Magro-Tanjombato 22 Mai. Marc Ravalomanana chef du parti TIM et discours. Témoignage de Ny Toky Rakotoarisoa.

Tim logo

22 – 23 MAI. kongresin’ny antoko TIM

Ravalo Tanjombato 9

—-

22 mai 2015 Matvonline Actualités.

Marc Ravalomanana, ancien Président malgache reprend les rênes du parti Tiako I Madagasikara. La majorité des partisans l’a élu à ce titre au cours d’un vote à main-levée organisé durant le congrès du parti qui s’est tenu au Magro de Tanjombato.

Video. Magro du 22 Mai 2015

—-

Infos-Photos.  Guy Rivo Randrianarisoa

Birao politika ny antoko TIM vaovao

Filoha Nasionaly: Marc Ravalomanana.

Filoha Lefitra:
– Antsiranana: Amad
– Atsinanana: Zafilahy
– Mahajanga: Fernand Jeannot
– Antananarivo: Olga Rama la son
-Fianarantsoa: Rakotonomenjanahary Jean Ernest Mémé
– Toliara: Eliane Naika

Sekretera jeneraly: olivier donat Andriamahefaparany

Lalao Ravalomanana no hitarika ireo kandidà TIM rehetra eraky Madagasikara.

Cliquer pour agrandir

Ravalo Tanjombato 6

Couple Ravalo Tanjombato 22 Mai 2015

Ravalo Tanjombato 2

Ravalo Tanjombato 3

Ravalo Tanjombato 5

Ravalo Tanjombato 4

Ravalo Tanjombato 8

5500 teo ny mpizaika nasaina androany. Birao politika, solombavambahoaka, ex CT sy CST ary député, kandidà maire sy conseillers municipaux ary mpitarika TIM eny amin’ny 119 district eto Madagasikara. Ireo no nifidy ny birao politika vaovao
Rahampitso sabotsy 23 mey kosa dia isika rehetra no hasaina hihaino ny kabary ataon’ny filoha nationaly ny antoko TIM, Andriamatoa Marc Ravalomanana. Magro Tanjombato amin’ny 9 ora maraina. Tongava maro.

KABARY MARC RAVALOMANANA-FILOHAN’NY TIM, Face Book.

Video kabary

—-

Pourquoi Je Suis Devenu Et Reste Pro-Ravalomanana ?

Article écrit par : Ny Toky H. Rakotoarisoa

« J’ai vécu sous trois Présidents élus et un intérimaire. Mais l’homme, le chef d’entreprise, le maire, le chrétien et enfin le Président Ravalomanana m’a marqué. Espérant être à bonne distance des fanatismes aveugles de certains de mes amis et des neutralités froides des autres, je voue une admiration et un profond respect à celui qui m’a fait découvrir par ses seules actions beaucoup d’aspects de la vie. Et qui m’a rendu fier d’être né et de rester Malagasy !

Un témoignage, une reconnaissance et rien de plus ! »

Une réussite made in Madagascar

Avant qu’il soit devenu maire en 1997, je ne connaissais rien de Marc Ravalomanana que sa foi inébranlable en Dieu et ses camions de livraison d’une impeccable propreté. Comme les jeunes de mon âge et de mon éducation, j’ai goûté aux premiers yaourts industriels Tiko au milieu des années 80. Je me souviens que mon père, professeur de Malagasy et de Philo, et ma mère, qui reprenait des études de Malagasy à l’Université, discutaient autour du nom « Tiko ». Est-ce bien Malagasy ou non ? Pourquoi on le prononce « Tikô » et non pas Tiko comme c’est écrit. Puis vint le beurre, le fromage et les autres produits laitiers de la même société. Tiko n’arrêtait pas d’innover au point qu’un de mes profs de marketing habitué à illustrer son cours par les produits de Coca-cola n’hésitait pas à les remplacer par ceux de Tiko. C’est peut être ces amalgames de faits et de petits évènements qui m’ont amené à ériger Tiko et par ricochet Marc Ravalomanana comme un modèle de réussite bien Malagasy. Certains de mes copains ont ensuite intégré le groupe à la fin de nos études. Ils vantaient la célérité et la vision de Marc Ravalomanana dans ses prises de décision. Ils étaient vraiment fiers de leur patron. Tant mieux pour eux !

Un sens du résultat hors du commun

La réussite ne se confinait pas au monde des affaires. Entre temps je me suis marié et Marc Ravalomanana est devenu maire de la Ville des milles. En début de campagne ses spots inondaient les chaînes de télés et de radios tananariviennes. En discutant avec ma femme à propos du candidat Ravalomanana, je me souviens de sa seule réaction : « personne ne connaît celui-là, il n’y a que toi qui le connaît ». Je lui ai rétorqué qu’il sera élu. Ma femme riait. Elle ne riait plus lorsque « Ramose » fût élu Premier Magistrat de la capitale malagasy. Et elle riait de moins en moins lorsque ce dernier à réalisé des véritables prouesses à la tête de la nauséabonde Antananarivo. En plus de la fierté que j’arborais pour Ravalomanana, j’ai rajouté une autre fierté : celui d’être un résident d’Antananarivo.

