Syriana horaisin’i Madagasikara.

Mpitsoa-ponenana Syriana Horaisin’i Madagasikara ny anjaran’ny Frantsay ?

17/02/2016

Mampitsangam-bolo ny nandre ny vaovao. Haparitaka any amin’ireo firenena zanatany frantsay teo aloha ireo mpifindra monina syriana, mitsoaka ny ady any Syria. Re fa anisan’ny (nanaiky ?) hampiantrano azy ireo i Madagasikara.

 

Avo lenta

Sarotra ny nanamarina ny vaovao, f’izay anontaniana samy milaza ho tsy mahalala ny fisian’izany. Resaka avo lenta aloha izy ity ary azo sokajiana ho tsiambaratelom-panjakana, ka tsy ary ho fantatr’izao rehetra izao. Any amin’ny parlemantera ny baolina raha hanokatra fanadihadiana mikasika ny fisiany na tsy fisian’izany izy ireo, hampazava ny resaka. “Ny rindrina aza, manan-tsofina” ary “ny teny toy ny atody, raha foy manan’elatra” ka dia tonga eny amin’ny mpanao gazety eny ihany ny resaka. Malaza ho mahay mandray vahiny rahateo moa i Madagasikara. Manamafy izany ilay ohabolana malaza hoe : “Tsy toy ny ranon’Ikopa, ka tonga namana vao mavomavo”. Ireo no mahafaoka ny zava-misy ankehitriny hatramin’ny nanokafan’ny fitondrana HVM ny lanitr’i Madagasikara. Ny zava-mitranga eto amin’ny firenena tato ho ato rahateo toa manalasala be ihany, ary ny ahiahy tsy ihavanana. Nahena ary nisy nofoanana ny ankamaroan’ny sidina nataon’ny kaompania Malagasy Air Madagascar mankany ivelany. Avy eo dia nosokafana ny lanitr’i Madagasikara hidiran’ireo kaompania vahiny hiasa eto Madagasikara. Ny kaompania tiorka Turkish Airlines no anisan’ny nisitraka voalohany an’io fisokafana io, ary efa tamin’ny 15 desambra 2015 no nanomboka ny sidina mampitohy an’i Istanbul amin’Antananarivo. Fiaramanidina lehibe iray Airbus A340-300 nitondra mpandeha 96 no nisantatra io sidina voalohany io. Talohan’io dia nahazo fankatoavana ny hanorenana Mosquée an’arivony amin’ny faritra samihafa eto amin’ny Nosy.

 

Tiorkia, Syria, Eoropa

Firenena silamo ny Tiorka, ary firenena eoropeanina fandosiran’ireo mpitsoaponenana syriana betsaka indrindra. Tsy resahina ny setrasetra mampifanolana an’i Torkia amin’i Rosia. Tsy tongatonga ho azy avokoa izany, fa mifampitohy. Ho sarotra amin’i Torkia ny hiahy ireo mpitsoaponenana zavontany tonga any aminy, fa mety hitadiavany hevitra ny hanambatambazana azy ireo ho any an-toeran-kafa hovatsiana vatsy kely. Ho anisan’ireny firenena na tany hampanatenaina ireny i Madagasikara. Ankoatra ireo dia hampiantrano 24 000 amin’ireo mpitsoaponenana ireo ihany koa i Lafrantsa ao anatin’ny roa taona, araka ny nifanarahan’ireo firenena Eoropeanina tamin’ny septambra 2015 tany Bruxelles. Hataon’i Lafrantsa ahoana avokoa ireo ? Ny azy aza manahirana azy ireo tsy an’asa izay tsy mitsaha-mitombo isa, efa mananika ny 6 510 000 tamin’ny janoary 2016 teo. Izay ve no mampisy ny resaka fa halefa any amin’ireo zanatany frantsay taloha ireo mpitsoaponenana tokony ho anjaran’i Frantsa ireo, ka any Torkia ihany no fiaingana.

 

Toy ny mpizahatany, araka ny filazan’ny minisitra Andriantiana Jacques Ulrich azy izay, izy ireo rehefa tonga aty Madagasikara saingy mpizahatany mpilanja sakaosy, izay tsy iza fa mpitsoaponenana hanorina fiainana vaovao aty Madagasikara, hitondra ny kolontsainy sy hampanjaka izany ary mety ho izy no anisan’ny hifehy ny toekarena eto, toy ny efa ataon’ny vahiny amin’izao, raha miesona lava eto ny Malagasy.

