« Aza matahotra intsony, sahia ». Rehefa ratsy, na malagasy na vahiny, dia ratsy.Mandroba sy mamono ireo.

ANkodimirana

Ph. Malagasy ve ianao a1

« Na eny an-tsaha, na an-databatra, Iza ireo dahalo-mpandroba. Iza no ao ambadika (ati-doha mpanome basy sy mpamatsy vola) . Iza ireo malagasy mpivarotra Tanindrazana, efa fantatra. Iza ireo vahiny mihevitra fa azo hitsahina mandrak’izay ny gasy. Omeo ny anarana. Atsangano ny Fitsarana tan-dalana (aminy tenindrazana). Atsaharo ny misolelaka amin’ireo vahiny tsy vanona. Na frantsay, na karana na sinoa, na afrikana, na iza na iza dia esory rehefa olon-doza. Jereo ny manjo ireo zaza gasy izay tsy mianatra ary tsy misakafo ara-dalana. Ny taranaka no tanjona lehibe indrindra. Matoa misy ny halatra, ny tsy fandriampahalemana, ny fanitsakitsahina manerana ny nosy dia volena sy velomina. Tohero ary aza manaiky intsony fa ny vahoaka malagasy, ny Tanindrazana no rava tanteraka… « Aza matahotra intsony, sahia »… Omeo ny anaran’ireo jiolahy mba azahoana mahafantatra ny fahavalom-pirenena ». Aza menatra, atsaharo ny fahalalam-pomba lava ka hitsahan’ireto andevom-bola ».  MCM.

« Aza matahotra… Omeo ompa sy daka ».

Misy miadaladala hanome tany ny vahiny . Tsy vao ianareo akory no niadaladala nanao io fa tena hahita faisana tokoa ianareo. Mba maka lesona amin’ny tantara. Miantso koa ny sendika rehetra any @ toerampiasany eto Madagasikara hampiato avy hatrany ny asa rehetra any amin’ny toerampiasana raha vao misy mampiditra izany tetidratsy izany holaniana eny amin’ny antenimiera sy fandaniana izany. Miantso ny hery velona rehetra rehefa zanaka malagasy hiaro ny tanindrazana ka hanampy izany hetsika izany. Tsy misy fifampiraharahana azo atao amin’ny resaka fanomezana vahiny ny tanin’ny malagasy! Ny tsy fahaizamitanantana sy kolikoly sy tsy fisarahan’ny fahefana mpanao lalàna/mpanatanteraka/mpitsara sy tsy fisian’ny tany tandàlana sy tsy fisian’ny fitsinjarampahefana tena izy ary ny tsy fanomezana lanja ny soatoavina malagasy no fototry ny olana amin’ny fampandrosoana an’i Madagasikara koa aoka tsy ny fanomezana tany ny vahiny no hataonareo vahaolana.

Feo Iray

3 Mai 2016.

Tafakatra eny an-dapan’Iavoloha ny lainga sy ny halatra. Amidy ihany koa ny fiandrianampirenena, hoy ny fivoriamben’ny Eveka Malagasy, Fiangonana Katolika.

Fahanan’ny Mpitondra lainga ny vahaoaka malagasy, hoy ihany ry zareo nanohy!

(ny Fiangonana Katolika izay nanohana ny fanonganam-panajakan’ilay sans qualité andry rajoelina, tamin’ny taona 2099, fanoganam-panjakana fototr’izao fikororoana fahan’ny firenentsika izao)

Wow! Maheno va hianao Andriamatoa Filoha Rajaonarimampianina?

Gestion de l’État – Des évêques catholiques épinglent le pouvoir

02.05.2016 | 8:33 

 L’Express de M/car.

« Les mensonges et les vols sont parvenus jusqu’au sommet de l’État. On a même vendu la souveraineté nationale ». La réunion des évêques, qui s’est tenue la semaine passée à Antanimena, est particulièrement dure et critique envers le pouvoir.
« La société sombre dans un climat de violence et de pauvreté. La population se trouve livrée à elle-même. La violence, le vol et l’exécution deviennent le quotidien des Malgaches », soulignent les évêques, mettant en avant l’incapacité des dirigeants à résoudre les problèmes qui gangrènent de plus en plus la société.

La grande place occupée par l’argent et la corruption dans la gestion des affaires nationales se trouve aussi parmi les sujets abordés durant la réunion. « Les richesses naturelles sont galvaudées, en ne parlant que de l’exploitation illicite de bois de rose, de l’or et des pierres précieuses. Aucune loi précise n’a été mise en place jusqu’à maintenant, et la gestion des ressources naturelles reste floue », ont martelé les évêques, en continuant que « ce n’est pas seulement les ressources naturelles, mais le droit et les valeurs de la société malgache qui se trouvent aussi bafoués et échangés contre de l’argent ».
« En somme, on nourrit la population par des mensonges », a conclu la Confé­rence des évêques.

Jean Julien Rakotomalala.  L’Express de M/car.

Stop Corruption.
Corruption Stop

photo de Stop Corruption.

