Francophonie. Lalao Ravalomanana maire de la ville d’Antananarivo écartée…

Rtoa Lalao Ravalomanana ben’ny tananan’Antananarivo.

CUA - Antananarivo.

Francophonie.

Un manque de respect témoignée au maire

Partout dans le monde, c’est toujours le premier magistrat de la ville qui se charge d’accueillir les invités de marque de sa cité. Mme Lalao Ravalomanana, à l’occasion de ce sommet de la Francophonie, devrait en tant  que maire d’Antananarivo, présider toutes les cérémonies qui se déroulent dans sa cité;

Un manque de respect témoignée au maire

L’hostilité manifestée par le pouvoir en place vis-à-vis de la première femme maire de la capitale existe depuis l’avènement de cette dernière à ce poste. C’est bien entendu  Marc Ravalomanana, l’ancien président de la République que  le régime cible depuis le début à travers elle. Le fait que ce dernier a toujours affirmé qu’il voulait entretenir des relations apaisées avec l’Etat n’y a rien fait. Les autorités lui ont toujours sournoisement mis des bâtons dans les roues. Le conflit larvé aurait pu se transformer en guerre ouverte à l’occasion de la descente des militaires à l’hôtel de ville, il y a une dizaine de jours. L’affaire a été vite réglée, car toutes les parties ont été conscientes de la gravité de la situation. Les incidents qui auraient pu dégénérer auraient pu ternir l’image du pays à l’orée de ce Sommet de la Francophonie. Ces problèmes ont été semble-t-il, réglés et tout le monde était tourné vers cette grande réunion internationale qui signe le retour de Madagascar dans le concert international. La C.U.A comme le régime en place étaient censés tendre vers le même objectif.

Le pouvoir continue cependant toujours ses petits objectifs mesquins et ne cherche pas à donner le change en méprisant ouvertement le premier magistrat de la ville et en ne l’invitant même pas aux cérémonies officielles. Mme Lalao Ravalomanana et les membres de son équipe doivent adresser une lettre d’accréditation pour pouvoir rencontrer les délégations invitées comme le font les journalistes.

Aujourd’hui, on ne peut que s’offusquer de ce manque de respect témoigné à cette personnalité qui a une place importante dans la vie de la capitale.

Patrice RABE Redaction Midi Madagasikara

Le maire de la Capitale a été de nouveau ignoré hier à Andohatapenaka.

Antananarivo est la ville hôte du XVIe Sommet de la Francophonie. Or, force est de constater que le maire Lalao Ravalomanana semble ne pas jouir de ce statut de premier magistrat de la ville d’accueil. Traditionnellement, c’est au maire de remettre la clé de la ville à une délégation de marque qui débarque dans sa circonscription.

A l’étranger, il est d’usage que le premier magistrat de la ville hôte prononce toujours son discours lors de l’ouverture d’un Sommet international. Ce qui n’a pas été le cas lors du Sommet de la COMESA. L’existence de Lalao Ravalomanana a été ignorée. Hier, lors de l’inauguration du village de la Francophonie à Andohatapenaka, le maire de la Capitale a été pour la énième fois victime d’une exclusion. Le service protocolaire de la cérémonie n’a pas prévu de place pour le maire d’Antananarivo. Présent sur les lieux, son représentant Henri Randriantiana a été obligé de rentrer chez lui. Le premier incident protocolaire s’est produit au CCI Ivato pendant l’ouverture du Sommet de la COMESA. Lalao Ravalomanana, qui a eu son invitation avec elle, a été soumise à un contrôle suspect. Finalement, elle a été placée loin derrière les invités. Le deuxième s’est passé durant l’inauguration de la Rocade d’Andohatapenaka.

Lettre d’accréditation. Par ailleurs, d’après une source auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo, la première responsable de la ville hôte ne peut pas rencontrer les délégations du XVIe Sommet de la Francophonie sans préalablement formuler à travers une lettre d’accréditation une demande auprès des organisateurs du Sommet. C’est donc à ces derniers d’accepter ou de rejeter la demande. Autrement dit, le service protocolaire de la Commune urbaine d’Antananarivo et celui d’une délégation étrangère ne peuvent pas communiquer directement. Jusqu’ici, aucune visite de courtoisie par les délégations étrangères au XVIe Sommet de la Francophonie n’est inscrite dans l’agenda de Lalao Ravalomanana. Ce qui n’est pas normal pour certains observateurs avertis. Et encore, hier jusqu’à 17h, le maire d’Antananarivo n’a encore reçu une invitation pour l’ouverture ce jour du Conseil permanent de la Francophonie. En tout cas, la Commune urbaine d’Antananarivo dirigée par l’épouse de l’ancien président Marc Ravalomanana, est exclue dès le début. Le pouvoir central n’a pas associé  cette dernière aux travaux d’aménagement et d’organisation de sa circonscription.

R.Eugène

Yvon Rakotomalala 

Hatramin’ny fanombohana ny fikàrakaràna ity francofolie an’ny HVM ity, dia efa notakonana ho toy ny tsy misy izany BEN’NY TANANAN’NY RENIVOHITR’I MADAGASIKARA izany, hatramin’izao, na eo @ lafiny fanasàna, na @ lafiny asa, na @ lafin’ny ARIFENITRA sns! vitao ao ny an’ilahisany letia fa izahay koa olona nateraka ho MANANK’AMBO, fa tsy ho MATIK’AMBO ohatran’ialahisany ah!!!!mbola hitohy!

 

L. Ravalomanana

 –

Sady tsy hoan’i Neny no tsy ho an’ny vahoaka

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s