Mme Gui-Dong, Golden Center-Behoririka, ridiculise la Commune (Antananarivo) et l’Etat.

Madame Adeline, de son vrai nom Gui-Dong, est cette chinoise qui règne sans partage sur le marché de la location immobilière dans les quartiers commerçants de Behoririka et Tsiazotafo. Grâce à ses méthodes, mêlant escroquerie et corruption, elle s’est bâti un empire mafieux qu’elle pensait indestructible. Elle fixait et augmentait les loyers à sa guise. Elle n’acceptait que le paiement des loyers en espèces. Elle chassait les locataires selon son bon vouloir. Elle n’avait aucun scrupule à réduire les surfaces des commerçants, tout en augmentant les loyers. Pourtant, sa chance a tourné. Sa gourmandise lui a été fatale. Son incendie du sous-sol du centre commercial Golden Center le 14 décembre 2015 a marqué le début de ses soucis infinis.

Le but de son acte criminel était de déloger de manière forcée certains locataires pour les remplacer par de nouveaux, disposés à payer le double du loyer. Juste après l’incendie, Adeline s’est empressée de réaliser des travaux de réhabilitation, avant même que ne démarrent l’investigation policière et l’expertise de la compagnie d’assurance. Pour tromper cette dernière, elle a pris soin de murer certains accès à des souterrains creusés en toute illégalité.

A l’issue de son déferrement, elle a obtenu la liberté provisoire. Après cela, la Commune Urbaine d’Antananarivo a avisé Adeline de la fermeture prochaine du centre commercial Golden Center. Au lieu prévenir les locataires de cette mesure administrative, elle leur a caché la vérité. Elle les a même contraints de payer trois à six mois de loyer, avant de s’envoler vers Hong Kong pour y déposer son magot. Aujourd’hui, les commerçants sont à la rue. Ils ont payé des loyers d’avance sans pouvoir jouir des locaux et sont pour la plupart, criblés de dettes.

De retour à Madagascar, Adeline se moque des locataires qu’elle a escroqués. Elle attend sans crainte son procès pour incendie volontaire. Elle a même déclaré qu’elle achèterait la justice comme l’a toujours fait. Comme le diable, la mafia chinoise est pleine de ressources.

PN La Gazette de la Grande Ile.

LGDGI

Rappel.

Un centre commercial de Behoririka fermé pour raison de sécurité

vendredi 4 mars | Mirana Rabakoniaina

La commune urbaine d’Antananarivo a décidé de fermé le centre commercial Golden center Behoririka pour raison de sécurité. Décision prise après l’incendie qui a ravagé ce centre commercial chinois vers la fin de l’année dernière. Les chinois responsables et propriétaires de ce centre commercial ont été avisés par la commune urbaine d’Antananarivo depuis plusieurs jours mais ils se sont bien gardés de prévenir les locataires. Ces derniers, dont une bonne partie viennent de payer le loyer sont pris au dépourvu avec leurs marchandises bloqués dans le centre commercial. Ils ne peuvent faire ouvrir le centre commercial pour récupérer leurs marchandises bloquées que munis d’une ordonnance du tribunal.

La commune urbaine fait savoir entre autres que le centre commercial Golden center disposait d’un permis de construire pour deux étages mais il a outrepassé cette autorisation. Mais ceux ou surtout celles qui ont déjà fréquenté ces boutiques chinoises peuvent constater qu’aussi bien Golden center que les autres sont des véritables labyrinthes sans issues de secours, sans aération où si jamais il y a un problème quelconque risque de provoquer des drames humains effroyables.

Mirana Rabakoniaina Madagascar Tribune.

Golden Center : Fermeture pour non respect des normes !

La Commune Urbaine d’Antananarivo a procédé à la fermeture du centre commercial « Golden Center » à Behoririka hier, pour cause de on respect des normes sur la « sûreté » et la « sécurité ». En fait, après l’incendie du 14 décembre dernier, une équipe de la municipalité a effectué une inspection dans le bâtiment. C’est ce qui a conduit à la fermeture. Et la CUA de souligner que les propriétaires du bâtiment, ainsi que ses occupants, ont déjà été notifiés à cet effet.

Requêtes refusées. De leur côté, les occupants du bâtiment affirment ne pas être contre la fermeture. « Mais il faut seulement que la commune nous permette d’abord de récupérer tous nos articles qui sont encore coincés dans le bâtiment », ont-ils affirmé. Ces derniers ont observé une manifestation devant ledit centre commercial hier, pour montrer leur mécontentement quant au blocage de leurs articles dans le bâtiment. Pour ce qui est des propriétaires du bâtiment, ils ont déposé des requêtes auprès du tribunal administratif pour la mise en sursis et l’annulation de la fermeture. L’affaire a même été présentées devant la Cour d’appel. Mais le Tribunal a refusé les requêtes et a ordonné à la CUA de poursuivre la fermeture.

Arnaud R.

 

Quelle décision sera rendue par le Parquet d’Antananarivo à l’issue du déferrement prévu ce jour de Madame Gui Dong, plus connue sous le surnom d’Adeline ? L’association des victimes de l’incendie du Golden Center espère qu’Adeline ne bénéficiera pas d’un classement sans suite à la suite de l’information sommaire ou d’un non-lieu si le dossier va en instruction. Pour rappel, Adeline, surnommée aussi Rasoabe, est poursuivie pour deux inculpations. Tout d’abord, elle est inculpée d’incendie volontaire. C’est elle qui a commandité l’incendie qui a ravagé le sous-sol et le rez-de-chaussée du centre commercial Golden Center le 14 décembre dernier. Ensuite, elle est inculpée de diffamation. Pour se disculper, elle a affiché la photo et le nom d’un étranger qu’elle a désigné à tort comme étant le coupable de l’incendie. Après le scandale du kidnapping de Toamasina, le Chef de l’Etat, le Premier Ministre et la Ministre de la Justice se sont engagés à assainir l’appareil judiciaire. La suite du déferrement d’Adeline, qui a promis de corrompre tout le monde, constituera une mise à l’épreuve. PN

Après sa comparution hier devant le juge d’instruction, la chinoise Adeline a obtenu la liberté provisoire en attendant la tenue du procès.

Les victimes de l’incendie criminel du 14 décembre 2015 sont très insatisfaites de cette décision judiciaire provisoire. Leur souhait d’être rapidement dédommagées et de reprendre leur commerce dans les mêmes lieux pour retrouver leur clientèle, s’éloigne. Le problème est que non seulement Adeline refuse d’indemniser les locataires mais elle insiste pour qu’ils règlent leur loyer alors que leur activité commerciale a été suspendue par l’incendie et les travaux de réhabilitation. Il faut savoir que la fumée a détérioré la peinture des boutiques sur les étages supérieurs épargnés par les flammes. On peut constater à quel point la cupidité d’Adeline est sans limites. Pour récupérer tout l’argent qu’elle a dépensé pour éviter la garde à vue et le mandat de dépôt, Adeline va devoir augmenter à nouveau les loyers à Behoririka et Tsiazotafo, expulser ceux qui tardent à quitter les lieux et brûler les magasins de ceux qui résistent. La libération provisoire d’Adeline est, en quelque sorte, un permis d’incendier qu’elle compte bien utiliser.

PN. LGDGI

Les faits.

Incendie dans un centre commercial chinois à Behoririka, le Golden center .

Behoririka, Golden Center.

Un incendie s’est déclaré dans un bâtiment commercial à Behoririka.

gvalosoa.

trano may 3

trano may 5

Yvon Rakotomalala 

 Tapaka tanteraka ny làlana tety Behoririka sy Tsiazotafo, nohon’ny firehetan’ilay trano mpivarotra lehibe !!! satria sady vonoin’ireo pompiers ny afo, no tsy maintsy sakànana ihany koa ny mpanararaotra sns! soa fa efa tonga teny daholo ireo tompon’Andraikitra avy ao @ CUA, Polisy kaominaly, nasionaly,emmo, sns, ary miharitra hatramin’izao maizina izao, mitohana ny fifamoivohizana mihazo ny Pochard iny amin’izao!!!!

trano may 2

Behoririka : Fivarotan-tsinoa nirehitra, aman-jatony ireo tsena may

May ny « Golden center » tetsy Behoririka, omaly tolakandro. Fipoahana avy amina fitaovana fanaovana « soudure » tao ambany rihana no nahatonga ny loza, ary nihazo ireo tsenam-barotra an-jatony isany tao anatin’ity trano lehibe ity. Vinaniana ho an-tapitrisany maro no teti-bidin’ireo entana may.

