceux qui l’ont connue. Ses meilleurs amis craquent, la tristesse est telle qu’il n’y a aucun mot pour décrire ce qu’ils ressentent. « Je ne sais pas quoi te dire, je ne trouve pas les mots pour le décrire » lâche Nanté, son meilleur ami. L’interview n’ira pas plus loin. « C’est trop dur et impossible à réaliser. Pour moi, tu es juste plongée dans ton sommeil, ton petit coin de paradis » lui dit Mirana Razafitsambaina, grande amie également, qui se souviendra toujours d’une amie qui croque la vie à pleines dents. « Je ne trouverai plus jamais une amie comme toi » lui dit alors Ando, qui partageait bien plus que des heures de travail avec elle, dans le domaine du cinéma.

Ketaka Razafimisa, c’est une fille qui ose, et qui dit ce qu’elle pense, sans gêne, sans barrière. Sa sincérité fait même peur à certains. « J’ai connu Ketaka lorsqu’on a étudié à l’université, à la médiation culturelle. Mais j’avoue que l’on ne s’est pas parlé à l’époque. Puis, on s’est revue dans le cadre des Rencontres du Film Court, et c’est elle qui s’est avancée vers moi pour me parler en premier. J’avoue que j’avais un peu peur d’elle, de son attitude très directe. Mais Ketaka, elle est comme ça, et je l’adore comme ça. Pleine de vie, elle rigolait beaucoup. C’est aussi un fin gourmet qui aime manger, et qui connaît les meilleurs plans bouffe » se souvient Sariaka Rabearivony, son amie. Passionnée, elle l’était, et son film, c’était tout simplement La réalisation de sa vie. « J’ai vu comment elle a vécu ce film. Elle est venue inscrire le film le dernier jour, à midi, toute contente car elle l’a ramené à temps » continue-t-elle. Un témoignage qui dépeint au mieux la vraie personnalité de Ketaka, qui restera l’amie irremplaçable de ceux qui l’ont connue.

Midi M/car

—-

—-

La jeune réalisatrice Ketaka Razafimisa retrouvée morte chez elle

(22-04-2015)

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe au sein du monde culturel et cinématographique malgache. Lalaina Ketaka Razafimisa, âgée seulement de 29 ans, a été retrouvée morte chez elle ce matin. Son décès se produit à la veille d’un grand événement, qui aura marqué à jamais sa vie et sa carrière de réalisatrice.

La jeune réalisatrice Ketaka Razafimisa retrouvée morte chez elle

Lalaina Ketaka RAZAFIMISA

© facebook/ketakarazafimisa

Son dernier œuvre, un film court-métrage, est en compétition ce soir à 18h 30 à l’IFM Analakely, dans le cadre de la 10e édition des Rencontres du film court. A coup sur, Ketaka Razafimisa n’aurait jamais raté ce rendez-vous sous aucun prétexte. Elle était d’ailleurs la seule réalisatrice en compétition dans la catégorie FICTION. Mais la vie en a décidé autrement. Ketaka est morte ce matin ou cette nuit. Les circonstances de sa mort sont en effet un mystère pour son entourage.

A en croire la version de son petit ami, le dernier à l’avoir vue vivante hier soir vers 23h, elle se serait pendue dans sa chambre avec un foulard, attachée à un porte-rideau. Ce n’est qu’au petit matin qu’il l’aurait découverte sans vie. Il l’aurait tout de suite détaché et l’aurait déposé sur son lit, pour la ranimer. Mais en vain. Vers 6h du matin, son petit ami décide enfin d’appeler sa famille, pour leur faire part de la mauvaise nouvelle. Les Forces de l’ordre auraient déjà saisi cette affaire. Celui qui a partagé sa vie depuis sept ans a été entendu par les enquêteurs ce jour-même.

Cet après-midi, la dépouille mortelle de Ketaka Razafimisa se trouvait encore à l’hôpital HJRA Ampefiloha. Beaucoup, dans l’entourage de la jeune réalisatrice, ne croient pas à un suicide. Sur les réseaux sociaux, personne ne voulait tout simplement pas y croire. La disparition soudaine de Ketaka a suscité une vague d’émotions sur Facebook. « Mais que s’est-il passé ?!!! Partie trop tôt, quoi qu’il ait pu se passer. Repose en paix, toi qui ne t’es jamais privée d’exprimer tes opinions », poste le chanteur Spydee sur sa page.

