Karana au-dessus des lois ? Ils s’entretuent. Antsohihy, Fenoarivo…

Meurtre d’une « Karana » : LP pour le mari

Karana Antsohihy

 

Placé en détention préventive pour le meurtre de sa femme commis le 31 décembre 2016 à Antsohihy, un « Karana » se trouve actuellement libre après avoir bénéficié d’une liberté provisoire, le 19 mai. En effet, des parents de la victime crient au scandale en soupçonnant l’existence de vices de forme derrière cette libération. Les parents de la victime, ont porté plainte contre le mari après avoir entendu la déclaration verbale du médecin légiste qui a constaté le corps de la défunte indiquant qu’il s’agit d’une mort suspecte. Ainsi, le « Karana » a été arrêté le 03 janvier. Une contre-expertise ordonnée par le substitut du procureur du tribunal de première instance d’Antsohihy et effectuée  par un groupe des sept médecins le 05 janvier a confirmé l’existence de ce meurtre.

Ainsi le « Karana » a été placé sous mandat de dépôt à la prison d’Antsohihy. Le 14 février, il a demandé une liberté provisoire auprès du tribunal de première instance d’Antsohihy (TPI). Puisque sa requête a été rejetée par le TPI, il a saisi la Cour d’Appel de Mahajanga mais celle si a également refusé sa demande. N’ayant pas baissé les bras, le présumé est revenu à la charge pour réclamer de nouveau une liberté provisoire auprès du TPI d’Antsohihy et de la Cour d’Appel de Mahajanga. Cette fois-ci, les dossiers fournis pour soutenir sa demande sont : une lettre écrite par le père biologique de la victime datée le 08 mai 2017, l’acte de naissance de la victime et l’acte de mariage de la mère et du père biologique. Dans cette lettre l’auteur insinue que la victime pourrait être morte suite à un empoisonnement, mais non pas de coups volontaires. Ainsi, le « Karana » a obtenu une liberté provisoire le 19 mai.

Les plaignants dans cette affaire, à savoir la mère et le beau-père de la victime s’interrogent alors si cette lettre pourra constituer un fait nouveau pour justifier ce revirement de la Justice.

T.M. Midi M/kara.

Le Karana de Toamasina s’est envolé vers La Réunion. Une giffle pour les autorités malgaches.

Toamasina : Une affaire « Claudine bis »


Nouveau rebondissement dans l’affaire concernant le Karana qui a soulevé des vagues dans le Grand Port de l’Est. Il y a trois semaines de cela, jour pour jour, il était sur le point de s’envoler vers l’extérieur à bord d’un avion spécial lorsque les gendarmes l’ont débarqué presque manu militari à l’aéroport d’Ambalamanasa à Toamasina. Et ce, pour le conduire directement à l’hôpital car il affirmait être malade pour justifier pourquoi il avait fui le parquet du Tribunal de Première Instance de la ville devant lequel il devait être déféré quelques jours plus tôt. Afin de se soustraire à la Justice, il se fit hospitaliser deux nuits de suite dans deux établissements différents avant de tenter quelques jours plus tard de prendre l’…air. Au propre comme au figuré. 

Evacuation sanitaire. Les gendarmes lui avaient alors signifié qu’il ne pouvait quitter la ville en raison de son affaire pendante au tribunal. Narguant les autorités, le Karana qui a une double nationalité, entre autres française, était monté à Tana pour prendre le 14 juin dernier un vol régulier à destination de La Réunion où il serait descendu dans un hôtel à Sainte-Clotilde. Selon des témoignages recueillis sur place, il n’avait pas du tout l’air d’une personne faisant l’objet d’une évacuation sanitaire car il était au volant d’une voiture.

Ce qui fait dire à bon nombre d’observateurs que « c’est une sorte d’affaire Claudine bis que le Syndicat des Magistrats de Madagascar devait également suivre de près».  Qui plus est, il y a plusieurs dossiers le concernant au niveau de la Justice, pour ne citer que les spoliations de terrain d’autrui. Sans parler d’une escroquerie à l’assurance dans une histoire d’exportation de girofle pour laquelle le destinataire n’a vu au moment du débarquement des containers que du …sable .

