« Aiza ny Fanjakana ? » Les sujets qui fâchent.

 

AIZA NY FANJAKANA ?

chauffeurs assasins

À ceux qui prennent le volant

 

A ceux qui prennent le volant

Complètement saouls,
Qui ne pensent un instant
A la façon dont ils roulent
Qu’une seconde suffit
Pour perdre les pédales
Détruire des familles
Pire qu’un coup de rafales

A ceux qui se font de l’argent
Sur la vie d’autrui
Faire embaucher des gens
Sans vergogne et impolis
Qui ne connaissent ni code
Ni limite, ni règles, ni respect
Des croque-morts qui rôdent
Qui circulent pour tuer

A ceux qui ont le pouvoir
Qui ne savent quoi en faire
Qui gouvernent sans savoir
En les regardant et laissent faire
A quoi servent les lois
Si tous peuvent s’y asseoir?
Ceux qui n’ont ni foi ni loi
Continuent à conduire et boire?

Une vie d’un enfant
vaut-elle deux mille francs?
Comme si la route était un camp
D’extermination
Ceux qui n’ont pas de tout terrain
Sont condamnés à mourir
Un futur déjà incertain,
Pourrait-on parler d’un avenir???

© Chris. Christiane Ramian.

1/05/2016.

_

 

Miara-ory amin’ireo RAD namoy ilay silaky ny aina.

Mahereza indrindra!!

 

Ontsa ny foko, tomany ny maso
midradradra…sompatra ny ankaso
fa tsy mba nampoizina, tsy nandalo tao an-tsaina
Hoe, indro fa nandao ity menaky ny aina

Nisaraka maraina, tsy nisy nanampo
Fa lasa ianao malala, hoe: iala voly moa
Indrisy anefa anaka, fa kay ilay taninkeo
no fara-veloma, niarahantsika teo..

Marary ny aiko, nisaraka aminao
Sahady kosa ve?? hoy ny saiko mitalaho
Nefa inoako sy ekeko, f’izay koa no anjarantsika
Izy Tompo no nametra, izay fiarahantsika

Koa mandria ampiadana, ry tokako tsy foiko
Mbola satriko, ho tazomina, ho fihiniko, ampofoiko..
Saingy ionona aho, hanaiky ity anjara toa mafaitra
Manantena ilay fihaonana, any am- para aho sombiniaiko!

MahalalaFyTiaHavana. ‎Harimampionona Verosoamalala 
30/04/2016
10h27

AIZA NY FANJAKANA ?

.

48 pirogues, 187 pêcheurs malgaches arretés à Juan de Nova (une des îles éparses de Madagascar) par des militaires français. Que fait L’Etat ? Publié le

.

 Juan de Nova 1

Une opération de contrôle des pêches sur la barrière de corail de Juan de Nova

  • Par Gilbert Hoair
  • Publié le 15/04/2016

Trois bateaux ,1 skiff et 48 pirogues ont été pris en flagrant délit de pêche illégale sur la barrière de corail du lagon de Juan de Nova. 187 pêcheurs en provenance de Madagascar ont été contrôlés.

Juan de Nova a 1

© MARINE NATIONALE Le Dieu pour tous, en pêche illégale à Juan de Nova

Cette opération a été menée par l’équipage du patrouilleur de la Marine nationale « le Malin« .
Les gendarmes en poste à Juan de Nova avaient signalé au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de Saint-Denis la présence  de bateaux de pêche étrangers dans la zone économique exclusive de l’île française située dans la canal de Mozambique.

Arrivé sur place, les équipes du patrouilleur  ont procédé à la fouille des trois navires servant de support à la pêche illégale : le Dieu pour tous, le Margot et le Manaou.

A bord de ces bateaux de pêche, les militaires ont trouvé 1,5 tonne d’holothuries (concombre de mer), 3 tonnes de sel destiné à la conservation, ainsi que du matériel (harpons, bouteilles de plongée).

