La Réunion, culte des ancêtres malgaches. Atidamba 2016, 11/12/2016.

Atidamba est un mot composé. Atidamba = atitra (apport, remise / manatitra = apporter, remettre à) + lamba littéralement : tissu, étoffe).

Atidamba, FB.

Hommage aux ancêtres malgaches : 13ème anniversaire de la cérémonie Atidamba au Dimitile

Mardi 6 décembre 2016 –

Les associations Miaro, Zangoun Servis, Capitaine Dimitile vous invitent à la célébration de la cérémonie Atidamba le dimanche 11 décembre 2016 sur le plateau du Dimitile, à l’Entre-Deux.

Atidamba entend honorer la mémoire des ancêtres malgaches reposant en terre réunionnaise ainsi que celle de tous les marrons qui n’ont reçu ni honneurs funèbres ni sépulture, en revêtant d’un linceul blanc la stèle dédiée à la reine Sarlave, au roi Laverdure et au guetteur Dimitile, symboles de la résistance des marrons à la traite négrière et à l’esclavage. Un sobatkoz se tiendra sur le site du Dimitile la veille, samedi 10 décembre, à partir de 19 h 00.

INFOS PRATIQUES

Départs des cars à 6 h 15 (Tarif : 8 € l’aller-retour, 3 € pour les adhérents Miaro)

Nord : Eglise de Sainte-Clotilde. Ouest : 1)Parking du Jumbo Score, Le Port 2) Gare routière de Saint-Paul.Sud : 1) Croix Jubilé, Terre-Sainte, Saint-Pierre 2) Station Engen, Ravine Blanche, Saint-Pierre.

Est : départ du car à 5 h 00, Lycée Paul Moreau, Bras-Panon

Pour les automobilistes, itinéraire à partir de l’Entre-Deux

Suivre la direction de la Ravine Citron, vers le Dimitile, puis l’Argamasse, passer devant le kiosque, continuer jusqu’au bout de la route bitumée, et prendre la route bétonnée jusqu’au parking du Portail (ne pas prendre le « Chemin de la grande jument », ni le « Sentier du zèbre », suivre les panneaux « Le Portail »).

Sur les traces des marrons : la montée jusqu’au plateau se fait à pied

Elle prend environ 1 heure ½ pour des marcheurs moyens. Prévoir de l’eau, un k-way et un bâton de marche. Miaro assure le transfert en 4×4 des personnes qui ne peuvent pas monter à pied, au tarif de 20 € l’aller-retour (5 € pour les adhérents sur présentation de la carte Miaro à jour de cotisation pour l’année 2016, gratuité pour les personnes de plus de 65 ans et les enfants de moins de 5 ans).

A 6 h30 : rassemblement au parking du Portail à l’Entre-Deux, départ des premières navettes 4×4

Réservation obligatoire pour les transports en car et en 4×4 auprès des contacts ci-dessous. Chacun pourra amener son lamba et son pique-nique (merci de ne pas apporter de porc, ni de cabri). Des lambas prêts pour la cérémonie pourront être achetés sur place. Prévoir un lainage et un imperméable, le temps étant changeant en altitude.

Programme de la journée

De 8 h 00 à 11 h 00 : Accueil et installation sur le plateau du Dimitile.

– Fidiovana : la purification (préparation et concentration)

A 11 h 00 : Début de la cérémonie Ati-damba

– Capture des quatre directions : entrée dans le valamena (l’enceinte sacrée).

– Installation des participants en fonction de leur lieu de résidence (Est, Nord, Ouest, Sud).

– Mamàky itàny : préparation de l’espace cérémoniel, délimitation du périmètre sacré, démarcation du centre, qui dirige et gouverne les quatre directions, appel du Doyen (ou de la Doyenne), appel du Benjamin (ou de la Benjamine).

– Manangana fototra : érection du socle et remise des offrandes (Est, Nord, Ouest, Sud).

– Atidamba : les représentants des quatre directions et des guerriers procèdent au remplacement de l’ancien lamba par le nouveau.

– Le Dina du Dimitile : lecture solennelle de la Charte du Dimitile.

A 13 h 00 : Repas partagé (pique-nique) : avant de manger et de boire, dédier la première bouchée et la première gorgée aux ancêtres.

Avant de manger, on prend un peu de nourriture dans ses mains, on élève les mains au-dessus de la tête, on demande la bénédiction des ancêtres et on les invite à partager notre nourriture.

Avant de boire, on verse quelques gouttes à même la terre, pour remercier celle-ci des bienfaits qu’elle nous prodigue.

