Emmanuel Macron, président de la République française. Sibeth N’Diaye , celle qui parle à l’oreille d’Emmanuel Macron.

 
.

Macron élu avec 66,1% des voix, selon les résultats définitifs.

.

.

Emmanuel Macron est élu président de la République avec 66,1 % des voix

D’après les derniers chiffres du ministère de l’intérieur, la candidate du Front national, Marine Le Pen, recueille 33,9 % des suffrages.

LE MONDE | 07.05.2017.

Emmanuel Macron est devenu, dimanche 7 mai, le 25e président de la République française, en remportant le second tour face à Marine Le Pen. Selon les résultats quasi-définitifs du ministère de l’intérieur, le candidat d’En marche ! récolte près de 66,1 % des voix, face à la candidate frontiste, qui en recueille, elle, 33,9 %.

A 39 ans, l’ancien ministre de l’économie devient le plus jeune président de la Ve République, une hypothèse invraisemblable il y a encore un an. Une « nouvelle page » s’ouvre, a-t-il réagi, souhaitant qu’elle soit celle de « l’espoir et de la confiance retrouvés ».

  • Un parcours éclair

Diplômé de l’Ecole nationale d’administration, Emmanuel Macron a commencé sa carrière dans l’administration publique comme inspecteur des finances, avant de rejoindre la banque Rothschild, où il est rapidement promu associé-gérant. En 2012, il réintègre la fonction publique et est nommé secrétaire général adjoint de l’Elysée avant de rejoindre Bercy comme ministre de l’économie, où il donnera son nom au projet de loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques.

Le 6 avril 2016, Emmanuel Macron, alors ministre de l’économie du gouvernement de Manuel Valls, lance son mouvement, qu’il baptise En marche !. Le 30 août, il présente sa démission. La voie est alors libre pour une candidature à l’Elysée. Le 16 novembre 2016, l’ancien banquier annonce qu’il est officiellement candidat à la présidence de la République.

Lire aussi :   Emmanuel Macron, la trajectoire d’un homme pressé

  • Un « front républicain » fissuré, abstention record depuis 1969

Au premier tour, Emmanuel Macron était déjà arrivé en tête du scrutin avec 24,01 % des voix, tandis que Marine Le Pen s’était qualifiée au second tour avec 21,30 %, aux dépens du candidat des Républicains, François Fillon (20,01 %), et de celui de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon (19,58 %).

Le candidat LR avait immédiatement appelé à voter pour Emmanuel Macron, affirmant qu’il n’y avait « pas d’autre choix que de voter contre l’extrême droite ». En revanche, Jean-Luc Mélenchon avait choisi de ne pas donner de consigne de vote, annonçant seulement que lui « ne votera[it] pas pour le Front national ». Consultés par l’intermédiaire du site Internet du mouvement, quelque 243 128 militants de Jean-Luc Mélenchon s’étaient exprimés à 36,12 % pour le vote blanc ou nul, 34,83 % pour le vote en faveur d’Emmanuel Macron, et 29,05 % pour l’abstention. Le candidat socialiste, Benoît Hamon, qui n’avait récolté que 6,36 % à l’issue du premier tour, avait lui appelé à voter pour Emmanuel Macron.

Selon les premières estimations, plus de 4 millions des électeurs qui se sont déplacés dimanche ont mis un bulletin blanc ou nul dans l’urne, soit un record pour une élection présidentielle déjà marquée par une très forte abstention (25,38 % des inscrits). Un chiffre là aussi record pour un second tour depuis l’élection présidentielle de 1969. C’est également la première fois depuis 1969 que la participation du second tour est plus faible qu’au premier. En effet, au premier tour, le 23 avril, la participation s’était élevée à 77,77 %.

Emmanuel Macron a voté dimanche le 7 mai au Touquet.
Emmanuel Macron a voté dimanche le 7 mai au Touquet. PHILIPPE WOJAZER / REUTERS
  • Un programme entre rigueur et investissements

Emmanuel Macron a promis, s’il est élu, de s’engager sur six chantiers : éducation et culture, société du travail, modernisation de l’économie, renforcer la sécurité de la nation, renouveau démocratique, relations internationales.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/05/07/emmanuel-macron-est-elu-president-de-la-republique-avec-65-1-des-voix-estimation-ipsos_5123779_4854003.html#bjx3OJDkCgDIRLlQ.99

.