Le Directeur de la mer sud océan Indien à procédé à la saisie immédiate après consultation du Parquet de Saint-Denis et sur autorisation du juge des libertés et de la détention.

Une opération délicate en raison du nombre de pêcheurs malgaches présents sur place.

Juan de Nova a 2

© Marine nationale Le Margot en situation de pêche illégale à Juan de Nova

Où se trouve Juan de Nova ?

Juan de Nova fait partie des îles éparses, des îles françaisesdans l’océan Indien, administrées par les TAAF.
Juan de Nova est située dans le Canal du Mozambique à 200km à l’Ouest des côtes de Madagascar. FranceTVInfo.

Iles éparses a

Lire aussi :  187 pêcheurs ont été contrôlés… « Ce lundi 4 avril 2016, une opération de contrôle des pêches a été réalisée sur le lagon de l’île de Juan de Nova, située dans le canal du Mozambique. 187 pêcheurs ont été contrôlés et une grande quantité de matériel de pêche a été saisie… ». OPÉRATION DE CONTRÔLE DES PÊCHES À JUAN DE NOVA.  IPRéunion.

Lire aussi : Des enjeux politicco-économiques… « S’il demeure, depuis le début en 2009 de la crise malgache, une  interrogation c’est bien celle-ci : quels sont les enjeux de la France pour qu’elle se soit impliquée avec autant d’acharnement et de constance dans cette crise ? Quelles peuvent être les raisons qui ont poussé la diplomatie française à adopter ces posturesqui ne se sont préoccupées ni de l’opinion des Malgaches eux-mêmes ni de l’opinion des partenaires internationaux de la France ?

Juan de Nova, îlot idyllique de 5 km², sanctuaire écologique, poussière au milieu de l’Océan Indien offre une réponse à cette question. Un enjeu majeur s’y dessine probablement pour la République française. Et si on doit lire un crime d’ingérence dans l’attitude de Paris quant à la crise malgache, son mobile est peut être là. Parler alors de la poussière au milieu de l’océan pourrait bien s’avérer être un pavé dans la mare.[…] ».

Juan de Nova a 3

Résolution de l’ONU sur les îles éparses

« En 1979, l’ONU avait recommandé à la France d’engager les négociations en vue de la restitution de l’île à Madagascar. En 1976, la France avait départementalisé l’île de Mayotte en la détachant arbitrairement de l’archipel des Comores, pour rendre définitivement la souveraineté française sur cette île qui se trouve au nord du Canal de Mozambique. La loi ordinaire du 21 Février 2007 a rattaché les îles Glorieuses, Juan De Nova, Europa et Bassas Da India aux terres australes et antarctiques françaises. Marc Ravalomanana a défendu l’inaliénabilité des îles Eparses, lors de ses allocutions à la tribune des Nations Unis en 2006, 2007 et 2008…. »

Texte entier « Les secrets profonds de la crise malgache » de Arsène Francoeur Nganga & Rodrigue Fénelon, plus bas.

.

Et Mme Vouland…

En octobre dernier, la déclaration de l’ambassadrice de France à Madagascar qui assurait que « les îles éparses sont françaises » a fait resurgir un contentieux vieux de quarante ans entre les deux pays. La Grande Île assure que ces terres situées dans le canal du Mozambique lui appartiennent, mais la France n’est pas prête à laisser tomber ces territoires. Les enjeux stratégiques, économiques et environnementaux sont plus grand qu’on ne peut le penser, puisque leurs sous-sols pourraient regorger de pétrole et de gaz.La suite : Sanssucre

.

Un Vol déguisé.

Le SENAT français : « Les îles Eparses, terres d’avenir ». Dossier complet. Publié le

 

AIZA NY FANJAKANA ?

Bateaux de migrants-mayotte

.

Sambo nodomina !!! Malagasy dimy maty andranomasina. Cinq victimes malgaches dans le naufrage… Mayotte.Publié le

Malagasy ireo namoy ny ainy !!! Aiza ny fanjakana eo aminy fampodiana ny razana?

