Alin’ny Alarobia 22 Jona, dahalo/malaso nanafika an’i Befotaka Atsimo. Ampamoaka.

« MBOLA MANAO NY ATAONY IREO DAHALO AO AMIN°NY FARITRY BEFOTAKA-ATSIMO. TSY EKENAY INTSONY IZANY…… » 

Nanafika ireo toeram-pivarotana tao amin’ny tsenan’i BEFOTAKA-ATSIMO indray ireo dahalo na malaso ny alin’ny Alarobia 22 Jona 2016. Nanao antso avo tamin’ireo zandary tao an-toerana ny mponina, fa tsy nihetsika izy ireo.
Taorian’ity fanafihana ity dia niteny ireo dahalo fa hiverina hanafika ny tananan’i BEFOTAKA-ATSIMO ny alin’ny Zoma na Asabotsy ho avy izao.
Marihina fa ny taona lasa 2015 (Oktobra) no nanafika ny tananan’i BEFOTAKA-ATSIMO ireo dahalo. Tena fanafihana goavana io, satria ny lakazeran’ny zandary (tobin’ny zandary) no notafihan’izy ireo voalohany, ka lasany ny basy sy ny bala. Namoy ny havanay ihany koa izahay tamin’io fanafihana io, izay lavon’ny balan’ireo dahalo.


Tsy ho lava resaka aho, fa efa maro ireo « renseignements » nomeko ireo lehibe mikasika ny zavamiafin’ny asan-dahalo ao amin’ny faritry BEFOTAKA-ATSIMO. Fantatr’izy ireo tsara fa tsy voafehin’ny zandary ao an-toerana intsony ny asan-dahalo. Inona ary no hataonay, izahay manan-kavana mpivarotra any BEFOTAKA-ATSIMO izay efa voaroban’ny dahalo ; teo koa ny maty, toa matimaty foana, inona ary no tokony hataonay ?


Eto aho dia hijoro ho TIA TANINDRAZANA ; koa ampy izay ny famonoanareo ny havanay. Tsy ireo dahalo namanareo no hampahantra ny havanay izay efa tompotany ela be tao an-toerana.
Raha misy harena ankibon’ny tany ny ao amin’ny faritry BEFOTAKA-ATSIMO, ka ataonareo izay hampandositra ireo mponina ao ! Satria efa nisy sinoa na vahiny hafa namanareo hitrandraka izany harena izany ? TSY EKENAY IZANY…

Koa na inon-kidona na inon-kihatra dia ambarako eto ireo DAHALO AMBONY LATABATRA izay fototrin’ny asan-dahalo ao BEFOTANA-ATSIMO :

1- Ny solombambahoakan’i Befotaka-Atsimo Kôlônely MAROROKY izay MAPAR nivadika HVM (izy no lazain’ny mponina ao Befotaka fa nifandray efa ela tamin’i Remenabila sy ny namany).

2- Commandant du groupement de la gendarmerie nationale Atsimo-Atsinanana Kôlônely TSIKETA (mpiray petsapetsa amin’i Maroroky). Tokony hesorina haingana ao Farafangana io olona io.
Tsy ianareo roalahy ireo no hahatonaga anay ho potehin’ny dahlonareo. Ampy izay, feno ny fonay………
Mampitandrina anao aho Maroroky sy Tsiketa, atsaharo amin’izay ity asan-dahalonareo ity, fa mijaly ny havanay, mijaly ny vahoaka…..

HO AN’NY TANINDRAZANA, MASINA NY TANINDRAZANA.

Koa iangaviako ianao namana mba hampiely ity lahatsoratra ity, fa tena mijaly mafy sy mampalahelo ny mponina ao BEFOTAKA-ATSIMO noho ny asan-dahalo.

Aimé Rasombiniaina. 23/06/2016.

«  » »ATTENTION AUX ACTES TERRORISTES. AUJOURD’HUI NOS MOTS D’ORDRE SONT: PREVOYANCE ET VIGILANCE » » »

.

Thème N°1 : Causes du développement du terrorisme en Afrique.

