Claudine Razaimamonjy , 12/06/2017. Nampidirina eny Antanimora, TiaTanindrazana. SMM-Fanambarana.

 

*

« Ho avy tsy ho ela ny Ampamoaka, ka efa tsy mandry ny sain’ireo mpanodikodina ny volam-bahoaka. Betsaka ny raharaha « kolikoly » fantatr’i Claudine … Ka tokony ho henjana ny fiambenana ny aina eny amponja, sao … ». Mcm.

Claudine Razaimamonjy Nalefa eny Antanimora

13/06/2017

Ny zoma 7 aprily teo no nivoaka ny didim-pitsarana teny amin’ny fitsarana manokana miady amin’ny kolikoly (CPAC) eny 67 Ha amin’ny hampidirana am-ponja vonjimaika an’i Claudine Razaimamonjy saingy omaly alatsinainy 12 jona hariva vao tanteraka.

Omaly tokony ho tamin’ny 7 ora no nalefa eny Antanimora ity mpanolotsain’ny filoha ity. Tsy fantatra na fampiharana ny lalàna no nandefasana azy eny an-toerana na vokatry ny fitakian’ny sendikan’ny mpitsara, izay tsy nisalasala nampiato ny asany nandritra ny roa andro fa tokony hampiharina ny lalàna, ka hampiharina ny didy efa nivoaka ny 7 aprily izay nandidy ny hampidirana am-ponja azy vonjimaika. Raha ny vaovao avy amin’ny mpiandry fonja dia efa ao Antanimora izy hatry ny omaly hariva.  Ny mpandraharaha ny fonja mihitsy no naka azy teny amin’ny hopitaly HJRA ka nitondra azy avy hatrany eny amin’ny fonjan’Antanimora. Nanamafy ny eo anivon’ny hopitaly fa efa tsy eny an-toerana intsony i Claudine Razaimamonjy.

Efa kotrehina ny fahafahana vonjimaika ?

Mafy ny tsindry mahazo ny fanjakana HVM, indrindra taorian’ireny fitokonan’ny mpitsara ireny. Tsy hay aloha hatreto na sinema izao fampidirana am-ponja an’i Claudine Razaimamonjy izao na ho fampiharana ny lalàna mihitsy. Raha ny resaka mivoaka mantsy dia natao izao hanalefahana ny tsindry sy hamonoana ny afo manoloana ny tsindry mahery vaika mahazo ny fanjakana HVM noho ny fiarovana ity olony ity. Samy miandry ny rehetra na hotazonina ao Antanimora ity mpandraharaha voarohirohy tamina kolikoly avo lenta ity na sinema fotsiny izao famindrana azy eny Antanimora izao.

Tsy mbola naiditra eny Antanimora akory i Claudine Razaimamonjy dia efa nivoaka ny resaka fa hampidirina eny ny tenany saingy tsy hiandry ela akory dia homena fahafahana vonjimaika. Na ny minisitry ny fitsarana aza niarahan’ny rehetra nandre ny fanambarany izay nanameloka ny sampandraharaha manokana miady amin’ny kolikoly na ny Bianco noho ny filazana fa tsy ara-dalàna ny fitazonana ity ramatoa voarohirohy tamin’ny kolikoly.

Tsy nisalasala ny minisitry ny fitsarana nilaza fa efa nihoatra ny 48 ora ny nitazonana an’i Claudine Razaimamonjy, ka tokony havotsotra ity farany. Porofon’ny fitanilan’ny fanjakana HVM any amin’i Claudine Razaimamonjy daholo izany rehetra izany. Mbola misy 4 anefa ireo dosie mikasika ny aferan’I Claudine Razaimamonjy voalaza fa hanaovan’ny Bianco fanadihadiana. Ny tantara no hitsara.

Toky R. TiaTanindrazana.

Raharaha Claudine Razaimamonjy Halalino ny fanadihadiana, hoy ny depioten’Ambositra

12/06/2017

Tantara mitohy tsy misy farany hatreto ny raharaha mahasaringotra ny mpandraharaha Claudine Razaimamonjy.

Miteraka adihevitra sy mampikorontana ny fiainam-pirenena amin’ny ankapobeny mihitsy ny tsy fampiharana lalàna amin’ity mpanolotsaina manokan’ny filoham-pirenena ity hatramin’ny volana aprily 2017. Mihenjana tanteraka rahateo ny tady eo amin’ny minisiteran’ny fitsarana sy ny Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasikara. Teboka fototra mampifanolana ny roa tonta moa ny fizirizirin’ny fitondrana mahefa mandà an-kitsirano ny famonjana io olona tena akaikin’ny filohan’ny repoblika Hery Rajaonarimampianina io.

Hafa kosa ny fomba fijerin’ny solombavambahoakan’i Madagasikara Andrianarivo Harimampianina Razakarivelo izay voafidy tao Ambositra. Tsy tokony hijanona amin’ny fampidirana am-ponja na tsia ny voarohirohy satria kolikoly fanodinkodinam-bolam-bahoaka mantsy ny resaka, araka ny fanamarihany.

