Madagasikara Airways, la compagnie HVM.

Les infractions douanières commises par Madagasikara Airways, qui viennent d’être révélées au grand jour, déshonorent la direction générale de cette nouvelle compagnie aérienne, le Ministère des Transports et du Tourisme, ainsi que l’Aviation Civile de Madagascar. Il faut féliciter le syndicat des employés de la douane qui a fait preuve de courage et de patriotisme en révélant cette information gravissime. Madagasikara Airways a bénéficié d’un avantage non négligeable en ne payant pas de droits douaniers pour l’acquisition de son second aéronef entré « en contrebande ». Non seulement Madagasikara Airways s’est rendue coupable de concurrence déloyale mais elle a participé à un manque à gagner des recettes douanières. Comme à l’accoutumée, le régime mésestime cet évènement qui pourtant, va provoquer un appel à la désobéissance fiscale et va irriter certainement les bailleurs de fonds.

La volonté évidente de nos dirigeants de dépecer Air Madagascar au profit de Madagasikara Airways, dans laquelle ils détiennent des intérêts, ne doit pas se faire au détriment des précieuses recettes douanières et fiscales. Il y a une injustice flagrante et insupportable si, d’un côté, la pression fiscale s’accroît sur les ménages et les entreprises et si, d’un autre côté, les dignitaires du régime sont exemptés de droits et taxes.

Décidemment, Madagasikara Airways bénéficie de tous les passe-droits. On se souvient que cette compagnie a transporté des passagers durant plusieurs mois sans Certificat de Transporteur Aérien (CTA) qui constitue pourtant le permis d’exploitation aérienne. Madagasikara Airways a donc pu faire voler son premier jet en violation du règlement relatif aux conditions techniques d’exploitation d’un avion par une entreprise de transport aérien (dénommé RAMM 4000). Madagasikara Airways, qui a pu régulariser a postériori son Certificat de Transporteur Aérien, sera vraisemblablement autorisée à régulariser sa situation douanière, sans aucune pénalité et comme si de rien n’était.

Ranary. LGDGI.

 

Rivo Albert. 09/05/2016.

Tsy mazava…
Mandeha be ny resaka amin’izao fotoana fa efa hampiditra fiarahamanidina fanintelony ny kaompania « Madagasikara Airways » izay an’ny mpanolotsain’ny filoham-pirenena. Mahagaga ihany izany satria ao anatin’ny herintaona monja dia hiisa 3 sahady ny fiarahamanidina hampiasain’ity kaompania ity.
Ahoana tokoa no mahatonga izany ?
Ny azo antoka aloha dia tsy maintsy misy resaka maloto ao anatin’izany rehetra izany , ny kaompania rahateo moa an’ny olona an-dapa ao ary akaiky dia akaiky ny filoham-pirenena ka tsy mahagaga intsony amin’izany fanaovana aferafera maloto, izy ireo rahateo ary no tena tompony. Fa etsy ankilan’izay dia mandeha koa ny feo milaza fa an’ny filoham-pirenena manokana ity fiarahamanidina vaovao ity na irony antsoina hoe « Jet privé » irony. Raha tena izay tokoa no izy dia vao maika manaporofo fa tsy misy hiraharahin’ny tandapa ny vahoaka sy ny tabataba ataony fa ny azy ihany no laharam-pamehana. Tsy resahina intsony ny tsy fahaizana maka lesona amin’ny ratsy efa nataon’ny hafa ka nampiongana azy ireo teo amin’ny toerany.

« Les innombrables fraudes officielles et officieuses de la société de transport Madagasikara Airways s’accumulent au point  d’entraîner une grève des employés de la douane».

Un avion de Madagascar Airways est en effraction douanière en entrant illégalement dans le territoire malgache.

Cette société a actuellement 2 avions à Madagascar. Le premier a légalement suivit toutes les procédures et les formalités durant son arrivée en ayant l’ATS ou Attestation Temporaire Spéciale. Le second, celui que le président de la République a pris pour aller à Fort-Dauphin dernièrement est en infraction car aucune formalité douanière n’a été suivie durant son entrée dans le pays. N’ayant pas l’ATS, cet avion est en terme douanier «  en contrebande ».

Le Syndicat des Employés de la Douane (SEMPIDOU), demande à ce que cette société paye les amendes afférant à cette affaire et qu’elle soit également punit comme il se doit selon la loi. Le SEMPIDOU ne lance aucune attaque personnelle et demande juste à ce que la loi soit appliquée à tout le monde. «  Nous ne tolèrerons en aucun cas que des personnes haut placées ou proches des dirigeants se mêlent des affaires de la douane. Nous n’acceptons pas également les pressions et les interventions venant de là haut contre les personnels de la douane. Nous demandons que Madagascar Airways paye les amendes qu’il doit et qu’il soit puni pour ses fautes. Si toutefois un des personnels de la douane qui fait loyalement et légalement son travail, quelque soit son statut, soit menacé par telle ou telle personne, cette dernière fera face à tout le personnel de la douane sans exception. Nous en avons marre que des personnes qui ont de très longues mains ont la mauvaise habitude de s’incruster dans les affaires de la douane et profitent de ses pouvoirs pour faire ses business. Ils ont lancé la lutte contre la corruption alors qu’ils montrent l’exemple. », affirme Andrianavalona Ramanambola Herizo, président du SEMPIDOU.

