CCI Ivato Réconciliation Nationale. Le Tribalisme de certains participants.

Le tribalisme refait surface

Depuis la nuit des temps, le langage n’a pas évolué chez une frange de la classe politique malgache. Actuellement, certains continuent de brandir le tribalisme alors que le débat est censé se focaliser sur la solidarité. Les coulisses de la consultation nationale sur le processus de réconciliation nationale sont souvent révélatrices d’une certaine velléité de diviser les Malgaches.

Il y a un risque. Mais fort heureusement, le bon sens anime encore certains participants aux assises nationales sur la réconciliation nationale au Centre de conférence internationale d’Ivato. Depuis hier, les participants ont entamé les travaux de commission. Dix commissions avaient été mises en place. Hier, chaque commission débattait du thème de la vérité, du pardon et de la réconciliation. D’après le témoignage de quelques participants, des acteurs politiques ont saisi cette occasion pour ressasser des événements survenus en 1991 et en 2002 dans le but de semer plutôt la division que la cohésion. D’autres en sont allés jusqu’à exiger le nombre des morts dans des affrontements occasionnés par ces crises.

En outre, d’après des témoignages, certains participants, en évoquant la question de la réconciliation, suggère l’obligation pour les entreprises établies dans certaines régions de recruter des cadres exclusivement au sein de la population locale. On veut imposer de la sorte tout le contraire de l’esprit de l’unité nationale. D’autres seraient allés jusqu’à remettre en question le fait que des non-originaires de leur région possède un titre foncier dans leur contrée. Un mépris au droit à la propriété et à la libre circulation des personnes à l’intérieur du territoire national.
D’une façon insidieuse, c’est le tribalisme que certains participants seraient en train de véhiculer dans un cadre censé promouvoir l’unité et la réconciliation. De nombreux participants sont conscients de la futilité de l’intervention de certains participants, qui, au lieu de garantir la réconciliation et la solidarité, tend plutôt à diviser davantage les Malgaches. Raison pour laquelle, les débats sont souvent houleux entre les participants au sein des dix commissions mises en place.
Ce jour, les participants répartis dans chaque commission se focaliseront sur la question de « la Justice, de la réparation et des indemnisations des victimes ». « La refondation de la nation et de la République » sera l’autre thème abordé l’après-midi.

En tous cas, certains participants étaient sidérés par la façon dont quelques militants zélés abordent les différentes questions. Car, il n’est pas rare que le tribalisme s’immisce souvent dans les débats où il n’a pas de place normalement. Un vieux démon que le FFKM se doit sans doute d’exorciser, une bonne fois pour toute.

La Nation

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s