« Le voile ce n’est pas seulement un bout de tissu ». Chahdortt Djavann témoigne.

Chahdortt Djavann : »le système islamique contrôle tout, même la vie intime et sexuelle ! »

10h07, le 06 avril 2016, modifié à 15h02, le 08 avril 2016

L’essayiste et romancière iranienne Chahdortt Djavann, sort un nouveau livre, Les putes voilées n’iront jamais au paradis, dans lequel elle explique comment « le système islamique contrôle tout ».

Le voile est « insupportable ».De grandes marques se sont lancées dans la mode islamiste, ce qui n’a pas manqué de provoquer un vif débat parfois ponctué d’islamophobie et de remettre le voile au centre des discussions. Un voile tout simplement « insupportable » pour Chahdortt Djavann, romancière et essayiste iranienne invitée de Caroline Roux mercredi matin. « Lorsqu’on voile une gamine, on lui inculque d’emblée que si une parcelle de sa peau et de ses cheveux dépassent de ce tissu, toute tentative de viol relève de sa responsabilité. Et nous le savons que cela se passe dans certains pays », a souhaité rappelé celle qui a fui l’Iran pour trouver refuge en France.

« Le voile ce n’est pas seulement un bout de tissu ». Alors quand cette semaine,Manuel Valls a dit que le voile était un asservissement de la femme et la revendication d’un signe politique, Chahdortt Djavann ne peut que s’en réjouir. « Le voile ce n’est pas seulement un bout de tissu, c’est le drapeau de l’Oumma (la communauté musulmane, ndlr) », a-t-elle estimé. « Et si un jour, on autorise le voile dans les universités, ce sera le préalable à la création d’un parti musulman ». Chahdortt Djavann avait 13 ans en Iran quand elle s’est battue pour ne pas porter le voile. Elle a été emprisonnée pour cela. Alors quand elle croise aujourd’hui des femmes qui portent le voile et qui affirment que c’est leur choix, cela lui est « insoutenable ».

Le livre de Chahdortt Djavann, Les putes voilées n’iront jamais au paradis, raconte l’assassinat de prostituées en Iran. Un livre qui « est un mélange de réalité et de fiction. C’est l’histoire de deux gamines magnifiquement belles qui vont être séparées à l’âge de 12 ans pour devenir prostituées mais ça, elles ne le savent pas. Je mets le lecteur face à des prostituées qui vont parler de façon scandaleuse et politiquement incorrect », raconte-t-elle.

« Je voudrais que ce livre fasse bander le cerveau de tous ». Et dans son livre, les hommes apparaissent comme des être frustrés. Une frustration que Chahdortt Djavann explique aisément. « Je voudrais que ce livre fasse bander le cerveau de tous, femmes et hommes », a-t-elle lancé. Dans ce livre, je décris le désir des femmes. C’est très cru. C’est un livre politique et très érotique où les femmes racontent le sexe tarifé. Cela parle du désir des frustrés sexuels que sont les islamistes. L’idéologie islamique est basée sur un despotisme érotisé. Car le désir c’est quoi ? C’est faire du corps de l’autre son sanctuaire. Or les islamistes haïssent leur féminité ».

« Le système islamique contrôle tout ! ». Avec son livre, Chahdortt Djavann dénonce également l’obligation de porter le voile en Arabie Saoudite et en Iran. Une situation qui la met dans une colère folle. « En Arabie Saoudite et en Iran, ils voilent toutes les femmes mais putain, les femmes sont la moitié de la population ! En voilant la moitié de la population, ils transforment les femmes en objet tabou et en objet interdit. Et en faisant cela, ils contrôlent la libido de tous les hommes. Ainsi le système islamique contrôle tout, même les vies intimes et la vie sexuelle », s’est-elle emporté. Alors pour elle, la récente ouverture de l’Iran sur l’Occident n’est vraiment pas un bon signal. « Ouvrez les yeux ! Daech a servi à qui ? A l’Iran !En 2004 déjà je l’écrivais, si l’Iran revient sur la scène internationale, dans dix ans, l’Europe sera islamisé ! », a-t-elle prévenu.

Europe 1.

Quand Wikipedia « dévoile l’origine de la burqa » : Elle vient du culte d’Astarté, des prostituées…

Jeudi 20 Août 2015 – 23:43

 

Quand Wikipedia "dévoile l'origine de la burqa" : Elle vient du culte d'Astarté, des prostituées...

La burqa (en pachto, برقع), parfois orthographié burqua, burka, ou plus rarementbourka[1], est un voile intégral d’origine afghane porté par les femmes principalement en Afghanistan, au Pakistan et en Inde.

En France, le mot a été utilisé improprement par des politiques et journalistes au cours du débat sur la légalité du port du voile intégral islamique, le niqab, comme synonyme de ce dernier.

Par ailleurs, il faut noter que la véritable origine de la Burqua vient du culte d’Astarté dans la Mésopotamie antique. Afin d’honorer la déesse de l’amour physique, de la fecondité, toutes les femmes, semble t’il sans exception devaient se prostituer une fois l’an dans les bois sacré qui entouraient les temples de la déesse. Pour ne pas être reconnues, les femmes de la haute société prirent l’habitude de se voiler totalement.

En outre Moustapha Kemal, alias Atatürk, 1er président de la Turquie, de 1923à 1938, avait trouvé une solution radical pour clouer le bec aux intégristes de l’époque. Il avait mis un terme au port de la Burkha, en faisant une loi toute simple, avec effet immédiat, toutes les femmes turques on le droit de se vêtir comme elles le désirent. Toutefois toutes les prostituées doivent porter obligatoirement la Burka. Resultat, dès le lendemain, on ne voyait plus de burkha en Turquie !

Enfin, il faut bien preciser que d’après le politologue Olivier Roy, la Burqa est en effet un vêtement récemment promu par les salafistes :http://www.20minutes.fr/france/242108-la-burqa-voile-tout-meme-chose

Ataturk (qui voulait construire une Turquie forte sur le modèle occidental) ne pouvait s’en préoccuper ; en revanche, il a bien fait des tentatives pour lutter contre le port du niqab pour les femmes et du fez pour les hommes : http://www.cesnur.org/2005/mi_turquie.htm

Voici un lien qui dit qu’Ataturk a bien mis la burqa hors-la-loi en 1930. http://www.ethics.org.au/living-ethics/paradox-burqa

https://fr.wikipedia.org/wiki/Burqa

Photo AP

SC Art 4

Gasy.

Peintures et sculptures de Madagascar 1

 Joseph Ramanakamonjy. Aquarelle sur soie 1941. Col. Privée.

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s