Nulle suite judiciaire !!!

Ivato-Seranana. Karana vavy tratra nitondra volamena. Nihetsika ny Fanjakana !

Lionnel Lambosoa. 2/04/2017. 

Ahoana koa ity ?? efa anjato taonina ny volamena tafavoaka ee! Efa fanao io fa misaotra ireo tompon’andraikitra .

 .

Volamena tratra teny Ivato : An’ilay fianakaviana karana   « Kalidas »

Tovovavy iray antsoina hoe Anita, ao anatin’ny fianakaviana karana fanta-daza amin’ny fandraharahana volamena eto Madagasikara ny iray amin’ireo tovovavy nitondra an-tsokosoko volamena teny Ivato ny talata antoandro teo. Ao anatin’ ny « Famille Kalidas » i Anita. Manana toeram-pivarotana volamena maro eto amitsika io « famille Kalidas » io, toa ny eto Antananarivo, any Ambanja sy Diego ary any Mahajanga sy Toamasina.

Toa endrika entina hanakonana ny trafika ataony fotsiny anefa ireo fivarotana ireo. Porofon’izany izao fahatrarana volamena noentin’ny fianakaviany izao. Volamena milanja 2 , 240 kilao no tra-tehaka tany amin’ireo karana roa vavy ireo.

Ny tena loza moa dia tany amin’ny faritry ny taovam-pananahana no nanafenana an’ireo volamena ireo saingy tra-tehaka ihany. Fatra-panaja an’izany faritra fady amin’ ny vehivavy izany anefa ny karana, ka sarotra inoana raha handeha hivazivazy amin’izany. Efa tafahoatra mihitsy noho izany ity paikady nanaovan ‘izy ireo ny trafika ity, fa dia tsy nijery ny lafin’ny « fady » sy ny tsy « fanao » mihitsy.

Saika hoentina any Mumbai moa ireo volamena ireo ary zotra Air Mauritius no nandehanany. Efa fanta-daza loatra amin’ny trafika izay hataony anefa ireto karana ireto ka dia maro ny tsara sitrapo nanome vaovao ny zandarimariam-pirenena, ka na nafenina hatrany anaty « lavaka » faran’izay tsy eritreretina aza dia hita ihany.

Porofo mitohoka amin’ny tendany izao fa tsy miafina ny mpanao trafikam-bolamena eto amintsika. Any amin’ireo tompon’andraiki-panjakana miady amin’ny trafika maloto isan-karazany toa ny Samifin, Bianco , Fitsarana, … ny baolina. Ny angom-baovao natao no nahalalana fa hahalalana zava-marina maromaro hafa ny firosoana lalindalina amin’ity raharaha ity. Fanambin’ny filoha Hery Rajaonarimampianina rahateo ny famongorona an’itony zatra manao ny lalan-dririna amin’ny fitsetsefana ny harem-pirenena sy mpanao trafika itony, ka izao nahitam-bokany izao. Tsy tokony ho afa-maina ny mpanao ratsy amin’ity firenena ity!

Tojo Ramilianta. Triatra.

.