Une audace et un courage hors pair !

Beaucoup de gens espéraient que le Maire Ravalomanana soit réélu pour un autre mandat à la tête de la ville. Mais c’est vraiment méconnaitre ou sous estimer le Monsieur ! Las des coups bas portés par les hauts dignitaires du régime, Ravalomanana décide de se porter candidat à la magistrature suprême. Divers commentaires fusaient de partout : il va être massacré par le président Ratsiraka ! Pourquoi il ne se présente pas à un autre poste qui pourrait faire du bien à Tana : celui du gouverneur ? Cette décision a été annoncée au mois d’octobre 2001, la veille de mon départ pour une mission en France. Je pensais que Marc Ravalomanana serait élu. A coup de « sahia manao dingana lehibe » et de l’emblématique hymne entonné par Bodo, Ravalomanana a fait un malheur pendant la campagne présidentielle. Mais sa véritable image de marque reposait toujours sur sa foi et son courage, son dynamisme. Son pragmatisme et sa vision. Son physique de tombeur faisait le reste malgré une prestation orale exécrable (excusez-moi Monsieur le Président mais c’est la vérité !). Et là, j’étais littéralement subjugué. On peut donc convaincre par ses résultats et non plus par des beaux discours fleuves auxquels nous a habitués l’Amiral et ses prédécesseurs.

Un leader et un négociateur de talent

Mais le vrai challenge était la crise post-électorale qui allait s’abattre sur la grande île. Cette crise révélait une autre dimension de Marc Ravalomanana : celle d’un négociateur et d’un leader. Si Ratsiraka était un commandant et Zafy Albert , un parent soucieux de s’enquérir de tout et de rien, Marc Ravalomanana, lui, est un leader ! Et l’avoir sous estimé fût une des grandes erreurs de l’équipe de l’Amiral Didier Ratsiraka. En trois mois de crise, Ravalomanana s’imposait sur le plan international. Sur le plan national, il est déjà le Président élu. La consécration sur le plan internationale fût la reconnaissance de l’Union Africaine clôturée par l’apothéose de l’accueil que lui a réservée la population lors de son retour triomphal à Madagascar après la réunion de l’UA. La boucle est bouclée ! Ma fierté, une nouvelle fois confirmée. J’ai élu le bon Président.

Un dynamisme sans relâche

Ce dynamisme se résume à une phrase de mon épouse : « ce Ravalomanana, il est incroyable, je le vois tous les jours en train de faire quelque chose. Il ne tient pas en place ». Les 7% de croissance que nous avons réalisée, le dynamisme inculqué dans tous les domaines de l’économie. Les hauts fonctionnaires et les ministres qui ne tenaient pas la cadence étaient immédiatement remerciés. Maintenant, beaucoup de Malagasy (moi compris) réalisent mieux ce que le Président à accompli en 7 ans : routes, écoles, kit scolaires, hôpitaux, santé, réforme de l’Administration… Bon dernier dans tous les classements, mais grâce dynamique Ravalomanana, on caracolait en tête des pays subsahariens en matière d’économie et de bonne gouvernance. On était en tête en matière d’exportation textile vers les Etats-Unis. Nos amis africains nous enviaient notre Président au point qu’un chanteur ivoirien pondait une chanson à sa gloire. Ses pairs lui confiaient l’organisation du Sommet de l’union Africaine en 2009 et celui de la Francophonie en 2010. Dans certaines statistiques, on faisait jeu égal sur le plan économique avec des pays tels que le Kenya. Bref, Madagascar rayonnait et l’espoir de devenir un pays émergent était réel. Tout n’était pas parfait mais un véritable éclairci pointait à l’horizon. Le bout du tunnel n’est plus loin. La preuve : malgré la crise alimentaire qui secouait un à un les pays africains les plus menacés, Madagascar ne bronchait pas. La révolution verte initiée par Marc Ravalomanana est en marche.

L’humilité d’un sage

« Misy ny efa vita fa betsaka no mbola miandry antsika » entonnait le Président à chaque occasion. Il ne s’endort jamais sur son laurier. Il misait sur l’économie rurale et industrielle. Peut être pas suffisamment sur les militaires et les politiciens. Il construisait sans relâche des infrastructures. Ses efforts commençaient à porter ses fruits et quels fruits. Madagascar est devenu un pays modèle.