Feon-javatra nipoaka mafy, narahana setroka mainty nijolofotra avy ao ambany rihana no nahataitra ireo olona maro, mpiantsena sy mpivarotra tao amin’ity trano lehibe fivaron-tsinoa tetsy Behoririka ity. Tokony ho tamin’ny telo ora sy sasany tolakandro teo ho eo. Raha ny fanazavan’ny iray tamin’ireo mpiambina an’ity tsena lehibe ity dia hoe, nisy fanitarana tsenam-barotra tao ambany rihana, ka nampiasana fanaovana « soudure ». Tsy fantatra mazava izay niseho fa nirehitra ity farany, ary nitarika « court-circuit » sy nahamay ireo karazana tariby isan-karazany tao amin’ity tsena lehibe ity. Saika entam-barotra vita amin’ny plastika ny tany ambany rihana ka poa toa izay dia nandray ny afo sy nidedaka. Taty ambony kosa, fivarotana entana elektrônika, finday sy solosaina, ary tao ihany ny koa ny fitafiana isan-karazany, izay mora may avokoa. Vetivety dia niitatra araka izany afo, nandevona ireo fivarotana an-jatony isa tao amin’ity trano ity. Nisahotaka avokoa ny olona, samy niezaka namonjy ny ainy, nivoaka ny trano. « Efa nanomboka tsy azo niainana intsony tao, noho ny setroka » hoy ny mpivarotra iray, izay tsy afa-nanoatra akory namonjy ny entany. « Izay namonjena ny aina sisa no hany natao ».

Tonga avy hatrany teny an-toerana ny mpamonjy voina tao Tsaralalàna, nanao izay ho afany nifehy ny afo. Narahan’ny mpitandro filaminana avy eo, nandamina ny olona sy niaro ireo hany entana avotra. Amin’izao tsena faran’ny taona izao, nifanitsa-kitro ny mpiantsena sy mpivarotra eny amin’iny faritra Behoririka iny. Azo eritreriretina amin’izany ny mety hamaroan’ny olona tao amin’iny trano fivarotana ity. Tsy nisy anefa aloha ny aina nafoy nandritra ity fahamaizana nitranga teny an-toerana ity, hoy ireo mpitandro filaminana, izay mbola teny an-toerana. Hatramin’ny ora nanoratanay ihany koa dia mbola tsy maty ny afo ary miezaka mamono izany ireo mpamonjy voina. Somary nampano sarotra ihany koa izany, noho ny hasarotry ny fidirana tao amin’ity toerana ity.

Tokony hisy fanaraha-maso ataon’ny Fanjakana tokoa ny amin’itony toerana itony, indrindra fa ireo trano lehibe eo Behoririka ireo. Samy tsy misy manaraka ny fenitra tokony ho izy avokoa mantsy na ny momba ny trano, ny fivoahana ohatra raha misy loza toa izao, na ny resaka herinaratra sy ireo karazam-tariby isan-karazany. Manginy fotsiny ny fe-piaina hiainan’ireo mpivarotra ao amin’ireny toerana ireny. Amin’ny karazana loza miseho toa izao ohatra, dia ny mety voaaron’ny tranom-piantohana ny tompon’ny trano. Manangana indray izy avy eo. Saingy miala maina toy ny avy nandevin’alika kosa ireo mpanofa sy mpivarotra.

m.L Midi M/kara

Golden C Behoririka

Ordre des Architectes Malagasy

Dossier en cours : GOLDEN CENTER à Behoririka, Antananarivo

Immeuble de plus de 400 commerçants situé dans le quartier de Behoririka a subi un grave incendie fin 2015. La Commune Urbaine d’Antananarivo a par la suite engagé des experts qui ont mis en lumière la non conformité du bâtiment quant aux mesures de sécurité ainsi que dans sa structure. Malgré les réclamations des commerçants en perte d’exploitation, la CUA maintien la fermeture des lieux. (à suivre)

