Mauvaise gouvernance. Mmes Nicole Andrianaivoson et Onitiana Realy … Fanosora-potaka sa vaovao marina ?

logo_stop_traffic

Nicole Andrianaivoson est dans le collimateur de la police française !

par gvalosoa | déc 13, 2015

C’est Nicole Andrianaivoson, proche du couple Rajaonarimampianina qui est dans le collimateur de la police française. Elle est suspectée par les autorités françaises d’avoir voyagé en apportant illégalement sur elle environ 3 millions d’euros, soit l’équivalent de 51 milliards FMG.
Rappelez-vous, c’est à cause de l’intervention de Nicole Andrianarivoson que le trafiquant de bois de rose Johnfrince Bekasy a pu retrouver la liberté. L’image de Hery Rajaonarimampianina est ternie par les magouilles en tout genre, sa mauvaise gouvernance est pointée du doigt par les bailleurs de fonds. Pendant ce temps, les apparatchiks du pouvoir continuent de s’enrichir sur le dos des contribuables, Hery Rajaonarimampianina s’est même offert un tout-terrain blindé de marque allemande estimé à 4 milliards FMG.

Si donc Me Nicole Andrianarivoson a été interpelée, c’est qu’elle était bien en possession d’une somme de plus de 10 000 euros. Environ 3 millions d’euros selon l’estimation. Soit, plus de 30 fois plus que le montant maximal autorisé à être transporté sans autorisation nécessaire. A Madagascar, évidemment, personne -ni la Hcc, ni le Bianco, ni la Ceni, ni la police nationale, ni la gendarmerie nationale, ni l’armée- n’aurait rien découvert. Mais dans un Etat de droit authentique, personne n’est au-dessus des lois et, à Roissy, son titre de « Conseillère et très proche du couple présidentiel Voahangy et Hery Rajaonarimampianina, Chef de l’Etat malgache », ne lui a été d’aucun secours. 


Multipliez cela par trois et vous vous rendrez compte que 3 millions d’euros, cela ne passe pas inaperçu, même en billets de 100 euros. Cela ne tiendrait pas non plus dans une valise «diplomatique»…
Il est certain qu’elle et d’autres personnes arpentant les allées des palais n’en sont pas à leur premier rôle de «passeurs». Mais pourquoi diable une aussi grosse somme cette fois-ci? Que les courtisans gravitant autour des Rajaonarimampianina ne nous fassent pas le coup de « misy ambadika politika » (il y a des dessous politiques). Me Nicole Andrianarivoson a commis une infraction à une loi en vigueur en France et un tel montant ne peut se cacher dans un soutien-gorge, même bien rempli… Il faut, au moins, une valise entière. Et cette loi, en France, stipule également que « toute personne (résidente française ou non) est soumise à l’obligation déclarative. L’obligation de déclarer les fonds s’applique aussi aux couples, familles et personnes entre lesquelles existe une communauté d’intérêt, quand bien même ils transportent des sommes, titres ou valeurs d’un montant inférieur à 10 000 euros, dès lors que l’addition des fonds transportés par ces personnes dépasse le seuil de 10 000 euros ».http://www.madagate.org/politique-madagascar/dossier/5462-france-llaffaire-nicole-andrianarivoson-r-interpelle-mais-netonne-pas.html
 —
Cependant, la capacité de l’expert comptable de diriger un pays se rapproche du zéro absolu, et gageons qu’il va vite se rattraper sur cette «perte». En tout cas, c’est une sale histoire d’argent sale qui a été découverte. Car, à quoi servent les transferts d’argent et les banques? Me Nicole Andrianarivoson ne pourra jamais dire que c’est pour payer l’écolage des enfants du couple présidentiel (ils sont tous à l’extérieur du pays), tout de même! Sinon, il faudra aussi dire d’où vient ce pactole. Mais même en ayant vendu leur maison de Tsimbazaza et leurs véhicules blindés, nous sommes très loin du compte. Très, très loin même.