Ou encore ce statut de la chanteuse de Tarika B, Hanitra Rasoanaivo, amie proche de la défunte : « Je ne trouve pas les mots ! Je ne sais pas ce qui s’st passé, ni quand…Je lui ai laissé un message lui avertissant que j’allais être présente pour la projection de son film ce soir, car elle y a beaucoup insisté…mais elle ne m’a jamais répondu…Son mur est rempli de RIP…Et la même chose se passe sur la page officielle des Rencontres du Film court… Je n’arrive pas à y croire ! ».

La jeune réalisatrice Ketaka Razafimisa retrouvée morte chez elle

Forte tête, directe, talentueuse, Ketaka Razafimisa était considérée, dans le milieu cinématographique malgache, comme la réalisatrice à suivre. Ce jour, les organisateurs de la 10e Rencontres du Film court ont décidé de maintenir la projection de son film « Her little peace of Heaven », malgré son décès. Ceux qui l’ont connu espèrent qu’au moins, elle l’aurait trouvé, « sa part du paradis ».

Toute l’équipe du Portail moov.mg présente ses condoloéances à la famille de Lalaina Ketaka Razafimisa

http://www.moov.mg

Agir avec M/car.

—-

Raharaha Ketaka : Nohalavaina ny fitazomana ny sipany

Nanapa-kevitra ny pôlisy misahana ny fanadihadiana momba ny heloka bevava ny amin’ny hanalavàna ny fitazomana an’I I.R, ilay tovolahy sakaizany. Raha ny fantatra dia mbola misy olona henoina ihany koa momba ity raharaha ity alohan’ny hanolorana ny fampanoavana an’I I.R. Anio kosa no handevenana an’Itompokovavy, any Ambohitrombihavana, izany dia aorian’ny lamesa izay hotanterahina ao Amparibe-Famonjena. Mbola mijanona ho mistery amin’ny maro ny mahakasika ity raharaha ity. Novonoina ve izy sa kosa namono tena? Ny fianakaviany dia mitsipaka ilay antony faharoa ary izay rahateo no nahatonga ny fisian’ny fanadihadiana nisokatra. Manampy betsaka amin’izany ny valin’ny fitiliana ny razana izay natao ny andron’ny nahitàna azy maty tao an-tranony ihany. Saingy ny tatitr’izany dia mandeha avy hatrany any amin’izay mpitsara handray an-tànana ny raharaha. Heverina izany fa aorian’ny fandevenana no hitohy indray ny fanadihadiana sy ny fihainoana ireo olon-kafa, araka izay mety hilàn’ny pôlisy azy, mba hamenoana ny fanadihadiana. Mitohy amin’ny tambajotra sosialy ny hafatra fanomezam-boninahitra an’i Ketaka Razafimisa avy amin’ny olom-patany. Maro ny olona nahafantatra azy satria mora mifandray amin’olona Itompokovavy fony fahavelony. Isan’ny nanana hoavy lehibe tamin’ny sehatry ny sarimihetsika ihany koa ny tenany ary betsaka no niandrandra azy hitondra avo izany sehatra izany. Saingy ny lahatra sy anjara tsy namela izany… D.R

Midi M/car

—-

Son enterrement au tombeau familial à Ambohitrombihavana se fera samedi après une messe au temple d’ Amparibe Famonjena. Son copain, lui, continue d’être enquêté à la brigade criminelle.

