14 Juillet à Nice. Terrible attentat aveugle, le kamikaze abattu et environ 80 décès. Une centaine de blessés.

« Nos sentiments d’horreur et d’effroi. Nos pensées attristées et condoléances aux familles éprouvées de chagrin. Le peuple n’est jamais responsable d’une situation chaotique (politique et humanitaire) qui se déroule un peu partout dans le monde et les grandes agglomérations, et ce depuis quelques années. Mais comme toujours il est le premier à subir la foudre meurtrière des terroristes (extremistes religieux ou mercenaires de tout bord). Le bilan très lourd de la ville de Nice (au moins 80 décès), nous rappelle à tout instant, la capacité criminelle des soldats de la mort. Le nombre de décès et des blessés graves témoigne de la violence de cet acte barbare. Monsieur Hollande vient de prolonger l’Etat d’urgence de trois mois ». MCM-Paris.

Un camion fonce sur la foule à Nice : au moins 73 morts

Un véhicule fou chargé d’armes et de grenades a foncé sur la foule rassemblée pour le feu d’artifice ce jeudi soir, peu après 22h30, sur la promenade des Anglais, sur au moins 2 kilomètres. Il y aurait plus de soixante-dix morts et une centaine de blessés.

1h04 : Le président de la région Paca et ex-maire de Nice, Christian Estrosi, confirme le terrible bilan, qui dépasse les 70 morts.

1h15 : Le président de la région Paca, Christian Estrosi, affirme que « le camion était chargé d’armes et de grenades ».

Christophe Napoli, un Niçois présent sur la promenade des Anglais, raconte cette nuit d’horreur : « Il y avait beaucoup de familles, de nombreux enfants ce soir sur la Promenade des Anglais aux abords du Negresco où je me trouvais avec des amis. C’était vraiment la fête, il y avait des milliers de gens, c’était noir de monde. Et puis d’un coup j’ai vu des gens courir vers moi. J’ai pensé à un mouvement de foule comme cela arrive parfois, puis j’ai entendu des gens crier, j’ai compris qu’il se passait quelque chose. On a tous couru vers le port, c’était la panique complète. Des gens cherchaient leurs proches. Les policiers nous ont dit de rentrer chez nous, on a compris que c’était très grave. Dans le centre-ville, les gens escaladaient des murs, tapaient aux portes. Dès que les gens entendaient le moindre bruit, c’était la panique totale. J’ai un ami qui a vu des victimes, il m’a dit de ne pas venir, que c’était terrible. C’était anarchique, j’ai perdu des amis, il n’y avait plus de réseaux, on a fini par se retrouver. Je n’ai jamais vu quelque chose comme ça ». Propos recueillis par Olivier Marino

« Il roulait vite, à 60 km/h, 70km/h »

Un groupe d’étudiants était sur la Promenade des Anglais lorsque le camion a foncé dans la foule. Ils témoignent sur Nice Matin : « On était à Neptune plage, le feu d’artifice se terminait, on est remonté. C’est à ce moment-là qu’on a vu le camion blanc. Il roulait vite, à 60 km/h, 70km/h », raconte Antoine. « J’ai vu derrière le volant, le conducteur était décidé, il fonçait. Le camion a roulé sur le trottoir. Il est passé à 2 mètres de nous. J’ai vu des gens couchés, j’ai vu un petit enfant par terre », poursuit Manon. Certains d’entre eux ont entendu des coups de feu.

L’attentat le plus important depuis le Bataclan

Ce nouvel attentat perpétré en pleines festivités du 14-Juillet intervient dans un contexte de menace terroriste très élevée en France. Il est a priori le plus important commis en Europe depuis les attentats qui ont fait 130 morts le 13 novembre 2015 à Paris et 32 morts le 22 mars 2016 à Bruxelles, commis par la même cellule liée à Daech.

A Nice, 100 candidats au djihad

La piste d’un attentat terroriste islamiste n’est à cette heure pas privilégiée même si cela s’inscrit dans les hypothèses. Nice est une ville qui figure sur les registres du renseignement intérieur comme une ville à surveiller pour les départs de djihadistes en Syrie : près d’une centaine de jeunes ont tenté de partir, la plupart étant arrêtés en Turquie, ce qui en fait en province le troisième foyer de recrutement après le nord et l’Hérault. Le parquet antiterroriste n’était pas saisi à une heure, l’antenne niçoise de la police judiciaire étant en charge des investigations sous l’autorité du parquet de Nice.

Le dauphiné.com

Une victime malgache

« – Mino Razafitrimo, 31 ans, assistante de direction. Installée dans la région niçoise depuis 12 ans, cette mère de famille originaire de Madagascar était venue assister au feu d’artifice avec ses deux enfants, âgés de quatre et six ans. « Tous deux ont survécu », a précisé à l’AFP un proche de la victime, qui précise que la jeune femme était une personne « joyeuse » et « très impliquée au sein de la communauté malgache de Nice ». Huffingtopost

Mino Razafitrimo

FB… « a côté du « voilier plage » en face du centre universite de la mediterrané – promenade des anglais »

famille Razafitrimo

Dernier Bilan (15 Juillet 2016) : 84 morts.

ATTENTAT DE NICE – Trois jours après l’attentat qui a fait 84 victimes à Nice, le caractère terroriste du tueur se dessine peu à peu. Comme le révèle Europe 1 ce dimanche 17 juillet, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait bien prémédité son acte.

« Après avoir loué, lui-même, ce camion blanc de 19 tonnes, il s’est livré à plusieurs repérages », indique la radio qui précise que l’intéressé s’est rendu « deux fois » sur la Promenade des Anglais, la veille et l’avant veille de l’attentat. « Sur les enregistrements des caméras de vidéo-surveillance, il est possible de le voir au volant de son camion en train d’observer les lieux très attentivement », détaille encore Europe 1. Ce qu’une source judiciaire a confirmé à l’AFP.

Aussi, Le Figaro indique que le camion ayant servi à la tuerie a été réservé le 4 juillet, soit, dix jours avant l’attentat. Ce qui confirme que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait bien préparé son coup à l’avance.

« Amène plus d’armes »

Autre élément signifiant le caractère terroriste de son acte, Mohamed Lahouaiej Bouhlel a « déclaré sa radicalisation » à ses proches rapporte le JDD. « Il a vidé son compte en une semaine et vendu sa voiture la veille du 14 juillet », a aussi indiqué une source judiciaire à l’hebdomadaire. Plusieurs témoins évoquent aux enquêteurs français la religiosité du tueur, a confirmé une source proche de l’enquête à l’AFP.

Selon Nice Matin, les enquêteurs se penchent également sur les textos « équivoques » du terroriste, dont l’un faisant référence au « matériel » qu’il avait en sa possession. « Amène plus d’armes, amènes en 5 à C. », aurait-il aussi envoyé à un complice quelques minutes avant l’attentat, selon les informations de BFMTV. Selon Le Parisien, le destinataire de ce SMS est actuellement entendu par la police.

L’organisation jihadiste Etat islamique a revendiqué l’attaque de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, qui a foncé dans la foule à bord d’un camion sur la Promenade des Anglais. Comme ceci a été souligné par plusieurs experts, Daech n’a jamais fait de revendication opportuniste.

Huffingtonpost.

La photo du camion fou est diffusée sur les médias. Le pare-brise est criblé d’impacts de balles. Photo Valéry HACHE

Le dauphine 1. Ph Valéry HACHE

Le Dauphine 2. Ph Valery HACHE

.

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s