 –

Seranam-piaramanidina Ivato : Karana roa nitondra volamena 2,240 kilao

Karana roa vavy no nahatratrarana volamena milanja 2 kilao sy 240 grama teny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato ny talata tolakandro lasa teo. Efa nahazoan’ny zandarimariam-pirenena miasa eny an-toerana vaovao  marim-pototra dieny mialoha tamin’ny olona tsara sitrapo ny fisian’ireo olona mpanao trafikana volamena ireo. Saika hiondrana any Mumbai , niaraka tamin’io harem-pirenena io , tamin’ny alalan’ny sidina Air Mauritius izy roa ireto no sarona,  raha iny handeha hiakatra ny fiaramanidina iny. Tsy niaraka ireto teratany vahiny ireto  fa nifanao aloha sy aoriana,  ka nasain’ireo tompon’andraikitra niandry ny namany ilay vehivavy lasa aloha, rehefa tonga teo amin’ny toeram-pisavana iray. Rehefa izany dia  niroso tamin’ny  fisavana azy ireo sy ny entana noentiny  ny mpiasan’ny ladoany,  izay natrehan’ireo tompon’andraikitra sy manam-pahefana miasa any an-toerana. Tsy nahita na inona na inona anefa ity farany ka niditra an-tsehatra avy hatrany tamin’ny fanaovana izany indray avy eo  ny zandary vehivavy miasa eny Ivato.

Tamin’izany no nahitana ireo volamena milanja 2 kilao mahery ireo, tany amin’ny faritra mahavehivavy an’ireto teratany  vahiny ireto.  Nasitrik’izy ireo tao anatin’irony “serviette hygiénique”, fampiasan’ny vehivavy irony ireo harem-pirenena ireo, ka izay no antony tsy nahatratrarana izany, na dia efa nandalo ireo fisavana maro toa ny fitaovana fitarafana azy izy ireto.  Notazomina avy hatrany ireto farany nanaovana famotorana. Ny vaovao voarain’ireo zandary, izay voalaza fa tsy honohono intsony, momba io fikasana hanao trafikana volamena io no nahatonga ireo manam-pahefana niditra tamin’ny lalindalina kokoa ny fisavana, izay tsy namelan’izy ireo raha tsy nahitana mangirana. Efa betsaka ireo olona tratra, na teratany malagasy io na vahiny, tamin’ity resaka fanondranana volamena ity. Mbola maro ihany koa anefa no mahasahy manao izany na dia efa nampahafantarina ny rehetra aza ny sazy miandry ireo mpanondrana harem-pirenena ireo. Amin’ireo asa ratsy rehetra dia anisan’ny tsy handeferan’ny fitondram-panjakana mihitsy ny fanodinkodinana na fanondranana ireo zavatra heverina fa mampiavaka an’i Madagasikara, toa ny volamena sy  ny sokatra izay tena lasibatra. Atolotra ny banky foibe anio ireo volamena 2 kilao mahery ireo, ary misokatra ny fanadihadiana momba ity raharaha ity

Mialy R. Triatra.

Lire :

Trafic d’or et blanchiment d’argent à Madagascar. Dubai, Maurice, Mayotte, Chine, Inde…

Publié le

Mamodtaky Abbas.

 

Paris, 30/03/2017. Les aveux de Mamodtaky Abbas (cinq meurtres à Fenoarivo-Madagascar).

Tuerie de Fenoarivo: Mamod Abbas Mamodtaky passe aux aveux.

Mamodtaky

Condamné à 28 années de réclusion criminelle pour la tuerie de Fenoarivo le 22 avril 2001 à Madagascar, Mamod Abass Mamodtaky a reconnu hier devant la Chambre de l’application des peines à Paris être l’auteur de ce crime, nous apprend ce vendredi Le Journal de l’île.

L’homme d’affaires avait jusqu’à présent toujours nié être derrière cette tuerie ayant fait 5 morts.

« Des aveux que plus personne n’attendait » écrit le Journal de l’île.

Mamodtaky a justifié son acte en raison de « pressions de la communauté karana », dont certains craignaient les révélations de l’épouse de l’homme d’affaires, sur des « accords » avec l’État malgache.

Si pour la partie civile, ses aveux sont une « satisfaction », elle se montre malgré tout dubitative explique le JIR.

En effet, Mamod Abbas Mamodtaky aurait avoué ce meurtre pour espérer sortir rapidement de prison. « Libérable en 2021, Mamodtaky espère voir ce délai raccourci », termine Le Journal de l’île.

Vendredi 31 Mars 2017 –

Aveux de Mamodtaky : le « soulagement » de son ex-épouse

 

Mamod Abass Mamodtaky est passé aux aveux ce jeudi 16 ans après la tuerie de Fenoarivo qui a coûté la vie à 5 personnes. Son ex-épouse réagit.

Mamod Abass Mamodtaky a avoué être le commanditaire du massacre de Fenoarivo à Madagascar en 2001, nous apprend Le Journal de l’Île.

L’homme condamné à 28 ans de réclusion criminelle était devant la Chambre d’application des peines lorsqu’il a exprimé des remords. Il a expliqué les raisons de la tuerie par les pressions qui pesaient sur lui à cause des menaces de révélations de son ancienne épouse autour d’un pacte avec « l’état malgache« .

Les faits remontent au 22 avril 2001. Ce jour-là, cinq membres de la famille Remtoula – la belle-famille de Mamod Abbass Mamodtaky – ont été assassinés par des hommes lourdement armés.

Mamod Abbass Mamodtaky, le principal accusé dans l’affaire de la tuerie de Fénoarivo a été jugé à Madagascar, à La Réunion et à Paris avant un quatrième procès en 2013.

L’homme a écopé de 28 ans de réclusion criminelle lors de son dernier procès à la Cour d’Assises de Créteil.

Les réactions des proches des victimes

L’ancienne épouse de Mamod Abbass Mamodtaky, Anita Remtoula, s’est exprimée au micro d’Antenne Réunion après la révélation de ces aveux.

« Je ne m’y attendais plus parce que c’est un être cruel et sinistre. Quand j’ai appris ses aveux, j’ai dit merci à la justice divine et à la justice française. C’est un grand soulagement pour ma famille et moi. »

« Avec lui, on peut s’attendre à tout. S’il a avoué ses crimes, c’est certainement pour avoir une libération rapide. Enfin, il a avoué. Il cache bien son jeu, mais il a toujours quelque chose derrière la tête. »

« Il a détruit ma vie. Pendant 7 ans, j’ai souffert un martyre. Ça fait 17 ans que j’ai pas vu ma fille. J’ai encore de l’espoir. »

Rappel.

Tuerie de Fénoarivo : Mamod Abasse Mamodtaky coupable de cinq meurtres

  • Par Fabrice Floch
  • Publié le 25/02/2013 à 09:23, mis à jour le 28/02/2013
  • Mamodtaky2

La famille Remtoula, l’ex-belle famille de Mamod Abasse Mamodtaky, pousse un ouf de soulagement, en sortant de la salle d’audience de la cour d’assises de Paris. Pour la seconde fois, le commanditaire de la tuerie de Fénoarivo est reconnu coupable des cinq meurtres et cinq blessés du massacre à l’arme automatique perpétré le 22 avril 2001. Un massacre organisé par l’accusé lors d’une fête de famille de son ex-épouse dans la banlieue de Tananarive.

Les Remtoula dans le viseur

Voilà douze longues années qu’Anita Remtoula se bat pour faire entendre sa vérité. Ce soir là, c’est elle qui était visée par le commando armé de kalachnikov. Les trois hommes qui ont ouvert le feu étaient payés pour la tuer. En confirmant, la culpabilité de l’accusé, les jurés ont aussi réaffirmé qu’Anita Remtoula et sa famille sont des victimes. Une reconnaissance essentielle pour tirer un trait sur cette sordide affaire.

Sept ans de moins

En première instance, Mamod Abasse Mamodtaky avait été condamné à perpétuité et une peine de sûreté de 22 ans. En appel, il vient d’être condamné à 28 ans de réclusion criminelle dont 15 années de sûreté. Les jurés ont réduit le quantum de la peine, mais sur le fond la dangerosité du prévenu a été confirmé. Sept ans de moins sur la peine de sûreté, si et seulement si, Mamod Abasse Mamodtaky ne fait pas parler de lui derrière les barreaux de la prison de Fresnes dans le Val-de-Marne.

Trois accusés et un fuyard

Quelle que soit l’attitude et les dires de Mamodtaky, comme à la fin de son procès en appel : « Je tiens à répéter que je suis innocent« , les faits sont têtus et les complices ont, en parti, avoué. Au terme de cette procédure sans fin Riaz Damdjy et Jean-François Crozet ont été condamnés à 10 et 20 ans de prison lors du premier procès parisien. Babar Ali, en fuite, a lui disparu du côté du Pakistan et devra purger une peine à perpétuité s’il réapparaît. Mamod Abasse Mamodtaky, lui, vient d’être condamné à 28 ans de prison.
Un point final, si ce jugement n’est pas remis en cause par la cour de cassation.

Kidnapping.

Kidnapping Karana Misy ifandraisany amin’ny fifidianana ?

17/06/2017

Votsotra ny alakamisy lasa teo ilay teratany karana Pradeep Chandarana, nisy naka an-keriny teny Behoririka ny alarobia 7 jona teo. Tsy fantatra mazava izay fepetra sy fifanarahan’ny fianakaviany sy ireo mpaka an-keriny ka nahavotsotra azy.

Ny azo ambara dia ny ezaka manokana nataon’ny fianakaviany matoa tsy mbola nisy ny fampitam-baovao avy amin’ny mpitandro ny filaminana. Ny alarobia 14 jona lasa teo ihany koa dia zanaka karana iray hafa no nisy naka an-keriny tany Toamasina. Nikasa ny hiala sasatra any Foulpointe izy tamin’io, raha ny loharanom-baovao avy any an-toerana. Araka ny vaovao iray avy any Antsirabe dia nitrangana asa fakana an-keriny koa tany an-toerana ny androtr’io 15 jona nahavotsotra an’i Pradeep Chandarana, ka zanaka karana tompona tranombarotra lehibe iray no no lasibatra. Araka ny vaovao azo dia lehilahy roa nitondra “moto cross” mainty no naka io zaza io. Tsy mbola nisy kosa anefa ny fampitam-baovao ofisialy. Vao omaly no nanao fanambarana amin’ny hisian’ny asa mivaingana mba hitsaharan’ny “Kidnapping” ny masoivohon’i Inde eto Madagasikara, saingy tsy izay no miseho.

Misy ifandraisany amin’ny fifidianana ?

Lasa fitadiavam-bola mihitsy ny “fakana an-keriny” amin’izao fotoana. Tsy fantatra anefa ny ao ambadika. Ny samy karana ve no mifamely sa misy hidirany amin’ny toe-draharaha politika eto amin’ny firenena ? Efa antomotra ny fifidianana ary mandritra ny propangandy no hiparitahan’ny volabe hoentina hanambazana ny vahoaka. Tsy mbola voafehy rahateo ny fanaraha-maso ny loharanom-bolan’ny kandida eto amintsika kanefa azo lazaina ho mampiasa vola maloto ny ankamaroany. Ny volabe azo tamin’ny fanondranana boaderozy sy ny harem-pirenena no hoentina hanaovana propangady avy eo. Efa niseho izany tamin’ny fifidianana teto amin’ny firenena satria olona mpanao boaderozy no mahavita manome 21 miliara ariary ny kandida filoham-pirenena iray nandritra ny fifidianana farany. Na misy aza ny fanondranana harem-pirenena dia somary mangingina aloha ny akony, ka mety any amin’ny fakana an-keriny indray no loharanom-bola vaovao hoenti-miketrika vola hanaovana propagandy. Ny zavatra tsikaritra ihany koa dia tsy mahita mangirana mihitsy ny mpitandro ny filaminana. Tamin’ireo aferana “kidnapping” nisesisesy tato ho ato dia ny fianakavian’ny lasibatra ihany no mitady vahaolana sy manome ny tambin’ny famotsorana. Mampiahiahy ihany ny mety hisian’ny dian-tanan’ny mpitandro ny filaminana ao anatin’ireny raharaha ireny, ka mampanano sarotra ny fikarohana ny marina.

Toky R. TiaTanindrazana

 

Publicités

A propos Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris

Pour une prise de conscience citoyenne des Malagasy
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s