La garde à vue de I.R, violoniste d’un groupe de musique fusion-traditionnelle, a continué hier. Il a été entendu par les enquêteurs de la brigade criminelle après la mort de sa copine Lalaina Razafimisa, plus connue sous son deuxième prénom Ketaka par ses connaissances et les cinéastes. I.R est pour l’instant soupçonné par la police judiciaire d’être responsable de l’homicide de sa copine. Il a été le dernier à être vu avec elle durant la nuit du mardi. Le lendemain, au petit matin, Ketaka a été retrouvée pendue sur la corde d’un rideau dans sa chambre. La thèse d’un suicide a été écartée par sa famille. « Femme de fort caractère comme on la connaissait, nous refusons la thèse que Ketaka s’était donnée à la mort. De son vivant, elle n’encourage jamais le suicide. Nous appuyons davantage la thèse du meurtre par cette mémoire » a-t-on appris de l’un de ses proches. Le résultat de l’autopsie d’avant-hier appartient au médecin légiste et est directement envoyé au magistrat. Un document qui étoffera le dossier judiciaire qui sera présenté normalement au parquet ce-jour. I.R épuisera aujourd’hui sa garde à vue de 48heures et son défèrement est prévu pour aujourd’hui, à moins que les enquêteurs n’envisagent un prolongement de détention provisoire pour espérer trouver d’autres éléments d’enquêtes. En tout cas, la reconstitution des faits s’est faite hier au domicile de Ketaka Razafimisa à Betongolo. Que s’est-il exactement passé ? Tout tourne autour de cette question. Les traces de strangulation sur le corps de Ketaka pourraient toujours avoir un double sens : le suicide ou le meurtre. Simple concours de circonstances ou non, le fait que sa mort tombe le jour de la projection officielle de son film fait penser à beaucoup de choses. Après la diffusion du court métrage, certains observateurs trouvent que le visionnage du film en question et les scénarios parfois sanglants pourraient apporter d’autres éléments de réponse sur cette affaire riche en coïncidences.

Midi M/car

—-

Ketaka Razafimisa : Son petit ami déféré au Parquet ce jour

Selon les informations qui nous sont parvenues auprès des enquêteurs, le petit ami de Ketaka Razafimisa sera déféré au Parquet ce jour. Interpellé le jour de la découverte du corps sans vie de la victime, il a été placé en garde à vue dans les locaux de la brigade criminelle à Anosy aux fins d’enquêtes. Garde à vue prolongée pendant le week-end. Selon toujours les mêmes sources, l’individu était la dernière personne vue en compagnie de Ketaka Razafimisa avant  sa mort. Le jour d’après, une reconstitution a été effectuée à Betongolo.  Depuis, la police a déjà auditionné plusieurs personnes sans toutefois dévoiler leur nombre. Secret de l’enquête oblige. Cette découverte macabre a suscité beaucoup de commentaires dans le milieu du cinéma malgache, plus précisément au niveau des réalisateurs. Pour rappel, cette femme pleine de vie a été découverte morte dans sa chambre pendue à un rideau

Midi M/car

—-

FAHAFATESANA TAMPOKA : Vono olona niniana natao no nahafaty an’i Ketaka Razafimisa

Niteraka resabe teo anivon’ny fiarahamonina hatrany ny nahafaty tampoka ity tovovavy vao erotrerony mpamokatra sarimihetsika ary manana ny lazany ity.27 avril 2015

Nahiana ny fisian’ny resaka hafa tao ambadika satria dia namana akaiky an’Itompokokolahy Nambinina Rakotoasimbola izy ary nampivarahontsana ny manodidina ny naharenesana tampoka ny fahafatseany satria olona tena manana ny heviny sy mafy fo izy.

Taorian’ny fizahana ny razana na “autopsie” dia fantatra fa vono olona niniana natao no nahafaty azy fa tsy famonoan-tena araka ny resaka nandeha. Ny sakaizany ihany ary olona malaza satria mpitendry zava-maneno amina tarika iray no notazonin’ny mpitandro filaminana, na dia efa niara-nipetraka ary niaraka niriaria taminy nandritra ny fito taona aza.

Izy rahateo no tena nahalala ny zavanisy marina nahafaty an’i Ketaka Razafimisa satria dia notazomin’ny Polisin’ny heloka bevava nanomboka ny alarobia izy ary mbola nohalavaina ny fe-potoana hitazoman’ny mpitandro filaminana azy noho ny tsy fahampian’ny fanazavana maro sy fisian’ny olona tokony mbola hohenoina amin’izany.

