Madagascar – 21 oût 2016. Décès de deux citoyens français à Sainte Marie. Mahajanga. Les criminels arrêtés.

« Un crime est un crime. Que les victimes soient françaises, karana, malagasy, chinoises… La loi c’est la loi. Arrêter les criminels, les hors la loi de tous bords. Appliquer la Justice… Ici condamnation à perpète. Mais sommes-nous dans un Etat de Droit ? »

MCM.

Madagascar – Deux jeunes français assassinés à Sainte Marie

22.08.2016

sainte-marie-480x330

Les corps sans vie d’un jeune homme et d’une jeune femme ont été découverts sur la plage de Mangalomaso, à Sainte-Marie. Ils sortaient d’une boîte de nuit qui se trouve à 150 mètres du lieu.

Une plage de l’île Sainte-Marie est devenue une scène de crime. Deux jeunes de nationalité française y ont trouvé la mort. Double meurtre odieux. Les corps sans vie de deux jeunes français, un jeune homme et une jeune femme, ont été découverts sur la plage de Mangalomaso, dans le fokontany de Vohilava à Sainte-Marie, dimanche, vers 6 heures du matin. Ils sortaient d’une boîte de nuit située à 150 mètres du lieu où les corps ont été trouvés, selon la Gendarmerie. Ils ont probablement reçu des coups au niveau de la tête, car leurs visages ont été totalement défigurés.

« La partie basse de la jeune femme a été trouvée nue. Ses vêtements ont été éparpillés à côté d’elle et elle n’avait plus que l’une de ses sandales aux pieds. Son sac n’était plus sur elle non plus. Toutefois, on ne peut pas encore avancer un cas de viol, sans le résultat des analyses scientifiques», a souligné une source sur place. Quant au jeune homme, il avait toutes ses affaires sur lui, à savoir, argent, vêtement et téléphone portable.
Ces victimes sont des stagiaires scientifiques de l’association Cétacé Mada­gascar ou Cétamada, et d’un éco-volontaire du Cétamada. La première s’appellerait Megalie Céline Hélène Chaigneu, âgée de 23 ans. Et la seconde, Romain Rouis Henri Bollon, un jeune homme de 25 ans. Ils venaient de débarquer sur l’île à peine un mois, selon une source.

Sans trace
«Tous les samedis, l’association Cétamada organise ponctuellement une soirée pour le rapport des activités de la semaine. Après cette soirée, ils ont rejoint une boîte de nuit où l’ambiance était très prometteuse. C’est à la fin de cette virée en boîte, et en regagnant leur foyer, qu’ils auraient été assassinés », raconte un responsable au niveau de l’Office du tourisme à Sainte-Marie. Une source rapporte, également, que des personnes ont témoigné les avoir vus, encore vivants, aux alentours de 4 heures et demie du matin.
Les habitants de Sainte-Marie, sont restés bouche-bée, devant cette découverte macabre et se sont précipités  sur la plage, pour observer. « Une chose pareille ne s’est jamais produite sur notre île. Pourquoi tant de cruauté  », déplore Asmine Haingo­harimalala, native de Sainte-Marie.
Jusqu’à hier soir, aucune trace du mobile de ce double meurtre n’a été identifiée. Des experts de la Police nationale et de la Section de recherche criminelle de la gendar- merie nationale à Toamasina sont sur place, pour élucider l’affaire. Des éléments de la gendarmerie de Fénérive-est ont été mobilisés sur place pour étoffer l’équipe.

Miangaly Ralitera. L’Express de M/car.

Océan Indien

Double meurtre à Madagascar: Un couple de jeunes français tué à Sainte-Marie

[INFO ZINFOS 974] Leurs corps ont été retrouvés ce dimanche 21 août vers 6h (heures locales) sur la plage, à 200 mètres de la boîte de nuit où ils ont passé la soirée. L’enquête des gendarmes est en cours pour déterminer le mobile de ce double meurtre sur l’île de Sainte Marie, dans l’Est de Madagascar.

Sainte Mari Zinfos

Le drame s’est passé sur l’île Sainte-Marie, au large de la côte Est de Madagascar

Le responsable de la brigade de la gendarmerie, joint par téléphone, n’a pas voulu révéler leur département d’origine. Le jeune homme avait 25 ans, et sa compagne 22 ans. Ils étaient tous deux des éco-volontaires de Cetamada, cette association très connue pour la préservation des mammifères marins et de leur habitat dans les eaux malgaches.

