Francophonie. Dirigeants confiants, populations en résidence surveillée.

mardi 15 novembre 2016

La Secrétaire Générale de l’OIF et le chef d’Etat sont confiants pour le XVIè Sommet de la Francophonie

frankofonia-izy-mianadahy

La Secrétaire Générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) Michaëlle Jean a été reçue au début novembre 2016 par le Président de la République Hery Rajaonarimampianina au Palais d’Etat d’Iavoloha. Le but de leur entrevue était de discuter des préparatifs du Sommet de la Francophonie qui aura lieu les 26 et 27 Novembre prochains. La SG de l’OIF s’est dit satisfaite du bon déroulement des travaux et qu’il restait à finaliser quelques points.

Cette dernière a également souligné qu’il est très important de faire appel à tous les secteurs d’activités tels que le secteur privé pour ce grand événement. De même, de nombreux partenaires sont intéressés pour investir à Madagascar, d’après la Secrétaire. Cette dernière a également affirmé que la Francophonie est en train d’augmenter le taux d’attractivité de Madagascar.

Par ailleurs, concernant les chefs d’Etats qui seront présents, la Secrétaire de l’OIF a affirmé que ces derniers seront nombreux et que le programme du Sommet est élaboré de manière à ce que le déroulement de l’événement respecte chaque timing qui lui est attribué.

Enfin, l’hôte du chef d’Etat malagasy a félicité la bonne organisation de ce Sommet grâce à la gestion des infrastructures qui accueilleront du beau monde.

Publié par Andry Rabe. les news-vontvite

frankofonia-miala-teo*

 –

SECURITE.

30 à 40 blindés et 7000 hommes (armée, gendarmes, policiers) mobilisés.

A Marrakech (Maroc, COP 22) Novembre 2016.

franco-blindes-et-chameaux

LES INTERDITS

frankofonia-moto

frankofonia-les-interdits

Interdiction des scooters et charrettes : Mesures cache-misère pendant la Francophonie

Les « deux roues »  à moteur et à traction humaine sont …sommées de rester au garage durant le sommet de la Francophonie.

« On accueillera le Sommet de la Francophonie avec ce que l’on a ». C’est ce qu’a déclaré le président Hery Rajaonarimampianina au mois d’août dernier lors d’une descente sur les différents sites du XVIe sommet de la Francophonie. Une manière à lui de faire savoir que seules les infrastructures réalisées à temps seront utilisées durant ces assises. Le sommet se fera donc « avec ce que l’on a », mais pas forcément avec ce que l’on est.  En effet, si l’on se réfère aux différentes mesures prises par les autorités, certaines facettes du pays seront occultées. Des mesures cache-misère pour masquer certaines réalités socio-économiques. Et ce, dans le but avoué d’offrir une belle vitrine de la Grande Ile aux yeux des 3 000 invités de marque attendus à Tana dans le cadre de cet évènement, quand bien même bon nombre de délégations auraient déjà des « images » de Madagascar, bien avant de débarquer à l’aéroport d’Ivato.

Circulation. Pas plus tard que la semaine dernière, le Ministère des Transports et de la Météorologie a pris un arrêté interdisant la circulation des motos scooters, des pousse-pousse et des charrettes durant le XVIe Sommet de la Francophonie. La fluidité de la circulation et la sécurité des deux roues sont les deux raisons évoquées par les responsables. Une disposition spéciale est également prise pour les motos scooters de 50cc circulant dans la Ville des Mille. L’absence d’une plaque d’immatriculation sera passible de sanctions, cette fois-ci pour des impératifs de sécurité de nos hôtes étrangers.

Marchés. Par ailleurs, on croit savoir que certains marchés hebdomadaires, notamment celui du jeudi à Mahamasina, seront annulés le temps du Sommet. Questionné là-dessus, un responsable au sein de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) a répondu ne pas être au courant. La question est donc de savoir si la CUA a tout simplement été écartée des préparatifs du Sommet de la Francophonie, alors que la gestion des marchés et la police de la circulation dans l’agglomération tananarivienne relèvent de la compétence de la Mairie dirigée par Lalao Ravalomanana.  Aux dernières nouvelles, une réunion entre la Préfecture de Police d’Antananarivo et la Commune Urbaine d’Antananarivo sera organisée cette semaine, quoique la première ait été déjà mise devant le fait accompli par le pouvoir central.