Midika izany fa maro ireo mpiray tsikombakomba eo anivon’ny minisitera na sampandraharaham-panjakana amin’ity raharaha ity. Soso-kevitry ny filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena depioten’i Madagasikara avy ao Ambositra moa ny firosoana lalina kokoa amin’ny fanadihadiana ahafantarana ny tena marina. Tsy afaka nahazo tsenam-panjakana samirery tokoa  Ramatoa Claudine Razaimamonjy fa tsy maintsy nisy tompon’andraiki-panjakana nanampy azy tao na niray tsikombakomba aminy. Tsy vitan’izay fa mila fanadihadiana lalina ihany koa ny fivezivezin’ny vola nampiasainy tamin’ireo banky misy eto na ny loharanom-bola hafa mety nampiasainy.

Nangonin-dRamano F. TiaTanindrazana.

Fanambarana SMM.

SMM com1

SMM com2

Claudine Razaimamonjy à Antanimora : Pas de traitement de faveur, le SMM réclame la tête de ses complices


Le Chef d’établissement de la maison centrale a confirmé la présence physique de la Conseillère spéciale du président de la République dans un quartier réservé aux femmes.

La Conseillère spéciale du président de la République, Claudine Razaimamonjy a passé hier sa deuxième nuit en prison. Hier, le Chef d’établissement de la maison centrale d’Antanimora a confirmé qu’elle a bel et bien été transférée dans un quartier réservé aux femmes au sein de cette prison depuis lundi soir à 19h30. Une déclaration qui dément les rumeurs selon lesquelles, la patronne de l’hôtel « A&C » aurait été placée en résidence surveillée à Mantasoa. Jointe au téléphone, une source au sein de l’Administration pénitentiaire a confirmé la présence physique de Claudine Razaimamonjy à la prison d’Antanimora. Cette source a d’ailleurs fait savoir que contrairement aux rumeurs, elle ne bénéficie pas de traitement de faveur. « Elle est traitée et considérée comme les autres détenues qui sont dans la même chambre », a-t-on indiqué. Il n’est toutefois pas à écarter qu’elle soit transférée incessamment à l’infirmerie de la prison, comme c’est le cas d’autres politiciens tels que l’ancien Vice-président du Conseil Supérieur de la Transition Alain Ramaroson, le président de l’association HAFARI Malagasy Jean Nirina Rafanomezantsoa, ou encore l’ancien Directeur de Cabinet du Ministère de la Communication Nivo Ratiarison. En tout cas, le Chef d’établissement d’Antanimora a affirmé que Claudine Razaimamonjy est en bonne santé et qu’il n’y a rien à craindre en ce qui concerne son état de santé.

Contrôle de détention. De son côté, le Procureur général près la Cour d’Appel d’Antananarivo, Jacques Randrianasolo a laissé entendre par rapport aux rumeurs de son placement en résidence surveillée qui ont circulé hier, qu’une descente des juges d’instruction à Antanimora n’est pas à écarter pour vérifier la présence physique de Claudine Razaimamonjy dans cette prison. Faut-il rappeler que durant l’évacuation de cette femme milliardaire à l’hôpital HJRA, deux contrôles de détention ont été réalisés. Pour sa part, le Syndicat des Magistrats de Madagascar, dans un communiqué publié hier, affirme que « la détention préventive de Claudine Razaimamonjy s’inscrit dans le cadre d’une procédure normale constituant un acte anodin au regard de la procédure judiciaire ». Soucieux du respect de l’Etat de droit, le Syndicat soutient qu’il reste vigilant par rapport à la suite de cette affaire. Par ailleurs, le SMM réclame la tête de tous les complices de la patronne de l’hôtel « A&C ». « Qu’en est-il des ordonnateurs principaux et secondaires, les gestionnaires d’activités et les personnes responsables des marchés publics au niveau du Ministère de l’Intérieur ? », se demande Tiaray Fanahimanana, vice-président du SMM.

Immixtions. En effet, du côté du SMM, l’on affirme que Claudine Razaimamonjy n’est pas l’auteur principal dans cette affaire. « La passation des marchés publics implique des hautes personnalités et des hauts fonctionnaires au niveau du Ministère concerné ». Le vice-président et non moins porte-parole du SMM n’a donc pas manqué d’encourager le Bureau Indépendant Anti-Corruption à poursuivre ses investigations pour déterminer les véritables auteurs de cette corruption à haut niveau. Le SMM encourage aussi les magistrats en charge du dossier « à refuser toute pression directe ou indirecte d’où qu’elle vienne, empêchant la recherche de la vérité ou pour donner un traitement de faveur aux prévenus ». « Le SMM intensifiera ses actions pour que les faiblesses structurelles portant atteinte à l’indépendance de la justice et ayant permis les interférences et immixtions diverses dans cette affaire soient corrigées dans les meilleurs délais », prévient-on. En effet, les magistrats envisagent de radicaliser leur mouvement. Jusqu’ici, le Ministère de la Justice n’a donné aucune suite aux relances pour le dialogue qui ont été envoyées. Le bureau du SMM n’a d’ailleurs pas manqué d’exprimer sa profonde indignation face à ce « mépris ».

Davis R. Midi M/kara

Jean-Luce Randriamihoatra · 13/06/2017.

#Fitsarambahoaka #Kolikoly

SAHADY ?

Raha nitsidika ny Fonjan’Antanimora ary nanome fanomezana an’ireo voafonja ny « Première Dame » noho ny « Fetin’ny Reny », dia re fa tsy hanadino ny any Manjakandriana.

Mbola ny « raharaha roa » amin’ireo « enina fantatra » no vita fanadihadiana eo anivon’ny BIANCO … ka azo eritreretina sahady ve ny hamindràna an’i Claudine any Manjakandriana ?

Efa nafindra.

Manjakandriana sy ny ainy ?

Toliara2

Jean-Luce Randriamihoatra

Claudine Razaimamonjy : Transférée à Manjakandriana pour des raisons de sécurité


Une source proche de l’Administration pénitentiaire a fait savoir que la décision a été prise au niveau du ministère de la Justice.

Comme il fallait s’y attendre, la femme d’affaires Claudine Razaimamonjy vient d’être transférée à la prison de Manjakandriana. Un transfert qui ne constitue plus une surprise, car depuis son incarcération à Antanimora, les rumeurs concernant son transfert à Mantasoa ou à Manjakandriana ont déjà fait le tour des réseaux sociaux. Désormais donc, c’est chose faite. Et ce, malgré les polémiques qui engendrent cette affaire. D’après les informations, la patronne de l’hôtel « A&C » a quitté la prison d’Antanimora hier vers 13 heures. Une source proche de l’Administration pénitentiaire a fait savoir que la décision a été prise au niveau du ministère de la Justice. En effet, à en croire notre source, c’est le Groupe Volant d’Intervention Rapide (GVIR) au niveau du ministère de tutelle qui a assuré le transfert de la prisonnière. L’opération aurait été dirigée par le Directeur de la sécurité des établissements pénitentiaires en personne qui a joué le rôle de Chef d’éléments. « Cette information confirme le fait que ce transfert constitue une décision ministérielle », a expliqué notre source. Et lui d’ajouter au passage que deux femmes, agents pénitentiaires, ont assuré la sécurité de Claudine Razaimamonjy durant ce transfert à Manjakandriana. D’après les informations recueillies auprès de ce haut responsable au niveau de l’Administration pénitentiaire, le ministère de la Justice justifie ce transfert par « des raisons de sécurité ». La conseillère spéciale du président de la République serait en danger si elle reste à Antanimora à cause de la surpopulation carcérale.

Traitement de faveur. Aux yeux de bon nombre d’observateurs, avec ce transfert à Manjakandriana, Claudine Razaimamonjy bénéficie une nouvelle fois d’un traitement de faveur. Après avoir été évacuée à la Clinique Fortis Darné à l’île Maurice et à l’hôpital HJRA pendant plus de deux mois, elle n’est restée à Antanimora que pendant quatre jours seulement. Certes, la prison de Manjakandriana est bien une prison réservée pour les femmes. Notre source a toutefois expliqué que « seules les prisonnières qui ont déjà fait l’objet d’un jugement définitif peuvent être transférées dans cette prison ». La question est donc de savoir comment une femme impliquée dans une affaire de détournement de deniers publics ayant provoqué un préjudice de 550 millions d’Ariary à l’Etat, selon le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco), peut bénéficier autant de traitements de faveur. Connue comme étant très proche du couple présidentiel, elle bénéficie certainement du soutien d’en haut lieu.

« Une gifle ». Quoi qu’il en soit, cette affaire est encore loin de son dénouement. Le Syndicat des Magistrats de Madagascar et le Bureau Indépendant Anti-Corruption persistent et signent sur le respect de l’Etat de droit. Ce transfert à Manjakandriana est considéré du côté du SMM comme « une gifle ». Hier, un haut responsable au niveau du Bianco a déclaré que Claudine Razaimamonjy pourrait être de nouveau convoquée à Ambohibao incessamment afin que les enquêteurs puissent poursuivre le traitement des autres dossiers lui concernant. Faut-il rappeler que la patronne de l’hôtel « A&C » est encore poursuivie pour quatre autres dossiers de détournement de subventions exceptionnelles destinées à plusieurs communes ? Pour ce qui est des deux précédents dossiers qui ont déjà été déférés au parquet de la Chaîne pénale anti-corruption et qui a abouti à l’incarcération de Claudine Razaimamonjy, un maire et un directeur au niveau du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation sont également dans le collimateur de la Justice. Ils devaient d’ailleurs être déférés au parquet de la CPAC avec la conseillère spéciale auprès de la Présidence de la République le 7 avril dernier. Ayant été hospitalisé le jour du défèrement, ce haut responsable ministériel peut désormais être convoqué pour répondre de ses actes devant la Justice. D’après les informations, il a déjà quitté l’hôpital. Histoire à suivre.

Davis R. 

 

Clo smm

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s