« Developpement du pays dites-vous? », Patricia Andriamana (Mcm-Tanà).

DEVELOPPEMENT DU PAYS DITES-VOUS ?

L’incubation de la maladie appelée « goût du pouvoir » n’attend pas la veille de la fin du mandat pour se manifester. Nul n’ignore qu’à travers tout ce que Hery et Voahangy entreprennent, émane un parfum de pré campagne en vue de l’élection de 2018. Mais le comble dans tout ceci est qu’ils ne ressentent même pas l’étau de non reconduction qui se serre davantage sur eux et qu’au contraire, leurs agissements donnent un avantage aux présumés adversaires. D’une impasse à une autre, ils croient amadouer le peuple et en même temps intimider les opposants.

En effet, n’a-t-il pas essayé de montrer qu’il se soucie de son peuple et le respecter en parlant en ces termes : « Vous avez déjà exprimé votre choix à travers les scrutins, il convient désormais de défendre ce choix » ? Et de continuer avec l’emploi de la première personne du pluriel « NOUS allons défendre jusqu’au bout cet acquis, car c’est l’unique solution pour développer le pays » ?

.

De quel acquis s’agit-il en fait ? Sinon la pauvreté.
Le Malagasy espérait avoir une vie meilleure après la pourriture vécue lors de la transition, comme acquérir une certaine dignité vis-à-vis de la communauté internationale, jouir des produits de la richesse de son pays, être fière de son origine, offrir une éducation digne à sa progéniture, disposer d’un travail convenable et proportionnel à son niveau d’instruction, vivre librement sa vie, satisfaire ses besoins nutritionnels, etc…..
Au contraire, RY TANINDRAZANAY MALALA, RY MADAGASIKARA SOA EST DEVENU RY TANINDRAZAN’NY KARANA, RY MADAGASIKARAN’NY SINOA ; les richesses sont devenues une ironie car ce sont les étrangers qui en profitent ; les enfants de brousse fréquentent des écoles sans mur ni toit ; des thésards comme chauffeur de taxi ; et comme solution dans la création de travail, autoriser l’envoi des femmes à l’étranger pour y perdre jusqu’à leur vie ; la liberté est restreinte car l’usage de son portable est limité à des appels et des écoutes, au-delà c’est un crime ; si manger est un besoin, il n’en est pas de même pour la majorité car ce qu’on gagne à la sueur du front aujourd’hui est destiné à ce que l’on a dû manger hier !

.

Il y en a tout un tas, mais si on les cite tous ici, une page ne suffira pas.
Quelle solution les dirigeants ont-ils essayé pour y remédier ?
Pression, répression !!!!
A qui profite donc le développement du pays que Hery ne cesse de mentionner et de vanter de long en large dans ses allocutions ? La réponse se trouve dans ce que nous vivons.

Patricia Andriamana.

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s