Araka ny fantatra dia amin’ity herinandro ity no handalo eny amin’ny fitsarana ny raharaha ary mbola mitohy ny fanadihadiana satria olona maro no mbola hohenoin’ny mpitandro filaminana.

RasoA ( Ino Vaovao).

—-

Ketaka Razafimisa : Son petit ami est présumé auteur de sa mort

Print Friendly

« Le fait de dire que le scénariste et actrice Ketaka Razafimisa s’est suicidée est un moyen pour induire la police en erreur pendant le moment où on a découvert son corps sans vie, dans son domicile à Betongolo, le 21 avril dernier ». Telle est l’explication du commissaire Ostrom Whenss devant la presse hier, à la Brigade criminelle à Anosy. On a essayé de faire à croire que la victime s’est pendue avec un foulard à un rideau. Mais ce n’est pas le cas. « Le rapport de l’enquête des forces de l’ordre et le résultat de médecin légiste lors de l’autopsie montrent qu’elle était étranglée », a-t-il ajouté.

Assassin-KetakaRazafimisa

La police et les proches de Ketaka Razafimisa ne sont pas persuadés tout au début qu’elle aurait délibérément osé commettre un tel acte. Après avoir procédé aux plusieurs enquêtes, la police a pu conclure qu’il n’y a que son petit ami qui pourrait être l’auteur du drame. C’était la seule personne avec qui elle a couché avant sa mort. « L’indice a montré que si la personne s’est suicidée, le foulard qui a entouré son cou doit présenter une forme conique. Mais, pendant la constatation sur place, il était horizontal. Cela veut dire qu’elle était déjà morte en allongeant sur le lit », a souligné le commissaire Ostrom Whenss. Le présumé auteur du meurtre a été déféré au Parquet d’Anosy, hier.

Herlittlepeaceofheaven-Ketaka-Razafimisa

Faut-il rappeler que le film, réalisé par Ketaka Razafimisa intitulé « Her little peace of heaven » a été récompensé à trois reprises, pendant la finale du concours de la dixième édition des rencontres du film court ou RFC, dimanche dernier.

Nandrasana

Mada24

—-

Her little piece of heaven

—-

Miara ory aminy fianakaviana izahay. MCM

KETAKA-(1)

—-

Rencontres du Film Court : Le prix public à « Her little peace of heaven » de Ketaka Razafimisa

Ketaka Razafimisa aura marqué le milieu cinématographique malgache.
Ketaka Razafimisa aura marqué le milieu cinématographique malgache.

Et de deux pour Ketaka Razafimisa. La jeune réalisatrice, décédée en avril dernier, a séduit le public avec son court métrage de 19’40 mn et remporte le « prix public ».

Le « prix public » pour une femme. Et pas n’importe laquelle mais pour Ketaka Razafimisa. Avec son « Her little peace of heaven », la réalisatrice a enfin gagné le défi qu’elle s’était fixé : celui d’évincer un homme et de représenter la gent féminine à un festival et surtout dans le monde du cinéma, souvent considéré comme un monde d’hommes. Elle n’est malheureusement plus là pour récupérer son prix. Ce fut donc Ludovic Randriamanantsoa, celui qui l’a secondée dans l’écriture du scénario de « Her little peace of heaven » qui récupèra le trophée à l’IFM. L’œuvre de Ketaka, pour rappel, a déjà été sacrée « Zébu d’or » dans la catégorie fiction. Stéphanie Razakaratrimo, qui a joué un rôle principal dans ce court métrage de 19’40 mn a également reçu la meilleure interprétation féminine. Malgré sa disparition, Ketaka Razafimisa aura laissé son empreinte dans le milieu cinématographique malgache.

Bilan positif. 20 000 festivaliers, 350 films projetés lors des 45 séances, 125 participants au Ti’Kino Gasy à Tanà, Diégo, Antsirabe et Ambositra, 40 films reçus et 16 films en compétition officielle, 9 lieux de la capitale investis. Voilà la dixième édition des Rencontres du film court (RFC) en quelques chiffres. « Placée sous le signe de la professionnalisation et de la mutualisation des compétences dans le processus de création, cette édition fut riche en programmation et intense en émotion. Pendant 9 jours, la vie cinématographique des festivaliers tananariviens a été rythmée par les RFC et ses nombreuses activités (projections, rencontres professionnelles, ateliers,…). En avril, Antananarivo était devenue la capitale du cinéma en Afrique et dans l’Océan Indien ». Pour la onzième édition qui aura lieu du 15 au 23 avril 2016, Laza Razanajatovo, Directeur des RFC, et ses compagnons de route, espèrent que le festival sera encore plus performant et attirera toujours autant de monde.
 Mahetsaka

La cour criminelle a rendu son verdict.