Retombées. Force est de reconnaître toutefois que cette série de mesures n’est pas mauvaise en soi. Seulement, elle ne doit pas être occasionnelle, mais pérenne. Avec évidemment des mesures d’accompagnement qui tiennent à la fois compte de « ce que l’on a » et de ce que l’on est. Pas question de revenir à l’anarchie au lendemain du Sommet, c’est-à-dire après le départ des délégations étrangères qui, on l’espère, se souviendront moins de certains tableaux stéréotypés et peu reluisants du pays que de l’hospitalité légendaire des Malgaches qui n’ont pas, mais pas du tout, un réflexe d’ancien colonisé. Les Malgaches eux-mêmes devraient garder un meilleur souvenir de ce sommet censé apporter des retombées positives à tout un chacun, même si l’interdiction de circuler entraînera inévitablement un manque à gagner pour les tireurs de pousse-pousse et de charrettes ainsi qu’à leurs clients. C’est au moins le moment de diriger les deux roues à moteur et à traction humaine sur le chemin du droit qui n’est pas toujours le droit chemin.

Davis R. Midi M/kara

frankofonia-hollande

Mahajanga andalana 9

Francophonie-c-est-quoi-fit-641x450

La Tribune de Diégo.

Francophonie

Pov Toon · L’expressmada

francophonie-a2

17/11/2016

Francophonie : Madagascar tente de cacher sa misère et ses pauvres

madagascar-Francophonie : Madagascar tente de cacher sa misère et ses pauvresA Madagascar, l’organisation du sommet de la Francophonie fait débat et crée la polémique. A quelques jours de l’événement, les organisateurs et les pouvoirs publics semblent tout faire pour cacher la misère et contraindre les pauvres à rester chez eux.

Ainsi, les mesures liberticides se multiplient. Dans la nuit de lundi à mardi, des centaines de pauvres, qui dorment sur les trottoirs d’Analakely, ont été déplacés du centre-ville en pleine nuit par les forces de l’ordre. Les « 4’Mi » comme on a coutume d’appeler les SDF à Madagascar, ont été parqués au service d’entretien des bâtiments administratifs.

Plusieurs quotidiens malgaches évoquent par ailleurs l’interdiction pour les malgaches de circuler à deux-roues, scooter et moto. Les fameuses charrettes malgaches devraient également être interdites durant la semaine du sommet. Officiellement, lors d’une conférence de presse, ce matin, à la Commune urbaine de Tananarive, relayée par la radio Antsiva, la préfecture de police aurait évoqué des mesures liées au respect de la loi et non à l’organisation du sommet.

A Madagascar, personne n’est pourtant dupe sur les raisons de telles dispositions, d’autant que les autorités, par l’intermédiaire des présidents de Fokontany, qu’on pourrait qualifier de mairies annexes, ont transmis des messages à la population pour leur recommander de ne pas se balader avec des savates ou des vêtements usagés durant la semaine du sommet. Personne ne sait toutefois comment pourrait être sanctionné ce « délit » pour les personnes mal fagotées.

Le gouvernement malgache avait déjà surpris la population en décrétant une semaine de vacances scolaires durant l’organisation du sommet. Les petits malgaches resteront donc à la maison pendant l’événement, ce qui est à l’origine de quelques éditos bien salés dans la presse malgache à l’encontre du régime d’Hery Rajaonarimampianina.

La colère gronde

Côté circulation, il est également prévu que certains axes ne soient plus desservis par les fameux Taxis « Be», les transports en commun de la Grande-Ile. Cela devrait notamment être le cas pour ceux qui permettent aux malgaches de se transporter de la capitale vers Ivato, la proche banlieue où se situe l’aéroport et où se déroulera le sommet.

La colère gronde doucement mais sûrement, d’autant que la communauté d’Antananarivo a déjà entrepris de virer les nombreux marchands ambulants qui gravitent autour du centre-ville. Ces dernières semaines, les conflits se sont multipliés entre les marchands et la police municipale. La plupart du temps, l’arrivée de la police entraîne des scènes plutôt cocasses avec des dizaines de personnes fuyant les policiers en courant avec tout leur barda sur la tête.

Mais parfois, les descentes ne se passent pas bien et des violences policières sont dénoncées. Dernièrement, on a même frôlé l’affrontement armé entre militaires et policiers. La femme d’un militaire avait été malmenée par des policiers municipaux (lire ici). Par solidarité, ses collègues avaient débarqué en plein centre-ville pour dénoncer les violences de la police. L’initiative aurait pu dégénérer, d’autant que les militaires étaient soutenus par la foule.

A Madagascar, les mesures coercitives prises pour organiser le sommet de la Francophonie pourraient laisser des traces…

Source:Zinfos974.com

francophonie-passe

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s