Enfin, le plus malheureux et douloureux, pour le peuple malgache (complice par inertie de ce vol autorisé par le suffrage universel), est de se rappeler ses déclarations enflammées lorsqu’il était candidat et même une fois qu’il a été élu: «Ma priorité c’est de rétablir l’Etat de Droit, rendre effective la bonne gouvernance et instaurer la redevabilité des dirigeants. Pour ce faire, je prône l’indépendance de la justice et l’exemplarité des dirigeants». «Ny fitondrana ny raharaham-pirenena tsy ananako havana» (dans la conduite des affaires de l’Etat, il n’y a pas de questions familiales). A croire qu’il ne sait vraiment pas ce que traficotent ses frères (ICI un exemple sur les manigances de Aina Rajaonarimampianina à propos de pierres précieuses)
Certes, cette Nicole Andrianarivoson ne risque pas la prison en France ni même à Madagascar. Mais reste à savoir si elle va suivre le même chemin que l’autre avocat du barreau de Paris, Me Henry Rabary-Njaka, doublement limogé de ses postes de Directeur de Cabinet de la Présidence et de Président du CA d’Air Madagascar. Cependant, il y a un os au cas où Me Nicole est renvoyée pour «faute professionnelle»: elle a tant de secrets (d’état) qui risquent d’être dévoilés… Voilà pourquoi si cette «affaire» interpelle les gens honnêtes, il ne faut pas s’étonner. Le pire est à venir avec ce régime en totale perdition qui fait du forcing sur tout, comme s’il allait mourir demain (qui sera toujours un autre jour)…

Gtt Inter Geneve

HVM: Un régime infesté de magouilleurs, de pilleurs et de trafiquants.

C’est ainsi que s’illustre le régime de Rajaonarimampianina. Ils pillent le pays sans vergogne. Après les trafiquants mafiosi de bois de rose, voici la dernière en date. Il s’agit de Nicole Andrianaivoson, proche du couple Rajaonarimampianina soupçonnée par les autorités françaises d’avoir apporté illégalement avec elle en France une somme faramineuse de 51 milliards de FMG (environ 3 millions d’euros). D’où vient cette somme et pour le compte de qui ?

https://www.facebook.com/GTTINTERGE/posts/457824537754038

 —

Me Nicole Andrianarivoson

Ce qu’il y a de plus étrange dans cette minable affaire de sales profits -en regard de la pauvreté notoire du pays-, est ceci: tout d’abord, en tant qu’avocate, Me Nicole Andrianarivoson devrait être la première personne au monde à ne pas ignorer la loi. Par ailleurs, elle a de la famille en France -à Sèvres plus précisément-, (j’y reviendrai s’il le faut) qui fait des transactions douanières et il est impossible qu’elle ne soit pas au courant des lois en vigueur, en matière de transport d’argent en liquide. Cependant, c’est un peu comme l’histoire du caissier qui, un vendredi, à cause d’un besoin inattendu de liquidité, décide de détourner l’argent d’autrui avec la conviction de le rendre la semaine d’après. Mais, l’occasion faisant le larron, il «oublie» son honnête décision première et continue ses détournements jusqu’à ce qu’il se fasse attraper avec un trou immense qui le conduira en prison.http://www.madagate.org/politique-madagascar/dossier/5462-france-llaffaire-nicole-andrianarivoson-r-interpelle-mais-netonne-pas.html

Des sacoches remplies de billets, interceptées par la douane française à Roissy, LA PRESSE EST BIEN MUETTE !!!! Nouveau

Envoyé par: jango (Adresse IP journalisée)

Date: lun. 14 décembre 2015 08:34:15

ON ATTENDAIT QUE LA PRESSE EN PARLE MAIS COMME D’HAB., CETTE AFFAIRE FAIT L’OBJET D’UN BLACK-OUT TOTAL.