Naufrage à Mayotte: Il s’agissait d’un Kinga, le « kwassa malgache » Hakim AHAMED ZOUBEIRI 10:03:00 A+ A- Print Email © www.habarizacomores.com -…
HABARIZACOMORES.COM

Après le naufrage, la question de l’identification des victimes malgaches.

par Le Journal de Mayotte
le 3 mai 2016 à 06:30

Kondzo

On en sait un peu plus sur les conditions qui ont conduit au drame d’hier vers la passe Saziley. Si les migrations clandestines depuis Nosy Be semblent de plus en plus fréquentes, leur interception demeure difficile.

Le bilan du naufrage du bateau malgache intervenu dans la nuit de dimanche à lundi n’a pas évolué depuis hier matin : 10 rescapés, 2 disparus et 5 victimes, trois femmes et deux jeunes filles. Ces migrants étaient partis une douzaine d’heures plus tôt de l’île malgache de Nosy Be sur une embarcation qui n’est en rien comparable aux kwassas en provenance d’Anjouan. Les bateaux qui assurent de telles traversées ont en effet une distance et des conditions de mer bien différentes. Elles imposent de voyager sur un navire relativement robuste.

Il s’agit en général de bateaux de 9 à 10 mètres, traditionnellement utilisés pour la pêche, équipés d’un poste de pilotage intérieur et de moteurs relativement puissants, de l’ordre de 100 CV. C’est d’ailleurs peut-être cette puissance qui a laissé penser au pilote qu’il pouvait fausser compagnie à la la vedette de la douane qui tentait de l’intercepter.

A 2h 40, cette vedette se trouvait à l’arrière du kwassa et tentait de remonter à sa hauteur, bord à bord, lorsque le pilote malgache a tenté une manœuvre qui a conduit son embarcation à percuter celle des douanes. Le choc a eu lieu à l’arrière du bateau, au niveau du moteur et de la zone des pilotes. L’embarcation s’est renversée puis a sombré.

Le pilote a disparu

Il ne sera pas possible de connaître les intentions du pilote et d’en savoir plus sur sa manœuvre. Il ferait en effet partie des deux personnes portées disparues. Il ne pourra donc pas non plus se retrouver face à la justice et être poursuivi pour homicide involontaire, comme c’est le cas dans ce genre de circonstance. « Si son décès est avéré, l’action publique s’éteindra », confirme Joël Garrigue, le procureur de la République.

Pourtant, ce n’est pas lui qui a piloté le bateau durant toute la traversée. Un co-pilote se trouvait à bord et aurait reconnu son rôle lors de ce voyage. S’il ne peut être mis en cause dans le naufrage, il devrait tout de même être poursuivi pour « aide à l’entrée et au séjour de personnes en situation irrégulière ».

La délicate identification des corps

Reste maintenant le problème humain à résoudre, celui de l’identification des victimes. Elles ne portaient aucun document sur elles et si les rescapés ont pu donner des prénoms et quelques éléments, les enquêteurs ne disposent de rien de suffisant pour établir des identités.

« Quand des bateaux viennent des Comores et que nous sommes confrontés à de telles situations, des associations font le lien entre les îles pour rechercher des proches et identifier les corps. Nous pouvons ensuite les restituer aux familles. Nous n’avons rien de tel lorsque un naufrage concerne des Malgaches », précise Joël Garrigue.

Les gendarmeries française et malgache auraient pris attache pour tenter d’avancer, en partant du point de départ de l’embarcation, Nosy Be, même si tous les passagers ne sont vraisemblablement pas originaires de l’île. Les enquêteurs espèrent aussi que les personnes qui devaient les accueillir à Mayotte, comme c’est généralement le cas avec ce type de traversées, se manifesteront pour fournir des éléments.