Malgré la tourmente, il reste égal à lui-même

Et puis patatras… certains Malagasy encore mal éduqués, les citadins voyant que tout vire au vert s’impatientent. La jeunesse tananarivienne se laisse berner d’illusions par un DJ qui veut suivre la trace du Président. Les belles paroles et les animations boîte de nuit du TGV ont fait mouche auprès des jeunes acculturés adeptes du gain sans efforts. Du bizna ( du business ) ! D’autres pensant que l’ultra domination du parti présidentiel doit être contre-balancée basculent dans le camp TGV. Naïveté ou manipulation ? En tout cas, l’espoir du TGV fût éphémère.

L’espoir est encore permis

Contrairement à celui apporté par le Président Marc Ravalomanana, le phénomène TGV est un cauchemar. Tel des voleurs profitant de la torpeur des propriétaires, les putschistes se sont incrustés dans la vie des Malagasy. Les prenant en otage en défiant le monde entier. La peur et la haine ont remplacé l’espoir. La résignation se fait ressentir. Les uns et les autres se rejettent la responsabilité. Au milieu de ce chaos indescriptible, seul le Président Ravalomanana reconnaît explicitement la sienne. « Je m’attèle déjà à la reconstruction de Madagascar » aime-t-il répéter. Un homme de vision, en avance sur ses adversaires et son temps. Une autre occasion pour renouveler ma fierté envers l’Homme tout court qui a donné « naissance » à toute une génération dont je fais fièrement partie : la génération Ravalomanana !

Blog Gazetin’i Dada.

—-

Ravalomanana élu président national du TIM : « L’objectif est de gagner le maximum de mairies »

Razoarimihaja Solofonantenaina passe le flambeau à Marc Ravalomanana. (Photo : Nary Ravonjy)

Razoarimihaja Solofonantenaina passe le flambeau à Marc Ravalomanana. (Photo : Nary Ravonjy)

L’ancien président de la République convoque les Tananariviens à assister ce jour à une grande fête animée par une vingtaine d’artistes de renom.

Il l’a déjà annoncé le jour même de son retour d’exil qu’il n’est pas rentré au pays pour rester un simple spectateur. Il vient de franchir une nouvelle étape vers son objectif. Il, c’est l’ancien président Marc Ravalomanana qui vient d’être élu ou désigné (c’est selon) président national du « Tiako i Madagasikara ». La décision a été prise à l’unanimité par les 4 000 partisans du parti qui assistent depuis hier au congrès national du TIM. La proposition du président national sortant, Razoarimihaja Solofonantenaina, de confier la direction du TIM à son président fondateur a été confirmée par les militants lors d’un vote à main levée. Bon nombre d’observateurs considèrent cette réélection de Ravalo à la tête du TIM comme du « cinéma ». Les participants au congrès national semblent avoir été travaillés d’avance pour cautionner la décision. Apparemment, l’ancien président s’est déjà préparé à ce nouveau statut. Il prévoit d’élaborer une nouvelle stratégie politique qui fera du TIM un grand parti qui réussit aussi bien sur le plan national qu’international. D’ailleurs, le parti sera désormais implanté dans d’autres pays. Dans ce sens, « Dada » envisage de convoquer incessamment des experts internationaux pour former les candidats du TIM aux élections communales en vue de les former sur le métier de Maire et sur les stratégies à appliquer en période électorale. En effet, selon les dires de l’ancien président, « l’objectif est de gagner le maximum de mairies lors du scrutin du 31 juillet prochain ». Malgré l’accord politique trouvé avec le HVM qui prévoit de rafler 85 % des sièges aux communales donc, le TIM envisage aussi de faire un carton plein. Ce contexte démontre le fait que les deux partis entreprennent uniquement une alliance conjoncturelle.

Précampagne. Désormais donc, l’ancien député d’Ambatondrazaka, Razoarimihaja Solofonantenaina, reste le président d’honneur du « Tiako i Madagasikara ». Pour ce qui est des autres membres du bureau politique national, le TIM dispose de six vice-présidents. Aussi, l’ancien député Amad a-t-il été élu Vice-président pour la Province d’Antsiranana ; l’ancien Sénateur, Fernand Jeannot, pour la Province de Mahajanga ; l’ancien député, Zafilahy Stanislas, pour la Province de Toamasina ; l’ancien député de Lalangina, Rakotonomenjanahary Jean Ernest dit Mémé, pour la Province de Fianarantsoa ; l’ancienne ministre du Commerce, Olga Ramalason, pour la Province d’Antananarivo et l’ancien membre du Conseil Supérieur de la Transition, Naika Eliane, pour la Province de Toliara. Pour sa part, Olivier Donat Andriamahefaparany a été désigné Secrétaire général du parti à la place de l’ancien président du Congrès de la Transition, Mamy Rakotoarivelo qui, d’après les informations, serait pressenti pour un autre poste. Le bureau national du TIM sera également composé de six Conseillers qui seront désignés à la discrétion de Marc Ravalomanana. Ce congrès national prend fin ce jour après la restitution des résolutions prises au niveau des quatre commissions. Aux dernières nouvelles, Marc Ravalomanana et son épouse Lalao Ravalomanana convoquent la population Tananarivienne ce jour pour une grande fête animée par une vingtaine d’artistes de renom. La cérémonie de clôture pourrait ainsi se présenter comme une précampagne pour l’ancienne Première Dame qui représente le parti « Tiako i Madagasikara » lors des communales à Antananarivo.