Jean D. TiaTanindrazana

05 Septembre 2017.

Réfugiés Syriens-Madagascar. Lieu d’installation, Ambohimangakely. Midi M/car, Toky Barinjaka, Nitiah Nosy.

Les réfugiés syriens arrivent en masse à Ambohimangakely

Comme nous l’avons déjà évoqué, la venue des réfugiés syriens à Madagascar n’est plus un secret pour personne. Le pouvoir HVM aurait négocié en catimini l’exode en masse de ces réfugiés avec la Turquie. D’après les indiscrétions, le projet de construction d’un village destiné à l’accueil des migrants serait déjà en gestation…il s’agirait d’un site à Ambohimangakely !

RN2 : Un vaste projet de construction d’un village de réfugiés syriens

L’UNHCR lance un appel à manifestation d’intérêt pour la mise en œuvre de deux projets.

.

Depuis le 23 août dernier, le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), Bureau régional en Afrique du Sud, publie un appel à manifestation d’intérêt pour le soutien des réfugiés et demandeurs d’asile à Madagascar.

« Pas d’intérêt, pas d’action ». C’est le mot d’ordre des tenants du régime actuel. Faisant face à un problème de trésorerie, nos dirigeants font tout pour redresser les finances de l’Etat, quitte à prendre des décisions contraires aux réalités socioéconomiques du pays et aux aspirations populaires. Alors que la Grande Ile est classée parmi les pays les plus pauvres du monde et que 92% des Malgaches vivent sous le seuil de la pauvreté, le régime décide d’accueillir des réfugiés.

De source bien informée, nos dirigeants auraient conclu un accord avec la Turquie en vue de l’accueil de réfugiés syriens. Si en France, on évoque la venue de 500 réfugiés syriens d’ici la fin de l’année 2018, le nombre n’a pas encore été dévoilé pour ce qui est de la Grande Ile. A en croire notre source, des infrastructures destinées à l’accueil de réfugiés syriens vont être mises en place sur la RN2, du côté d’Ambohimangakely. Le régime HVM aurait conclu un accord avec une Société immobilière pour un projet de construction de grands bâtiments qui feront office de centre pour réfugiés. Le marché aurait été confié à un promoteur immobilier de renom, de nationalité indopakistanaise qui a déjà fait parler de lui à maintes reprises depuis quelques années. Alors que de nombreux Malgaches sont sans-abris et dorment sous les tunnels, le régime choisit de prioriser la construction d’un village d’accueil pour les réfugiés.

Financement. Depuis le 23 août dernier, le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), Bureau régional en Afrique du Sud, lance un appel à manifestation d’intérêt pour la mise en œuvre de deux projets, à savoir la prévention et l’intervention des cas d’apatridie et le soutien des réfugiés et demandeurs d’asile à Madagascar. Dans cette annonce, le UNHCR précise qu’ « un financement sera accordé aux projets dans les domaines de service liés à la protection, la défense et les solutions durables (pour des projets d’apatridie) et dans les domaines liés à la protection, la détermination du statut des réfugiés, l’aide humanitaire et les solutions durables (pour les projets des réfugiés) pour une période initiale d’un an à compter du 1er janvier 2018 avec une possibilité de prolongation pour une période maximale de quatre ans ». La question est désormais de savoir si le limogeage de l’ancienne ministre des affaires étrangères, Atallah Béatrice n’a aucun lien avec ce projet d’envergure qui risque de provoquer des polémiques dès sa mise en œuvre. En effet, en réaction à cet appel à manifestation d’intérêt de l’UNHCR, l’ex-Chef de la Diplomatie malgache a déclaré : « Nous sommes souverains sur la décision d’accueillir des réfugiés ou non. Les Nations Unies n’ont pas de mandat pour faire entrer des réfugiés politiques ou humanitaires dans un pays ». Elle a aussi rappelé qu’ « à cause du contexte socioéconomique du pays, Madagascar n’a pas signé la déclaration sur l’accueil des réfugiés proposée par les Nations Unies lors du Sommet humanitaire mondial en octobre 2016 ».