Une immigration illégale difficile à viser

Les arrivées de migrants depuis Madagascar représentent une infime partie des migrations clandestines vers Mayotte. Pour autant, les interceptions ne sont plus exceptionnelles, peut-être un signe que les traversées sont de plus en plus courantes.

Mais ces arraisonnements demeurent bien plus difficiles que pour les kwassas anjouanais. D’abord, tout le système de surveillance et de détection est en effet tourné vers les Comores alors que les bateaux malgaches arrivent au sud de Mayotte.
Ensuite, lorsqu’ils sont repérés, le temps de dépêcher un navire intercepteur, les migrants ont généralement déjà « beaché » et se sont disséminés dans la nature.

Existe-t-il pour autant de véritables filières organisatrices de ces trajets ou est-ce que ces traversées se mettent en place de façon opportunistes ? Il est à l’heure actuelle difficile de répondre, même si plusieurs dossiers sont déjà entre les mains de la justice à Mayotte comme à Madagascar.

Ce naufrage serait le second de l’année aux abords des côtes mahoraises. Le 3 février dernier, au moins trois personnes avaient perdu la vie à proximité de l’îlot Mtsamboro.

RR. Mayotte Orange.fr

02.05.16

Cinq personnes, dont deux enfants, sort mortes et deux autres portées disparues cette nuit dans le naufrage, lors d’une d’une intervention de la douane, d’une barque de migrants comoriens ( Des Malgaches en réalité) au large de Mayotte.Dix-sept personnes se trouvaient dans l’embarcation. En février, déjà trois personnes sont mortes au large de Mayotte, à la suite du naufrage d’un bateau transportant des migrants. Libération.

12h04, le 02 mai 2016,

Dix personnes ont été récupérées vivantes après ce naufrage survenu dans la nuit de dimanche à lundi, deux sont toujours recherchées.

Cinq personnes sort mortes et deux autres portées disparues dans la nuit de dimanche à lundi dans le naufrage, lors d’une d’une intervention de la douane, d’une barque de migrants comoriens au large de Mayotte, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

10 personnes repêchées. Dans l’embarcation se trouvaient au moins 17 personnes, a indiqué le procureur de la république Joël Garrigue. Selon un premier bilan, cinq corps ont été repêchés après le naufrage, deux personnes sont portées disparues et dix personnes ont pu être récupérées vivantes. De source proche de l’enquête, on précise que les personnes décédées sont trois femmes et deux fillettes.

Course poursuite. Selon le procureur, un bateau de la douane avait pris en chasse à 2h du matin, au large de Saziley au sud-est de l’île, un kwassa-kwassa, une barque de pêche comorienne, utilisée pour l’immigration illégale entre les Comores et Mayotte. Le pilote a cherché à s’échapper. Le bateau des douanes a tenté de dépasser l’embarcation pour l’intercepter, mais le pilote de la petite embarcation a fait une manœuvre qui a conduit le bateau des douanes à percuter la barque par l’arrière, entraînant le naufrage, a précisé le procureur.

Trois morts en février. Le 101e département français subit une forte pression migratoire venant principalement des îles voisines des Comores, qui ne sont qu’à 70 km de ses côtes. Les migrants empruntent des embarcations de fortune pour rallier les côtes mahoraises illégalement, parfois au péril de leur vie. En 2014, la préfecture de Mayotte avait annoncé 19.991 reconduites à la frontière. En février, déjà trois personnes sont mortes au large de Mayotte, à la suite du naufrage d’un bateau transportant des migrants.Europe 1

Et nous allons vous croire.

« il s’agit d’un banal accident de navigation en pleine nuit après une course poursuite!!! »

Un naufrage a fait 5 morts à Mayotte

Aux alentours de 3 heures du matin ce lundi 02 mai, aux abords de la passe Saziley, une vedette des douanes a tenté d’arraisonner une embarcation de type kwassa, équipé de moteurs bien plus puissants, en provenance de Nosy Bé. Il s’agissait plutôt d’un kinga, un bateau rapide commun à Madagascar. Celui-ci avait pénétré le lagon pour beacher une quinzaine de personnes. Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu .
Les douaniers a fait une course poursuite jusqu’à hauteur du kinga pour permettre à un agent de sauter sur le bateau à pleine vitesse. Le pilote aurait fait une embardée que la vedette des douanes n’aurait pu éviter et qui aurait propulsé à la mer les passagers.