Malgré cette chape mise sur l’histoire de ces sacoches dans les mains d’une porteuse de valises néanmmoins conseillère du président de la république à l’arrivée d’une délégation à Paris, la vérité s’échappe de la bouche des témoins oculaires même s’ils ont bien été enjoints de faire motus et bouche cousue !!

Mais au-delà de ce cas précis, on peut donc imaginer qu’il représente une infime partie de l’iceberg, car on peut être sûr qu’à l’accoutumée (et il faut compter le nombre de navettes effectues par Rajaoxxx depuis janvier 2014), ce genre de bagages à main accompagnent le couple itinérant qui ne séjourne que de manière temporaire à Madagascar.

Ces sacoches ne constituent pour nous qu’un détail mais elles donnent quand même une preuve de plus sur l’idée qui est aujourd’hui largement partagée par l’opinion publique malgache, que ce pouvoir, au lieu de chercher des solutions pour la population, se concentre dans les actions d’enrichissement personnel sur le dos du plus grand nombre.

La seule question qui vaille ce jour est celle-là : au motif que ce pouvoir soit élu démocratiquement ( ce qui est totalement faux), doit-il être « protégé, alors qu’ il est maintenant prouvé qu’il n’apporte rien à la population (et les individus qui le composent se livrent à des actes de corruption et de détournement) ???

http://www.tim-madagascar.org

Une note verbale du bout des lèvres ?

lundi 21 décembre 2015, par Ndimby A.

JPEG - 57.4 ko
La fameuse note verbale

Après deux semaines de rumeurs et de polémiques concernant une hiérarque du pouvoir actuel attrapée à Paris avec plusieurs millions d’Euros non déclarés dans ses bagages, on a enfin eu droit à une réaction officielle. Celle-ci est venue sous la forme d’un communiqué de la Présidence de la République, indiquant que « les articles publiés par certains médias concernant l’interpellation sur le territoire français de Madame Nicole Andrianarivoson, sont entièrement infondés ». Ce communiqué prend à témoin la copie d’une note verbale rédigée par l’Ambassade de France qui dit que suite à une requête écrite du Ministère des affaires étrangères (MAE) malgache, « les recherches diligentées auprès des différents services de l’état habilités se sont avérées négatives ».

On ne sait pas exactement sur quel point précis portait cette requête du MAE, mais la réponse est donc « non ». Chacun y verra midi à sa porte et interprétera comme il l’entendra, car ni le communiqué malgache ni la note verbale française ne contredit noir sur blanc le fond de l’affaire. On sait donc seulement de source officielle que la dame n’a pas été interpellée, mais on ne sait pas ce que contenaient ses valises. Si la note verbale avait infirmé l’existence d’une importante somme d’argent dans ses bagages, cela aurait été différent. Le contenu fort diplomatique de la note verbale et le texte du communiqué de la Présidence donne donc une réponse sur l’interpellation, mais ne donne aucune information à la question centrale. Ainsi, au lieu de clore le débat, l’opération de communication ouvre la boite de Pandore.

Est-ce véritablement une note verbale qui veut rétablir la vérité ? Est-ce une note verbale négociée par le pouvoir malgache pour « blanchir » un de ses hiérarques d’une scabreuse histoire ? Est-ce une note verbale politiquement motivée par le souci d’éviter de fragiliser encore plus le pouvoir actuel ? Mais si un jour on apprenait que cette note verbale n’était qu’une manoeuvre dans laquelle la France s’est rendue complice de blanchissement de faits répréhensibles, alors honte sur elle [1].

