Priorité des financements pour les étrangers (karana-Indopakistanais, Mauriciens…), Mabel.

6d76b-forbes

Tany sy tranobe-vahiny, tranokely-gasigasy.

vita-malagasy%20min

Aiza foana ?

Mabel : Vers une production de 20 000 poulets par jour

La convention de financement a été signée hier au siège de la Banque Mondiale en présence de Coralie Gevers et du ministre Anthelme Ramparany, accompagnés ici de Danil Ismail PDG du Groupe SMTP et de Satyam Ramauth, Country Manager de l’IFC.

 

L’IFC vient d’accorder un financement de 3 millions USD pour le projet d’élevage et d’abatage de poulets réalisé MABEL

Un projet social. MABEL l’est puisque l’idée à la base, pour son initiateur le groupe SMTP,  est de collaborer avec des paysans pour la production d’au moins 20 000 poulets par jour.

Normes internationales. A terme, entre 1 000 et 2 000 paysans producteurs dans la Commune d’Ambohitrimanjaka pourront vivre de cette filière avicole verticale intégrée. C’est l’entreprise Madagascar Abattage Elevage (MABEL), une des filiales du groupe SMTP qui assurera l’encadrement, l’équipement et la fourniture en poussins de ces paysans. Ces derniers devront par la suite assurer eux-mêmes l’élevage et livrer leurs poulets auprès de MABEL qui les préparera au sein d’un laboratoire conforme aux normes internationales. La distribution se fera à travers un réseau répondant également aux normes sanitaires en la matière. « Il s’agira d’assurer la qualité et la sécurité sanitaire des produits, mais aussi de proposer de la viande de bonne qualité nutritionnelle, à un prix compétitif, plus accessible à la majorité des ménages malgaches et satisfaire à la demande locale » explique Danil Ismail, PDG du groupe SMTP. Au final, les consommateurs locaux auront droit à des poulets de qualité disposant d’une traçabilité depuis la ferme jusqu’à l’assiette de chaque consommateur.

Site industriel. Le projet MABEL s’installera à Anosimanjaka, Commune Rurale d’Ambohitrimanjaka. Outre les unités familiales d’élevage partenaires, il comprendra un site industriel incluant une unité d’abattage et de transformation en produits élaborés, un système de potabilisation d’eau, un système de traitements des effluents liquides et un système de traitement des déchets biologiques. Un projet social et propre qui a convaincu les bailleurs de fonds. A l’instar de l’IFC, la branche de la Banque Mondiale, finançant le secteur privé et qui a accepté d’accorder un financement de 3 millions USD, soit environ 10 milliards d’ariary, en faveur de MABEL. La BFV Société Générale a également accordé un prêt pour MABEL, pour la réalisation de ce projet qui va transformer le visage de la filière avicole à Madagascar. La signature de la convention de financement a eu lieur hier, dans les locaux de la Banque Mondiale à Anosy.

R.Edmond. 

Rivo Albert avec Harinjaka Ratozamanana et 95 autres personnes.

Dia niverina ho « Colonie »

Dia mampatsiaro ny hiran’ny Lolo sy ny tariny tamin’ilay hira hoe « le kaoma » ny zava-misy eto amintsika miteny izao satria nohon’ny nataon’Ingahy RALAINILAIHERIVONY dia niverina ho « colonie » ny nosy Morisy tanteraka i Madagasikara.

Tsy vitan’izany anefa fa tena felaka tehamaina mandrivorivo mihitsy no nahazo ireo mpandraharaha Malagasy satria raha toa ka sahirana mafy izy ireo vao mahazo « agrément » iray, dia hita izao fa orinasa an’arivony noho ny an’ireo Morisianina no mahazo « agrément » hiasa eto aminity nosy malalantsika ity.

Izany tokoa no hoe: nohon’ny tsy fahaizan’ny olona iray dia ny firenena manontolo ,no miverina ho “colonie”.