 –

Quand la corruption règne au plus haut sommet de l’Etat, que le chef de gouvernement est accusé au grand jour de détournements de fonds publics, que des ministres sont soupçonnés d’avoir acheter leur portefeuille, qu’aucune des affaires de trafic de bois de rose ne soit jugée, que partout les caisses ont été vidées, que le peuple malagasy est dans la misère, que l’incompétence des responsables est criante … chacun doit maintenant prendre ses responsabilités. Ces séries de dysfonctionnement n’est que le fruit de la malhonnêteté et de l’incompétence de nos dirigeants; ces accidents brisant le cœur des malagasy font suite au Kere dans le sud ou nombreux de nos compatriotes ont laissé leurs vies, sans oublier les victimes des dahalo aussi bien en milieu rural qu’en ville … nous devons libérer le peuple malagasy de ce cauchemar !

.

Transport urbain – L’impuissance des autorités face à la gabegie

Ianareo tsy mahavitazy

 30.04.2016

Parler pour ne rien dire. C’était un simple discours de circonstance que le président Rajaonarimampianina a tenu hier à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) à Ampefiloha lors d’une visite aux victimes de la série d’accidents survenus à Mahitsy et la route digue. Aucune action concrète n’a été évoquée pour mettre fin à la gabegie qui règne dans le secteur du transport. Le chef de l’État s’est contenté du refrain reprenant les habituels « application stricte de la loi », ou encore « la lutte contre la corruption » que plutôt de passer à l’acte. Alors que l’impuissance du régime dans « ces combats » n’est plus à démontrer. Combien de fois le régime a fait marche arrière dans sa prise de décision ?

Il suffit de brandir une menace de grève pour que l’État fasse marche arrière. Le récent mouvement des taxi-be de l’Atsimodrano en début de semaine illustre bien ce cas. En effet, mécontents de l’existence d’une nouvelle unité de police de circulation, plusieurs lignes reliant la capitale à Tanjombato et Andoharanofotsy ont brandi la menace d’une grève. Le régime cède aux pressions et suspend la cellule d’intervention rapide (CIR). Et voilà que l’anarchie dans le transport public est de retour.

« Les responsables doivent appliquer strictement la loi sans distinction. Le contrôle de la circulation devrait être renforcé tout comme l’octroi de permis de conduire surtout à ceux qui devaient assurer le transport des personnes et marchandises. Nous allons mettre une branche de l’entité de lutte contre la corruption au sein des visites techniques », avait martelé hier le locataire d’Iavoloha.

Tout comme les autres responsables de la sécurité routière, l’expert comptable devient un médecin après la mort. Autant de mesures annoncées et qui restent inappliquées. La non utilisation de la ceinture de sécurité, le non port de casque pour les motocyclistes, le téléphone au volant, ou même l’alcool au volant, la surcharge et bien d’autres infractions qui se passent au nez et à la barbe des agents de circulation sans que ce ces derniers n’interviennent. Application stricte de la loi, État de droit, lutte contre la corruption, de vains mots venus des discours des tenants du pouvoir.

Pourtant, la différence est de taille entre ce qui est dit et la réalité sur terrain, et ce dans tous les domaines. Tout le monde s’interroge maintenant sur la suite de l’affaire de Johnfrince Bekasy, accusé d’être un trafiquant de bois de rose, de l’affaire de kidnapping de Toamasina.

Pour en revenir dans le secteur du transport, les textes restent lettre morte. Les contrôles demeurent inefficaces. La mauvaise conduite de certains chauffeurs de taxi-be ne date pas d’aujourd’hui. Le non respect du cahier des charges demeure un éternel problème

Lire aussi :

48 pirogues, 187 pêcheurs malgaches arretés à Juan de Nova (une des îles éparses de Madagascar) par des militaires français. Que fait L’Etat ? Publié le

.

Racket et Visa ! Lettre ouverte à l’ambassade de France (Max Randriantefy). Publié le

qui sont-ils 2

ACCORD BAFOUE.

Concernant les étrangers Indo-pakistanais ou Karana.

.

1964. Repère historique.

Extrait.

LES MINORITÉS ASIATIQUES A MADAGASCAR

Daniel BARDONNET*

« Ce pays est le vôtre. Ne craignez ni d’investir, ni de créer des industries. Mais dites à vos compatriotes de ne pas se livrer à des commerces usuraires ». C’est dans ces termes qu’un responsable malgache pouvait inaugurer, le 17 avril 1964, en présence des chefs de congrégations indiennes, la première réunion de l’association «Amitiés Indo-Malgaches»(1) . D’après cette déclaration, également applicable aux Chinois de Madagascar, le problème serait simple. Les autorités malgaches accepteraient tous ceux, quelle que soit leur origine ethnique, qui voudraient sincèrement servir Madagascar. Qu’ils participent seulement à la promotion économique et au développement du pays, qu’ils cessent de se livrer à certaines pratiques bien connues et condamnables, au risque d’être expulsés, et la question des minorités asiatiques à Madagascar se trouverait résolue.

(*) Daniel Bardonnet, Agrégé des Facultés de Droit, Professeur à la Faculté de Droit de Tananarive, articles à l’Annuaire français de droit international (1961 sur l’état des ratifications aux Conventions de La Haye sur le règlement pacifique des différends), à la R.G.D.IP. (1962, sur La largeur de la mer territoriale).

(1) Le Courrier de Madagascar, 18 avril 1964.

Persée Revues Scientifiques. Les minorités asiatiques à Madagascar.

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :