Les sénatoriales du pouvoir. Un triomphe sans gloire. Intimidations et menaces de mort.

Ferrari Ramanandraibe.
 Avec tout le bordel qui règne dans le Pays, la pauvreté qui ne cesse d’accroitre , Comment le parti au Pouvoir peut il encore avoir 80% des votes des grands Elécteurs? Mais dans quel Pays sommes nous exactement??
Photo de Ferrari Ramanandraibe.

Sénatoriales

36 sièges sur les 42 raflés par le HVM

mardi 5 janvier 2016, par Mirana Rabakoniaina

On se croyait au bon vieux temps de la révolution socialiste où le parti au pouvoir occupe tout seul la vie politique. Le président du parti HVM peut se réjouir, il a atteint son objectif, à savoir occuper tous les sièges au sein du prochain Sénat. Lors du dernier scrutin sénatorial du 29 décembre 2015, le parti présidentiel HVM a gagné 36 sièges sur les 42 à pouvoir à travers le pays.

Tous les sièges de sénateurs des provinces de Toliary et de Fianarantsoa seront occupés par le parti présidentiel. Pour Antsiranana et Antananarivo, 6 sièges sont raflés par le HVM. Pour Mahajanga et Toamasina, le parti de Rivo Rakotovao rafle 5 sièges dans chacune de ces provinces.

En gros, le HVM a obtenu près de 86% des voix lors de ces dernières élections. Un score digne de l’époque soviétique.

Le président de la République va nommer 21 personnalités pour compléter cette liste. S’il va nommer des membres du HVM, le taux d’occupation du parti présidentiel dans le Sénat dépassera les 90% des sièges.

Ce taux d’occupation changera-t-il la vie politique à Madagascar et surtout qu’est ce qu’il va apporter (de positif) pour les citoyens ?

M/car Tribune

 –

Intimidations et menaces de mort contre des grands électeurs: Les défenseurs des droits de l’homme saisissent la Communauté internationale.

Rafolisisoa H

Rafolisisoa Hanitriniala a rencontré hier les hauts responsables du Système des Nations unies.

La présidente nationale de l’UNMDH considère le scrutin du 29 décembre dernier comme « l’élection la plus truffée de corruptions de haut niveau depuis l’indépendance ».

« Nous ne pourrions pas rester bras ballants face aux intimidations, aux pressions et même aux menaces de mort dont sont victimes les grands électeurs ». C’est ce qu’a déclaré la présidente nationale de l’Union Nationale Malgache pour les Droits de l’Homme (UNMDH), Rafolisisoa Hanitriniala au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue hier aux 67Ha. Après avoir été saisis par des maires et des conseillers communaux issus notamment de la Région Vatovavy Fitovinany, les défenseurs des droits de l’homme ont décidé de prendre leurs responsabilités. « Nous disposons de nombreuses preuves venant des 22 régions, confirmant l’existence de corruptions, d’achats de vote et d’intimidations contre les grands électeurs durant les élections sénatoriales », a soutenu l’ancien membre de la Commission Electorale Nationale Indépendante de la Transition.

D’ailleurs, le numéro Un de l’UNMDH considère le scrutin du 29 décembre dernier comme « l’élection la plus truffée de corruptions de haut niveau depuis l’indépendance ». Rafolisisoa Hanitriniala de citer comme exemple le cas du District de Manakara où la distribution d’argent s’est déroulée au vu et au su de tous les observateurs et des délégués des candidats. Les corruptions se sont déroulées notamment dans les bâtiments publics, au bureau de la Région, dans l’enceinte du Lycée de Manakara et même devant les bureaux de vote.

Anomalies. L’UNMDH dénonce également des détournements de voix. C’était le cas notamment dans le bureau de vote de la Commune d’Ambila, toujours dans la Région Vatovavy Fitovinany où des autorités auraient « forcé » les délégués des candidats à quitter le bureau de vote à la fin du scrutin. Ils n’ont donc pas pu assister au décompte des voix. D’après les résultats provisoires, le parti HVM a raflé 100% des voix au niveau de cette commune. « Un pourcentage pratiquement impossible puisque moi-même je n’ai pas voté pour le HVM, j’ai choisi de voter pour le MAPAR », a déclaré Randrianasolo Frédéric, Conseiller communal au niveau de la Commune d’Ambila.

Ce dernier faisant partie d’une délégation de grands électeurs venant de la Région Vatovavy Fitovinany qui est actuellement à Antananarivo pour interpeller les autorités par rapport aux problèmes engendrées par les dernières élections sénatoriales dans cette localité. Face à toutes ces anomalies, mais aussi au non-respect des droits de l’homme, l’UNMDH dirigée par Rafolisisoa Hanitriniala a décidé de déposer une requête auprès de la Communauté internationale. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette démarche, les représentants de cette association membre de la Société civile ont déjà rencontré hier les hauts responsables du Système des Nations unies à Madagascar. Des requêtes seront également déposées au niveau des instances compétentes.