Photo de Rivo Albert.
MAURICE TIRE LES OREILLES DU RÉGIME RAJAONARIMAMPIANINA
 samedi, 12 mars 2016 16:20 Visite à l’Île Maurice
Visite à l'Île Maurice
Photo Fournie Présidence
Lors d’un banquet offert particulièrement à l’honneur de Hery Rajaonarimampianina, président de la République de Madagascar, vendredi soir à Swami Vikekanada à Maurice, le premier ministre Anerood Jugnauth a réitéré son entière disponibilité d’accompagner la grande île vers une sortie de crise consensuelle et inclusive, tout en respectant les étapes prévues, afin d’instaurer un climat politique d’apaisement et favorable pour les affaires à Madagascar. Dans son discours, le chef du gouvernement mauricien devrait littéralement ouvert les yeux des 22 millions de Malagasy, et la présidence de la République de surcroît, d’ailleurs la cérémonie a été transmise en directe sur la MBC Maurice.

« Madagascar est le grenier de l’océan indien. » a-t-il mentionné, avant d’ajouter que non seulement une opportunité pour les îliens de la région indianocéanique d’avoir une terre bénie de Dieu comme la grande île qui n’a rien à envier aux autres, s’agissant des denrées alimentaires, produits de mer et une vaste ressources naturelles à exploiter. Mais pour les Malagasy, faire Madagascar le grenier de l’océan indien et peut être même de l’Afrique austral, serait un vecteur pourvoyeur des nouveaux emplois. Maurice qui importe presque chaque année 500 tonnes de gros oignons à Madagascar, a déjà fait savoir qu’il importe tout ce dont il a besoin en matière de denrée alimentaire en Afrique du sud et en Asie presque en majeur partie, alors que géographiquement, Madagascar se trouve à côté. Même cas pour les Comores et La Réunion. La balle se trouve donc dans le camp du régime Hvm.   Écrit par  Andry Baliba 12 mars 2016 16:39

www.sobikamada.com
Copyright © SobikaMada.com

ZES : Le secteur privé malgache s’inquiète

Réserves et inquiétude. Le secteur privé malgache affiche ses craintes après que Maurice et Madagascar ont signé un accord, lors de la visite du président malgache à Maurice il y a quelques jours, pour le développement d’une Zone économique spéciale (ZES) à Madagascar.

«La relation commerciale avec Maurice est à sens unique. Cela est dû à plusieurs facteurs: nos produits n’ont pas accès au marché mauricien à cause des barrières non tarifaires appliquées sous diverses formes par le gouvernement mauricien. Et d’un autre côté, les produits mauriciens non conformes aux textes malagasy en vigueur envahissent notre marché sans aucune mesure prise par le gouvernement malagasy», analyse Sendra Rakotovao, directrice exécutive du Syndicat des industries de Madagascar (SIM).

Elle confie que «des industriels malagasy émettent beaucoup d’inquiétudes sur les origines de ces produits en provenance de Maurice par rap- port aux accords régionaux». Sendra Rakotovao ajoute que le syndicat patronal industriel regroupant les plus grandes industries de Madagascar a été exclu des consultations mais que des entreprises individuelles membres du SIM ont accompagné le président de la République malgache pour la signature de cet accord à Maurice.

En effet, il y aurait une certaine méfiance des hommes d’affaires malgaches vis-à-vis des Mauriciens surtout au niveau du manque de coopération de Maurice. «Les compagnies mauriciennes viennent s’installer à Madagascar et c’est une bonne chose car cela crée de l’emploi. Mais il faut que cela aille dans les deux sens. Les compagnies malgaches ont beaucoup de mal à s’installer à Maurice», explique Sylvain Ranjalahy, rédacteur en chef de L’Express de Madagascar. Le manque de consultation avec le secteur privé est aussi déploré : «Nous avons tous été mis devant le fait accompli.»

Pas de consultation

Toutefois, au niveau du gouvernement malgache, on accueille favorablement cette signature d’accord qui serait une bonne chose pour l’économie malgache. N’empêche qu’«il est déjà arrivé que le gouvernement malgache recule devant la pression du secteur privé pour de gros projets, surtout si c’est fait sans consultation», relate Sylvain Ranjalahy.

