Jour J-1. Le Blues dans tous ses états… Jimi Hendrix.

 

 

Jimi Hendrix

Biographie

  • Né en 1942 d’un père aux origines indiennes, noires, blanches et Irlandaises et d’une mère noire d’à peine dix-huit ans, Johnny Allen Hendrix ne voit pas son père durant ses trois premières années, celui-ci étant retenu à l’armée. Lorsque le père revient au foyer, il s’aperçoit que sa femme ne s’occupe pas de son enfant et embarque le petit Hendrix rebaptisé James Marshall. Le couple renouera et se séparera plusieurs fois jusqu’à la mort de la mère, Lucille Jeter, en 1950, suite à son alcoolisme et sa dépression. Une enfance douloureuse pour Jimmy (surnom qui se transformera au cours de sa carrière en Jimi), battu et pauvre, il est la risée de son école, qu’il fréquente assez peu au demeurant.Dès l’âge de huit ans, cet enfant introverti veut jouer les morceaux de jazz et de rhythm’n’blues entendu dans le poste de radio familial : il se fabrique une guitare rudimentaire et s’entraîne jusqu’à ce que son père décide de lui en offrir une vraie pour quelques dollars. Amateur de rock’ n roll et de jazz, il traîne dans les clubs de sa ville et forme de petits groupes jusqu’en 1961, année ou il décide de rejoindre l’armée pour couper cours aux problèmes qu’il a avec le lycée et son père.Embarqué dans le 101e régiment aéroporté, il découvre tour à tour le jeu sauvage des bluesmen qu’il rencontre, le parachutisme et Billy Cox avec qui il se lie d’amitié. Ce nouvel ami, bassiste et féru de jazz, forme avec Jimi Hendrix les Kinks Kasual. Ils reprennent ensemble, à l’occasion de petits concerts, des standards de blues et de rock’ n roll. Il quitte l’armée en juillet 1962 suite à une blessure et pars rejoindre Billy Cox à Nashville. C’est l’année de ses premières séances en studio et de sa rencontre avec Little Richard. Il rejoint sa formation sous le pseudonyme de Maurice James en tant que second guitariste. La légende veut que Little Richard l’écarta du groupe pour des raisons d’ego. Le charisme et les solos d’Hendrix prenant trop de place dans son show. Il décide alors de rejoindre New-York courant 1964, écumant les petits clubs et les séances de studio sous-payées. Il tourne avec des groupes de plus ou moins grande importance (Isley Brothers, Curtis Knight…), et en profite pour rencontrer quelques-unes de ses idoles du blues, en profitant pour échanger quelques techniques. Lassé d’être un simple exécutant, il monte en 1966 le Jimmy & The Blue James. Ses premières influences vont des premiers groupes garage qui expérimentent le blues sous hallucinogènes, à Bob Dylan (auquel il rendra hommage plus tard sur la version explosive de « All Along The Watchtower »), le tout distillé sur une nouvelle Fender Stratocaster équipée d’une pédale fuzz, équipement qui allait bientôt entrer dans la légende. Dès lors, il fait vite impression dans un New-York branché, vite ébahi devant son talent et la puissance de son jeu, de Keith Richard à Bob Dylan en passant par Miles DavisChas Chandler, bassiste des Animals, décide de le produire et l’emmène dès septembre en Angleterre. Un groupe y est rapidement monté, un trio en l’occurrence nommé The Jimi Hendrix Experience, inspiré par Cream, comprend Noel Redding (pourtant guitariste) à la basse et John « Mitch » Mitchell à la batterie. Le jeu frénétique de Mitch allié à la fluidité de Noel pousse le groupe à rapidement enregistrer ses deux premiers 45 tours vers la fin de 1966. Ils font la première partie de nombreux artistes et commencent l’enregistrement de leur premier LPAre You Experienced ? sorti en Angleterre en mai 1967, au son novateur, gorgé de trouvailles, au blues psychédélique collant parfaitement à l’époque. Album où figurent des paroles intemporelles, entre illuminations sous acide avec « Purple Haze » ou « Love Or Confusion », d’une poésie rock digne d’un Jim Morrison (« Is that the stars in the sky, or is it, rain fallin’ down / Will it burn me if I touch the sun-uh, yeah, so big, so round »), et blues d’une sexualité ravageuse : « Fire » ou « Foxy Lady ». Le public retiendra particulièrement sa reprise de « Hey Joe », pourtant loin d’être la plus belle prestation de l’album. Sa sortie aux États-Unis en juin est précédée par le premier vrai rassemblement hippie qu’est le festival de Monterey en Californie, c’est le départ d’une carrière fulgurante et extraordinaire. Suite au succès de ses 45 tours et de l’album, l’enregistrement du second LP se profile, mais Jimi doit tout de même remplir le contrat d’un producteur véreux et opportuniste nommé Sam Chaplin (manager de Curtis Knight) à qui il cède quelques séances. Continuant leur tournée incessante, l’Experience enregistre Axis : Bold as love (sorti fin 67), toujours produit par Chas Chandler et au son dans la droite lignée du premier LP mais aux recherches sonores plus approfondies. Entre hymne à la liberté, ballades poignantes et blues psyché virtuose, l’album séduit la critique, mais ne comporte pas assez de hits. Pourtant ses talents de poètes et sa sensibilité exacerbée en font de lui plus qu’un guitariste virtuose, il devient l’emblème d’une génération en révolte, dont les paroles et la musique touchent au plus profond, comme avec « Little Wing » tout en générosité et simplicité. Jimi, travailleur incessant, et déjà dopé, se retrouve à New-York où il enregistre intensément au Record Plant. Un nouvel album se dessine dans un esprit en fusion, les premières séances du futur double LPElectric Ladyland commencent en 1968. Il s’adjoint les talents de nombreux musiciens (le bassiste Jack Cassidy du Jefferson Airplane, l’organiste Al Kooper, le batteur Buddy Miles ou Steve Winwood) et en profite pour commencer à écarter Chas Chandler et Noel Redding. De ces jams et morceaux enfiévrés sortiront un chef d’oeuvre, salué par la presse au même titre que le Forever Changes de Love ou le Sgt Peppers des Beatles. Créant des atmosphères enfumées (la version longue de « Voodoo Chile ») en des morceaux sauvages, proches de l’orgasme où explose une maîtrise inégalée de la guitare et de la wah-wah : « Voodoo Child (Slight Return) ». Entre tournée incessante et expérimentations diverses, l’année 1968 se clos à un rythme infernal.

Mcm Malagasy jmoins1   Ambatolampy 8 a

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s