Chuck Berry (1926-2017).

Charles Edward Anderson  » Chuck  » Berry (18 Octobre, 1926-18 Mars, 2017) était un guitariste américain, chanteur et auteur – compositeur et l’ un des pionniers du rock  …

Chuck Berry est mort : décès de la légende créatrice du rock’n’roll.

Il était l’auteur de tubes parmi les plus grands du rock’n’roll comme « Johnny B. Goode », considéré comme le morceau fondateur du genre.

18/03/2017
.
Chuck1
ERIC GAILLARD / REUTERS. Chuck Berry à Monaco en 2009. REUTERS/Eric Gaillard/File Photo

MUSIQUE – Le chanteur et guitariste de légende Chuck Berry est mort ce samedi a confirmé la police de Saint-Charles dans le Missouri. Il avait 90 ans.

Mélangeant blues, jazz et country, il était l’auteur de tubes parmi les plus grands du rock’n’roll comme « Johnny B. Goode » en 1958, considéré comme le morceau fondateur du genre:

Charles Edward Anderson Berry Sr a été trouvé inanimé par les secouristes et son décès a été prononcé à 13h26 locales, a précisé la police. Les hommages se sont de suite multipliés. 

Il faut dire que Chuck Berry laisse une oeuvre immense, de « Maybellene » à « Roll Over Beethoven » qui ont influencé plusieurs générations de musiciens. Auteur d’un grand nombre de classiques du rock, il a composé des dizaines de tubes des années 50, 60 et 70, parmi lesquels « Sweet Little Sixteen », « School Days » ou « My Ding a Ling ».

Surnommé « Crazy legs » -pour son jeu de jambes sans égal-, Chuck Berry est né le 18 octobre 1926 à Saint Louis (Missouri). Il apprend la guitare jazz durant son enfance, tout en accumulant les petits boulots et en flirtant avec la délinquance.

Devenu coiffeur, marié et père de famille, il arrondit ses fins de mois en jouant de la guitare dans des clubs, lorsqu’il est remarqué par le bluesman Muddy Waters.

En 1955, il enregistre sa première chanson, « Maybellene », qui devient un tube phénoménal et marque pour lui le début de dix années de succès.

Chuck Berry enregistre ensuite « Thirty Days », « No money down » et « Roll Over Beethoven » (1956), avant d’enchaîner les tubes: « School Days » et « Rock and Roll Music » en 1957, « Sweet Little Sixteen », « Carol » et « Johnny B. Goode » en 1958, « Little Queenie », « Memphis Tennessee » et « Back in the USA » en 1959.

A la fin des années 50, son succès est gigantesque, ses chansons sont partout et il parvient, avec des thèmes simples et universels exaltant les préoccupations des adolescents – la fête, le flirt, les voitures, l’école – à devenir le héros d’une jeunesse blanche fascinée par le rock.

Sa carrière est ensuite freinée par une condamnation en 1961 et un séjour de deux ans en prison pour une affaire de moeurs. A sa sortie, il traverse une période difficile, tandis que ses standards commencent à être repris par des groupes européens comme les Beatles ou les Rolling Stones.

Chuck Berry ne renoue avec le succès qu’au début des années 70, avec « My Ding A Ling » (1972), qui le replace au sommet des hits parades. Il multiplie alors les tournées, monnayant très cher ses apparitions.

Défrayant à nouveau occasionnellement la chronique par ses démêlés avec la justice, le chanteur se retire ensuite peu à peu, continuant cependant à donner des concerts, de plus en plus espacés.

Le jour de son 90e anniversaire il avait créé la surprise en annonçant la sortie d’un nouvel album, son premier depuis près de 40 ans.

Sobrement intitulé « Chuck », l’album a été enregistré dans des studios près de Saint-Louis et devait sortir dans le courant de cette année.

Le Huffingtonpost-Le Monde.

.

Deep down in Jamaica, close to Mandeville
Back up in the woods, on top of a hill
There stood an old hut made of earth and wood
Where lived a country boy named Johnny B. Goode
He never learned to read or write so well
But he could play his guitar like ringin’ a bell yell

Said go, go Johnny!
Johnny be good tonight!
Said go, go Johnny!
Johnny B. Goode…

He used to carry his guitar in a gunny sack
Sit beneath a tree in the railroad track
Old engineer in the train sittin’ in the shade
Strummin’ with the rhythm that the drivers made
People passing by would stop and say:
« Oh my, oh my, what the boy can play »

Said go, go Johnny!
Johnny be good tonight!
Said go, go Johnny!
Johnny B. Goode…

Mama said: « Son, you gotta be a man,
You got to be the leader of a reggae band
People comin’ in from miles around
To hear you play until the sun goes down
Boy, someday your name will be in the lights
Sayin’ JOHNNY – JOHNNY B. GOODE TONITE »

I said go, go Johnny!
Johnny be good tonight!
Said go, go Johnny!
Johnny you better be good

Said go, go Johnny!
Johnny be good tonight!
Go, go Johnny!
Johnny B. Goode…

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s