Les forces de l’ordre s’affairent immédiatement au repêchage des naufragés. Malheureusement, 5 victimes sont à déplorer, 3 femmes et 2 fillettes qui n’ont pu être sauvées. 2 personnes sont portées disparues et 10 autres ont pu être recueillies par l’entreprise des transports posthumes.

Une enquête de la section de recherches de la gendarmerie a bien évidemment été ouverte. Pour l’heure, d’après les survivants qui ont pu être interrogés, il s’agit d’un banal accident de navigation en pleine nuit après une course poursuite. Les passages des barques malgaches, assurent aussi bien souvent un trafic de drogue en plus de clandestins.

Le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve doit, avec la ministre de l’Outre-Mer George Pau-Langevin, dévoiler à la fin du mois un plan de lutte contre l’immigration clandestine et contre la délinquance. Il reste à espérer qu’il soit à la hauteur des besoins et des attentes. Pour l’heure, seules 5 embarcations et 4 radars sont dédiés à la chasse aux kwassas pour un lagon de 1 000 km2.

AIZA NY FANJAKANA ?

.

Racket et Visa ! Lettre ouverte à l’ambassade de France (Max Randriantefy). Publié le

Depuis quelques temps une autre exaction de la France sur nos terres contre des malgaches est confirmée. N’en déplaise aux amis français qui n’ont rien à voir avec les abominations perpétrées par leur représentation consulaire à Madagascar, l’administration de cette France qui se prétendait humaniste et de surcroît défenseur des droits de l’homme n’est en fait que la projection du néo-colonialisme dans sa partie la plus vile. Je m’explique car la goutte qui a fait déborder le vase est maintenant effective dans la mesure où je suis atteint personnellement à travers mon unique petite fille de 8 ans et son père auxquels on a refusé le visa français.

Ce refus d’un dossier plus que complet dont la pertinence reposait sur l’assistance d’une mère et grand-mère qui allait se faire opérer à cœur ouvert, est l’expression même d’une provocation par l’absence de respect par les fonctionnaires français en charge des dossiers concernant les visas pour la Réunion. Je m’adresse aux responsables de l’ambassade et aux divers consulats de France à Madagascar à ne pas prendre les malgaches pour plus sots qu’ils ne soient (malgré que nos gouvernants le mérite s’ils ne sont pas à même de réagir et de mettre un terme à ces vexations journalières que subissent les malgaches en ces lieux) ; vous avez mis à ces guichets réservés pour les interviews, des mégères franco-malgaches choisies spécialement pour éviter qu’on implique les françaises ou français de bonne souche dans ces vulgaires et honteuses missions chargées de paroles déstabilisatrices et dégradantes loin de l’humanisme que prônait la France depuis des lustres.

Dans leurs box en faisant abus de leur position dominante, ces impies imprégnées par le rejet de l’autre, maltraitent par des attitudes condescendantes et des paroles insidieuses les femmes et les filles malgaches sans distinction, et même les hommes sont suspectés de faire une tentative d’immigration clandestine quand ils viennent déposer leur demande de visa. Votre politique de lutte contre l’immigration clandestine est bien mise en exergue par ces dispositions hypocrites d’un pays qui se disait ami de Madagascar alors que seuls les intérêts financiers vous retiennent dans nos contrées. Votre goût pour la provocation, votre insolence et vos idées blasphématoires qui font partie de votre culture ont fait de la France un des pays les plus haïs de la planète. Alors, espérez que cela ne soit jamais le cas des malgaches dont vous êtes en train de trahir la confiance qu’on a mise en votre pays.