A 14 h 00 : Premières descentes des navettes 4×4

Contacts

Est : Sarah Reboul Tél. 0693 13 41 47 – E-mail : sarah.reboul@hotmail.fr

Noela Germane Tél. 0692 61 34 19 – E-mail : germane.marie-noela@orange.fr

Nord : Bruno Fruteau Tél. 0692 88 63 84 – E-mail : bruno.fruteau@orange.fr

Ouest : Paola Tél. 0693 50 70 29 – E-mail : lola.soleil@outlook.fr

Jean-Claude Legros Tél. 0692 67 70 12 – E-mail : legros.jean-claude@wanadoo.fr Marie-Laurence Vayaboury Tél. 0692 10 91 49 – E-mail : marielaurencevayaboury@yahoo.fr

Patrick Blard Tél. 0692 24 40 02 – E-mail : st.v@live.fr

Sud : Jean-Claude Viadère Tél. 0692 30 88 64 – E-mail : jeanclaude.viadere@gmail.com

Jean-Bernard Vally Tél. 0692 26 92 57 – E-mail : jean-bernard.vally@hotmail.com

« Soyons fidèles à nos ancêtres marrons »

Une très belle réussite d’Atidamba 2016

Correspondant Témoignages / 14 décembre 2016

Ce dimanche 11 décembre sur le plateau du Dimitile à l’Entre-Deux, les associations Miaro, Zangoun Servis et Capitaine Dimitile ont organisé la célébration du 13e anniversaire de la cérémonie Atidamba, « la fêt nout zansèt maron ». Un événement qui a connu une très belle réussite, tant par le nombre de participants, l’ambiance chaleureuse, la qualité des échanges et les perspectives ouvertes à l’avenir du peuple réunionnais.

atidamba-2016-a

Une partie de la foule dans le Camp Marron du Dimitile durant l’allocution de Charlotte Rabesahala, une des responsables de Miaro. (photo Jean-Claude Legros)

En effet, « autour de 900 personnes », selon les organisateurs, venues de tout le pays, ont participé à cette rencontre, qui fut à la fois très émouvante, riche en méditations et forte en réflexions sur les enseignements à tirer des combats pour la liberté menés par nos ancêtres esclaves. Comme le dit l’invitation à cette cérémonie commémorative, « Atidamba entend honorer la mémoire des ancêtres malgaches reposant en terre réunionnaise ainsi que celle de tous les marrons qui n’ont reçu ni honneurs funèbres ni sépulture ».

Cela s’est fait notamment « en revêtant d’un linceul blanc la stèle dédiée à la reine Sarlave, au roi Laverdure et au guetteur Dimitile, symboles de la résistance des marrons à la traite négrière et à l’esclavage ». Cet événement a été marqué aussi pour la qualité des prestations musicales et spirituelles en hommage aux ancêtres ainsi que par le haut niveau des interventions des organisateurs, comme par exemple celle de Charlotte Rabesahala, une des responsables de Miaro.

« Je veux que tu vives en moi »

Cette anthropologue et docteure en civilisations a publié récemment un ouvrage très intéressant sur ‘’La religion malgache ancestrale pratiquée’’, où elle souligne que « cette religion permet à l’homme vivant de garder des liens forts avec ses ascendants les plus lointains puis en tant qu’ancêtre avec ses descendants. Dans son allocution, elle a notamment lancé un vibrant rappel sur la nécessité et l’importance de cultiver la mémoire de notre histoire, en particulier afin que nous « soyons fidèles à nos ancêtres marrons » afin construire un avenir meilleur pour le peuple réunionnais.

La cérémonie s’est terminée par la proclamation en malgache, en créole réunionnais et en français de la traditionnelle ‘’Charte de Dimitile’’. Une charte proclamée par toute la foule et qui déclare notamment aux ancêtres marrons : « Je veux que tu vives en moi. Ton courage, ta rage de liberté, je veux les faire miens. Et c’est dans tes pas, sur la terre retrouvée, que je trouve ma libération ».

Témoignages (La Réunion).

Atidamba 2014, en l’honneur des ancêtres et pour l’avenir heureux des jeunes.

Depuis 2003 les Réunionnais honorent la mémoire de leurs Ancêtres Malgaches dans une cérémonie nommé ATIDAMBA.

A Madagascar Ati-Damba est le rite qui consiste à offrir des tissus aux parents morts ou ancêtres. Le gardien des maisons funéraires dépose les tissus au-dessus des fosses où sont entassés les dépouilles et restes des morts. Pour éviter toute confusion, il prononce le nom du ou des bénéficiaires suivis de celui du donateur (mpanati-damba) qui, présent, se tient immobile et silencieux sur le seuil de la maison funéraire dans laquelle il ne pénètre pas. (Source Paul OTTINO : Les champs de l’Ancestralité à Madagascar).

