« In the Mood », Glenn Miller. Joe Garland and Andy Razaf.

Orchestre de Glenn Miller

« In the Mood ». Compositeurs Joe Garland et Andy Razaf

Photo de Fabrice Herizo Ramilison.

 

« In the Mood » is a big band era #1 hit recorded by American bandleader Glenn Miller. Joe Garland and Andy Razaf arranged « In the Mood » in 1937-1939 using a previously existing main theme composed by Glenn Miller before the start of the 1930s. Miller’s « In the Mood » did not top the charts until 1940 and one year later was featured in the movie « Sun Valley Serenade ».

Photo de Fabrice Herizo Ramilison.
 Photo de Fabrice Herizo Ramilison.
Photo de Fabrice Herizo Ramilison.
Photo de Fabrice Herizo Ramilison.

Fabrice Herizo Ramilison 2 mars, 

Io ny Andy Razaf aminy,mpihira malagasy voalohany nalaza tany ivelany indrindra tany Etats-Unis,nalaza teo amin’ny sehatra Jazz nanomboka ny taona 20
Né à Washington DC, Andy Razaf est le fils de Henri Razafkeriefo (neveu de la Reine Ranavalona III de Madagascar) et de Jennie (Waller) Razafkeriefo (fille de John L. Waller, premier consul noir américain à Madagascar). Son père décède à la suite de l’invasion de Madagascar par les Français. Il fuit avec sa mère (âgée de seulement 15 ans) vers les États-Unis, vivant dans des conditions difficiles.

Andy Razaf grandit à Harlem, il quitte l’école à 16 ans et commence à travailler comme portier dans un ascenseur au Tin Pan Alley office building. Un an plus tard, il écrit son premier texte de chanson.

Les premières publications des poèmes d’Andy Razaf remontent à 1917-18 dans Voice, le premier journal du New Negro Movement. Il collabore avec les compositeurs Eubie Blake, Paul Denniker, Don Redman, James P. Johnson, J. C. Johnson, Harry Brooks, et Fats Waller. Il écrit aussi des paroles pour des standards de jazz déjà existants comme Stompin’ at the Savoy, Christopher Columbus, et In the Mood. Sa collaboration avec Fats Waller est fructueuse est donne naissance à de nombreux standards : The Joint Is Jumpin’, Ain’t Misbehavin’, Honeysuckle Rose, Willow Tree, Keepin’ Out of Mischief Now, et What Did I Do to Be So Black and Blue. Sa musique est aussi jouée plusieurs artistes tels Benny Goodman, Eubie Blake et Cab Calloway. Il contribue et travaille comme éditeur pour le UNIA’s Negro World newspaper. Plusieurs textes écrit par Andy Razaf se rapportent aux noirs américains, à leur place dans la société américaine et aux questions raciales. Les textes donnent un aperçu de la vie à New York dans la première moitié du xxe siècle.

En 1972, Andy Razaf entre dans le Hall Of Fame des paroliers

Il décède en 1973 à Hollywood, en Californie, d’un cancer.

« Nobody knows » (1928) Andy Razaf.

 

« Back in your own back yard » Andy Razaf.

 

Photo de Fabrice Herizo Ramilison.

 

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s