Bois de rose. Bekasy et ses complices à Antanimora.

prison

Dossier bois de rose : Bekasy et ses deux complices incarcérés à Antanimora

 

uneDeux Malgaches et un Chinois ont été placés sous mandat de dépôt à la suite d’une audition longue de dix tours d’horloge. Les natifs du Nord montent au créneau pour condamner l’incarcération de l’homme fort de la Sava.

Dix heures et quelques poussières, Bekasy Johonfrince débarquent avec ses deux présumés complices dénommés XU (Chinois) et Herizo (Malgache). Ils étaient déférés devant la Chaîne Pénale Anti-Corruption (CPAC) pour répondre à trois chefs d’inculpation. « Ils sont taxés de corruption passive et active, de transport illicite de bois de rose et de blanchiment de capitaux » a-t-on appris de notre source auprès de la Chaîne pénale.

La direction de la législation et du contentieux auprès de la Primature a représenté l’Etat durant la séance. Les journalistes n’ayant pas accès à l’audition comptaient des tours d’horloge pour avoir finalement les résultats du défèrement. Dix heures de temps plus tard, soit vers 19 heures du soir, nous avons appris du Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO) que tous les présumés ont été placés sous mandat de dépôt. La même source d’indiquer qu’ils sont détenus provisoirement à la maison centrale d’Antanimora. Cette affaire trouve le ministère de l’Environnement au rang de la partie civile.

Juillet dernier, Bekasy et consorts étaient déjà convoqués auprès de la CPAC mais le Procureur Général auprès de la Cour d’Appel a requis un renvoi du défèrement. Ce haut responsable a sollicité à ce que la partie civile soit écoutée et que les témoignages soient multipliés. Une procédure respectée par le Bianco et une fois le dossier clôturé, les trois présumés exploitants illicites de bois précieux ont été présentés à la CPAC, trois mois plus tard. Pour le Bianco, il s’agirait d’un grand palmarès et d’un respect de son engagement dans la lutte contre la corruption. L’efficacité de ce bureau indépendant a toujours été remise en cause par les observateurs, puisque sur les 164 dossiers traités en bois de rose, seulement un individu a écopé d’un emprisonnement ferme.

Renverser la vapeur. Cette fois-ci, la machine anti-corruption a décidé de renverser la vapeur pour tenir tête à ceux qu’ils qualifient de barons du dossier bois de rose. Bekasy et consorts en ont fait les frais. Hier même, les natifs du Nord regroupés à travers l’association FITEFA, « fikambanan’ny terak’Antsiranana » ont réagi face l’incarcération de l’un des leurs. Ces gens constituaient juste de cobaye pour le Bianco » ont-ils condamné dans leur communiqué (ci-dessous). Ils trouvent aussi que l’origine de cette fresque est imputable à une mauvaise organisation due au non-respect de la non-continuité de l’Etat. « Bekasy, cet originaire de la SAVA faisait partie de ceux qui ont obtenu des agréments du temps de la Transition, à l’époque, les dirigeants avaient autorisé l’exportation des stocks de bois de rose moyennant le paiement d’une redevance fixe de 72 millions d’Ar par container. Le ‘task force’ mis en place à cet effet avait toutefois limité l’agrément à 25 containers pour chaque envoi, mais les stocks n’ont pas encore été épuisés que le task force avait été démantelé » ont-ils avancé pour soutenir leur camarade. La date du procès n’est pas encore rendue publique. Les natifs de l’Avaratra continuent de leurs côtés de militer partout pour condamner cet emprisonnement d’un des leurs. A suivre…

Didi R. Midi M/kara

Bois de rose b

BEKASY.

Trafic de bois de rose : Bekasy, conseiller du ministre de la Sécurité publique, devant la chaîne pénale ce-jour

Le concerné sera-t-il présent durant ce procès ? Les observateurs suivent avec intérêt cette affaire qui concerne le présumé gros poisson du trafic de bois de rose.Il est conseiller technique du ministre de la Sécurité publique. Il, Bekasy Johonfrince, est un présumé gros poisson du trafic des bois précieux. Le Directeur Général du Bureau Indépendant de la Lutte Anti-Corruption (Bianco) qui se charge d’ailleurs de son enquête, l’avait qualifié de la sorte. Auprès de cette organisation, nous avons appris que le dossier est maintenant clos et le concerné passera ce-jour, pour la seconde fois, devant la chaîne pénale anti-corruption.« Nous avons recueilli plusieurs témoignages pour peaufiner le dossier. Les charges judiciaires ne manquent pas à l’encontre du sieur Bekasy », a-t-on appris de notre source auprès du Bianco.

Cette affaire préoccupe les esprits et est très suivie par les observateurs du fait que le plaignant est, lui-même, le ministère de l’Environnement. Et pourtant, la requête a été déboutée durant la première comparution. Le dossier concerne plusieurs infractions pénales allant de la corruption, en passant par le blanchiment d’argent pour finir avec le trafic illicite de bois de rose.

Concernant le troisième chef d’accusation, on reproche à Bekasy et consorts d’avoir expédié pas moins de 4 000 rondins de bois précieux à destination des pays asiatiques. Outre la mesure d’interdiction de sortie du territoire requise par le Bianco à l’endroit de ce conseiller technique du ministre de la Police, la même organisation indépendante a exigé à ce que le concerné se présente ce-jour à la chaîne pénale. C’est d’ailleurs le clou du spectacle, le suspens que les observateurs attendent. Le rapport de l’ONG Trafic avance que le manque à gagner pour Madagascar face à l’expédition illicite de bois de rose est évalué à 580 millions de dollars depuis l’année 2008 jusqu’à 2015. Un container plein de bois précieux vaut la somme colossale de 6 000 dollars (prix FOB). Il est acheté à quatre fois plus, une fois arrivé en Chine.

Cette forte valeur ajoutée a amené à la fois les mafias et la politique à s’intéresser dans ce type de trafics. Le procès d’aujourd’hui serait un signal fort si l’Etat est prêt à s’engager dans la lutte, comme le chef de l’Etat a annoncé le 05 février 2014, si ce n’est qu’un simple effet d’annonce comme la mise en place du tribunal spécial bois de rose. En tout cas, l’honneur du gouvernement entre en jeu dans le traitement de cette affaire puisque le plaignant lui-même est un ministre d’Etat…

Didi R.   

Trafic de bois de rose : Bekasy jeté à la Maison d’arrêt d’Antanimora

Deux ressortissants malagasy Bekasy et Herizo, et un ressortissant chinois connu sous le nom Xu Jianey, propriétaire d’un grand magasin à Behoririka – Antananarivo, sont mis en détention provisoire à la Maison d’arrêt d’Antanimora depuis cet après-midi. Ils sont poursuivis pour corruption active, transport et exportation illicite de bois de rose et de blanchiment de capitaux.

Rappelons que Bekasy, le « gros bonnet » selon la qualification de l’association Alliance voary Gasy, arrêté par le bureau indépendant contre la corruption (Bianco) a comparu devant la Chaîne pénale anti-corruption aux 67 ha le mercredi 22 juillet 2015, mais il a été libéré le jour-même, avec deux autres personnes, sous prétextant que la Bianco a commis une faute de procédure.

(Photo sobika illustration: Bekasy)

www.sobikamada.com
Copyright © SobikaMada.com

Photo de Patrick Raharimanana.

Lire.

Bois de rose-les noms des millionaires (I).

BDR Les millionaires (II)

Bois de rose a

Bois de rose

Bateaux pris de force, 30 Sep

tembre 2015.

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s