A l’origine, le terrorisme est un nom donné, dans la période qui suivit sa chute, au système du gouvernement de la terreur installé en France après la révolution du 14 juillet 1789 (la prise de la Bastille). Il s’agit alors d’un mode d’exercice du pouvoir, non d’un moyen d’action contre lui. Le mot a évolué au cours du XIXe siècle pour désigner non plus une action de l’État mais d’une action contre lui. En Afrique, le mot terrorisme est véhiculé par les médias étrangers, vers 1989, qui ont considéré comme un acte terroriste une voiture bourrée d’explosifs conduite par un palestinien dans le marché public israélien, au nom de la guerre sainte, pour tuer de nombreux civils et dissuader les autorités hébraïques. Ainsi le terme kamikaze, un mode opératoire qui est utilisé par les pilotes japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, a retrouvé sa place dans le terrorisme. En effet, le continent asiatique était l’épicentre du terrorisme mondial, et actuellement il se propage dans les autres continents comme l’Europe et l’Afrique. Depuis quelques années, le continent africain est devenu le centre de gravité du terrorisme mondial. Quelles sont alors les causes du développement du terrorisme en Afrique ?

.

Géographiquement, le continent africain est très proche du Moyen Orient et c’est pour cette raison que l’expansion rapide du terrorisme en Afrique gagne du terrain ces dernières années. Politiquement, la plupart des Africains adorent la religion musulmane qui autorise la guerre sainte, et c’est pourquoi certains riches Saoudiens, Qatariens et Européens exploitent les musulmans en Afrique pour déstabiliser leurs pays et tuer leurs concitoyens par un attentat suicide. Cette hypothèse est confortée par la déclaration du sieur Ibrahima Coulibaly qui cite aussi les différentes nationalités recrutées par les groupes terroristes : « Ils recrutent aussi des Nigériens, des Burkinabés, des Mauritaniens, des Algériens, des Nigérians, etc. On trouve toutes les nationalités. Ce qui me gêne c’est qu’en France on ne dit jamais comment ces gens sont financés. C’est leurs amis du Qatar qui financent, c’est l’Arabie Saoudite. Les entreprises occidentales, notamment pour le pétrole, sont là-bas alors on ne dit rien. Ce n’est pas du tout un problème lié à l’Islam ! Cela n’a rien à voir avec l’Islam. C’est de l’instrumentalisation de la religion parce que c’est facile de mobiliser pour cela mais ce ne sont pas des gens qui croient en Dieu . ».

.

Mais les causes profondes du développement du terrorisme en Afrique sont le manque des solutions au problème de la pauvreté et l’immixtion des Européens et Américains dans les affaires politiques et économiques des pays africains.
L’Union Européenne (UE) a promis d’éradiquer la pauvreté des pays moins avancés (PMA) lors de la troisième conférence des Nations Unies du 14 au 20 mai 2001. Voici un extrait de la décision prise par l’UE à cette époque : « Dans la Déclaration conjointe de novembre 2000 sur la politique de développement de la Communauté européenne ainsi dans l’Accord de Cotonou, le Conseil et la Commission ont réaffirmé leur engagement à obtenir des progrès mesurables dans le cadre de l’éradication de la pauvreté(…) Par conséquent , l’allocation des ressources à des PMA ainsi qu’à d’autres pays à faibles revenus fera l’objet d’une attention prioritaire . ».