Risque élevé. On se demande si cette décision n’aura pas de répercussion sur l’harmonie sociale à Madagascar. La construction de nombreuses mosquées dans la partie Nord de la Grande Ile a déjà provoqué des polémiques l’année dernière notamment à propos du risque élevé des menaces terroristes. Nul n’ignore que les réfugiés syriens que nous allons accueillir à partir de l’année prochaine seront composés essentiellement, ou à majorité de musulmans. Quid de la cohabitation dans un pays à majorité chrétienne comme Madagascar ? Quoiqu’il en soit, les dirigeants malgaches devraient d’abord songer à résoudre les problèmes de pauvreté qui frappent la majorité des Malgaches avant de s’aventurer dans la mise en œuvre de ce projet.

R. Toky. Midi M/car.

Filatex 1

 

Zebu tableau. Randrianarisoa Nirina.

Very letsy ialahy

 

Ry Gasikara kely, very letsy ialahy
Lasa vata fitatazana, very saina fo fanahy
Ny mponina mahantra, ny jiolahy mahazo laka
Izay Malagasy mihezaka, avy hatrany dia voadaka

Alaina, atao an-tery, ireo tany fambolena
Fa ny vahiny indray ity no hosoram-bolamena
Aiza moa ialahy, ry Gasikara kelinay
No ho tafavoaka raha izao no iainanay?

Firy raha isaina, ireo mandry ambody tatatra
Tsy misy mba nijoro ry zareo mahatsiaro sambatra
Fa ny hameno paosy ihany, tsy misy indra-fo
Hitsahina, potehina…tsy avela raha tsy ho lo

Handray ny hafa ve, fa ny an’ny tena avela ho faty?
Mosary sy kere, sa izahay natao hihafy?
Tsy ho tompontany intsony fa ho mpindrana ihany sisa
Ry Gasikara kelinay, miha-mahantra isa-minitra

Ontsa aloha ny fo, tebiteby sesilany
Ampian’ny fahantrana, sa misy mafy ankoatr’izany?
Ny loto tsy voakosoka, ny fotaka tatazana
Very letsy ialahy ry Gasikara maitso mavana

Baritafika. Toky Baritafika Ramanankohajaina
September 5th 2017

Tanana Tahina R

DIA HANGINA VE?

 

Tsy ho haiko ny hangina
sy ho mody tsy hahalala,
Noho ity mba fitondrana , 
miziriziry, mody adala!
Tena sahy manao zinona
ny vahoaka izay nifidy,
ny toky izay nifanekena
no tsy tratra fa namidy!

Ataoko ahoana ny hikipy
anoloan’ny zava-misy,
ry zareo miliba harena,
ny vahoaka mitampify!
Efa hiala hatramin’ny aina
vao mahita ny ho anjara,
atsy nefa fafy katrana
ny vola amina miliara!

Enga anie hangarahara,
hitsikafona ny marina
raha sanatria tokoa
harem-bahoaka no hangalarina
ny nitranga teto mantsy
dia ny toy izany hatrany
ny vola eto no miteny,
ny marina hafitsaka any

Raha harena no robaina
mbola leokoleoko ihany
f’ity safidy nandamoka
no mahakivy ambony any
ireo nantenain-kanirina
no indrisy mampivandra,
dia aiza indray no hitaraina,
amin’iza no hiandrandra?

Nitiah Nosy – Poeta

Malagasy ve ianao. 5/09/2017

Tsy manao politika ny Malagasy Ve Ianao

Fa kosa, ontsa ny fo, sanatria tsy fitiavana vahiny akory, fa ho maro raha ny vaovao voaray ireo mpitsoa-ponenana no hanamboarana toby fiantranoana ho azy ireo eny Ambohimangakely.
Mety ve izany? Azontsika Malagasy ekena ve izany?
Izahay vao mihezaka manandratra ny maha Malagasy antsika, nefa ity olana sesehena ity toa mitombo ihany. 
Ngamba ry Mpitondra ao ambony, mba tsy azo ekena intsony izao. Mba jereo ihany re Tompoko ny ambomponay Malagasy.

 

Lire : 

Madagascar. Barbus et burka arrivent en masse

Migration

Publié le mercredi 20 janvier 2016.

La Turquie veut lancer une opération au sol en Syrie avec ses alliés

© Bulent Kilic, AFP | Des chars turcs ont bombardé les environs de Kilic près de la frontière avec la Syrie, le 16 février 2016.