ATIDAMBA rend donc hommage et honneur la mémoire des ancêtres malgaches reposant en terre réunionnaise ainsi que celle de tous les marrons qui n’ont reçu ni honneurs funèbres ni sépulture, en revêtant d’un linceul blanc la stèle dédiée à la reine Sarlave, au roi Laverdure et au guetteur Dimitile, symboles de la résistance des marrons à la traite négrière et à l’esclavage.

La page Facebook D’Ati Damba.

Carte Réunion

Mémoire de l’immigration » Blog Archive » Installation à la Réunion lewebpedagogique.com

DINA(CHARTE ) DE DIMITILE
O toi mon ancetre malgache
Que tu aies été libre,esclave ou engagé
Je t’ai enfoui au plus profond de mon cœur
Je t’ai enfoui dans le tréfonds de mon ame
Je t’ai enfoui pour t’oublier
Pour oublier ta souffrance
Pour oublier ta honte
La honte d’etre esclave
Lahonte de la misère
Mais je te porte en moi,dans mon sang,dans mon cœur
Tu frémis,o mon ancetre,dans chaque plante,dans chaque animal,dans chaque lieu
Que je nomme dans ta langue,ma langue oubliée
A partir d’aujourd’hui,maintenant,recois mon amour et mon respect
Je veux que tu vives en moi
Souvenir vivant,souvenir réconfortant,souvenir sacré
Ton courage,ta rage de liberté
Liberté que tu as arrachée a cette terre
Je veux les faire miens
Et c’est dans tes pas sur la terre retrouvée que je retrouve ma libération

Charlotte Rabesahala pour le 1é ATI-DAMBA reunionnais 18 decembre 2014

videos.

Ancêtres Malgaches

Histoire

Philippe Emile Razafimanantsoa

Toliara tsy miroro. 20/12/2016. 

ÇA S’EST PASSÉ UN 20 DÉCEMBRE

1848 – LA RÉUNION BRISE LES CHAÎNES DE L’ESCLAVAGE

liberte-la-reunion

Il y a 168 ans, le 20 décembre 1848, 62 000 esclaves, des hommes et des femmes arrachés à leur terre d’Afrique et de Madagascar pour trimer sous les coups de fouet, retrouvent enfin leur liberté, après l’annonce officielle de l’abolition de l’esclavage par le gouverneur Sarda Garriga.


Les esclaves arrachés à leur terre d’Afrique et de Madagascar pour trimer sous les coups de fouet dès le début du XVIIIème siècle, sont libérés de leur joug infamant. Les maîtres Blancs sont libérés de l’ignominie consistant à asservir un être humain. Envoyé spécialement sur place par le gouvernement révolutionnaire de Paris, le gouverneur Sarda Garriga annonce enfin officiellement la fin de l’esclavage.

Car si la Révolution Français abolit l’esclavage en 1794, les colons de La Réunion refusent d’appliquer la loi. En 1802, Napoléon Bonaparte légalise à nouveau l’esclavage avant d’abolir la traite des esclaves en 1815. Mais la traite perdure dans les colonies françaises et il faut attendre 1848 pour que la France adopte définitivement le décret d’abolition pour ses colonies.

Par le courage de femmes et d’hommes d’honneur n’ayant pas hésité à braver la haine d’une société dite « bonne » à laquelle ils refusaient de s’associer, par le courage des asservis préférant la mort à l’asservissement, La Réunion se lève et commence à regarder son avenir en face.

La route sera longue jusqu’à l’accomplissement du rêve de liberté. L’engagisme, une forme à peine plus légère de servitude, a frappé les Indiens venus du Tamil Nadu avec un espoir infondé de vie meilleure. Longtemps, les lois sociales valables pour tous les citoyens de la République n’ont pas été appliquées dans leur intégralité à La Réunion. Les exactions, les atteintes aux libertés, à la Liberté, ont été multiples.

Le temps a passé. Les descendants des anciens esclaves et engagés, des anciens maîtres, de ceux venus plus tard de Chine, du Gujrat ou d’Europe, ont construit ensemble La Réunion d’aujourd’hui.

Celle où demeurent encore bien des inégalités et des injustices. Celle aussi où le respect de l’autre dans toute sa diversité fait partie intégrante d’une culture plurielle. Une culture « banian » du nom de cet arbre aux multiples racines.

Même si – comme ailleurs dans le monde -, elle est parfois menacée par les attaques insidieuses des adeptes d’une idéologie de la division et de la haine au nom d’une entité inventée de toutes pièces, cette Réunion là, exemple de « vivre ensemble » et ouverte au monde, avance vers son avenir.

C’est elle qui fête aujourd’hui sa liberté retrouvée il y a 168 ans de cela.

Bonne fête réunionnaise de la liberté à toutes et à tous.

source: ipreunion

RTEmagicC_la-reunion-un-monde.jpg

Malagasy aho 2joseph-ramanankamonjy-anivorano-1943

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s