Francophonie. Sommet propre « Cacher la pauvreté ».

Ph. As. Alexia.

 

Sommet de la Francophonie: cacher la pauvreté à Madagascar

23/11/2016.

«Cachez cette pauvreté que je ne saurais voir». Tel pourrait être le credo d’Antananarivo, capitale de Madagascar, qui accueille en ce moment le 16ème Sommet de la Francophonie. Depuis une semaine, les nuits sont animées par d’étonnants ballets de camions bennes de la Commune urbaine d’Antananarivo. A l’intérieur, pas de détritus, mais des familles de sans-abris, que l’on s’empresse de regrouper dans des centres d’accueil, en ville ou en périphérie, à l’abri des regards. Une initiative assumée par les autorités.

Au milieu d’une ruelle de l’un des quartiers les plus pauvres d’Antananarivo, une nuée d’enfants. Nous sommes devant l’un des trois centres d’appui aux familles en difficulté de la capitale. Tanjona, 8 ans et Cédric, 13 ans font partie des 150 personnes à être arrivées il y a quelques jours. « Moi, j’ai longtemps dormi sous le tunnel, explique à RFI Tanjona. Mais la semaine dernière, en pleine nuit, on nous a transportés dans un camion et on nous a fait descendre ici. »

« La nuit, les gens font du bruit, poursuit Cédric. Il y a des gens partout par terre. Mais moi, je préfère dormir ici plutôt que dehors, surtout quand il pleut… ». Le centre, qui a ouvert il y a une semaine à peine, est géré par le ministère de la Population. « A cause du Sommet de la Francophonie, on cache les pauvres pour donner une belle image de Madagascar au reste des pays étrangers », s’agace un habitant du quartier. Et il n’a pas tort. Au ministère de la Population comme à la mairie d’Antananarivo, on parle « d’assainissement et de sécurisation de la ville ».

« Il n’y a rien pour eux à Tana ! »

« Pour que les gens qui viennent à Madagascar aient un minimum de sécurité, il fallait vraiment tout nettoyer, explique à RFI, Jean-Gabriel Harrison est le premier adjoint au maire. On essaie de reloger ailleurs les enfants des rues. Ce sont des marginaux. Il n’y a rien pour eux à Tana. S’ils continuent à vivre ici, ils sont condamnés ! Donc il faut travailler à moyen et à long terme pour que ces gens-là redeviennent des humains. »

Enfants ou adultes, qu’ils soient déplacés, même en périphérie, tous reviennent dès le lendemain dans le centre-ville. La stratégie des autorités pour réduire le nombre de mendiants en ville ne semble donc pas fonctionner. On estime aujourd’hui que plus de 1000 familles vivent dans les rues de la capitale.

franco-pauvres-etropique

 etropique

frankofonia-miala-teo

franco-lalana6

Sommets internationaux

Quelques 1 681,8 milliards d’Ariary dépensés

vendredi 25 novembre | Yvan Andriamanga

« Quant aux dépenses en capital… un niveau de 1 681,8 milliards d’Ariary est programmé dont une majeure partie est allouée à la réalisation des travaux d’infrastructures relatifs à l’accueil du Sommet du COMESA et de la Francophonie, à la promotion des activités touristiques via la normalisation des infrastructures touristiques, à la redynamisation du secteur agricole, à la préservation de l’environnement et la gestion des ressources naturelles, et à la facilitation de l’accès de la population aux infrastructures sociales de base. » Telles sont les rares informations sur les dépenses liées à l’accueil de ces Sommets internationaux publiées dans l’actuel projet de loi des finances 2017 concernant les dépenses dans la loi des finances précédente.

Comprenant que cette année 2016, il n’y avait pas beaucoup d’infrastructures pour la « promotion des activités touristiques via la normalisation des infrastructures touristiques, à la redynamisation du secteur agricole, à la préservation de l’environnement et la gestion des ressources naturelles, et à la facilitation de l’accès de la population aux infrastructures sociales de base », la majeure partie voire tout a été donc pour les travaux d’infrastructures relatifs à l’accueil du Sommet du COMESA et de la Francophonie. Rappelons que le ministre d’Etat en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement et de l’Equipement, Narison Rafidimanana, a déclaré qu’il ne connaît pas le montant des financements de travaux réalisés dans le cadre de ce Sommet. Donc on ne sait pas qu’est ce chiffre représente vraiment ? Est-ce ce sont les grands travaux comme les routes, le village, la réhabilitation ? Les prestations diverses sont-elles comprises dans ce montant ?

Les « sept antennes médicales du Sommet qui ont été dotées de matériels pour un montant total de 2 milliards d’ariary, alors même que le système national de santé publique manque cruellement de financement. – Une prestation de consultance pluridisciplinaire de deux milliards d’Ariary – les travaux d’aménagement du parking intérieur au CCI Ivato à 2,5 Milliards Ar – les travaux de réhabilitation des toilettes du Palais de l’Assemblée Nationale pour plus de 18 Millions Ar » dénoncés par les organisations de sociétés civiles sont-elles comprises dedans ?

Autant de questions sans réponse des détenteurs du pouvoir sur la gestion opaque de l’argent public.

franco-4mis

Advertisements

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s