Notons qu’à ces débuts,  cette même société de transport aérienne a travaillé à Madagascar clandestinement durant des mois sans la Certificat de Transport Aérien (CTA) avec un avion non inspecté. Ils ont utilisé le certificat d’Assist Aviation, une société de transport privé, alors qu’ils ne se sont pas limités à cela. Des activités qu’ils exercent pour détruire progressivement Air Madagascar.  Cette société a déjà l’habitude d’enfreindre la loi. Protégés par des personnes très haut placées, les propriétaires de la société se croient au dessus de la loi en osant  défier une institution aussi vitale pour l’Etat, dont la douane.

C’est contre ces mauvaises habitudes que le SEMPIDOU veut lutter. Des mauvaises habitudes qui nuisent à l’image même de la douane. Le chef de l’Etat baratine partout où il va sur la lutte contre la corruption. Il est temps d’appliquer les mots et de montrer l’exemple et non  pas « dire une chose et  faire une autre » comme l’a ajouté le président du SEMPIDOU.

Le SEMPIDOU demande également à faire une table ronde avec tous les responsables des aéroports et des ports concernant les transports illicites afin de montrer qu’il n’y a pas que la douane qui soit concernée par ces affaires. « Une table ronde pour voir en face à face qui a fait telle ou telle exportation. » ont-ils ajouté.

On constate que la douane va vers l’amélioration de son image en optant pour la transparence. Le SEMPIDOU demande même à être l’observateur du prochain concours pour éviter toutes formes de fraudes et de corruption. Une initiative à prendre en exemple pour ceux qui usent encore de ses relations.

Berado

Airways, jet privé  et Hery

Any Tsiafahy no hiafaranareo mpangalatra ireo.

 

Cameroun : Yves Michel Fotso condamné à la perpétuité

Yves Michel Fotso, ancien patron de la compagnie aérienne Camair, a « écopé de la peine de prison à perpétuité » pour le détournement de32,4 milliards de francs CFA soit près de 49 millions d’euros. C’est ce qu’a rapporté à l’AFP, mardi 26 avril, une source proche du Tribunal criminel spécial (TCS), créé pour juger les auteurs présumés de corruption à grande échelle.

Selon cette dernière, lorsqu’il dirigeait la Camair (2000-2003), Yves Michel Fotso avait créé trois « sociétés écran » à travers lesquelles il louait à la compagnie aérienne des avions pourtant achetés avec des fonds publics du Cameroun.

Les juges ont aussi retenu contre lui le fait d’avoir effectué des retraits frauduleux sur un compte de la Camair enregistré à la Commercial Bank of Cameroon (CBC).

Yves Michel Fotso a toujours clamé son innocence. En février, ses avocats avaient même décidé de boycotter les audiences du TCS, dénonçant des vices de procédures. L’intéressé était donc absent lors de l’audience durant laquelle a été annoncée sa peine.

D’autres malversations présumées

En 2000, le président Paul Biya avait fait appel à Yves Michel Fotso, fils du richissime homme d’affaires Victor Fotso, pour redresser la compagnie aérienne Camair, mais la justice estime qu’il en a profité pour s’enrichir personnellement. Le gouvernement camerounais a mis en liquidation la Camair en 2005, avant de lancer la Camair-Co, qui reste confrontée à de très grosses difficultés financières.

Incarcéré depuis décembre 2010, il est empêtré dans de nombreux scandales concernant sa gestion de la Camair. En septembre 2012, il avait été condamné à 25 ans de prison, en même temps qu’un ancien secrétaire général de la présidence camerounaise, Marafa Hamidou Yaya, aprèsavoir été reconnu coupable du détournement de 29 millions de dollars (25 millions d’euros) déboursés en 2001 par le Cameroun pour l’achat manqué d’un avion présidentiel.

En janvier 2013, des charges le visant pour des détournements de fonds virés par l’ex-compagnie nationale au profit de l’Autorité aéronautique avaient été abandonnées après le remboursement des 230 millions de francs CFA (350 000 euros) qui lui était imputés. Mais il reste poursuivi devant le TCS pour d’autres malversations présumées.

L’homme d’affaires est une des victimes de la campagne anti-corruption « Épervier » lancée en 2006 sous la pression des bailleurs de fonds et qui a déjà abouti à l’arrestation de nombreuses personnalités, dont d’anciens ministres et dirigeants d’entreprises publiques.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/04/27/cameroun-yves-michel-fotso-condamne-a-la-perpetuite_4909792_3212.html#ef32fBol7orVXkSl.99

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s