Si Henri IV disait que Paris valait bien une messe, éviter à tout prix un accroissement de l’instabilité à Madagascar valait bien sans doute une note verbale. Mais le retard pris pour sortir cette information n’a fait qu’alimenter les commentaires à charge. De plus, les Sherlock Holmes de bars et de salons de coiffure se sont précipités pour analyser la forme de la fameuse note verbale pour mettre en doute son authenticité. Certains ont pointé du doigt l’absence de référence, d’autres plus francophones que les Français y ont cru voir plusieurs fautes d’orthographe (qui n’y existent pas). Touefois, le pompom du ridicule revient à ceux qui se sont empressés de crier à la fausse note (verbale) sous prétexte d’une absence de signature. Or depuis la nuit des temps, les gens qui ont un minimum de culture des usages diplomatiques savent qu’une note verbale n’est pas signée.

Mais comme me le faisait remarquer ironiquement un ami proche dans un échange par mail, « quand on constate que même certains anciens auditeurs du centre qui se veut prestigieux d’études diplomatiques et stratégiques font partie des incultes qui se gaussent de l’absence de signature sur la note verbale, on ne peut pas s’attendre à ce que le vulgum pecus fasse autrement ».

Durant deux semaines, même si cette affaire a alimenté les gorges chaudes de ceux qui se prétendent toujours bien informés, jusqu’à preuve du contraire il n’y a jamais eu un fait pour soutenir la véracité de cette affaire. Les principes du Droit voulant que tout accusé soit considéré innocent tant que sa culpabilité ne soit démontrée, on prend donc acte de la version officielle. Et ceci, tant que personne n’arrive à produire des éléments tangibles prouvant le contraire.

Un contexte propice à crédibiliser cette rumeur.

Dans la civilisation orale qu’est la nôtre, propice aux tsaho, honohono et autres comportements de concierge, les bruits de couloir font toujours florès. L’explosion des médias sociaux et les avancées technologiques ont accentué cette propension aux rumeurs, qui comme on le sait, sont des informations passant de bouche à oreille sans passer par le cerveau. Leshoax, fake, montages photos et autres canulars, dont certains sites et certains facebookers se sont fait une spécialité, alimentent quotidiennement Facebook, et il est très amusant (mais à la fois très inquiétant) que les Malgaches soient d’aussi bons clients pour croire et partager tout et n’importe quoi. Le « minoa fotsiny ihany » a encore de beaux jours devant lui, tout comme le « minomino foana ». Il n’est donc pas étonnant que « cette affaire Nicole Andrianarivoson » ait excité ceux qui aiment le sensationnalisme des scoops chocs même sans fondement précis, mais en se contentant de répéter ce qu’a dit le voisin [2].

Ceci étant dit, une version officielle n’est pas forcément synonyme de vérité, surtout en politique. La seule chose que l’on souligne dans le présent éditorial, c’est que sans preuve raisonnable, on ne veut pas verser dans l’affabulation, juste pour faire plaisir à ceux qui aimeraient que leurs suspicions ou leurs désirs deviennent des réalités. L’Histoire est remplie de versions officielles qui se sont révélées après coup comme des gros mensonges éhontés : entre des dizaine d’exemples possibles, on citera la présence d’armes de destruction massive mentionnées par Colin Powell devant le Conseil de sécurité des Nations unies (2003) pour justifier l’invasion de l’Irak, ou un pseudo accord de vente de terres malgaches par Ravalomanana à Daewoo pour servir de prétexte au coup d’Etat de Rajoelina en 2009. On mentionnera également les versions officielles sur le 22 février 2002 et le 17 mars 2009 avancées respectivement par les camps Ravalomanana et Rajoelina, et qui n’étaient que des écrans de fumée.