Texte par FRANCE 24 

Dernière modification : 16/02/2016

Ankara a demandé, mardi, à ses partenaires de coalition de prendre part à une opération au sol en Syrie, indispensable, selon Ankara, pour finir cette guerre, a indiqué un responsable turc.

La Turquie a demandé à ses partenaires de coalition, dont les États-Unis, de prendre part à une opération terrestre en Syrie, a déclaré mardi 16 février un général turc. Il est désormais « impossible » de terminer la guerre sans une telle opération au sol, a estimé ce responsable s’exprimant sous le sceau de l’anonymat à des journalistes à Istanbul. Et d’ajouter qu’Ankara ne lancera pas seul pareille opération.

« La Turquie ne lancera pas sa propre opération terrestre de façon unilatérale, a affirmé ce responsable lors d’un point de presse à Istanbul. Nous disons à nos partenaires de coalition qu’il faut une opération terrestre. Nous en discutons avec les alliés. S’il y a consensus, la Turquie en sera. Sans opération au sol, il est impossible d’en finir avec cette guerre », a-t-il poursuivi.

Aide de l’Arabie saoudite

Samedi, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu avait déjà déclaré que la Turquie et l’Arabie saoudite pouvaient mener une intervention terrestre contre l’EI en territoire syrien. Les deux pays font d’ailleurs partie de la même coalition internationale, dirigée par les États-Unis, qui mène des frappes aériennes contre l’EI en Syrie et en Irak.

L’Iran, allié de poids de Damas, a averti mardi que le déploiement de troupes saoudiennes violerait « le droit international ».

L’EI mais aussi les milices kurdes

Jusqu’à présent, la coalition internationale dirigée par Washington mène seulement des frappes aériennes contre l’EI. Interrogé sur les cibles de cette éventuelle opération, le responsable turc a répondu: « tous les groupes terroristes en Syrie ». Selon lui, ces groupes incluent le groupe État islamique (EI), maître de vastes régions en Syrie, les forces du régime et les milices kurdes.

Ces nouvelles déclarations de la Turquie devraient encore un peu plus envenimer ses relations avec la Russie, allié du régime de Damas, qui l’a accusée lundi de soutenir le « terrorisme international ».

Le conflit syrien, qui a débuté en mars 2011 par des manifestations politiques dans le cadre du « printemps arabe », a fait environ 260 000 morts selon les Nations unies.

Avec Reuters et AFP

Après l’attentat d’Ankara, l’aviation turque a bombardé des objectifs du PKK en Irak

– Avec AFP

© reutersSource: Reuters

Suite à l’attentat meurtrier d’Ankara du 17 février et malgré l’absence de preuves sur les auteurs de l’attaque, le Premier ministre turc a bombardé les forces Kurdes d’Irak et n’a pas manqué de les accuser d’avoir organisé l’attentat.

Les bombardements turcs de ce jeudi 18 février ont visé un groupe de 60 à 70 combattants du PKK, dont des officiers, dans le secteur d’Haftanin, non loin de la frontière syrienne. Ce camp est l’une des plus importantes bases arrières des rebelles kurdes dans les montagnes du nord de l’Irak.

Depuis la reprise des combats entre les forces de sécurité turques et le PKK l’été dernier dans le sud-est de la Turquie à majorité kurde, les chasseurs turcs ont mené de nombreux raids contre ces camps. Les affrontements meurtriers ont repris après deux ans de cessez-le-feu et il y a quelques jours la Turquie a commencé à bombarder des positions kurdes en Syrie.

Ces combats ont fait voler en éclats les pourparlers de paix, engagés avec le PKK par le gouvernement, à l’automne 2012, pour tenter de mettre un terme au conflit kurde, qui a fait plus de 40 000 morts depuis 1984.

Après l’attentat du 17 février à Ankara, le président Recep Tayyip Erdogan a promis une riposte à cette attaque en plein cœur de la capitale turque.

Des représailles qui mettent de l’huile sur le feu

Les Etats-Unis et Paris ont déjà appelé la Turquie à cesser les bombardements des régions du nord de la Syrie. Damas avait fermement condamné les derniers bombardements turcs, les qualifiant de «soutien direct aux terroristes». Le gouvernement syrien a aussi envoyé une lettre à l’ONU réclamant que le Conseil de sécurité «assume ses responsabilités pour la paix et la sécurité internationale en mettant fin aux crimes du régime turc». RT/com/International.

 

978236003

syrie_revolte_el_assad_inside

 

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s