D’après les premiers éléments de l’enquête, le couple de Français aurait été tué à coups de bois rond. Les circonstances de leur mort ne sont pas déterminées précisément à cette heure. La dernière fois qu’ils ont été aperçus, c’était dans la soirée du samedi 20 août. Lors d’un concert donné par une star malgache, Big Mj, à La Case à Nono, une discothèque de l’île Sainte-Marie.

Le responsable de la brigade de la gendarmerie de l’île Sainte-Marie confirme qu’une enquête a été ouverte. Aucune arrestation n’a encore eu lieu pour le moment.

 –

Madagascar – Décès de deux citoyens français

Nous avons appris avec émotion le crime odieux qui a coûté la vie à deux ressortissants français, dimanche 21 août, sur l’île de Sainte-Marie à Madagascar.

PNG

La France adresse ses condoléances et exprime toute sa sympathie aux familles des victimes, avec lesquelles nous sommes en contact.

Une enquête est en cours à Madagascar.

Notre consulat général à Tananarive est mobilisé et apporte son assistance aux proches de nos compatriotes décédés

 

Sainte-Marie, ce 21 Août 2016

En direct de Sainte Marie.

En réaction à quelques articles qui circulent en ce moment sur les événements de Sainte Marie, nous tenons à apporter notre appréciation qui se veut très objective sur la situation. L’Association Cétamada et leurs écovolontaires sont vraisemblablement bien intégrés dans la communauté, et la population locale, voit en leur action plus qu’un engagement.

Cétamada, c’est une trentaine d’écovolontaires, mais aussi un bon millier d’emplois directs et indirects. Les deux individus étaient par ailleurs bien connus de tous, présents depuis deux mois à Sainte Marie en tant que ecovolontaire et scientifique pour la saison des baleines. Rappelons qu’à travers une simple sortie whalewatching, tout touriste contribue aux actions de l’association, en permettant de financer les coûts logistiques de la recherche scientifique et pour la protection des mammifères marins de Madagascar.

Il serait aujourd’hui dommage de voir ce qui pour nous est un « dérapage de samedi soir », phénomène répandu dans le monde entier, mettre en danger une saison touristique pourtant si bien partie.

La Case à Nono est une icône des soirées nocturnes de Sainte Marie, et le samedi soir est particulièrement prisé par les habitués, incluant les deux malheureux membres de Cétamada. Musique et bonne humeur viennent se mélanger à la quiétude Sainte Marienne, et aujourd’hui personne ne peut vraiment dire ce qui s’est réellement passé après deux heures du matin à Ravoraha.

Une chose est sûre, les Saint-Mariens sont des gens chaleureux et pacifiques. Les rues sont fréquentées jusqu’à des heures tardives de la nuit, et on s’y sent en sécurité.

Il est donc très important de laisser l’enquête sur ce crime odieux suivre son cours, avant d’émettre tout avis sur la destination, ou sur Sainte Marie.

Nous condamnons cet acte criminel et adressons nos condoléances aux familles des victimes.

ASISTEN TRAVEL

Romain et Magalie.

Romain et Magalie Ph Marco Sassi

Photos. Marco Sassi

Océan Indien

Français tués à Madagascar : Les derniers éléments d’enquête

L’enquête avance sur le double meurtre de Romain (éco-volontaire de 25 ans) et de Magalie (stagiaire scientifique de 23 ans) survenu dimanche sur l’île de Sainte-Marie à l’Est de Madagascar. Après l’examen du corps, les autorités malgaches ont affirmé que la thèse du viol n’était plus retenue ce lundi soir.

La bénévole de l’association Cétamada n’aurait pas été victime de viol, contrairement aux premiers soupçons. Lesquels avaient été privilégiés du fait que la partie inférieure de la défunte était dénudée à la découverte du corps. L’information vient du responsable de la brigade de la gendarmerie de Sainte-Marie. Joint par téléphone ce lundi 22 août, cet officier a déclaré que l’enquête suivait son cours. Aucune arrestation n’a eu lieu pour le moment. Les corps des victimes se trouvent actuellement au Consulat de France à Sainte-Marie.

