Fanadiadiana ny raharaha Ambohimahamasina, Kolo TV.

Kolikolin’i Claudine A&C Sahirana ny Bianco

29/11/2016

Mbola voatana hanaovana fanadihadiana eny amin’ny foiben’ny birao mahaleotena momba ny kolikoly na ny Bianco eny Ambohibao amin’izao fotoana izao, ny ben’ny tanànan’ny kaominin’Ambohimahamasina, Tsabo Pierre, raha ny vaovao farany.

Tohin’ilay resaka tetikasa fanamboarana biraon’ny kaominina vaovao tany Ambohimahamasina izay nahatonga resabe fa azon’ny iray amin’ireo mpanolotsain’ny filoham-pirenena Rtoa Claudine Razaimamonjy  tompon’ny hotely sady trano filanonana lehibe A&C eny Ivato ny tsenan’izy ity ny taona 2014 no anton’ny fanadihadiana. Efa nisy fotoana nijery akaiky azy io ny Inspection Générale de l’Etat (IGE). Noho ny fiahiahiana tamin’ny tsy fahadiovan’ny vola mihodina hanatontosana io tetikasa io dia efa nisy ny fitoriana napetraky ny avy eo anivon’ilay vondrona politika dinika fanavotam-pirenena na DFP teo anivon’ny Bianco tamin’izany andro saingy tsy nisy tohiny. Ankehitriny anefa dia nofohazina indray io raharaha io ary ankoatra ny fitazonana ny ben’ny tanàna dia fantatra izao fa efa nisy ihany koa ny fiantsoana ity mpanolotsain’ny filoha ity saingy tsy namaly ny antso nataon’ny Bianco ny tenany hatry ny omaly noho ny antony voalaza fa mbola sahirana tamin’ny frankofonia. Tsiliam-baovao no nahenoana fa efa nisy fidirana an-tsehatry ny iray tamin’ireo loholona HVM akaiky ny filoha tamin’ity raharaha ity saingy nolavin’ny Bianco. Na izany aza anefa dia hita ho sahirana ihany ity birao mahaleotena miady amin’ny kolikoly ity satria nilaza ny tompon’andraikitra iray fa tsy mbola afaka milaza zavatra betsaka aloha mikasika ny tohin’ny raharaha izy ireo.

Mirija  TiaTanindrazana

Raharaha Claudine: Nasaina nandainga ny ben’ny tanàna ao Ambohimahamasina

LGDGI

Ben’ ny tanàna efatra avy any Matsiatra Ambony no nasain’i ramatoa Claudine Razaimamonjy hanamarina fa tsy nisy ny fanodinkodinana volam-panjakana mitentina 396 492 444,00 ariary na 2 miliara fmg latsaka kely tokony hanavaozana ny tranon’ny kaominina ao Ambohimahamasina tamin’ny alalan’ny ministeran’ny atitany.

Tsy vita io asa io nefa noterena handrotsaka ny vola ao amin’ny kaontin’olona iray ingahy Tsabo Pierre izay nobaikoan’i Claudine, ka raha tsy nanaiky izany ity ben’ny tanàna ity dia ny minisitrin’ny atitany Solonandrasana Olivier Mahafaly mihitsy no nasain’ity ramatoa ity nibaiko indray an’ity ben’ny tanàna ity.

Tsy nanana safidy ingahy Tsabo Pierre ka dia nanaraka ny baiko. Ny vola narotsany ao amin’ny kaontin’olona tsy fantany io dia vola avy amin’ny ministeran’ny atitany izay eo ambany fitarihan’i Mahafaly Olivier Solonandrasana. Tsy nisy nokasihina ny asa na kely aza. Tonga tany tampoka ny avy ao amin’ny fisafoana ny asam-panjakana avy ao amin’ny “IGE” na ny “inspecteur génèral de l’Etat” ireny ny 29 oktobra 2015 ka tsy nahita ny asa nataon’ny orinasa izay olona napetrak’i Claudine. Teo anatrehan’izany dia nampanao “note de verification” na taratasy fangatahana fanazavana tamin’ity ben’ny tanàna ity ny IGE ireto, ka namaly izany ingahy Tsabo Pierre. Tamin’izany dia namaly izy fa hatramin’izao tsy nisy zavatra natao taty amin’ny kaominina rurale Ambohimahamasina. Marihiko fa i Madame Claudine no niantso ahy nampanao “virement”, fa tsy nanaiky aho. Avy eo dia Andriamatoa Minisitra (minisitrin’ny atitany) no nibaiko ahy hoe “araho ny baikoko”. Fiekena ny zavatra marina amin’ny fanodikodinam-bolam-panjakana nataon’ny minisitra sy ramatoa Claudine no nataon’i Tsabo Pierre Ben’ny tanàna ao ambohimahamasina ao amin’ny distrikan’Ambalavao ity tamin’izany .

Tamin’ny talata faha 14 jona 2016, dia niseho tamin’ny fahita lavitra iray tsy miakina eto Antananarivo ingahy Tsabo Pierre ity sy ny ben’ny tanàna telo hafa, dia ny ben’ny tanànan’Ambalavao sy Alakamisinitenina, ary Fenoarivo, izay samy avy any Ambalavao avokoa. Raha ny loharanom-baovao azo koa anefa dia mbola tsy vita araka ny tokony ho izy koa ny fotodrafitrasa natao tao amin’ireo kaominina ireo. Ny vola dia mbola toa ny tao Ambohimahamasina hatrany no fomba nanaovana azy.

