CENI-Lalàmpanorenana. Fifidianana 2018, Hold up électoral. J.L Randriamihoatra, TTMR.

CENI1

#CENI

LALÀMPANORENANA SY NY FIFIDIANANA

Lalàmpanorenana izany no mandrafitra ny androm-pifidianana ny Filohampirenena … fa anjaranay ny manamafy ny andininy faha-11 ao amin’io Lalàmpanorenana io.

Ataovy hitanay ao amin’ny tranonkalan’ny Ceni Madagascar àry ny isan’ny Mpifidy voasoratra anarana isam-pokontany, isaky ny Kaominina, mba hialàn’ny ahiahy fiangarana Kandidàm-panjakana …
… raha tsy hoe angaha ka manohintohina ny filaminambahoaka izany fangatahana ny zo heverinay fa hanananay izany.

Teknolojia vaovao, afaka omena « version numérique » ny Olompirenena rehetra.

« Numérique pour tous » moa ?

Lalàmpanorenana, Andininy faha-11 :

Manan-jo hahalala vaovao ny tsirairay.
Tsy misy faneriterena mialoha azo ampiharina amin’ny fampahalalam-baovao amin’ny endriny rehetra ankoatr’ireo izay mamoafady na mety hanohintohina ny filaminambahoaka.

Jean-Luce Randriamihoatra

TTMR.

ONU, Union Européenne, Union Africaine, SADC, PNUD, OIF: Halte au Hold up électoral à Madagascar

CENI2

Pourquoi c’est important

Rien n’est réglé à MADAGASCAR depuis la crise de 2009, le pays ne cesse de s’enfoncer dans la pauvreté absolue, et l’incertitude la plus totale plane sur l’avenir des 22 millions de Malagasy.

L’année 2018 sera donc une année déterminante pour notre pays.

Il est de notre devoir d’interpeller tous les acteurs impliqués dans l’organisation des élections de 2018.

Rassemblons‐nous pour dire NON à ce régime kleptocrate, dominé par une oligarchie guidée par le seul intérêt de ses membres.

Rassemblons‐nous pour exiger la mise en œuvre de la démocratie, la vraie, avec des élections libres et transparentes.

.

SIGNEZ LA PÉTITION

Halte au Hold up électoral à Madagascar. Depuis la crise de 2009,  Madagascar vit un régime totalitaire qui prolonge dangereusement le calvaire quotidien des 22 millions de Malagasy.  Le pays est classé actuellement parmi les plus pauvres de la planète. Depuis 2009, il n’a cessé de régresser passant de la 145ème place (2009) à 169ème (2015) sur 187 pays, selon le PNUD.
Le niveau d’extrême pauvreté atteint 71,5% de la population (PNUD).  Les élections de 2014, ont permis aux tenants du pouvoir putschistes de légaliser leur situation et d’imposer une Constitution qui leur permet de s’accaparer de tous les pouvoirs. L’insécurité règne.
Le pillage de biens privés et de biens publics est monnaie courante. Le peuple a perdu toute confiance dans les institutions, les nombreux cas de vindictes populaires l’attestent. Les droits fondamentaux sont également bafoués. La crédibilité du processus électoral pour les élections de 2018 est en péril.
En effet, tous les instruments permettant une élection libre et transparente sont loin d’être réunis:
1.      les futures élections s’appuient sur une Constitution, votée dans des conditions illégales, qui favorise l’accaparement de tous les pouvoirs;
2.      la loi du 19 octobre 2015 qui régit actuellement la CENI, confirme le simulacre d’indépendance accordé à cette dernière. Pour preuve, la très grande majorité des membres sont des personnalités appartenant au camp présidentiel. De plus, son financement dépend directement des tenants du pouvoir (Art. 106 et 108);
3.      les acteurs dans l’élaboration des listes électorales sont sous l’emprise des chantages du président actuel, soit pour leurs subventions (maires des communes), soit par leur nomination en lieu et place de leur élection (chef de quartier ou fokontany);
4.      le code de la communication, adopté le 7 juillet 2016, est instrumentalisé par le Chef de l’Etat pour interdire la création de nouveaux médias et maintenir en l’état ceux qui ont été fermés en 2009, alors que parallèlement, Rajaonarimampianina impose ses  propres médias. La liberté d’expression est confisquée.  Des arrestations arbitraires sont menées régulièrement à l’encontre des journalistes ou des civils;
5.      la loi sur la réconciliation du 13 décembre 2016 met en péril l’inclusivité des prochaines élections. En tant que garante des prochaines élections, nous demandons instamment à la Communauté internationale de prendre les dispositions qui s’imposent, à savoir : ‐ garantir l’inclusivité  pour les prochaines élections, ‐ refuser le hold up électoral perpétré  par le régime actuel en : ·
. exigeant la révision de la Constitution non acceptée par tous,
. demandant l’ouverture de toutes les radios privés fermées après le coup d’Etat, ·         .garantissant la liberté d’expression,
· œuvrant pour la libération des prisonniers d’opinion,
· garantissant le respect des droits civiques et politiques de tous les citoyens.
.

Pétitions citoyennes-Signez

 

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s