Contacté, Christian Rajaosafara, vice-président du SIM, confirme également qu’il n’y a pas eu de consultation au préalable. «Nous avons vu les lieux qui devraient accueillir la ZES ; l’idée est lancée mais concrètement il n’y a encore rien. Au SIM, nous regroupons les grandes, petites et moyennes entreprises et nous participons à 25 % des recettes fiscales. Nous sommes une force de proposition et je pense que pour ce projet, il faut que les mesures administratives soient bien placées et délimitées. Il n’y a pas eu de consultation mais ce projet a été évoqué il y a plusieurs années sans avoir été réalisé.»

Il précise aussi que si ce projet est réalisé avec de nouvelles entreprises qui apportent une valeur ajoutée, il peut générer des emplois et aider au développement social. «Nous y sommes favorables mais il faut que le gouvernement fasse bien les choses.»

Nous avons essayé de joindre la présidente de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Madagascar de même que le Groupement des entreprises de Madagascar, en vain.

De son côté, Gérard Sanspeur, président du conseil d’administration du Board of Investment(BoI), qui est actuellement à l’étranger, nous explique qu’une visite des lieux a été effectuée à Madagascar il y a deux semaines.

L’ambassadeur mauricien à Madagascar déclare, pour sa part, que le projet est encore au stade embryonnaire et qu’il est trop tôt pour que les démarches arrivent jusqu’à l’ambassade. Au niveau du ministère des Finances, on précise qu’il s’agit d’un important projet d’agro-industrie et de logistique portuaire avec l’implication de la Banque mondiale. «Au niveau politique, nous essayons de pré- venir tous les risques», avance-ton au ministère des Finances.

La compétence locale a aussi été critiquée à Madagascar. «Le gouvernement malgache devrait avoir une attitude méfiante; cette expertise réussie des ZES à Maurice n’est qu’une publicité mensongère», lance Holijaona Raboanarijaona, président d’Emergence Madagascar et expert en ZES à Midi Madagasikara, site d’information malgache.

lexpress.mu Publié par : APOI 18 mars 2016 acrticle sur Maurice

Des dirigeants « icompétants et irresponsables ».

 

« Divorce consommé entre le Chef de l’Etat et son Premier ministre ? »

vendredi 18 mars | Mirana Rabakoniaina (Tribune Madagascar).

Tout peut s’acheter.

Corruption généralisée, trafic d’influence, enrichissement personnel, détournements de fonds, pillage des ressources naturelles, impunité totale, justice inexistante…Telles sont les tristes caractéristiques de la vie politique à Madagascar.Le maître-mot qui vaille est l’argent. Tout le monde en est l’esclave à commencer par les dirigeants qui ne sont pourtant pas les plus nécessiteux. Tout peut s’acheter dans ce pays.

On apprend en effet que les ministres auraient soudoyer les députés pour obtenir leur soutien en vue du remaniement. La signature d’un député coûterait apparemment autour de 500 000 Ar.

C’est une pratique très grave, qualifiée même de « CRIMINELLE » par l’ONU et contre laquelle il faut absolument lutter. Aussi bien le corrupteur que le corrompu sont donc des criminels, ennemis de la Nation, qui doivent être très sévère> « La corruption est un CRIME TRANSVERSAL qui sape la démocratie et la primauté du droit, entraîne des violations des violations des droits de l’homme, érode la qualité de vie et permet la criminalité organisée, le terrorisme et d’autres menaces à la sécurité humaine de s’épanouir » (Extrait de la Campagne internationale de l’ONU contre la corruption – 2015).

GTM-INT-Geneve . https://www.facebook.com/GTTINTERGE/?fref=ts-

Joel Rakoto 

17mars.2009 Nopotehina ilay orinasa malagasy. Nomena vahana ny karana satria tsy mendrika ataon’ny malagasy hono ny mitantana orinasa lehibe ohatran’ny group tiko fa ny mety ataon’ny malagasy hono dia ny mivarotra charbo sy koba sy voanjo sy mivarotra voatabia sy anana, zay ihany ny azontsika malagasy atao fa miahotran’ izay dia potehina

Photo de Joel Rakoto.

Publié par : APOI 18 mars 2016 acrticle sur Maurice

Artistes 8

Pov L’Express de Madagascar

 

 –
Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s