Depuis trois mois, des soldats chinois à Bangui, République Centre Afrique (RCA).

CENTRAFRIQUE:DES SOLDATS CHINOIS POUR SÉCURISER LEURS EXPLOITATIONS PÉTROLIÈRES

bangui-chinois-2

 

 

Une centaine de soldats chinois se trouvent en ce moment à l’ambassade de Chine àBangui. Cette présence militaire se justifie par la volonté des autorités de l’Empire du Milieude veiller personnellement sur leurs intérêts.

C’est que PTI-IAS et PTI-AL, deux filiales de l’entreprise chinoise Poly Technologies, sont engagées dans des opérations de prospection, d’exploration et d’exploitation pétrolière àBirao et à Ndélé au nord de la Centrafrique.

Dans l’optique de sécuriser leurs opérations, les autorités chinoises n’entendent nullement lésiner sur les moyens. À cet effet, une démonstration de force s’avérait nécessaire pour dissuader les groupes armés qui pullulent encore dans la région.

À en croire des observateurs, la présence militaire chinoise est également symptomatique de la guerre d’intérêts que se livrent les pays développés. Selon eux, la Centrafrique est un «centre à fric» qui nécessite que les grands moyens de sécurisation soient déployés. La guerre terminée, le partage du gâteau dans ce riche pays d’Afrique centrale a commencé.

Et donc, les Chinois ne voudraient pas se laisser à la merci de toutes forces qui viendraient perturber leurs intérêts. Mais dans ce jeu d’intérêts, les Centrafricains semblent résignés à leur triste sort, se contentant des prébendes qu’on leur jettera. Pendant ce temps, les grandes puissances se frottent les mains pour exploiter, de fond en comble, le pays.

Et pourtant, le nouveau président Faustin-Archange Touadéra s’était engagé à travailler à l’intérêt exclusif de ses compatriotes. Mais, il semblerait perdu dans ce vaste tourbillon pétrolier dont certains de ses prédécesseurs auraient déjà fait les frais. AfriqueNews

Centrafrique: une centaine des soldats chinois à Bangui, la guerre du pétrole va t-elle commencer?

La prospection et l’exploitation du gisement pétrolier au Nord-Est de la Centrafrique par une entreprise chinoise poussent le gouvernement chinois à prendre des mesures spéciales de sécurité afin de protéger ses intérêts dans ce pays en guerre. Outre le problème sécuritaire rencontré par ces investisseurs chinois en RCA, la licence de prospection, d’exploration, voire d’exploitations pétrolières remis par les nouvelles autorités à une entreprise chinoise, n’a pas été du goût des américains, ni des européens. Ce qui pourrait alimenter de tension déjà perceptible dans le pays. Avec l’arrivée massive des soldats chinois en Centrafrique, peut-on parler de la guerre du pétrole dans les années à venir en RCA?