Or, jusqu’à maintenant, la pauvreté ne cesse de sévir l’Afrique et Madagascar. Monsieur Ibrahima Coulibaly, lui aussi, a déclaré que les politiques de la Banque Mondiale (BM) et du FMI sont à l’origine du terrorisme au Mali : « Au Mali, les politiques imposées par le FMI et la Banque Mondiale ont détruit l’agriculture et l’éducation, poussant les jeunes vers le terrorisme. La base de la constitution d’une conscience humaine c’est l’éducation. Depuis quarante ans, la Banque mondiale a détruit l’éducation dans notre pays. Donc les jeunes n’apprennent pas à voter, à être citoyens. Dans le Sahel, il n’y a pas d’école ou seulement des écoles coraniques. Ils prennent les enfants, mais n’ont rien pour les nourrir ni les entretenir. Alors les enfants passent leurs journées à mendier pour ces écoles. Ils sont battus s’ils ne ramassent pas assez d’argent. La société ne donne pas d’éducation à ces enfants, ce sont des bandits. Le monde rural en Afrique a été abandonné. La Banque mondiale et le FMI sont arrivés et ont décrété que les États africains n’avaient plus le droit de soutenir leur agriculture. Les familles sont pauvres, vulnérables, n’ont pas les revenus pour s’alimenter dignement et encore moins pour donner une éducation de qualité à leurs enfants parce qu’il faut payer, l’État ne prend plus en charge l’éducation de base. Les enfants voient leurs parents pauvres, ne voient pas de solution à rester chez eux. Donc soit ils tentent d’émigrer en Europe. Soit ils rencontrent un marchand d’illusions qui leur dit que s’ils vont au combat, ils vont directement au paradis . ».

.

A cette pauvreté s’ajoute l’intervention des Européens et Américains dans les affaires politiques et économiques des pays africains. Ainsi, comme en Irak, la situation en Lybie demeure chaotique après la guerre menée par l’OTAN dans ce pays, qui a causé la mort de Mohamar El-Kadhafi. Là-bas, nombreux attentats-suicide ont été perpétrés pour viser les intérêts européens. Et on constate qu’après cette guerre que les français appellent Printemps Arabe, les actes terroristes commencent à envahir les pays Africains à partir du Mali.

.

L’agriculteur malien Ibrahima Koulibaly propose une autre cause du terrorisme qui doit être prise en compte : « Je pense que l’origine de ce problème est l’exclusion sociale ; comme en France, au Mali l’État n’a pas de réponse pour les jeunes. Les États doivent se questionner là dessus partout dans le monde : aux États-Unis, en Israël, en Europe, pas seulement nous . ».

RASOMBINIAINA Aimé. 29 Avril 2016.

«  » »PRENEZ VOS RESPONSABILITES ET DOUBLEZ VIGILANCE FACE AU TERRORISME » » »

.

Thème N°2: Quelles adaptations sont nécessaires pour l’Armée pour lutter contre le terrorisme ?

Qu’on le veuille ou non, Madagascar vit désormais le terrorisme dont la définition est : « Tout acte destiné à causer la mort ou des dommages corporels graves à toute personne civile, ou à toute autre personne qui ne participe pas directement aux hostilités dans une situation de conflit, lorsque, par sa nature ou son contexte, cet acte est destiné à intimider une population ou à contraindre un gouvernement ou une organisation internationale à accomplir ou à s’abstenir d’accomplir un acte quelconque . ».

.

En 2004, à la veille de la fête de l’indépendance à Toliary a eu lieu une explosion de grenade, pendant la manifestation culturelle du 25 Juin vers 20 heures, qui a fait 37 blessés, et à Fianarantsoa une grenade a été lancée dans l’enceinte de la maison appartenant au vice-président du parti TIM, sans victimes, sauf un véhicule détruit. Durant le régime de la transition, nombreux attentas à la bombe artisanale ont été perpétrés dans la capitale, mais ils sont tombés à l’eau. Le jour de l’investiture du Président Rajaonarimampianina en 2014, dans la soirée vers 19 heures après le spectacle qui s’est déroulé au stade de Mahamasina, un attentat à la grenade a fait trois morts et plusieurs blessés au niveau du lac d’Anosy.

.

Prenez vos responsabilités ! Il est certain que ces actes terroristes ne sont pas dus au hasard mais le fait d’un groupe de concertation qui, enrôlant des mercenaires locaux leur ont fourni les armes ou les moyens pour ce faire. Cela n’est pas sorcier. Mais qui a eu cette idée désastreuse de payer des Malgaches pour vouloir tuer d’autres Malgaches ? Car ce n’est pas les simples civils pauvres et affamés venus qui pourraient se procurer de telles armes de guerre ou autres explosifs.
Actuellement, prévoyance et vigilance de tout un chacun doivent être les mots d’ordre. Quelles sont alors les adaptations nécessaires pour l’Armée pour lutter contre le terrorisme ?