Un homme a accepté de nous accorder une interview exclusive par téléphone. Agé de 40 ans, l’individu a requis l’anonymat. Il était ce dimanche parmi les premiers à découvrir les corps sans vie des deux jeunes Français. Artiste reconnu à Madagascar et natif de cette partie de la Grande île, il connaît bien Cétamada. Il a toujours travaillé en étroite collaboration avec l’association. Durant l’entretien téléphonique, ce dernier n’a cessé de marteler qu’un Sainte-Marien n’aurait jamais commis un tel crime. Pour lui, ces crimes « barbares » pour reprendre les mots de l’Ambassade de France à Antananarivo seraient l’oeuvre d’un « règlement de comptes entre vazaha (les étrangers, ndlr) ».

« Des délinquants venus de la Grande Ile, je n’y crois pas »

« Croyez-moi. Nous, les Sainte-Mariens, nous ne sommes pas capables de commettre de tels crimes. Le tourisme est le cœur de notre île. Jamais un Sainte-Marien ne tuera un touriste. Nous sommes très respectueux envers eux. D’autres parlent de délinquants venus de Toamasina (Tamatave, située sur la côte Est de la Grande Ile), je n’y crois pas non plus. Si les assassins avaient été des Malgaches, ils auraient dépouillé les victimes de tous leurs biens. J’ai vu leurs téléphones derniers cris qui sont sûrement chers. Les victimes avaient également sur eux une certaine somme d’argent en euros et en ariary. Si c’était un Malgache qui avait commis le forfait, il n’y aurait plus rien sur eux. Moi je vous dis, c’est plutôt un règlement de comptes entre étrangers. C’est là que les forces de l’ordre devraient creuser », ajoute-t-il.

« Malheureusement pour nous, ça s’est passé sur notre île, et ça ternit son image. Autre élément important, le double meurtre n’avait pas été commis sur l’endroit où on a découvert les corps. Sinon, comment expliquez-vous le fait qu’il n’y avait même pas une seule goutte de sang, alors que les victimes ont été défigurées ? » raconte-t-il la scène horrible qui s’est présentée à lui hier. Pour moi, leurs assassins les ont tués ailleurs avant de jeter les corps sur la plage. Il est impossible qu’aucun riverain n’ait rien entendu de ce qui s’est passé. Et je peux vous dire que même pour tuer un poulet à cet endroit, il est difficile de ne pas alerter les gens qui habitent tout juste à côté ». Clairement, pour cet originaire de Sainte-Marie, le crime ne s’est pas produit là où les corps ont été retrouvés.

Ce lundi soir, les corps des deux victimes françaises étaient toujours exposés en chapelle ardente en attente de rapatriement vers la capitale malgache avant Paris.

Zinfos 974 La Réunion.

23/08/2016.

Madagascar: 4 arrestations après le meurtre de 2 Français

madagascar-Madagascar: 4 arrestations après le meurtre de 2 Français Quatre personnes ont été arrêtées dimanche à Madagascar après le double meurtre de deux jeunes Français sur l’île de Sainte-Marie (nord-est) selon la police qui ne pouvait pas confirmer leur lien direct avec ce crime.

« Nous avons interpellé quatre personnes dimanche. On ne peut pas confirmer leur culpabilité ou leur implication directe et indirecte dans ce crime », a affirmé hier soir à l’AFP, le commandant de la section de recherche criminelle M. Rajaonson. « Vu le constat de décès il va sans dire qu’il s’agit d’un double meurtre. Il reste à déterminer le mobile », a-t-il poursuivi.

Les quatre personnes interpellées, qui étaient hier toujours en garde à vue, se trouvaient dans la boîte de nuit où les deux Français ont passé la soirée, près de la plage où leurs corps ont été retrouvés, avec des blessures à la tête. Ces deux jeunes gens, un homme et une femme d’une vingtaine d’années, travaillaient comme bénévoles pour l’association malgache Cétamada qui œuvre pour la protection de l’environnement et des mammifères marins.

Le procureur de la province de Tamatave en charge de l’enquête était attendu hier sur l’île de Sainte-Marie. Cette île, réputée pour sa nature préservée et ses rassemblements de baleine à bosse, est située au large des rivages nord-est de Madagascar, dans l’océan Indien. Des éco-bénévoles français viennent chaque année à Madagascar pour travailler en tant que guides touristiques ou scientifiques. Ils animent notamment des sorties en mer et les observations de baleines. Selon le maire de Sainte-Marie, c’est la première fois que des ressortissants français sont retrouvés morts sur cette île dans ces circonstances.

En 2012, un couple de Français avait été retrouvé mort sur une plage à Tuléar, ville côtière du sud-ouest de Madagascar. Deux Malgaches avaient été condamnés en octobre 2015 aux travaux forcés à perpétuité pour l’assassinat de ce couple de restaurateurs dont les corps avaient été retrouvés affreusement mutilés. En 2013, deux autres Français, soupçonnés du meurtre d’un jeune garçon malgache, avaient été brûlés vifs sur l’île de Nosy Be (nord).

Source: lefigaro.fr ETropique

EPILOGUE.

Français tués à Madagascar : un Français interpellé

L’enquête sur le double homicide qui a secoué l’île de Sainte-Marie avance. Une cinquième personne a été interpellée. Jean-Marc Ayrault et Béatrice Atallah, ministres français et malgache des Affaires étrangères ont eu une discussion téléphonique au lendemain du meurtre des deux ressortissants français sur le sol malgache.

Le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, Jean-Marc Ayrault avait eu une conversation téléphonique avec son homologue malgache Béatrice Atallah le lundi 22 août dernier. L’objet de cet entretien à distance a été le double meurtre des Français sur la plage de Mangalomaso, sur l’île de Sainte-Marie, dans l’Est de Madagascar.Jean-Marc Ayrault avait partagé à la ministre malgache des Affaires étrangères « son souhait que toute la lumière soit faite sur les circonstances de ce terrible assassinat« , rapporte le site orange.mg. Lors de l’entretien téléphonique, le diplomate français avait par ailleurs souhaité que le gouvernement de Madagascar assure la sécurité des ressortissants français qui se trouvent sur laGrande Ile.

Suite de l’enquête : 5 personnes arrêtées

Sur place, la section de recherche criminelle deToamasina est en train de mener une enquête sur ce qui s’était réellement passé dimanche dernier sur l’île de Sainte-Marie. Jusque là, cinq personnes ont été appréhendéedans le cadre de ce double meurtre. La 5e personne interpellée serait, selon Le Figaro qui cite Thierry Rajaona Lauret (procureur de la région), l’ex-petit ami d’une des victimes. Il s’agirait d’un Français vivant sur l’île de Sainte-Marie.

Par ailleurs, les 4 autres personnes arrêtées dimanche dans le cadre de ce double homicide sont toujours en garde à vue ce mardi.

Le gouvernement malgache condamne cet acte

Des responsables étatiques à l’instar du ministre du Tourisme, Rolland Ratsiraka sont venus en personne sur l’île de Sainte-Marie afin de connaître ce qui s’était passé. « Tout le gouvernement condamne cet acte et on vous rassure que toute la lumière sera faite sur cette affaire et que ce n’est pas représentatif des problèmes ici à Madagascar. C’est un acte isolé. Madagascar c’est l‘île au trésor, c’est un havre de paix et tout le monde peut venir« , a annoncé le membre du gouvernement.

L’INFORE.

.

Passionnel et pas crapuleux

« … Les quatre personnes interpellées, qui étaient hier toujours en garde à vue, se trouvaient dans la boîte de nuit, où Magali et Romain, 25 ans ont passé la soirée, près de la plage où leurs corps ont été retrouvés, avec des blessures à la tête. Ils ont été tabassés à mort à coups de rondins de bois.

Si le sac à main de Magali a disparu, en revanche, le téléphone portable, l’argent et la carte bancaire du Montpelliérain ont été retrouvés sur lui. Un détail curieux, qui pourrait accréditer qu’il ne s’agit pas d’un double assassinat crapuleux… On apprenait mardi soir que le cinquième suspect arrêté n’était autre que l’ancien ami de Magali, qui se trouvait en discothèque la nuit du drame. Il est soupçonné d’être impliqué dans ce double assassinat qui ne serait donc pas crapuleux, mais passionnel…Hypothèse d’enquête : l’ancien compagnon de Magali aurait voulu la tuer et Romain aurait voulu la protéger… » La suite : Info H24.

Malagasy Tia Tanindrazana

Europe 1

·

La justice malgache , malade et corrompue est dessaisie de l’affaire . Les Français prennent les choses en main .

Meurtres à Madagascar : le Parquet de Paris se saisit de l’enquête

10h11, le 24 août 2016

L’OCRVP à la manœuvre. Alors que mardi les parents de Magalie, une des deux victimes, ont porté plainte, la justice française a décidé de prendre le relais de la gendarmerie locale dans ce dossier. Ainsi, le Parquet de Paris s’est saisi du dossier en le confiant à l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) qui se rendra sur place prochainement…. La suite Europe 1.

Madagascar : l’ex-petit ami et 8 suspects déférés à Tamatave

  • Par Fabrice Floch
  • Publié le 31 août 2016 à 10:19

L’enquête à Madagascar sur les meurtres de Magalie Chaigneau et Romain Bollon, bénévoles français de l’association Cétamada en passe d’être bouclée. 9 suspects ont été interpellés et doivent être inculpés.

© Newsmada.com
© NEWSMADA.COM
Neuf personnes ont été interpellées et placées en garde à vue par les gendarmes de l’île Sainte-Marie dans le cadre de l’enquête sur les meurtres de Magalie Chaigneau et Romain Bollon.
Les 9 suspects, 7 hommes (dont un français ancien compagnon de Magalie) et deux femmes, auraient dû être transférés au palais de justice de Tamatave ce mardi 30 Août 2016, mais les mauvaises conditions maritimes ont interdit le transport des gardés à vue.Les suspects attendent d’être transportés à TamataveLes autorités attendent que l’océan se calme et si besoin dépêcheront un avion sur l’île pour permettre le transfert.
Les enquêteurs ne peuvent pas se prononcer, pour l’instant, sur le degré d’implication des uns et des autres. Deux gendarmes de la Section de recherche de La Réunion sont à Sainte-Marie depuis le début de la semaine à la demande du parquet de Paris. Ils travaillent dans le cadre de la coopération entre les justices des deux pays. Selon le sitenewsmada.com, les militaires se sont rendus sur les lieux du crime pour effectuer des prélèvements.

Les corps rapatriés
 
Il est encore trop tôt pour savoir exactement, ce qui s’est passé dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 Août 2016. Cependant, l’ex-petit ami de Magalie Chaigneau semble être au cœur de la tragédie. Les Malgaches, hommes et femmes suspectés, se sont rendus complices du double meurtre en apportant leur aide, leur bras armé ou en dissimulant les criminels.
Newsmada nous apprend que les dépouilles des deux Français ont été rapatriées, mardi…

Double meurtre à Madagascar : Un Français et un banquier en détention

Effervescence lundi au tribunal de première instance de Toamasina (Est de Madagascar) durant l’instruction sur l’affaire du double meurtre de ressortissants français à Sainte-Marie survenu le 20 août. A l’issue du déferrement des neuf inculpés, cinq personnes ont été placées sous mandat de dépôt (MD) dont un Français et quatre Malgaches. Quatre autres personnes – deux hommes et deux femmes – ont été remises en liberté provisoire (LP). Le Procureur général de la République de Toamasina, Thierry Lauret Rajaona, a tenu un point presse ce mardi. Le point sur l’enquête.

Victor, le français au cœur de cette tragédie, a été placé en détention provisoire à la maison centrale d’Ambalatavoahangy, dans l’ex-province de Toamasina. Un chef d’agence de banque à Sainte-Marie, et deux « bandits notoires » présumés venus de la ville du Grand port ont également été placés en détention dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Romain (25 ans) et Magalie (23 ans). Les deux jeunes étaient bénévoles de l’association Cétamada qui œuvre pour la protection des mammifères marins. Le Français inculpé est un moniteur de plongée.

 Encore plusieurs zones d’ombre à éluciderLe Procureur général de la République de Toamasina, Thierry Lauret Rajaona a cependant tenu à rejeter formellement les rumeurs sur un détournement d’argent, comme étant à l’origine du meurtre. Il avait été avancé qu’une somme allant jusqu’à plus d’un milliard d’ariary aurait été détournée sur le compte de l’association. Contrairement à ce qui a été rapporté par quelques médias malgaches, ces rumeurs sont infondées d’après le procureur.  » Ce n’est pas vrai, et je tiens particulièrement à les démentir « , a-t-il précisé lors d’un point de presse qu’il a donné ce mardi à Toamasina.

L’implication des « bandits notoires » – bien connus de la justice – venus de Toamasina reste également à élucider. Des témoins les auraient vus laver le 4×4 du chef de l’agence de banque. Il était plein de boue. Les corps de Romain et de Magalie étaient eux aussi couverts de boue au moment de leur découverte à Sainte-Marie, et des témoins ont affirmé avoir aperçu le véhicule du chef d’agence de banque à proximité des lieux.

Au total, 42 personnes ont été entendues durant l’enquête. Le rapport des laboratoires sur les analyses ADN est quant à lui toujours attendu. Il s’agit des prélèvements effectués sur les victimes avant le rapatriement des corps. Les échantillons sont actuellement analysés dans l’Hexagone.

Coopération entre la justice malgache et la justice française

Romain et Magalie ont été tués à coups de rondins de bois dans la nuit du 20 au 21 août à Sainte-Marie, après une soirée passée à la discothèque  » La Case à Nono « . Les corps ont été découverts par un gardien sur la plage de Mangalomaso (à 200 mètres de la boîte de nuit), dans le Fokontany de Vohilava.

D’autres rebondissements ne sont pas à écarter dans cette affaire. Le procureur de la République de Toamasina a transmis le dossier au parquet de Nanterre en France pour que ce dernier puisse effectuer son enquête. Thierry Lauret Rajaona a précisé hier qu’il ne s’agissait pas d’une ingérence de la justice française mais d’une coopération.

Mardi 6 Septembre 2016. Zinfos 974-LaRéunion.

Réactions des Malgaches sur Internet.

Tl Tinoetlala

 Sainte-Marie : encore un contrat commandé par un français (et exécuté par des autochtones…) et une histoire de cul !!!! tout comme à Tuléar et Nosy be….!!! source Franceinfo ce 23/8/2016 à 18h ……

TARATASY MISOKATRA HO AN’I MINISITRIN’NY FITSARANA MALAGASY.

Meurtres des deux jeunes Français.
Les coupables seront extradés vers la France , et purgeront leurs peines sur le sol français ( Ministre de la justice ). 23/08/2016

Salanitra tompoko.

Ny voalohan-teny tompoko dia ny fialan-tsiny. Iteny anareo aho ka miala tsiny. Tsy zokiny fa zandriny ary tokony hotenenina fa tsy tokony hiteny.

Manaraka izany dia tsy hay ny tsy hangina amin’izao fanapahankevitra noraisinareo mpitarika izao. Dia ny lehibe mpitarika sy mpiaro ny rariny sy hitsiny indray va ré no hanitsakitsaka ny sata mifehy ny lalána Malagasy?

Tsy fiombana ny mpanao ratsy sanatria, fa mino aho fa fantatrareo tsara tompoko ny lalána ary tsy hatoro anareo ihany koa izany. Nahoana ny firenena hafa no havela hitsabaka ny raharaham-pirenena?
Fa angaha isika tsy manana rafim-pitondrana?
Fa angaha isika tsy manana fitsarana?
Fa angaha isika tsy manana lalána sy lany fonja?

Amin’ny maha Malagasy ahy dia tsy mankasitraka manontolo ny fanampahankevitrareo ny tenako. Fanitsakitsahana ny fahaleovantena sy fiandrianam-pirenena Malagasy tsotra dia tsotra izao.

Firy ny Malagasy no maty aty ivelany (Liban, Arabie Saudite, Inde,…) Taiza ianareo tamin’ny fitakiana ny zon’izy ireny. Fa tsy maty mangina toy ny biby va ré, na fanehoana ny alahelo teny amin’ny fianakavian’izy ireny aza tsy natao akory!

Tsara ny miara miasa amin’ny firenena mandroso rehefa samy manana ny fahefany fa tsy taritina sy entina amin’ny zioga.

