La Francophonie (Le Point Afrique). Réponses de H. Rajaonarimampianina et d’un Citoyen Malagasy.

H. Rajaonarimampianina : « La francophonie économique peut libérer la langue française » .

2016. En ce 20 mars, journée de la Francophonie, le président malgache se livre sur l’usage du français, et sur la Grande Île, hôte du prochain Sommet de la francophonie.

Le président malgache Hery Rajaonarimampianina pendant son intervention lors du 2e Forum économique de la Francophonie.

Intervention, 2e Forum économique de la Francophonie. © AFP /
© AFP / JACQUES DEMARTHON

Le Point Afrique – Publié le 20/03/2016 à 12:19 – Modifié le 20/03/2016 à 12:42

Le Point-Afrique

http://afrique.lepoint.fr/…/madagascar-le-president-rajaona…

Réponses d’un Citoyen Malagasy, LCM.

Autre point de vue : réponses élémentaires du citoyen malagasy (LCM)

Le Point Afrique : Madagascar va abriter le prochain Forum économique francophone. Qu’est-ce qu’un pays comme Madagascar peut attendre d’une telle manifestation et de la mise en œuvre du concept de francophonie économique ?

LCM- Ce que peut attendre Madagascar, à propos des retombées d’une telle manifestation, est voisin du néant voire totalement négatif si l’on entend bien par Madagascar l’ÉCONOMIE BIEN COMPRISE de Madagascar.

Quant au peuple malagasy, le principal objet d’attention de toute politique économique digne de ce nom, il n’est concerné en aucune manière.

Quant à affubler la francophonie de l’épithète économique, c’est essayer de revêtir d’un déguisement ridicule le néo-colonialo-impérialisme de la France en Afrique qui est en train de se faire supplanter par la Chine. Il s’agit d’un concept creux inventé à l’usage des dirigeants africains et malagasy, concocté par les économistes français apologistes du néo-colonialo-impérialisme français renaissant au XXIe siècle.

LPA- La situation politique et économique de la Grande Île est des plus délicates et cela dure depuis longtemps. Qu’est-ce qui ne va pas, qui bloque sempiternellement les rouages du pays ?

LPM- La situation politique de Madagascar n’est pas du tout « délicate », c’est à dire difficile à comprendre ou à résoudre. Il y a lieu simplement de se pencher sur les antécédents historiques des familles propulsées dans toutes les avenues du pouvoir et de la haute administration, et dans le secteur privé « expatrié », par les manoeuvres de l’ancienne puissance coloniale, en particulier depuis la « révolution » de mai 1972, pour appréhender le pourquoi des « blocages sempiternels » du pays. Il s’agit en l’espèce des « collabos » de tout bord et de toutes les couleurs, durant l’ère coloniale, et de leur progéniture qui assurent de nos jours d’une façon ouverte la pérennisation de la domination de la puissance néo-colonialo-impérialiste à Madagascar. Le peuple qui a soutenu Ravalomanana dans la guerre tribaliste déclenchée par Ratsiraka à la suite de sa défaite inavouée aux élections de décembre 2001 espérait enfin le balayage impitoyable de ces féaux de la France. Son espoir fut vite déçu car Ravalomanana a, contre toute attente, cru bon de s’accommoder avec eux . On connait la suite.

La situation économique de Madagascar n’est pas non plus « délicate » ! Elle est très simple à comprendre et sa déconfiture permanente procède évidemment de ce contexte socio-historique d’où émane la majorité de sa classe dirigeante.
Les conflits et changements de pouvoir sous forme de coup d’état ouvert ou déguisé (cas du pofesseur Zafy) qui ont marqué la scène politique à Madagascar depuis mai 1972 trouvent leur source dans les appétits insatisfaits de ces féaux de la France quelle quelle fût l’idéologie qu’ils affichaient pour la frime. Les uns et les autres rivalisaient – et rivalisent toujours – de soumission abjecte aux intérêts de l’ex-puissance coloniale, soignés en permanence par les prétendus pourvoyeurs d’aide comme Le FMI, la Banque Mondiale et ses affiliés, l’Union européenne. Il s’ensuit que l’ex-puissance coloniale – avec ses alliés – fait main basse sur toutes les infrastructures de base de l’économie de Madagascar tandis que leurs entreprises viennent piller systématiquement les richesses du pays avec la bénédiction de leurs féaux reconnaissants d’être maintenus et entretenus au pouvoir. L’allégement de la misère croissante de la majorité croissante du peuple malgache est le dernier de leurs soucis pourvu qu’ils puissent continuer à se pavaner en faisant étalage de leurs signes de richesses d’origine mal connues, à faire du tourisme politique ou affairiste à l’extérieur, etc., se distinguant outrancièrement des pauvres hères Malagasy.