.

Le volet sécuritaire ne peut être à lui seul la réponse appropriée pour faire face à la menace terroriste au Mali, car malgré le déploiement de la Minusma et de l’opération « Serval » aujourd’hui remplacée par « Barkhane », il demeure évident que la force militaire n’a pas mis fin aux agissements des groupes terroristes au Sahel . De ce fait, l’Armée doit créer un corps spécial composé des militaires, gendarmes et policiers chargé des recherches des renseignements sur les activités terroristes. Cette idée est confirmée par la lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest : « Un Comité d’Etat-major Opérationnel Conjoint (CEMOC) entre les pays du champ regroupant (Algérie, Mali, Mauritanie et Niger) et un centre de renseignement contre le terrorisme dans le sahel (unité de fusion et de liaison), ont vu le jour en 2010. Ces structures sont chargées de collecter et d’échanger des informations sur les groupes terroristes qui présentent un risque pour leur espace . ».
La lutte contre le terrorisme est passée du stade d’abstrait à la phase réelle. L’échange des renseignements en temps réel, l’intensification des patrouilles à pieds et motorisées à travers des lieux publics fréquentés par les étrangers et le partage des expériences doivent être des réflexes systématiques entre les militaires, les gendarmes et les policiers.

.

. La corruption au sein de l’Armée est l’un des facteurs qui ne rend pas efficace la lutte contre le terrorisme et c’est pour cette raison que le Nigeria est battu par le BokoHaram : « Comment expliquer que le Nigeria qui a souvent joué au « gendarme » de l’Afrique n’arrive pas à se défaire de BokoHaram ? Les nombreux faits de corruption révélés au sein de l’armée est un début de réponse . ». Donc, l’Armée malgache doit déclarer la guerre contre la corruption qui est déjà enracinée dans les veines des forces de l’ordre.
En outre les sans portefeuilles de l’Armée qui se livrent dans le business doivent être mobilisés dans cette lutte contre le terrorisme, car ils pourraient être les premiers recrutés par les groupes islamistes. Il faut penser aussi aux militaires et gendarmes retraités, ils sont presque en difficultés et les groupes terroristes feraient de recrutement parmi eux. Si possible, l’Armée organisera un forum sur la lutte contre le terrorisme et les dahalo qui seraient aussi les premiers recrutés par les groupes islamistes.

.

D’ores et déjà, l’Armée malgache doit établir une carte indiquant tous les sites qui peuvent être les cibles d’attaques terroristes. Voici les noms des Districts et Provinces qui sont susceptibles d’être les théâtres des actes terroristes : Fort-Dauphin, Nosy Be, Antananarivo, Mahajanga, Toamasina, Antsiranana.

.

Dans le cadre de la police administrative, outre les recherches des renseignements, les gendarmes doivent éduquer les gens dans la lutte contre le terrorisme à travers des audio-visuels ou par message SMS envoyé dans leurs téléphones portables.
L’Armée doit penser aux jeunes malgaches, comment les faire participer dans la lutte contre ce fléau. Dans ce cas, l’objectif est de réduire les influences des groupes islamistes et les empêcher de recruter auprès de la jeunesse malgache.

RASOMBINIAINA Aimé. 29 Avril 2016.

L’armée et la Gendarmerie malgache !!! L’inutile et la Corrompue. Publié le

 

L’armée devient une charge et parfois même un parasite pour la société.

L’armée malagasy soufflera sa 65ème bougie cette année. Pourtant ces hommes en treillis cherchent encore et cafouillent dans une belle bagarre de promotion en grade et acquisition de poste de responsabilité. Au cours de la cérémonie de passation de commandement qui s’est déroulée à l’Etat-major général de l’armée malagasy entre le nouveau Cemgam, le Général de brigade Lantoarimanjaka Razafindrakoto et son prédécesseur, le Général de corps d’Armée Béni Xavier Rasolofonirina, promu, ministre de la Défense Nationale. Ce dernier, comme un père de famille partageant un gâteau, a tenu à rassurer les officiers généraux encore en fonction issus des XIIIe et XIVe promotions qu’ils auront des postes à pourvoir au niveau du ministère. Dans un pays sous développé comme Madagascar, avoir une promotion ou avancement de grade dans n’importe quel service public n’est jamais facile même au sein du corps de l’armée censé avoir une structure particulière et pérenne dictée par la hiérarchie de grade et des postes de commandement.