 Mort de Ketaka Razafimisa – Le compagnon de la cinéaste acquitté après réclusion

16.03.2016

La thèse d’un suicide a été retenue sur la mort brutale de la star des films courts Ketaka Razafimisa. Après avoir été placé à l’ombre pendant presque un an, son petit ami été acquitté purement et simplement.

Le verdict est tombé, mardi 15 mars, sur l’affaire Ketaka Lalaina Razafi­misa. Après avoir été placé en détention préventive, suite à la mort brutale de cette étoile montante des compétitions panafricaines des Rencontres des Films Courts (RFC), survenue dans sa villa familiale à Betongolo, dans la nuit du 22 au 23 avril 2015, son petit ami a été acquitté purement et simplement, hier, lorsque la cour criminelle ordinaire a prononcé son jugement.
Avant que le tribunal lui accorde le salut, hier, le jeune homme a vécu près d’un an de calvaire carcéral. La scénariste était seule avec celui-ci dans la propriété où ils avaient aménagé, lorsque la mort l’a happée. Ce drame est survenu pendant la dernière ligne droite de la compétition de courts-métrages de l’édition 2015 des RFC.
En lice avec son dernier chef-d’œuvre intitulé «Her lillte piece of heaven», Ketaka Razafimisa a brillé aux côtés des sept concurrents sélectionnés dans la catégorie fiction, et était bien partie dans la course aux lauréats, pour remporter le premier prix, le «Zébu d’or fiction».
Dans ses déclarations, son compagnon a assuré qu’elle avait visualisé le film jusqu’à des heures tardives de la nuit, lorsque ce drame est venu déchirer son
couple, alors qu’il était déjà plongé dans le sommeil. Au lever du jour, le jeune homme a signalé le décès de la cinéaste, en indiquant que celle-ci était pendue dans la chambre, avec un foulard accroché à un cache rideau, lui serrant le cou. Le petit ami de Ketaka Razafimisa a affirmé qu’il s’était permis de déplacer la dépouille sur un lit, du coup, il a été fortement soupçonné.

Revirement
Cinq jours après la découverte macabre, l’étau s’est resserré autour du compagnon de la scénariste. Présenté devant le parquet le 27 avril, il a été envoyé dare dare en prison. Avant de le traduire devant la justice, la police a relevé dans un point de presse, que la thèse d’un suicide par pendaison ne semblait pas tenir la route. Le commissaire Whenss Ostrom, chef de la brigade criminelle, a souligné que les marques de strangulation relevées sur le cou de la défunte, ne pouvaient pas être celles d’une pendaison, à la lumière des constats du médecin légiste et de la police scientifique. En saisissant la balle au bond, il a fait remarquer que les traces avaient été laissées par autre chose, et non par le foulard retrouvé. Il a, dans la foulée, attiré l’attention sur les points de strangulation, où ont été relevés les hématomes, lesquels ne pourraient pas techniquement correspondre à ceux d’une pendaison. En enfonçant le clou, la police criminelle a évoqué que le cache porte rideau était trop fragile au point de s’arracher, pour supporter le poids de l’artiste qui pesait environ 70 kilos.

Le vote des assesseurs a été effectué, lundi. Hier, lors de l’audience, neuf témoins ont comparu devant la barre, dont des cousins, des cousines, ainsi que des proches collaborateurs de la défunte. Les comportements et les attitudes de Ketaka Razafi­misa ont été relatés, lors du procès, pour tenter de déceler si elle pouvait être d’une manière ou d’une autre, poussée au suicide, par la force des choses. Au final, cette thèse a été retenue par la cour.

LEXPRESSMADA.COM

Bizarre

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :