« La Ceni, un danger pour la démocratie », Helian Ralison.

La Ceni, un danger pour la démocratie.

 

Ces derniers jours, certains responsables de partis politiques ont répondu à l’appel conjoint de l’exécutif et du Pnud pour discuter des textes de lois électorales et de la manière de les améliorer. Si de prime abord, cette initiative est louable, la démarche suscite des interrogations puisqu’un sujet d’une telle importance mérite un débat ouvert et public préalable, avant les débats au niveau de l’assemblée nationale. Au lieu de cela on doit se contenter d’un rapport allégé omettant d’y faire figurer l’ensemble des recommandations exprimées en réunion.

On se demande alors si de telles initiatives n’ont pour objectif que de se donner bonne conscience et servir à pré-alimenter la réflexion de la Ceni qui doit aussi faire ses propositions, même si d’autres ateliers plus élargis incluant la participation de la société civile sont prévus dans l’avenir…
Plafonnement des dépenses, accessibilité des listes électorales, abandon du bulletin unique etc. etc… des thèmes que les partis politiques doivent porter auprès du public car ils conditionnent en partie la sincérité des votes exprimés.

Pourtant, de tous ces sujets de préoccupations, il y en a un qui est occulté et délibérément mis sous silence, alors qu’il est le dernier maillon d’une chaîne potentielle et possible de fraudes : la base de données de la Ceni. Pour ceux qui l’ignorent, c’est l’endroit où sont physiquement stockés dans l’ordinateur les résultats, sous la responsabilité de son administrateur dont on ignore auprès de qui il répond.

« Ce qui compte dans un vote, ce n’est pas ceux qui votent, ce sont ceux qui comptent ». Et il faut ajouter : « ne pas oublier ceux qui font la saisie ».

Cette phrase est de Staline, elle ne reste pas moins d’actualité.

La décision de création d’un espace de concertation durant cette rencontre, est un premier pas vers un dialogue responsable entre adversaires, que les partis politiques tous bords confondus doivent mettre à profit pour s’accorder à exfiltrer l’administration de cette base de données ou tout au moins exiger une présence permanente de représentants de chaque candidat au sein de l’équipe responsable du système d’information de la Ceni. C’est seulement dans ces conditions que les résultats publiés par cette commission sensée être indépendante, pourront être acceptés par tous.

Les évènements en cours au Gabon sont une illustration de cette facilité effroyable qu’ont les dirigeants en place à changer les résultats en leur faveur. Sans oublier les dernières présidentielles malgaches…

La Ceni n’est pas un instrument pour faire de la magie mais un organe participant à la bonne assise de la démocratie. La fidèle restitution du vote des malgaches est une condition nécessaire pour la légitimité du futur élu.
La révision du fonctionnement de la Ceni est aujourd’hui incontournable, en plus de tous les amendements devant apporter la transparence totale et l’équité aux futurs scrutins, devenus légitimement ce jour, une obsession de tous les états-majors politiques.

ceni-helian

 

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s