« Fanadinana BAC… Gouvernement de combat ? », Rivo Albert (Mcm-Tanà). Tsimok’i Gasikara.

Gouvernement de combat tsy mahavita mikarakara fanadinana.

Mba efa betsaka ihany ny fitondrana nisy teto amin’ity Madagasikara ity fa mbola tsy nisy kosa ny hoe tsy nahavita nikarakara fanadinam-panjakana araka ny tokony ho izy. Hiarahan’ny rehetra nahita angamba ny tsy fihetezana lehibe nisy teo amin’ny fifaninanana hidirana ho mpiasan’ny ladoany sy ny taranja Allemand tamin’ny Baccalaureat. Na inona na inona fanazavana omen’ireo tompon’andraiki-panjakana sy ireo mpisolelaka izao Fitondrana HVM izao dia tsy misy ady hevitra fa fitondrana vendrana no misy eto amitsika.

Fanadinam-panjakana aza ve tsy vita araka ny tokony ho izy ka vao maika hampandroso firenena sy vahoaka 23 Tapitrisa! Mba miaro tena ny sasany dia milaza fa hoe « tsy mora ny manao zavatra ». Raha fanjakana kosa, indrindra fa hoe « gouvernement de combat » no tsy mahavita mikarakara fanadinana, tsy hitako hoe inona no ilaivana azy! Fitondrana mirehareha kanefa « Cancre » hoy ny frantsay zay . ..

cancres

MADAGASCAR – Baccalauréat: un commentaire de texte sans texte à commenter !!

Afficher l'image d'origine

Ce n’est pas un gag mais la réalité à l’examen national du BACCALAUREAT à Madagascar. Lors de l’épreuve d’Allemand en LV1, il a été demandé aux candidats de faire un commentaire de texte sans le texte à commenter. Autre connerie: un sujet (même épreuve) qui ne comporte pas de page verso qu’un candidat du centre d’examen de Mangasoavina ne s’en est même pas aperçu !!

Quelle que soit l’épreuve, de telles aberrations sont inadmissibles et ne doivent en aucun cas avoir lieu. A entendre Olivier Rakotoarison, directeur de l’office du baccalauréat, la faute venait des concepteurs du sujet. Soit! Mais n’y avait-il pas passage de la proposition de sujet devant une commission pour cobayage ? Si c’est ainsi, cette dernière aurait du s’apercevoir et corriger l’erreur. Admettons que la commission (normalement composée de personnes compétentes) ait bien fait leur travail, la faute incomberait alors au service de reprographie.

Quoi qu’il en soit, ce qui s’est passé est à l’image de la situation générale qui prévaut au pays: c’est du « gaboraraka », de la négligence, de l’absence totale de contrôle, du grand n’importe quoi. Il va de soi que l’incurie de cette espèce ne fait qu’enfoncer davantage le niveau et la valeur du baccalauréat malagasy. C’est vraiment triste pour les jeunes qui n’ont pas les moyens financiers d’aller au lycée français ou dans des établissements privés équivalents.

La responsabilité incombe en premier lieu au responsable du service et, dans le cas d’espèce, le directeur de l’Office du baccalauréat devra tirer les conséquences qui s’imposent et ne pas se contenter de rassurer les candidats quant aux notes.

TG Tsimoka Gasikara

POV a1

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s