Après avoir dénoncé les comportements des employés de ces consulats, l’organisation qu’on a mise en place pendant la période d’attente est indigne d’une nation civilisée qu’on nous faisait miroiter. Comme aucun endroit pour s’asseoir n’est prévu, la France qui s’est pourtant farcie d’espèces sonnantes perçues par les droits de visa payés par les malgaches, cette France qu’on disait champion de l’humanisme prouve par son attitude dédaigneuse qu’elle se fout royalement de la fatigue des personnes âgées, des femmes et des enfants obligés d’attendre leur tour, debout sous le soleil, le vent, la pluie et la pollution. Mais où est donc la galanterie française ? Est-ce actuellement un pays en voie de perdition ? Oui car dans ce même cadre d’activité elle n’est plus ou moins qu’une organisation plus que mafieuse où le racket est l’activité principale.

Dans mes périples à travers le monde, la France est la seule nation qu’on connait qui tout en opposant son refus de visa, se permet de ne pas rembourser la somme astronomique (pour un malgache) qui accompagnait le dossier y afférent. La France a tronqué son éthique au profit d’une rentrée d’argent juteuse grâce au fait de saigner à blanc les pauvres malgaches en situation de faiblesse. Effectivement avec cette pratique bien loin de la rectitude administrative, elle gagne une somme faramineuse chaque mois sur l’octroi ou non de visa qui est devenu un procédé douteux. Il est à savoir qu’à la sortie des consulats français, on voyait souvent des filles et des femmes malgaches complètement dévastées intérieurement, sinon en pleurs comme si elles venaient d’être violées, et tout cela à cause des maltraitances parolières subies lors des interviews.

La Sentinelle que je suis sollicite le nouveau gouvernement de Madagascar à s’ériger en tant que défenseur des droits du peuple contre les exactions des français qui prennent plaisir à nous humilier à travers leur position dominante dans les ramifications de l’ambassade de France. Il ne s’agit aucunement de tomber dans des réactions violentes en s’enferrant dans un racisme qui n’est plus de mise et qui est de surcroît un des fléaux de toute construction intellectuelle. Par contre il faut que les autorités malgaches fassent dans un premier temps une interpellation diplomatique qui serait de bon aloi sur le réajustement comportemental des employés consulaires français indélicats, à l’endroit du chef de la représentation française dans nos murs. Cette intervention étatique malgache pour préserver la dignité et l’intégrité de nos concitoyens dans un respect mutuel est aujourd’hui demandée par toutes les langues qui se délient et qui en ont ras le bol de ces perpétuelles vexations faites par des sbires franco-malgaches utilisés par la France. Il est nécessaire de mettre le holà sur l’agressivité verbale et les gestes dégradants de ces mégères qui se veulent plus royalistes que le roi, pour éviter une explosion sociale visant les intérêts français à Madagascar.

Et si on applique simplement la réciprocité sur les mesures que les français prennent sur nous, en nous faisant payer deux fois le SMIG malgache, et en nous confisquant dans la lignée de leurs actions la somme octroyée pour le visa français et cela quelque soit le résultat ?

Et si dans les échanges de bons procédés on va imposer aux français, le paiement d’une somme relativement équivalente quand ils vont prendre un visa pour Madagascar, soit deux fois le SMIG français ?

Ce mode opératoire utopiste a quand même le privilège de faire ressortir l’importance des sacrifices qu’on exige à nos concitoyens en termes de valeurs financières et morales pour l’obtention d’un visa français. Toutefois on se permet de rappeler ici que la France ne demande pas toujours ce laissez-passer à certains ressortissants de pays étrangers qui sont leurs amis, et l’incongruité des mesures prises en notre encontre qui manifestement sont des mesures discriminatoires : entravant la liberté de l’individu, cultivant l’inégalité des peuples et réfutant la fraternité des nations. Ces attitudes adoptées par cette France vis-à-vis des malgaches nous donnent ainsi le droit de faire figurer cet Etat néo-colonialiste dans le Guiness Book comme la nation qui a réussie la plus grande arnaque autorisée actuellement d’un soi-disant grand pays contre un pays pauvre (SIC). Les français ont beau essayer de communiquer les nouvelles modalités inhérentes aux demandes de visa en publiant dans facebook, qu’ils ont fait appel à un prestataire de service pour le traitement des dossiers y afférents et qu’en fait cet argent amassé servira à payer ce dernier. On est en droit de douter car la ficelle est trop grosse…