Midi M/kara

----
Congrès du TIM-Marc Ravalomanana reprend les rênes du parti
tim

23.05.2015 | 8:29 Actualités,ur le bureau politique du parti.

Plébiscite. Ce mot a trouvé tout son sens lors de la première journée du congrès du parti  Tiako i Madagasikara (TIM). À l’unanimité, debout et en ovation, les quelques « cinq mille » militants Verts et Bleus présents à Tanjombato ont porté d’une seule voix la remise de la présidence du parti à Marc Ravaloma­nana, ancien chef d’État.
« L’on peut dire que le fait qu’il soit porté à la présidence du parti permettra de renforcer l’unité du parti, qui a quelque peu vacillé depuis la Transition, et récemment dans ce contexte électoral », a reconnu un militant du TIM. Fondateur du parti, Marc Ravalomanana a toujours fait la pluie et le beau temps dans les rangs des Verts et Bleus. Que ce soit du temps où il était président de la République ou même de ses terres d’exil durant la Transition, le fondateur de la société Tiko a toujours gardé une emprise sur ses ouailles.
Une omnipotence qui s’est d’autant plus accentuée depuis son retour au pays, en octobre 2014. Même sous assignation à résidence fixe, le résident de Faravohitra est revenu au charbon pour remettre sa formation politique sur les rails. Et cela, malgré la présence d’un bureau politique, dirigé par Solofonantenaina Razoari­mihaja, président national sortant du TIM.

Unité et inclusion
Les péripéties rencontrées par le parti lors de la désignation de ses candidats aux communales, ou encore les luttes de leadership entre certains de ses lieutenants, auraient cependant nécessité que la présidence du parti lui soit attribué officiellement.
La tension, causée par la contestation des « parachutages » de quelques candidats par certains membres de l’ancien bureau politique, aurait nécessité l’intervention personnelle de Marc Ravalomanana pour apaiser les humeurs. D’après certains ténors du TIM, le plébiscite d’hier permet déjà d’éviter que le scénario du temps de Raharinaivo Randria­natoandro durant la Transition, les conflits juridiques sur les ayant-droit à la direction du parti de se reproduire, le cas échéant.
Les mots « unité et inclusion » ont été martelés par le nouveau président national du TIM. « Le temps n’est plus à l’exclusion, laissons le passé au passé », a-t-il déclaré à ses militants lors de son discours de clôture de la journée d’hier. Pour éviter toute fausse note, l’attribution de la présidence de la formation verte et bleue à son fondateur a semblé être scénarisé.
Après avoir exprimé son souhait de garder l’ancienne composition du bureau national, un vote à main levée a été fait par les militants. Suite à un vote clairement contrasté, Solofonantenaina Razoarimi­haja s’est levé pour prendre la parole et céder de son propre gré la présidence du parti à l’ancien chef d’État. Il a néanmoins rappelé que son statut de « past-president » lui permet de rester membre du bureau politique du parti.
Les autres dirigeants de la formation verte et bleue ont également été désignés hier, avec Donnat Andriama­hefamparany comme nouveau secrétaire général.
Des irréductibles meneurs des manifestations du Magro Behoririka, à l’instar de Stanislas Zafilahy et des fidèles indéboulonnables de l’ancien Chef d’Etat comme Olga Ramalason et Eliane Naika, ont été élus vice-présidents du parti. « Les anciens membres du bureau sont là depuis longtemps, une nouvelle équipe pourra apporter une nouvelle vision et une nouvelle dynamique. Le président souhaite mettre en place de nouvelles méthodes de travail, basées sur l’efficacité », a soutenu Guy Rivo Randrianarisoa, député TIM du 3e arrondissement d’Antananarivo.

À la présidence de TIKO aussi

À part arborer le dossard du président national du parti TIM, Marc Ravalomanana réendossera également le costume de président du conseil d’administration (PCA) de la société Tiko. Selon ses dires, hier à Tanjombato, « étant donné que mon épouse [Lalao Ravalomanana] est candidate aux élections communales, elle ne peut plus diriger le conseil d’administration du groupe. Alors c’est à nouveau à moi de le faire ».

L’Express de M/car

—-

Vaovao 22 Mai 2015. TV Plus.

—-

Couple Ravalo Tanjombato 22 Mai 2015

Tim Tanjombato 16

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :