Paris, 30/03/2017. Les aveux de Mamodtaky Abbas (cinq meurtres à Fenoarivo-Madagascar).

Tuerie de Fenoarivo: Mamod Abbas Mamodtaky passe aux aveux.

Mamodtaky

Condamné à 28 années de réclusion criminelle pour la tuerie de Fenoarivo le 22 avril 2001 à Madagascar, Mamod Abass Mamodtaky a reconnu hier devant la Chambre de l’application des peines à Paris être l’auteur de ce crime, nous apprend ce vendredi Le Journal de l’île.

L’homme d’affaires avait jusqu’à présent toujours nié être derrière cette tuerie ayant fait 5 morts.

« Des aveux que plus personne n’attendait » écrit le Journal de l’île.

Mamodtaky a justifié son acte en raison de « pressions de la communauté karana », dont certains craignaient les révélations de l’épouse de l’homme d’affaires, sur des « accords » avec l’État malgache.

Si pour la partie civile, ses aveux sont une « satisfaction », elle se montre malgré tout dubitative explique le JIR.

En effet, Mamod Abbas Mamodtaky aurait avoué ce meurtre pour espérer sortir rapidement de prison. « Libérable en 2021, Mamodtaky espère voir ce délai raccourci », termine Le Journal de l’île.

Vendredi 31 Mars 2017 –

Aveux de Mamodtaky : le « soulagement » de son ex-épouse

 

Mamod Abass Mamodtaky est passé aux aveux ce jeudi 16 ans après la tuerie de Fenoarivo qui a coûté la vie à 5 personnes. Son ex-épouse réagit.

Mamod Abass Mamodtaky a avoué être le commanditaire du massacre de Fenoarivo à Madagascar en 2001, nous apprend Le Journal de l’Île.

L’homme condamné à 28 ans de réclusion criminelle était devant la Chambre d’application des peines lorsqu’il a exprimé des remords. Il a expliqué les raisons de la tuerie par les pressions qui pesaient sur lui à cause des menaces de révélations de son ancienne épouse autour d’un pacte avec « l’état malgache« .

Les faits remontent au 22 avril 2001. Ce jour-là, cinq membres de la famille Remtoula – la belle-famille de Mamod Abbass Mamodtaky – ont été assassinés par des hommes lourdement armés.

Mamod Abbass Mamodtaky, le principal accusé dans l’affaire de la tuerie de Fénoarivo a été jugé à Madagascar, à La Réunion et à Paris avant un quatrième procès en 2013.

L’homme a écopé de 28 ans de réclusion criminelle lors de son dernier procès à la Cour d’Assises de Créteil.

Les réactions des proches des victimes

L’ancienne épouse de Mamod Abbass Mamodtaky, Anita Remtoula, s’est exprimée au micro d’Antenne Réunion après la révélation de ces aveux.

« Je ne m’y attendais plus parce que c’est un être cruel et sinistre. Quand j’ai appris ses aveux, j’ai dit merci à la justice divine et à la justice française. C’est un grand soulagement pour ma famille et moi. »

« Avec lui, on peut s’attendre à tout. S’il a avoué ses crimes, c’est certainement pour avoir une libération rapide. Enfin, il a avoué. Il cache bien son jeu, mais il a toujours quelque chose derrière la tête. »

« Il a détruit ma vie. Pendant 7 ans, j’ai souffert un martyre. Ça fait 17 ans que j’ai pas vu ma fille. J’ai encore de l’espoir. »

Rappel.

Tuerie de Fénoarivo : Mamod Abasse Mamodtaky coupable de cinq meurtres

  • Par Fabrice Floch
  • Publié le 25/02/2013 à 09:23, mis à jour le 28/02/2013
  • Mamodtaky2

La famille Remtoula, l’ex-belle famille de Mamod Abasse Mamodtaky, pousse un ouf de soulagement, en sortant de la salle d’audience de la cour d’assises de Paris. Pour la seconde fois, le commanditaire de la tuerie de Fénoarivo est reconnu coupable des cinq meurtres et cinq blessés du massacre à l’arme automatique perpétré le 22 avril 2001. Un massacre organisé par l’accusé lors d’une fête de famille de son ex-épouse dans la banlieue de Tananarive.

Les Remtoula dans le viseur

Voilà douze longues années qu’Anita Remtoula se bat pour faire entendre sa vérité. Ce soir là, c’est elle qui était visée par le commando armé de kalachnikov. Les trois hommes qui ont ouvert le feu étaient payés pour la tuer. En confirmant, la culpabilité de l’accusé, les jurés ont aussi réaffirmé qu’Anita Remtoula et sa famille sont des victimes. Une reconnaissance essentielle pour tirer un trait sur cette sordide affaire.

Sept ans de moins

En première instance, Mamod Abasse Mamodtaky avait été condamné à perpétuité et une peine de sûreté de 22 ans. En appel, il vient d’être condamné à 28 ans de réclusion criminelle dont 15 années de sûreté. Les jurés ont réduit le quantum de la peine, mais sur le fond la dangerosité du prévenu a été confirmé. Sept ans de moins sur la peine de sûreté, si et seulement si, Mamod Abasse Mamodtaky ne fait pas parler de lui derrière les barreaux de la prison de Fresnes dans le Val-de-Marne.

Trois accusés et un fuyard

Quelle que soit l’attitude et les dires de Mamodtaky, comme à la fin de son procès en appel : « Je tiens à répéter que je suis innocent« , les faits sont têtus et les complices ont, en parti, avoué. Au terme de cette procédure sans fin Riaz Damdjy et Jean-François Crozet ont été condamnés à 10 et 20 ans de prison lors du premier procès parisien. Babar Ali, en fuite, a lui disparu du côté du Pakistan et devra purger une peine à perpétuité s’il réapparaît. Mamod Abasse Mamodtaky, lui, vient d’être condamné à 28 ans de prison.
Un point final, si ce jugement n’est pas remis en cause par la cour de cassation.

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s