Etsy andaniny tsy misy mahafantiantoka velively ny mpanao ratsy ary dia tsy ho tratra ny tanjona nananganana ny fitsarana izay tsy hinona fa: Famaizana ary Fanitsiana mba ho tonga olom-banona afaka hiverina hiara hiaina amin’ny fiaraha monina. Tsy hatsiaro ho diso velively izy ireo satria andeha hanao fialatsasantra mandrapahafaty any lafrantsa, sakafo sy trano maimaim-poana.

Aleo kosa angamba hoy aho alefa mihina-mangahazo any ambany antsinana ihany mba ho tsapany fa nandoto ny hendrikin’ny fizahan-tany Malagasy maneran-tany ny zava-bitany ary tsy mendrika ny zava bitany.

Farany, raha mbola miziriziry amin’ny fanampahan-kevitra izay noraisinareo ihany ianareo dia aza gaga raha mitombo ny fanafihana mahazo ireo mpizahantany satria dia ho lasa fankaherezana ireo mpanao ratsy izany satria tsy misy mahafaty antoka azy ireo velively raha izany no izy.
Ary tsy hampatahotra azy ireo hanao ny asa ratsiny intsony ianareo fitsarana amjn’izay fotoana izay fa ho lasa fitaovana vaovao ahafahana miala sasatra mandrakizay aty ivelany.

Ialatsiny raha nisy fomba fiteny nandona ny fo ka naharatra ny fanahy. Tsy izany velively tompoko sanatria no tanjona fa ny hatafita ny hafatra tsotra izay: Madagasikara tany mahaleontena ary mijoro sy miaro ny fiandrianam-pirenena hananany.

Atsipy ny tady eny antandrokin’ny omby, atsipy ny teny any am-pon’ny Malala.

Ho ela-velona ny Tanindrazana.

Semarang, 24 Aogositra 2016
Tantelinirina Mamisoa

 VAOVAO AN-TSARY [ LE JOURNAL]

SAINTE-MARIE : Teratany frantsay 2 mpisipa no nisy namono ny aliny sabotsy raha avy namonjy discothèque tao am Case NONO sainte-marie , teny am plage ‪#‎vohilava‬ no Nahitana ny fatin’izy roa ireto ary vaky ny lohany ilay lehilahy 25 taona ary tapaka kosa ny mâchoire an’ilay vehivavy 22 taona .

Nandefa ny minisitra ny fizahan-tany Rolland Ratsiraka mo ny gouvernemanta Malagasy nikarakara ny razana sy nanao fanadihadiana hitan-tsika am sary izao . ny fanontaniana mipetraka dia hoe : firy firy mo ny‪#‎GASY‬ maty nisy namono etsy sy eroa fa mba nandray ny andraikiny ve ny‪#‎gouvernemanta‬ ka nampietsika ny minisitra misahana ny mponina sa‪#‎fatim_bazaha‬ ireny dia avo razana mila ny MINISITRA mihitsy no mikarakara azy , tsy mamorona aho fa io sary hilaza azy . aza de manabarabara vahoaka re ry mpitondra fa maro ny Malagasy maty novonoina teto fa matimaty otrany fatin’alika ! ekena we maha minisitra ny fizahan-tany VAZAHA le maty fa manafitohana ny fihetsika sahala amizao satria ny gasy maty tsisy mpiraharaha fa Fatim-bazaha hirotorotoana NON zavatra kely sahala amizany tsy eritreretinareo mpitondra fa mandona ny ambimpo zany ! FB.

Mahajanga : Un Français jeté en prison…

L’image contient peut-être : ciel, plein air et une personne ou plus

Raharimanana PatrickS’abonner

23/08/2016.

 

Mahajanga : Un Français jeté en prison pour avoir fauché mortellement une mineure

Le fait s’est produit le soir du samedi 14 août dans le quartier de Betamanga. De source policière, le Français, un résident de Mahajanga qui s’est séparé de sa conjointe, était probablement ivre au volant de son 4×4. Il a fauché une passante de 17 ans.

La mineure est morte sur le coup. Le chauffard a pris la fuite après l’accident, par « peur d’une vindicte populaire » confiait-il aux enquêteurs.