LPA – La société civile dénonce des exactions impunies contre les populations dans un pays où la justice paraît dépassée. Qu’envisagez-vous de faire pour que la sécurité du citoyen revienne ?

LCM- Tant que les féaux du néo-colonialo-impérialisme, principaux responsables de l’insécurité du citoyen, ne sont pas totament éradiqués et que de nouvelles institutions ÉPURÉES ne sont pas mises en place, la question n’a pas à être posée et n’appelle aucune réponse judicieuse.

LPA- Madagascar envisage d’adhérer au GAFI (Groupe d’actions financières internationales) contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme pour l’Afrique orientale et australe. Jusqu’à quel niveau La Grande Île est-elle menacée par tous ces phénomènes ?

LCM-Ces problèmes de terrorisme, de blanchiment de capitaux ne concernent ni le peuple malgache qui a d’autres chats à fouetter, ni Madagascar qui a la chance d’être une île . Ils sont mis en avant par les entités néo-colonialo-impérialistes, tant étatiques que corporatistes pour justifier leur pénétration en profondeur dans tous les rouages de l’état et de l’économie, contrôler et exploiter son espace maritime. La seule politique conséquente pour Madagascar consiste à rompre totalement avec la politique de «libéralisation » sous toutes ses formes, à commencer par l’entrée des étrangers au pays. En d’autres termes révoquer toutes les politiques inspirées par l’idéologie économique ultra-libérale, imposées à Madagascar en raison de sa banqueroute au début des années 1980, par suite des politiques du « Livre Rouge » et de la « Révolution socialiste » de Ratsiraka. Les grandes et moyennes puissances extérieures disposent de tous les instruments politiques, policiers, financiers, etc. efficaces pour faire face à ces problèmes… si elles ont vraiment la volonté de les combattre.

LPA -Pouvez-vous nous expliquer en quoi, malgré toutes les difficultés rencontrées aujourd’hui, Madagascar a un avenir au moins semblable à celui du continent africain ?

LCM – Le continent africain, dans son ensemble, au sud du Sahara en particulier, n’a aucun avenir avec la mentalité prédominante de ses élites à laquelle s’identifie, d’ailleurs, celle des classes dirigeantes malagasy. Il s’agit de cette mentalité, héritée de leurs acendants (parents, grands parents ou même arrière-grand-parents) qui, comme on l’a souligné dès le début, se sont distingués, en général, par une soumission inconditionnelle aux intérêts de l’ex-puissance coloniale, génératrice d’une absence totale de patriotisme…comme se plaisait à souligner l’autre ! Aussi est-il déplacé et incongru de poser cette sempiternelle question : comment se fait-il qu’un pays aussi riche, dont la masse du peuple, travailleuse et toujours prête à se contenter de peu, connaisse un taux de croissance régulière de ..sa pauvreté et de son endettement ?

http://www.tim-madagascar.org

Herinandro manindritra amin’ny Novambra 2016 ireo vahiny avy any andafin’ny riaka sy ireo Malagasy mpandray anjara amin’ny Sommet de la Francophonie eto Madagasikara dia hisakafo hanompitoloha fa ny vahoaka malagasy maro an’isa kosa dia mbola anaty kere tanteraka ary ireo renimpianakaviana maro aza dia mbola mitrongy tanteraka hampiditra ny zaza mianatra (amin’io Novambra io aza dia mbola maro ny zaza malagasy tsy manana cahier akory). Izay no faminaniako ity raharaha ity.

Photo de Rangorindralesoka Zanakandriana.

La Francophonie/La Françafrique.

 

Les îles éparses

Ph. Africa.com

flamme_057

Pompe Afrique

generaux

Joel Rakoto

Francophonie

Pov Toon · L’expressmada

Mada cool

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s