Mais depuis que l’Armée a été aussi contaminée par le virus de la politique, plus précisément dès l’amorce de la deuxième République, la gestion de l’armée est devenue une gymnastique intellectuelle incroyable. Dû à des recrutements massifs et successifs des élèves officiers au sein de l’Académie Militaire d’Antsirabe alors que, faute de moyen financier, les postes de commandement n’ont pas augmenté en nombre malgré la large superficie du territoire malagasy, l’armée a connu, un certain temps un problème de surnombre d’officiers alors qu’en fait une mauvaise gestion de l’effectif et le manque cruel de moyen affecte la répartition des éléments des forces armées pour couvrir la sécurité sur toute l’étendue du territoire.

D’où la recrudescence de l’insécurité surtout dans les régions éloignées. 65 ans après sa création, l’armée malagasy éprouve encore du mal à préserver son unité ainsi que sa cohésion souvent ébranlée par des dissensions politiques et surtout la corruption. Un coup d’Etat militaire reste toujours à craindre comme l’épée de Damoclès qui risque de tomber à n’importe quel moment. Les dirigeants du pays se trouvent de ce fait dans l’obligation de choyer tout le temps les forces armées s’ils tiennent encore à leurs chaises. L’armée qui devrait être le dernier rempart de la nation, au service du peuple, devient une charge et parfois même un parasite pour la société. 29/04/2016. Malagasy Tia Tanindrazana

Jeneraly Ramiandrisoa Jean de Dieu Aoka izay ny kolikolin’ny Zandary !

28/04/2016

Vita omaly ny famindram-pahefana teo amin’ny komandin’ny zandarimariam-pirenena teo aloha ny general de division Rakoto François Rodin sy ny komandy vaovao ny general de brigade Ramiandrisoa Jean de Dieu.

Lehiben’ny hery vojitaitran’ny zandarimariam-pirenena na ny FIGN teny Fort du Chesne moa ity farany mialoha izao nanendrena azy ho komandin’ny zandarimariam-pirenena izao. Fanamby avy hatrany no napetraky ny jeneraly Ramiandrisoa. Anisan’ny lohalaharana amin’ny kolikoly ny zandarimriam-pirenena amin’izao fotoana, saingy hisy ny ady sy asa goavana ho atao ka manome fotoana anareo mpanao gazety aho afaka herintaona, raha mbola eo amin’ny toerako fa tsy maintsy hisy ny fiovana, hoy izy. Fantatry ny olona tsara ny toetrako sy ny fomba fiasako, hoy ity jeneraly ity. Tsy maintsy hofehezina voalohany araka ny nambarany ny fandraisana mpianatra ho zandary izay tena naha be resaka satria malaza be ny fisian’ny fandoavam-bola.

Faharoa ny fiakarana grady sy galona ary ny fiatrehana fiofanana any ivelany eo anivon’ny zandarimariam-pirenena ary farany dia ny resaka famindran-toerana. Araka ny tatitra isan-taona eny amin’ny Bianco dia tafiditra ao anatin’ireo sehatr’asa 5 voalohany tena hanjakan’ny kolikoly ny zandarimariam-pirenena, ary marobe ny zandary malaza fa miray tendro amin’ny dahalo, eo koa ireo mpaka vola amin’ny taksibrosy sy ny fiara be mpitatitra entana eny amin’ny lalam-pirenena. Hijoro hiady amin’izany kolikoly izany mba hanatsarana endrika ny zandary sy hampiverenana ny fahatokisan’ny vahoaka azy ny jeneraly Ramiandrisoa Jean de Dieu, izay nilaza mazava fa zatr’ady ny tenany ary tsy mikoso-maso amin’ny sakana mety misy.

RTT. GTiaTanindrazana.

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s