Fantatra tamin’ity raharaha ity fa ampandaingana ireto ben’ny tanàna ireto. Nolokolokoina natao vonjy tavanandro ny asa tamin’ireo kaominina ireo ankehitriny mba hilazana fa vita ny asa. Izany anefa dia afaka iray taona mahery aty aorian’ny daty tokony hahavita ny asa ireo, ary rehefa nahita ny filazana an-gazety ity raharaha ity. Mazava ny porofo nolazain’ingahy Tsabo Pierre tamin’izy nanaovana famotorana voalohany fa tsy nisy zavatra natao tao amin’ny kaominina nisy azy tamin’io vola io. Indro ampahafantarina antsika ny taratasy “note de verification” tamin’izany fotoana izany, izay manamporofo fa nisy ny fanodinkodinana volam-panjakana.

JB LGDGI

Affaire Ambohimahamasina – Le parti HVM garde ses distances

Sur la résistance de Claudine Razaimamonjy face au Bianco, les Bleus refusent l’amalgame entre la personne et le parti.

hvm-claudine

24.12.2016

Désolidarisation. Les propos de Rivo Rakoto­vao, ministre auprès de la Présidence en charge de l’Elevage et président national du parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM), ne l’étaient pas vraiment. En tout cas, le parti au pouvoir ne souhaite pas être happé par l’affaire de détournement de deniers publics, dans la commune rurale d’Ambohimahamasina.
Dans cette affaire, pourtant, Claudine Razaima­monjy, opératrice écono­mique ayant ses entrées à la présidence de la République et cador des Bleus dans la province de Fianarantsoa, a délibérément refusé de répondre à deux convocations du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco). En marge d’une cérémonie de remise d’aide aux démunis, à l’occasion des fêtes de fin d’année, hier, à Antanimena, le numéro un du HVM a été questionné par la presse sur l’impact des arrestations de personnalités politiques sur l’apaisement.
« Personne n’est au-dessus de la loi, comme personne ne peut transgresser ou s’opposer à la loi sans être inquiété. La loi est faite pour tout le monde et s’applique à tout le monde. La politique, ou l’appartenance à un courant politique ne doit pas être utilisé comme argument pour éviter l’application de la loi », a déclaré Rivo Rakotovao. L’avis du président du HVM sur la résistance de l’une des leurs aux convocations légales faites par un organe de contrôle du respect de la loi a, ainsi, été demandé.
« La loi est impersonnelle et s’applique à tous. Ce n’est pas qu’une affaire doit déteindre sur l’entité d’appartenance de la personne exposée. Cela ne concerne pas le HVM, si quelqu’un ne souhaite pas être inquiétée, qu’elle ne fasse pas de chose contraire à la loi », a répliqué le ministre auprès de la présidence en charge de l’Agriculture. Se jouant, probablement, du système, Claudine Razaimamonjy, semble, pour l’heure ne pas être inquiétée par l’affaire Ambohimahamasina.

Indifférence
Dessaisi du dossier dès son transfert à la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC), le Bianco n’a plus la main sur l’affaire sauf, en cas de délégation judiciaire du tribunal. Ce qui n’est pas encore le cas, aux dernières nouvelles. Le sénateur Riana Andriamandavy VII, élu à Fianarantsoa, et beau frère de l’opératrice économique, a même donné une dimension institutionnelle et étatique à l’affaire, en pointant du doigt la gestion du dossier par le Bianco et en demandant la démission du directeur général de cet organe, en pleine séance de questions-réponses entre le Sénat et le gouvernement.
L’attitude de la personnalité concernée et du parlementaire, dans l’affaire Ambohimahamasina a attiré l’ire du comité de pilotage de la réforme de la stratégie nationale de lutte contre la corruption. « Non ! Ce n’est pas acceptable que des personnes qui, dans un pays normalement constitué, devraient s’expliquer devant la Justice demandent des comptes (…) que ceux qui ont des choses à se reprocher ou leurs proches, fassent preuve d’autant d’arrogance et cela dans l’indifférence quasi-totale des pouvoirs publics et de la population. (…) La justice de son côté, se fait plus que discrète », a-t-il vilipendé, en pleine célé­bration de la journée internationale de lutte contre la corruption.
Ce dossier de détournement qui concerne les subventions spéciales de treize communes rurales. Rien que celle destinée à Ambohi­maha­masina s’élève à 396 millions d’ariary. Bien que le HVM, par la voix de son président national, souhaite prendre ses distances avec le sujet, difficile ne pas faire le raccourci entre l’opératrice économique et la formation au pouvoir, voire le pouvoir tout court.
Malgré la tourmente médiatique, Claudine Razaimamonjy a trôné à la tribune du congrès régional du HVM à Fianarantsoa, aux côtés des autres ténors des Bleus au sein du gouvernement, de la présidence de la République et des Chambres parlementaires, dont son beau frère de sénateur. Comme quoi, le désaveu n’est pas dans les plans. Le ministre Rakotovao, par ailleurs, a contourné une question concernant une éventuelle mesure prise par le parti au pouvoir dans cette affaire, soutenant juste qu’il faut laisser les entités en charge de l’application de la loi, travailler. Une pirouette classique pour bâcler un sujet délicat.

Garry Fabrice Ranaivoson. L’Exprtess de M/car

justice_corruption

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s