Davis R Midi M/car

Sénatoriales: La CENI a constaté des anomalies

Mitohy hatrany ny lainga marivo tototra ataon’ny HVM sy ny forongony izay tarihin’i Rivo RAKOTOVAO.Nolazainy indray fa tsy voavidy vola ireo mpifidy vaventy fa vokatra safidin’ny tsirairay io.Tsy mahagaga raha mihemotra hatrany fampandrosoana satria ilay toe-tsaina entin’ireto olon’ny HVM ireto dia maloto sy ahitana ireo fakofakon’olona nahazo fahefana.

Elections sénatoriales

Des preuves accablantes

Rakotoson

Les résultats des élections sénatoriales seront proclamés ce samedi 9 janvier 2016. Ces sénatoriales sont sources d’information intarissables. Des témoins et des preuves accablantes apparaissent au grand jour.

Des preuves accablantes

 

La TV Viva a diffusé une conversation téléphonique enregistrée entre le ministre de l’Intérieur et un responsable dans une région et un autre enregistrement entre le directeur de cabinet et ce même responsable. Questionné sur ce fait un juriste a déclaré que la recherche de preuves en matière électorale est libre. Concernant l’’enregistrement téléphonique, il appartient à la Hcc de réquisitionner l’opérateur téléphonique pour avoir l’authenticité sur cet enregistrement. C’est un devoir et un droit de faire triompher la vérité en matière électorale.

Et quand on questionne les acteurs de ces sénatoriales, les informations recueillies auprès de ces acteurs poussent à croire que l’enregistrement télédiffusé est vrai.

 

Quelles sont ces informations ?

Dans le procès-verbal établi par maître Natanoel, huissier de justice à Toliara, on peut lire que dans certains bulletins de vote sont marqués par des signes distinctifs permettant de reconnaître le Grand Electeur qui a déposé ce bulletin. Par exemple, “dans la commune rurale de Betsinjaka, salle numéro 13, dans l’emblème Hvm 1 bulletin au lieu de X, il est marqué O ; 1 bulletin au lieu de X, il est  marqué / ; 1 bulletin au lieu de X, il est marqué V ; 1 bulletin au lieu de X, il est marqué C”. “Pour nous, il est clair que chaque électeur ayant déposé ces bulletins sont clairement reconnus par les responsables politiques qui ont fait pression sur eux” souligne ce candidat indépendant à Toliara. Il fait remarquer que ces signes varient suivant les salles tenant lieu de bureau de vote. Il cite le ca de la commune rurale d’Andronihaly (salle numéro 5 au lycée Laurent Botokeky, où “1 bulletin au lieu de X, il est marqué XI ; 1 bulletin au lieu de X, il est marqué V ; 1 bulletin au lieu de X il est marqué = ; 1 bulletin au lieu de X, il est marqué C ; 1 bulletin au lieu de X, il est marqué O”. Avec ces signes distinctifs permettent de savoir lequel des grands électeurs n’a pas respecté le consigne de vote qui lui a été passé.

 

La suite ?

Les candidats battus lors de ces sénatoriales espèrent que la Hcc appliquera la loi. Le code électoral stipule clairement l’utilisation de l’empreinte digitale ou de la lettre X. Ainsi l’utilisation de tout autre signe distinctif ne peut qu’annuler ces bulletins de vote cochés de manière illégale. Notons toutefois que sur place émissaire de la Ceni lors du jour de l’élection Thierry Rakotonarivo, dont les propos ont été rapportés par la presse, a déclaré que ces bulletins cochés avec des signes autres que X ne vont pas à l’encontre de la loi.

Faut-il lire dans ces propos un signal à l’endroit de la Hcc ? En attendant pour les candidats, d’une part, ces annulations de voix vont changer de manière spectaculaire les résultats. D’autre part, ils espèrent que des enquêtes seront effectuées et attendent que des sanctions soient prononcées. La Hcc fera-t-elle le ménage ? Des membres de la liste Tim déclarent que ces bulletins sont troublants. On sait que les responsables des listes Tim, Mapar, MMM… au niveau national ont manifesté leur volonté d’introduire des requêtes collectives devant la Hcc.

Que vont faire les têtes de listes au niveau régional (provincial) ? Certains déclarent qu’il faut attendre la déclaration officielle des résultats provisoires issus de la Ceni. La suite dépendra de ces déclarations bien que les candidats n’attendent pas de miracle pour ce samedi 9 janvier 2016. Pour les requêtes à déposer auprès de la Hcc, les dossiers sont prêts pour certains candidats. Pour connaître la suite, l’attente ne sera pas longue, une semaine ou deux tout au plus et l’opinion publique sera éclairée.

 

– See more at: http://www.lakroa.mg/item-710_articles_politique_18-des-preuves-accablantes.html#sthash.cTi0ezou.dpuf

Lakroan’i Madagasikara

Photo de Serasera Vahoka Malagasy.
Photo de Serasera Vahoka Malagasy.

 

5eac8-2003-05-22

 

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s