Revue de Presse :
– 14 Décembre 2015 : Behoririka – Grave incendie au Golden Centerhttp://www.lexpressmada.com/…/behoririka-grave-incendie-au…/ : «L’installation électrique n’a pas supporté la puissance d’un poste de soudure électrique que des ouvriers ont utilisé pour réparer la porte d’un magasin de panneaux solaires au sol. Un court-circuit s’est alors produit, provoquant un incendie dans un magasin de stockage de sandales en plastique», lance un commerçant de prêt à porter. «Les préjudices s’annoncent lourds»,
– 15 Avril 2016 : Réouverture incertaine
http://www.newsmada.com/…/golden-center-behoririka-reouver…/
 » Fermées depuis le 3 mars dernier, suite à un constat de non-conformité du bâtiment aux normes de sûreté et de sécurité, les portes du centre commercial «Golden center» restent verrouillées »

Pour rappel :
La nouvelle loi sur l’Urbanisme et l’Habitat a été promulguée en Février 2016 (ancienne datant de 1963)
Le Tout Bâtiment de Madagascar (TBM) date des années 60 et sert de recueil des standards de construction.
Le PUDi (Plan d’Urbanisme Directeur) d’Antananarivo date de 2004 et mis à jour en 2011 et reste très peu détaillé
Théoriquement 80% des constructions sur Antananarivo sont illicites (source: Observatoire du Foncier http://www.observatoire-foncier.mg/…/11-Notes-contextuelles…)

Liste (non exhaustive) sur la construction (structure et infrastructure), la sécurité incendie et accessibilité dans un équipement commercial (Catégorie 1 > 1000 personnes):
– Respect des normes : Structures, Électricité, Gaz, Plomberie
– Matériaux respectant les indices de résistance au feu;
– Equipements anti-incendie;
– Éclairage;
– Affichage;
– Issues de secours;
– Accessibilité Handicapés;

L’avis du Petit Futé sur BEHORIRIKA (QUARTIER CHINOIS)

Les Chinois sont une communauté influente dans le commerce local. Ils se sont installés dans toutes les grandes villes et les ports de la côte est depuis deux siècles. A Tana, le principal quartier chinois commence derrière la mairie du 1er arrondissement, à Ambodifilaho, jusqu’à Behoririka (véritable Chinatown local). Ici, magasins de photo, restaurants, épiceries, gargotes sont tenus par la communauté chinoise.

A noter qu’en raison de la foule, le quartier de Behoririka est aussi un lieu apprécié des voleurs à la tire… Donc, prenez toutes vos précautions.

petit futé

Petit futé

Lire :

Orinasa sinoa Jiuxing. Fitrandrahana volamena tsy ankasitrahany vahoaka, Miarinarivo-Itasy. (Sobika).

WISCO, société chinoise et l’accaparement des terres

SOALALA: 43.214 HA DE TERRAINS ACCAPARES PAR LE TITRE FONCIER N°47-BX AU DETRIMENT DE LA POPULATION

La mise en œuvre du projet d’exploration de gisement de fer à Soalala, assurée par une société chinoise WISCO, provoque la spoliation de la population de sa terre où se trouvent les minerais et amplifie les cas d’accaparement de terre présents à Madagascar. Les démarches suivies sont quasiment identiques : immatriculer tout d’abord au nom de l’Etat le périmètre qui intéresse l’investisseur tout en faisant fi des occupations y effectuées par les populations locales depuis plusieurs générations, puis le louer par voie de bail emphytéotique à l’investisseur. Force est de constater que ces types d’investissement, dans la majorité des cas, ne procurent aucun effet bénéfique aux populations locales se trouvant sur le site d’exploitation.

La SIF et les autorités locales des communes d’Ambohipaky et Ankasakasa viennent d’apprendre au début du mois de septembre de cette année, après avoir lu le certificat de situation juridique signé par le responsable du service foncier de Mahajanga du 28 août 2013, qu’une surface de plus de 43 000 ha qui intéresse l’investisseur a été immatriculée au nom de l’Etat en 2010.

Ajoutée le 14 sept. 2013

 

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s