Attentats du 13 novembre (Paris) : Salah Abdeslam arrêté à Bruxelles.

Avec l’arrestation de Salah Abdeslam, le procès des attentats du 13 novembre aura un visage

Publication: 18/03/2016 20h21 
ABDESLAM SALAH

ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE – Au terme d’une traque de plusieurs mois, Salah Abdeslam a été arrêté ce vendredi 18 mars à Bruxelles dans le cadre du volet belge de l’enquête sur les attentats du 13 novembre à Paris. Cette enquête a d’ores et déjà permis d’inculper onze hommes en Belgique et mené à l’incarcération de trois autres à l’étranger. Mais c’est la première fois qu’un membre présumé actif du commando des attentats du Bataclan, des terrasses de Paris et de Saint-Denis est capturé vivant.

Tous les autres terroristes directement impliqués dans les attaques sont morts le 13 novembre, à l’exception d’Abdelhamid Abaaoud, jihadiste belgo-marocain présenté comme le cerveau des attentats, mais qui n’a pas survécu au raid de l’appartement de Saint-Denis où il était caché. Les autres suspects aujourd’hui sous les verrous sont soupçonnés d’avoir joué un rôle essentiellement logistique dans les attaques.

L’arrestation de Salah Abdeslam, dont la traque avait mis les services de police français et belges sur les dents, constitue donc un soulagement. Tant pour les enquêteurs que pour les familles des victimes qui peuvent désormais compter sur la présence d’un accusé lors du futur procès des attentats du 13 novembre.

« Même si c’est dans deux ou trois ans, un travail de deuil puissant »

« C’est une très grande nouvelle pour les familles des victimes, qui savent aujourd’hui qu’un procès aura lieu, puisque nous avons l’un des auteurs principaux qui a été arrêté », a immédiatement salué le député LR Georges Fenech, président de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats.

Ce qu’ont immédiatement confirmé les avocats des parties civiles. « On est extrêmement émus », a salué sur France Info l’avocat de familles de victimes du Bataclan Jean Reinhart en se félicitant de la perspective du procès. Autre avocate de familles de victimes, Samia Maktouf a elle-aussi témoigné sur BFMTV du « soulagement » de ses clients. « Pour une fois qu’on arrête un terroriste de cette envergure, il faut qu’il répondre de ses actes », a-t-elle plaidé.

Samia Maktouf, qui est aussi l’avocate de Latifa Ibn Ziaten, la mère du premier soldat tué par Mohamed Merah, évoque le symbole que constituera ce futur procès pour toutes les victimes du terrorisme quelles qu’elles soient. « Merah est mort avec son secret. Mais les attentats du 13 novembre constituent un réceptacle de tous les attentats », rappelle-t-elle. « Même si c’est dans deux ou trois ans, nous allons pouvoir faire un travail de deuil puissant », confirme l’avocat Jean Reinhart.

Extradition et instruction longue en perspective

Mais avant de parler d’un procès, l’instruction doit suivre son cours. Détenu par les autorités belges, Salah Abdeslam devrait logiquement et rapidement être extradé en France, comme l’ont immédiatement réclamé les parties civiles. La procédure pourrait toutefois être ralentie s’il a commis des délits sur le sol belge.

Une fois cette extradition acquise, le jeune terroriste de 26 ans devra répondre aux questions des six juges d’instructions en charge du dossier. Ancien chef du service central de lutte antiterroriste et député des Français de l’Etranger, Alain Marsaud parie sur « une instruction forcément longue », évoquant sur BFMTV « une demi-tonne de scellés ». « Le procès aura lieu en 2020 dans le meilleur des cas. Il prendra une peine de perpétuité et il sortira au bout de 30 ans », a pronostiqué sur le ton du regret cet ancien magistrat antiterroriste tout en jugeant « satisfaisant » que les victimes puissent avoir « au moins quelqu’un dans le box ».

La capture de Salah Abdeslam est toutefois également une aubaine pour la justice française. Selon sa fiche Interpol, Abdeslam était recherché entre autres pour sa participation à une association de malfaiteurs terroriste et fabrication en bande organisée d’un engin explosif ou incendiaire. Mais son rôle précis dans l’enchaînement des événements meurtriers du 13 novembre demeure flou.

Le soir du 13, il convoie sans doute les kamikazes du Stade de France, est géolocalisé à Paris, abandonne une ceinture explosive au sud de Paris, appelle à la rescousse deux amis bruxellois, échappe à trois barrages policiers sur la route du retour vers la Belgique, envoie un ultime SMS à un mystérieux destinataire. Et disparaît pendant 126 jours.

Son visage n’apparaît ni dans le photomontage des assaillants ni dans la vidéo de revendication diffusés en janvier par l’EI. Lieutenant, logisticien, kamikaze raté? C’est précisément ce que les juges et les familles des victimes veulent savoir.

Le Huffingtonpost-Le Monde.

La police belge félicitée sur Twitter pour l’arrestation de Salah Abdeslam

Critiquée pour des « manquements » dans le suivi des jihadistes responsables des attentats du 13 novembre à Paris, la police belge a été unanimement saluée, vendredi, sur les réseaux sociaux après la capture du suspect-clé Salah Abdeslam.

Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders a félicité les « différents services de sécurité » impliqués dans l’opération. Mashabe france 24

Mohamed

Salah Abdeslam bfmtv.com

Sven Mary, l’avocat de Salah Abdeslam qui refuse de « s’agenouiller » devant la France

Publication: 20/03/2016 14h54 CET 
SVEN MARY

ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE – L’avocat bruxellois Sven Mary, choisi par Salah Abdeslam pour assurer sa défense après son arrestation vendredi, est l’un des pénalistes les plus réputés de Belgique et un redoutable procédurier, qui n’entend pas plier face à l’énorme pression de la justice française.

Le quadragénaire au crâne rasé et la barbe naissante, parfait bilingue néerlandais-français, a fait une nouvelle fois preuve de sa pugnacité dimanche 20 mars en annonçant qu’il allait porter plainte pour violation du secret de l’instruction contre le procureur de Paris, François Molins.

Le ténor du barreau, qui porte souvent sa toge sur un jeans, décrit comme « l’un des dix meilleurs avocats pénalistes » de Bruxelles par le quotidien La Capitale, reproche à François Molins d’avoir dévoilé samedi des éléments du premier interrogatoire de Salah Abdeslam après son arrestation.

sven mary

L’avocat bruxellois a joué dans les équipes de jeunes d’Anderlecht, le prestigieux club de la capitale belge, avant qu’une blessure ne l’empêche de réaliser son rêve de carrière dans le football. De cette expérience, il a gardé la conviction que l’attaque reste la meilleure des défenses.

L’avocat de l’une des figures du jihadisme en Belgique

Il a annoncé en sortant samedi, en veste kaki sur T-shirt noir, des locaux de la police judiciaire de Bruxelles où il a rencontré Salah Abdeslam pendant une dizaine de minutes, que ce dernier s’opposerait à sa remise à la France. Une requête exprimée dans un mandat d’arrêt européen délivré par la justice française, intéressée au plus haut point par le dernier survivant des commandos de Paris, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés le 13 novembre.

« À un moment, il faut arrêter de s’agenouiller, de vivre sur ce sentiment de culpabilité qu’on semble avoir en Belgique, vis-à-vis de la France, depuis les attentats. On a l’impression qu’il suffit qu’elle claque des doigts. Il faut d’abord balayer sur son propre trottoir avant d’aller sur celui d’un autre », a-t-il lancé dans une interview au quotidienLa Dernière Heure.

Sven Mary, qui a notamment défendu l’une des figures de proue du jihadisme en Belgique, le chef du groupuscule Sharia4Belgium Fouad Belkacem, avait été approché fin 2015 par l’entourage de Salah Abdeslam, à la recherche d’un éventuel avocat sur le fugitif le plus recherché d’Europe.

« Un homme était venu me voir à mon cabinet, mais je ne peux pas vous dire qui c’était. Je ne contrôle pas les identités », a-t-il confié à L’Express. « Mais il avait l’air sérieux. La disparition soudaine de ce contact m’a fait me poser des questions. En revanche, ce que je peux vous dire, c’est que ce n’est pas la même personne qui m’a contacté aujourd’hui. Ce sont des proches. »

L’avocat bruxellois, l’un des rares à être aussi connu en Flandre néerlandophone que du côté francophone, avait donné son accord de principe pour défendre Abdeslam. Au quotidien Le Soir, il avait expliqué: « Moi, ce qui me motive, c’est de lutter contre l’arbitraire et l’abus de pouvoir. Et là, on est en plein dedans », disait-il à propos du volet belge de l’enquête sur les attaques de Paris, en partie fomentées depuis la Belgique.

« Vous vous souvenez de ces conférences de presse données, en direct, par le parquet fédéral dans les jours, et même les nuits, qui ont suivi les attentats de Paris? Moi, elle m’a écœuré cette façon de surfer sur la peur pour obtenir encore plus de pouvoir », arguait-il.

À nouveau sollicité par un proche de Salah Abdeslam après son arrestation, Me Mary n’a pas longtemps hésité, tout en reconnaissant qu’un « dossier comme celui-là, ça change la vie », y compris « celle des proches ».

Défendre tout le monde, sauf l’extrême droite

Malgré la pression, le père de famille a décidé d’aller de l’avant. « J’ai choisi mon métier et ma spécialité et j’assume. Les attentats parisiens m’ont révulsé et j’ai des idées personnelles au sujet du jihadisme qu’on ne m’enlèvera pas de la tête. Mais mon mandat est de défendre les personnes qui me demandent de le faire », a expliqué Sven Mary dans la presse locale.

Il a toutefois posé une condition: que Salah Abdelslam ne nie pas sa présence à Paris le 13 novembre. Une ligne que le Français d’origine marocaine de 26 ans, qui a grandi à Molenbeek, a suivie lors de son premier interrogatoire.

Pour le reste, Sven Mary, qui avait dû s’y prendre à trois reprises pour réussir sa première année de droit à l’université néerlandophone de Bruxelles (VUB) ne dément pas son goût pour les arcanes du code pénal. « J’aime le droit. Les règles de procédures sont capitales. Tout avocat, s’il a un peu de fierté, est par définition procédurier », a-t-il assuré.

Sur le site de son ancienne université, il se dit prêt à défendre tout le monde. À l’exception de l’extrême droite.

SALAH ABDESLAM

Le HuffingtonPost.

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s