La police de Mahajanga est partie à sa recherche. La Police de l’Air et des Frontières (PAF) d’Antananarivo et celle de Nosy-Be ont été avisées pour une éventuelle fuite à l’étranger.

Sa voiture a été retrouvée dans un garage de la ville deux jours plus tard.

Le vazaha a emprunté la route du nord, à destination de Nosy-Be. Il est arrêté par la police de Nosy-Be à sa descente d’un bac venant d’Ankify Ambanja. Il est ramené à Mahajanga pour enquête puis déféré au Parquet du Tribunal de première instance de Mahajanga.

Le chauffard actuellement placé sous mandat de dépôt à la prison de Marofoto Mahajanga.

(Photo Illustration Newsmada, port d’Ankify Ambanja)

www.sobikamada.com

FEHINY.

Fanjakana mpanompo vazaha

Ekena fa nampalahelo ny zavatra nitranga an’ireto olona vahiny nisy namono fa fanontaniana lehibe tokony hipetraka hoe : fanjakana tena natao ho an’ny vahoaka Malagasy ve no misy eto sa fanjakana ho an’ny teratany vahiny ? Ny zavatra hita mantsy dia mikorapaka foana ny fanjakana Malagasy rehefa ny teratany vahiny, indrindra fa ny Frantsay no maty misy mamono fa rehefa ny Malagasy no maty dia tsy mba taitra ny mpitandro filaminana. Impiry moa no misy Malagasy misy namono amin’ny fomba feno habiabiana kanefa tsy mba tratra mihitsy ireo nahavan-doza! Ny asa fampihorohorona nitranga tetsy Mahamasina ny 26 jona lasa teo aza moa mandrak’ity ny androany tsy fantatra hoe iza no tompon’antoka.

Rehefa teratany Frantsay no misy mamono, tahaka izay niseho tany Sainte Marie, dia mikorapaka daholo izy mianakavy ary hatramin’ny SEG (sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena) mihitsy no milaza amin’ny mpanao gazety fa tsy maintsy ho karohan’ny mpitandro ny filaminana ary ho samborina farany izay haingana ireo nahavan-doza.

Izany no fanjakana misy eto amin’ity Madagasikara ity !

Sainte-Marie : la justice française saisie au sujet du double homicide

Le double meurtre survenu à Sainte-Marie au mois d’août fait l’objet d’une concertation entre le parquet de Paris et le tribunal malgache.

Les victimes et l’un des incriminés de nationalité Française

La police française est actuellement sur l’affaire de ce meurtre de deux Français à Sainte Marie qui a eu lieu le 22 août. Les justices malgache et française de par une collaboration avec le parquet de Paris sont saisies de ce dossier qui a fait énormément de bruit à Madagascarcomme en France. Pas plus tard que la semaine passée, des policiers français se trouvaient encore à Madagascar, dans le cadre de cette coopération judiciaire. Cette mission a été motivée par le fait que les victimes ainsi que l’un des incriminés sont de nationalité française.

La thèse d’une jalousie évoquée

Actuellement placé en détention préventive à la maison centrale d’Ambalatavoahangy à Toamasina, le jeune incriminé de 21 ans est incarcéré depuis le 27 août, au terme de sa comparution devant le parquet. L’inculpé est reproché d’avoir entretenu une relation avec Magali, la défunte. Le jeune Français admet l’avoir fréquentée et évoque même un acte passionnel en réfutant toute implication dans le double homicide. « La thèse d’une jalousie pouvant servir de mobile est évoquée, mais il le conteste formellement », rapporte le journal Midi Madagasikara.

Retour sur le dossier

Pour un petit rappel des faits, les victimes, Magali et Romain, respectivement âgés de 22 et 25 ans, ont connu une triste fin. Dans la matinée du 22 août, leurs corps sans vie enchevêtrés gisaient sur une plage isolée. Ils s’y étaient rendus en marge d’une soirée, organisée dans une discothèque de l’île. Un banquier aperçu par un témoin, en train de nettoyer des traces de sang à l’intérieur de son véhicule tout-terrain est également en prison. Par ailleurs, trois piroguiers et trois autres habitants de Sainte Marie sont derrière les barreaux pour vols d’effets personnels des défunts.

sainte-marie-480x330

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s