Alors les lèches culs franco-malgaches pendant la francophonie si elle aura lieu à Madagascar, oseront-ils nous chanter cet hymne batailleur et colonisateur français appelé La Marseillaise ?

Max Randriantefy. LGDGI.

Les paroles s’envolent, les écrits restent.

Dans vos tiroirs et ordinateurs, compter puis additionner les nombres exacts de visas refusés. Très facile, car rien n’échappe aux bases de données « informatisées ». Si pour constituer une demande de visa (une personne), il faut débourser la coquette somme de « deux fois le smic malgache » !!! Combien d’euros les malheureux « recalés » ont perdu ? Des millions d’euros certainement, sur ces 10, 15 ans passés... Mcm.

Et de l’autre côté on EXIGE, on VOLE nos îles… On jette nos migrants à la mer. Bizarres comportements.

La France avait promis de prendre le problème à bras le corps en main en cas de kidnapping d’un ressortissant français. C’est chose faite puisque des forces françaises du GIGN (Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale) s’activent sur le sol malgache à la recherche de Zahid. Cette initiative réconforte la famille de la victime puisque le GIGN a eu l’occasion de démontrer son efficacité dans les actions anti-terroristes. Pourtant, cette intervention soulève des interrogations.

Tout d’abord, la venue du GIGN traduit l’incapacité du régime à protéger les personnes sur son territoire. Si nos dirigeants sont incapables de venir à bout d’un gang de kidnappeurs, ils ne pourront pas affronter d’éventuelles attaques terroristes pendant le Sommet de la Francophonie. L’ancienne puissance coloniale jubile car d’une part, l’ancienne colonie appelle au secours et d’autre part, la France va pouvoir vendre des armes et imposer des coopérants militaires en permanence à Madagascar.

Ensuite, la venue du GIGN exprime une atteinte à notre intégrité territoriale et un abandon flagrant de souveraineté. Demain, en vertu de ce précédent, l’armée pakistanaise, américaine ou chinoise pourra débarquer à Madagascar, si des citoyens pakistanais, américains ou chinois font l’objet d’un rapt. Etant donné des forces d’intervention étrangères sont autorisées à agir sur le territoire de Madagascar, cela signifie que le Chef de l’Etat doit proclamer la situation d’exception, en application de l’article 61 de la Constitution.

Folojaona

Kidnapping : les ravisseurs défient les forces de l’ordre

Quarante huit heures après sont enlèvement, Zahid n’a toujours pas été libéré. Et pourtant, sitôt son arrivée sur place, l’équipe du GIGN (groupement d’intervention de la gendarmerie nationale française) était à pied d’œuvre avec les forces de l’ordre malgache. Certes, Paris ne s’est pas fait en un jour, comme le disait l’adage. Mais dans les quartiers, on s’apprête à une palpitante chasse à l’homme.

D’après les commentaires entendus dans ces quartiers, les ravisseurs ne se laisseraient pas faire facilement croyant l’arrivée d’une équipe du GIGN comme un bluff alors que le gouvernement Mahafaly Olivier veut régler cette affaire au plus vite pour se rendre crédible et peut répondre à la hauteur des attentes en matière de sécurité. On verra

LGLGDGI. http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=52786%3Alutte-contre-le-kidnapping-ingerence-de-la-france&catid=41&Itemid=108

Liberté

« Ho faty daholo ».Mitohy ny fanapoizinana ny malagasy, henan’akoho (poulet de chair).

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s