JPEG - 68.7 ko

On ne sait pas si l’avenir sera capable de nous dire si la version officielle était juste une manière d’éteindre un incendie, ou une sincère transposition de la réalité des faits. Mais une chose est sûre : rien ne reste indéfiniment caché, et pour cette raison, le Président Rajaonarimampianina ferait bien de mettre de l’ordre dans son entourage pour éviter que son héritage ne soit fait que de révélations embarrassantes qui ne manqueront d’éclater à la fin de son mandat. Si la rumeur des trois millions de la dame paraissait tant crédible, c’est parce que le contexte favorisait cette crédibilité. Certains proches du Président Rajaonarimampianina se faisant remarquer de plus en plus par leur interventionnisme sans honte et sans scrupules à Antananarivo, tout ce qu’on racontera à tort ou à raison à leur sujet semblera acceptable à ceux qui connaissent ces frasques, et qui ne s’étonneront pas d’un scandale de plus ou de moins. Les innombrables problèmes actuels de gouvernance et corruption, soulignés de manière récurrente par les partenaires techniques et financiers, et quantifiés par les divers indicateurs internationaux (Transparency International, Afrobaromètre, Mo Ibrahim, Banque mondiale etc.), se traduisent également dans la vie des citoyens, qui subit quotidiennement agents de police et gendarmes racketteurs, inspecteur du fisc véreux et autres fonctionnaires corrompus.

L’absence d’enquête sérieuse sur les enrichissements sans cause de ceux qui gravitent dans les couloirs du pouvoir depuis la Transition à ce jour, alimentée par les déclarations arrogantes de certains hiérarques dans leurs cercles privés, alimente le malaise et la mauvaise image du régime actuel. Certains justifient leur grand appétit par la nécessité de rentabiliser leur investissement financier pour soutenir Hery Rajaonarimampianina pendant la campagne présidentielle de 2013, ou le besoin d’accumuler le maximum pendant minimum de temps car la durée de leur présence au pouvoir est inconnue, et au cas où ils devraient tout à coup s’exiler. Dans tous les cas, il y a peu de risques d’enquête gênante à craindre du côté malgache face à tous ces dérapages. Mais même quand il y a enquête, il y a rarement une suite.

Par exemple, on s’écoeure que les personnes mises en cause par le Bianco et la Chaine pénale anti-corruption soient libérées de façon quasi-systématique, alors que tant de personnes ont pris tant de risques pour faire correctement leur travail, avant de s’apercevoir que finalement ces risques étaient inutiles. Exemple d’école, le cas Bekasy, accusé de trafic de bois de rose, et sorti des geôles, puis du territoire malgache suite à « une intervention ». Selon nos confrères de La gazette de la Grande Ile, c’est Nicole Andrianarivoson (encore elle) qui est intervenue en faveur du trafiquant. Question fondamentale : pourquoi donc le Chef de l’État laisse son entourage faire tant de bêtises qui font le grand écart avec les beaux principes de son discours d’investiture ?

La vérité politique se base toujours sur la réalité perçue par les citoyens, car en communication, c’est le récepteur qui valide le message. Ce n’est donc pas à coups de communiqués officiels, mais à coups d’actes concrets, que l’on rebâtit une image sérieusement écornée par le vécu quotidien de la population. Normal qu’une note verbale française fasse couler autant d’encre et de salive, car son contenu laisse perplexe, sa forme laisse dubitatif, le timing de sa publication laisse pantois, et le fait qu’il soit mis en avant par la partie malgache et non par l’Ambassade de France laisse sceptique.

Notes

[1] On pourrait même pousser le vice jusqu’à se demander si c’est une vraie note verbale, rédigée par l’Ambassade de France ou par le site LeGorafi. Toutefois, même s’il y a beaucoup à dire sur le régime actuel, on doute qu’ils osent aller jusqu’à produire un fake. On partira donc du principe que ce texte est bel et bien issu d’Ambatomena.

[2] Ayant failli verser dans la dynamique, Madagascar-Tribune.com s’est ravisé à temps et a retiré de sa propre initiative une publication sur le sujet qui est restée quelques instants sur le site. Ce retrait n’a été dicté par aucune pression, mais par le sentiment au sein de la rédaction qu’on n’avait aucun élément objectif pour traiter ce fait de réel, n’en déplaise à ceux qui s’offusquaient qu’on ne se soit pas précipités pour hurler avec les loups qui n’ont pas de scrupules à hurler sur la base de rumeurs. Madagascar Tribune

 

Hery 3 millions

  —

La note verbale de l’ambassade de France est un « fake »

par gvalosoa | déc 22, 2015

Selon un quotidien de la place, la note verbale de l’ambassade de France à Madagascar sur l’affaire Nicole Andrianaivoson est un « fake », donc un faux document. Après une longue hésitation, le régime Rajaonarimampianina n’a eu comme seule idée, la création de cette supercherie, vite dévoilée par les observateurs !