Sibeth Ndiaye.

Son prénom évoque les reines combattantes de la Casamance. La légende familiale veut que sa mère l’ait découvert en lisant le quotidien national le Soleil. Aujourd’hui lancée dans la bataille de l’élection présidentielle aux côtés d’Emmanuel Macron, la Franco-Sénégalaise Sibeth NDiaye gère les relations presse du candidat.

.

Jeune Afrique : Vous avez votre carte au Parti socialiste depuis 2002, vous avez milité à l’Unef quand vous étiez étudiante, quel a été le déclic de votre engagement politique ?

Sibeth Ndiaye : L’engagement dans le syndicalisme étudiant vient de mon envie de changer les choses de manière concrète. Quand vous êtes élue étudiante, dans le conseil d’administration de votre université, vous avez l’opportunité de mener des projets, de négocier avec l’administration des changements et des évolutions qui changent concrètement la vie des étudiants. C’est cela qui m’a passionnée. La politique, c’est venu plus tard avec l’accession de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, en 2002.

.
Comment avez-vous rencontré Emmanuel Macron et quelle a été votre première impression?
Sibeth Ndiaye : Je l’ai rencontré pour la première fois à l’Elysée. Il était secrétaire général adjoint, et je travaillais pour Arnaud Montebourg. Il était d’un abord agréable, avec beaucoup d’humour. Mais je n’ai pas eu à l’époque l’occasion de travailler avec lui.

.

Quand Emmanuel Macron a annoncé la création de son mouvement, vous a t’-il immédiatement proposé de le rejoindre ? Avez-vous eu des réticences à rejoindre en Marche après avoir été si longtemps au PS ?

Sibeth Ndiaye : À cette période, je travaillais au sein de son cabinet et il avait souhaité séparer strictement les activités d’En Marche ! de celles du cabinet. Je n’ai su que le mouvement allait être lancé que la veille du 6 avril…

.
Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce mouvement ?

Sibeth Ndiaye : La volonté de transcender les clivages existants, la tentative audacieuse pour essayer autre chose, et le sentiment que ça ne pouvait plus continuer comme avant, que les appareils existants ne réfléchissaient plus sur le monde et ses évolutions.

.

Vous avez travaillé auprès de différents hommes politiques dont Claude Bartolone, Dominique Strauss Kahn… Qu’est ce qui fait la singularité d’Emmanuel Macron selon vous?

Sibeth Ndiaye : La première fois qu’il a réuni son cabinet, il nous a dit une phrase qui m’a marquée : « Ne venez jamais me dire qu’on ne peut pas faire telle ou telle chose parce qu’on ne l’a jamais fait auparavant. » C’est quelqu’un de très libre et qui cherche en permanence à questionner le monde.
Nous partageons aussi un amour de la langue française et en particulier de la poésie. Je me rappelle toujours avec émotion qu’au décès de ma mère, il avait eu la délicatesse de m’offrir un livre de Roland Barthes, Journal de Deuil. Il m’a servi de livre de chevet pendant de longs mois.

.

On dit que vous êtes bien plus qu’une chargée des relations presse, que vous êtes une vraie conseillère et qu’il vous écoute beaucoup. Quel est votre rôle auprès de lui ?

Sibeth Ndiaye : Je travaille au sein d’une équipe. Dans cette équipe, chacun contribue par son regard, son parcours, ses idées, à le conseiller. Il apprécie de pouvoir bénéficier de points de vue différents, parfois divergents. C’est ce qui nourrit sa réflexion propre. Mais à la fin, il est celui qui tranche.

.

N’avez-vous jamais envisagé de vous lancer en politique ? Si Emmanuel Macron est élu Président quel serait votre rôle auprès de lui ?

Sibeth Ndiaye : Mais je suis déjà engagée politiquement ! Cette campagne occupe mes jours et mes nuits depuis plusieurs mois. Etre élu n’est pas l’alpha et l’omega de l’engagement politique… Quant à mon rôle futur auprès d’Emmanuel Macron, c’est à lui de vous le dire, pas à moi.

.

Vous êtes née à Dakar, quel est votre lien avec le Sénégal ? Avez-vous la nationalité française et depuis quand ?
Sibeth Ndiaye : Je suis française depuis le mois de juin 2016. J’ai mis beaucoup de temps à me décider (rires). Une grande partie de ma famille réside au Sénégal, en particulier l’aînée de mes 3 sœurs. Les autres vivent dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, au Togo, dont est originaire ma mère, et au Nigéria. Nous sommes plutôt des globe-trotteurs!

.

Vous pourriez être un modèle pour les jeunes femmes d’origine africaine qui hésitent à se lancer dans le milieu politique, que souhaitez-vous leur dire ?
Sibeth Ndiaye : Je ne me vis pas du tout comme un modèle. Ma carrière professionnelle s’est surtout construite autour de belles rencontres, avec des gens qui ont su me faire confiance, et j’ai toujours essayé d’être digne de cette confiance. Cela me pousse à penser qu’il suffit de tomber sur la ou les bonnes personnes, celles qui ne voient pas votre couleur de peau, votre origine sociale ou votre seul parcours scolaire, pour que tout change.
Si j’avais un seul souhait, c’est que mon parcours démontre à tous ceux qui sont susceptibles d’embaucher ou de mettre le pied à l’étrier d’un jeune homme ou d’une jeune femme, que ce qui compte c’est d’abord la personnalité et l’envie de faire.

Allodakar.com

.

Sibeth N’Diaye , celle qui parle à l’oreille d’Emmanuel Macron

Mardi, 2 mai, 2017
© Sercom APRnews Photo Sibeth N’Diaye , celle qui parle à l’oreille de Macron
           
 Cap sur la galaxie Macron ! Les résultats du premier tour de la présidentielle qui consacrent 23.75% à Emmanuel Macron contre 21.53% à Marine Le Pen, hissent le candidat d’En Marche sur le podium des prétendants les plus sérieux à l’Élysée, et consacrent ainsi un nouveau chapitre de la politique française. Une autre façon de voir, faire et concevoir la politique. Avec ce cap que nous mettons au cœur de la machine Macron, vous apprendrez à découvrir une femme.
Une fille de la République, une française issue de l’immigration comme tant d’autres, une jeune résolument déterminée à changer les choses. Elle c’est Sibeth Ndiaye. Portait d’une graine de championne.
.

Si notre dévolu se jette sur elle, c’est qu’il y a matière à apprendre. Au cœur de la galaxie de ce jeune énarque de 39 ans, ancien banquier d’affaires chez Rothschild et Cie, arrivé de manière inopinée en politique et visiblement affranchit d’idéologies politiques, vous trouverez Macron. À ses côtés, Sibeth Ndiaye. qui est-elle, penserez-vous. Elle est le cap à passer pour tout média voulant interviewer Emmanuel Macron. Cadette du candidat de deux ans (37 ans), la jeune femme, native du Sénégal, naturalisée Française, il y a moins de dix ans, est la chargée de communication et de la presse d’Emmanuel Macron.

.

Si son prénom (Sibeth), en « Diola », veut dire celle qui a « remporté beaucoup de combats », c’est qu’elle porte sans doute en elle l’étoffe d’une combattante. Sibeth est discrète, certes ! Mais elle a déjà le goût de l’arène politique. Titulaire d’un DESS en économie de la santé, elle est passée par la case du syndicalisme étudiant. De tendance strauss-kahnienne, elle est au PS depuis 2002 où elle a été secrétaire nationale en charge de la petite enfance. Ancienne des cabinets d’Arnaud Montebourg et d’Emmanuel Macron à Bercy, elle a aussi dirigé le service de presse de Claude Bartolone au département de Seine-Saint-Denis.

.

« Le Pen en deuxième position, cela a été le déclic. Surtout quand, comme moi, tu es étrangère. À l’époque, je vivais à Paris. Je me suis, de suite, engagée », confie Sibeth Ndiaye sur un site français. Celle qui doit son passage du syndicalisme à la politique, à l’accès de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle française de 2002, a sûrement en politique des beaux jours devant elle, comme sa compatriote Rama Yade ou Aïssata Seck, porte-parole de Benoit Hamon. Mais ce qui inéluctablement propulserait sa carrière politique, c’est la victoire du favori des sondages : Emmanuel Macron, candidat déclaré de la Liberté pour tous les Français, l’Egalité à tous les français et la Fraternité manifestée à tous français.

Avec NegroNews

.

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s