« RRI…les membres du gouvernement se défilent un à un… », Patricia Andriamana (Mcm-Tanà).

RRI

Les membres du gouvernement se défilent un à un devant le premier juge, à savoir Mahafaly, pour être évalués.
Pour un regard innocent, noter positivement les RRI1, RRI2 et RRI3 n’est que logique. En effet, l’objectif des résultats fixé par le PRM est que ces résultats aient un impact direct sur la vie quotidienne de la population. Mais il y a un hic, l’impact n’est pas précisé. Positif ou négatif ? Au vu et au su de tout le monde (sauf les faux aveugles et les faux sourds), les manières d’agir des dirigeants ont vraiment un impact qui n’est autre que l’appauvrissement des Malagasy.

Le RRI est le moyen le plus rapide d’accéder à la vitesse de croisière de développement selon le PRM car il incite les décideurs à faire de leur mieux pour y arriver. Force nous est de constater que c’est l’enrichissement sans cause des hauts employés qui a atteint cette vitesse.

Et qu’en est-il du sort du commun de malagasy ? Chaque ménage dispose-t-il de moyens pour avoir le strict minimum dans sa lutte pour la survie ? Le lot des parents est de sortir de beau matin pour rentrer bredouille le soir ; avoir le cœur serré en regardant leurs enfants dormir sans rien manger. À voir ce qui se passe maintenant, on dirait ou même on dit que la priorité de Hery est de démunir totalement le peuple. N’en déplaise à la minorité, qui profite des gains mal acquit, mais la réalité en dit long.

Le cas actuel de Soamahamanina par exemple, la forêt de « Tapia » considérée comme patrimoine de la région nourrit la population par la vente de « voan-tapia », mais l’élevage de vers à soie, leur principale activité en dépende aussi. Les gros bonnets n’ont pas hésité à vendre quelques hectares abritant 4 communes aux Chinois. La construction d’infrastructures tels les hôpitaux, les CSB , ne permet pas aux usagers de jouir pleinement de leur droit d’avoir des soins adéquats.


Monsieur le PRM, savez-vous que déjà, les artisans profitant de la célébration du 26 juin par la confection et la vente des « arendrina » se sentent lésés à cause des chinoiseries de gadget, et qu’au lieu de réduire leur manque à gagner, vous ne faites que la renflouer et en même temps renflouer votre avoir par l’octroi de leurs terres aux Chinois ?
Mettez-vous cet adage dans la tête : « ny tody tsy misy fa ny atao no miverina ».

Patricia Andriamana.

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s