Photo de Malagasy Noverezina ZO.

Onitiana Realy WANTED !

par gvalosoa | déc 13, 2015 | Live | 0 commentaires

Alors que Hery Rajaoanarimampianina passe la majorité de son temps à l’extérieur, Onitiana Realy profite de son nouveau joujou dernier cri à travers les rues de la capitale, une nouvelle voiture 4×4 de plusieurs millions d’ariary. Force est de constater que ses critiques acerbes à l’endroit de tous les régimes qui se succédaient n’étaient que de la poudre aux yeux, elle profite du système..sauf que la ministre de la population est loin d’imaginer que les gens du Grand Sud meurent de faim. Les premières victimes de ce fléau sont les enfants et les personnes âgées, NO COMMENT…

GValosoa

 

c2f4c-c

HVM Régime de la Terreur

Un Polonais, deux valises et un million d’euros

Par Alexandre Tandin, France Bleu AlsaceLundi 3 février 2014 à 17:21

Saisie des douanes à Chalampé.
Saisie des douanes à Chalampé. © Douanes françaises

C’est la troisième plus grosse prise des douanes alsaciennes des cinq dernières années : exactement 19.998 billets de 50 euros cachés dans deux valises. Des coupures appartenant à un Polonais qui faisait le voyage entre l’Espagne et son pays. Tout porte à croire qu’il s’agit de blanchiment d’argent sale.

Les faits se sont déroulés le 22 janvier sur l’autoroute A36 lors du contrôle d’un bus de voyageurs. Comme elles le font régulièrement, les douanes ciblent une dizaine de personnes, et fouillent leurs bagages.

Parmi les voyageurs, il y a un Polonais qui dit être un homme d’affaires résidant en Chine depuis dix ans. En fouillant ses bagages, les douanes découvrent le magot. L’argent n’est pas dissimulé dans un système de double fond, mais tout simplement rangé, en liasses, dans deux petites valises rouges.

La saisie des douanes à Chalampé. - Douanes françaises
La saisie des douanes à Chalampé. © Douanes françaises

C’est le profil de ce voyageur qui interpelle les douaniers. «Voyager entre l’Espagne et la Pologne en bus, c’est long», déclare la directrice des douanes de Mulhouse, Francine Devillers. D’ajouter : «Quand on nous dit que c’est simplement parce que les horaires d’avions ne lui convenait pas, ça paraît surprenant, donc on se dit que peut-être a-t-il voulu éviter de passer par un aéroport.»Rien n’interdit de voyager avec une telle somme d’argent, mais il faut, dans ce cas, fait une déclaration, soit sur internet, soit au premier passage en douane. Il n’en a rien fait, ce qui accrédite la thèse du blanchiment.

Un échantillon de billets envoyé dans un laboratoire

L’enquête se poursuit, un échantillon de billets est actuellement étudié dans un laboratoire pour vérifier s’il n’y a pas de traces de produits stupéfiant, ce qui pourrait donner des éléments concrets. L’homme est ressorti libre, son argent a été consigné jusqu’aux conclusions de l’enquête.

En 2012, la douane française a ainsi saisi 55 millions d’euros pour des infractions liées à l’absence de déclarations aux services douaniers. « Près de 27 millions d’euros proviennent de saisies réalisées sur des individus en transit sur le territoire français », précise les services des douanes. Le bilan pour l’année 2013 sera présenté au mois de mars.

France  bleue

 

 

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s