Depuis la baisse du cours de pétrole sur le marché financier, les pays producteurs du pétrole, qui accusent le choc, avaient décidé pour la plus part de diversifier la source des revenus de leurs pays. L’or noire, selon les experts, n’est plus rentable. Mais en Centrafrique par contre, c’est un rêve inculqué à tout un peuple qui souhaite voir un jour sortir de la terre leur propre or noir. Ce rêve va-t-il se concrétiser un jour? Difficile d’y répondre.
En Centrafrique, à chaque fois qu’on parle de l’exploitation du pétrole centrafricain, c’est la guerre. Chaque président centrafricain qui tente d’en parler, il perd son pouvoir en courant. Le président Faustin Archange TOUADÉRA, avant d’être élu président en février dernier, aurait donné sa parole d’honneur au président Français que l’exploitation du pétrole Centrafricain sera attribuée au groupe français Total. Or, depuis sa prise du pouvoir en mars 2016, le président TOUADERA tourne le dos au groupe français Total sous la pression de son homologue Équato-Guinéen sous pression judicaire avec la France. Il confirme l’entreprise chinoise pour l’exploitation de l’or noir centrafricain. Sur ce geste présidentiel, les intérêts chinois seraient au-dessus des intérêts français en RCA. La Chine se bat les ailes pour devenir un partenaire devenus incontournable et ce, depuis le début de la transition en 2013.
Depuis quelques mois, le gouvernement chinois, afin de protéger ses intérêts qui s’accroitraient du jour en jour dans ce pays, décide d’envoyer ses soldats sur le terrain en Centrafrique. Ce qui est rare pour le gouvernement chinois dans un pays africain. En plus de ses soldats, les autorités chinoises déploient aussi à Bangui plusieurs agents de son service des renseignements. On les voit discrètement au Ministère des Mines. À chaque visite d’un Officiel occidental, ils cherchent à tout prix savoir le motif de sa visite. Ce qui s’apparente à une guerre d’intérêts. Le Président Faustin TOUADERA alias la Tortue, l’homme qui n’a jamais respecté sa parole, risque de se retrouver seul face à sa politique de roublardise.
Sur le terrain à Bouroumata, le chantier pétrolier des chinois, la sécurité des équipements installés est assurée par des Séléka déguisés en Agents de sécurité d’une société fictive de monsieur Gazambéti. Chaque agent est payé 10.000 francs CFA à la société fictive de Gazambéti qui verse à son tour directement 4.000 francs par jours à ces Agents vigiles. Et les soldats chinois, que feront-ils exactement en RCA?
Pour le moment, personne n’est en mesure de nous éclaircir sur ce sujet. Une cinquantaine de ces soldats sont actuellement logés dans des tentes au sein de leur Ambassade à Bangui.
Du côté gouvernemental, on joue au Ping-Pong avec les occidentaux et les américains..
Rappelons à nos lecteurs que la clôture de l’Ambassade de Chine à Bangui a été transformée pour accueillir ces soldats.

Pour beaucoup des Centrafricains, cette Ambassade ressemble depuis 3 mois à une base militaire américaine au Vietnam: les murs blindés avec des bétons de 50cm de large pour une hauteur de plus de 10m, protégé par des radars détecteurs du mouvement téléguidés. Ainsi, les Centrafricains se demandent si la Chine prépare-t-elle une guerre dans leur pays? Ce changement visible inquiète beaucoup les Centrafricains.

abangui

CentreAfriqueActu.

Madagasikara, laozana manenjika an’i Marc Ravalomanana.

Rivo Rakotovao a

Mandroso Randria

15/09/2016.

Vahinin’i Fidèle Razara Pierre tao amin’ny AZ Radio ingahy minisitra Rivo Rakotovao. Ireto no anisan’ny notsoahina tamin’ny resaka nataony:

– Manakorontana ny fitondrana ny Filoha Ravalomanana ka raha ilaina dia VOATERY HO TSOAHINA AMINY IREO TOMBONTSOA nomen’ny lalàna amin’ny maha-filohampirenena teo aloha azy. Efa noresahiko taminy izany fony izahay mirahalahy mianaka tafaresaka tamin’ny izaho minisi-panjakana ireny. Tsy tokony ampiasa fiara mpitari-dalana izany izy ohatra rehefa mihetsika …

– Tsy mety mihitsy ny fampifangarona ny fitantanana ny CUA sy ny Tiko satria tsy izy no Ben’ny Tanàna fa i Ramatoa vadiny …

– Manana ny fomba fiasany ireo sinoa ireo ary mila mahay négociation tsara rehefa miaraka amindry zareo. Ry zareo zao ohatra dia TSY MANAIKY AN’IZANY APPEL D’OFFRES IZANY VELIVELY REHEFA HANAO ZAVATRA SY HIARA-HIASA satria milaza ry zareo fa mpampiasa vola eto amintsika ihany koa no sady mitondra ny fahaiza-manaony … Efa napetrany efa hatramin’ny voalohany izany, dia NEKENTSIKA saingy ny fifanarahana no mila amafisina tsara rehefa tiana ny hiaraka …

… Hanky va re !!!!!

Lire : Rivo Rakotovao sy ny sinoa, mandeha tsara ny bizna.

rajao-sy-ny-sinoa. Sary TiaTanindrazana

bangui-chinois-1 Drapeau chinois

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s